Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cathédrales en guerre XVIe-XXIe siècle

 | 
Xavier Boniface
, 
Louise Dessaivre

Mobilisation

Une cathédrale de l’arrière dans la Grande Guerre. L’église métropolitaine de Besançon

Danièle Pingué

Texte intégral

1Le thème des cathédrales dans la Première Guerre mondiale évoque d’emblée les édifices qui ont subi de graves destructions – dont Reims demeure le symbole – ou ceux, comme Notre-Dame de Paris, qui ont été les cadres de grandes manifestations à retentissement national. Mais comment les églises épiscopales plus modestes, situées à l’arrière des théâtres d’opérations, ont-elles traversé le conflit ? En particulier, quelle a été leur place dans l’effort de guerre engagé dès les premiers jours par l’Église catholique en France dans le cadre de l’Union sacrée ? C’est à cette question que nous allons tenter de répondre à travers l’exemple de la cathédrale et église métropolitaine de Besançon.

2Située dans une ville de garnison, à moins de 80 kilomètres à vol d’oiseau du front d’Alsace, celle-ci rayonne en 1914 sur un diocèse qui couvre les départements du Doubs, de la Haute-Saône et du futur Territoire de Belfort et dont l’influence s’étend aux diocèses suffragants de Nancy, de Saint-Dié et de Verdun. Ce territoire est à la fois très attaché à la religion catholique, héritage de la Réforme catholique dont il a été un bastion, et très patriote, ce que l’on explique généralement par la proximité de la frontière.

  • 1 « À la mémoire des morts pour la Patrie », La Semaine religieuse du diocèse de Besançon (désormais (...)
  • 2 « Lettre pastorale du 5 août 1914 », SR, 8 août 1914.
  • 3 « Un évêque français pendant la guerre », SR, 3 février 1916.
  • 4 François-Léon Gauthey, Vie et œuvres de la bienheureuse Marguerite-Marie Alacoque, Paris, J. de Gig (...)
  • 5 François-Léon Gauthey, Les Paroles de la guerre, août 1914-août 1915, Paris, Téqui, 1916, 1 vol., v (...)
  • 6 « Obsèques de Mgr Gauthey », SR, 15 août 1918.

3Depuis 1910, l’archevêque est Mgr François-Léon Gauthey, né à Chalon-sur-Saône en 1848, et connu, selon l’un de ses chanoines, pour son « amour pour la France » et son « culte pour l’armée »1. Dès le premier jour du conflit, il adresse à ses diocésains une lettre pastorale percutante dans laquelle il leur demande de « tenir ». Il affirme sa confiance : « Le clergé est patriote. Nulle part son patriotisme n’est plus ardent que dans notre diocèse frontière. »2 Jusqu’à sa mort, il déploie une activité inlassable : sur le front religieux proprement dit, dans les hôpitaux où il apporte « ses paroles pleines d’encouragements et de secours », auprès des œuvres de guerre auxquelles il s’intéresse « d’une manière effective et personnelle »3. De plus, il écrit beaucoup : il publie en 1915 une volumineuse étude en trois volumes sur la vie et les œuvres de la bienheureuse Marguerite-Marie Alacoque4 et, en 1916, un recueil de ses lettres pastorales, discours et autres textes relatifs à la guerre5. Il décède le 25 juillet 1918, alors qu’il se reposait dans le village de Fournols (Puy-de-Dôme) après une tournée de confirmation de trois semaines dans son diocèse, suivie d’une autre, d’une semaine, du 8 au 16 juin, dans l’Alsace libérée6.

  • 7 Fondé en 1876.
  • 8 Son rédacteur, le chanoine Lagardère, s’étant engagé comme aumônier militaire dès le premier jour d (...)

4Sous l’impulsion de cet archevêque de choc, tout au long de la Grande Guerre, la cathédrale de Besançon sert de cadre à de nombreuses cérémonies à la fois religieuses et patriotiques qui donnent lieu à de larges comptes rendus publiés dans l’organe officiel : La Semaine religieuse du diocèse de Besançon7, d’abord rédigés par Mgr Gauthey lui-même8 puis, à partir du 5 août 1915, par le chanoine Henri Monnier. Quelles sont les formes et les fonctions de ces célébrations ?

5Il convient pour commencer de présenter leurs caractéristiques générales. Nous distinguerons ensuite, pour les étudier plus en détail, les cérémonies pour les morts et les cérémonies pour la France.

Des manifestations solennelles de l’engagement patriotique de l’Église

6Quelle que soit leur nature, il s’agit de cérémonies marquantes, à travers lesquelles se manifeste l’interprétation catholique du conflit.

De belles célébrations

7Décrivant ces manifestations, le chanoine Monnier les qualifie de « majestueuses », loue leur « splendeur », leur « magnifique éclat », etc. Même avec le recul nécessaire face à ce langage dithyrambique, force est de constater qu’il s’agit de belles célébrations. Elles bénéficient d’abord de la beauté du cadre dans lequel elles se déroulent : la nef de la cathédrale et ses deux absides occupées à l’Ouest par le chœur roman et à l’Est par la chapelle baroque du Saint Suaire ; de dimension moyenne, 76 mètres de longueur sur 24 mètres de largeur, ce lieu n’en est que plus chaleureux.

8Les cérémonies sont également valorisées par la qualité de leur accompagnement musical. Exemple parmi d’autres, à la grand-messe de Pâques de 1916 :

  • 9 « La fête de Pâques à la cathédrale », SR, 27 avril 1916.

« L’émotion religieuse produite par ces paroles du vénéré pontife s’accrut encore au salut solennel du Saint Sacrement pendant que la Maîtrise, enrichie ce jour-là de la précieuse recrue que lui apportait M. l’abbé Guyot, nous faisait entendre un Ô salutaris de Beethoven, un Ave Maria de Dubois et le majestueux et impressionnant Tu es Petrus à deux orgues du même auteur. »9

  • 10 « Messe de la Croix Rouge », SR, 30 novembre 1916 et « La Croix Rouge à la cathédrale », SR, 17 jan (...)
  • 11 « La Croix Rouge à la cathédrale », SR, 17 janvier 1918.

9Présidées le plus souvent par l’archevêque entouré des vicaires généraux et des chanoines, elles accueillent parfois des personnalités emblématiques, comme Mgr Altmayer, archevêque in partibus de Sinnade, ancien aumônier en Franche-Comté durant la guerre de 187010, ou encore Mgr Ginisty, évêque de Verdun qui, en janvier 1918, « apporte l’éclat et la sonorité glorieuse du nom de sa ville épiscopale »11. Il faut enfin souligner la qualité des orateurs, le plus souvent Mgr Gauthey ou M. Perrin, archiprêtre et chanoine de la cathédrale.

La composition de l’assistance. L’indice d’un regain durable de la pratique ?

10On constate dès le départ une forte participation des militaires et, rapidement, la participation assidue des membres des associations engagées dans le soutien à l’effort de guerre. À partir de janvier 1918 est également signalée la présence de membres des autorités civiles. Étaient-ils absents auparavant ? Toujours est-il que la messe du 4 août 1918, jour de prières nationales, est quasiment une cérémonie officielle à laquelle prennent part toutes les autorités de la ville :

  • 12 « Les prières nationales », SR, 15 août 1918.

« L’armée était représentée par plusieurs officiers généraux et un grand nombre d’officiers et de soldats ; le conseil municipal par MM. Monnier et Sancey adjoints et plusieurs conseillers ; l’Université par M. le Recteur. L’Académie de Besançon avait délégué son secrétaire perpétuel ; la “Société de secours aux blessés” avait envoyé M. le délégué régional du comité de Besançon ; l’“Union des Femmes de France”, Mme la présidente et les membres du comité ; la Ligue patriotique des Françaises un grand nombre de ses adhérentes. »12

  • 13 « Service funèbre du 12 novembre à la cathédrale », SR, 18 novembre 1915.
  • 14 « La fête de Pâques à la cathédrale », SR, 27 avril 1916.
  • 15 « La fête de Pâques à la cathédrale », SR, 19 avril 1917.

11Quant aux simples fidèles, il semble que leur participation ne fasse que s’accroître au fur et à mesure de l’allongement du conflit. Le 12 novembre 1915, « On a compris à Besançon le grave devoir de venir prier pour ceux qui sont morts pour la France et le vaste vaisseau de l’église Saint-Jean s’est rempli »13. À la grand-messe pascale de 1916, l’archevêque évoque « cette magnifique assemblée qui remplit cette cathédrale et que je voudrais voir plus souvent en garnir les nefs »14 (ce qui laisse entendre, certes, que ce n’est pas toujours le cas). À la même cérémonie, un an plus tard, « nombre d’hommes, malgré les mobilisations successives, se pressaient dans la grande nef […] et le premier pasteur avait la joie ensuite de les voir s’approcher de la table sainte »15. De même la fête de la Toussaint de 1917 :

  • 16 « La fête de la Toussaint », SR, 8 novembre 1917.

« a provoqué à Besançon un grand élan de foi et de piété […]. À la cathédrale, grande affluence le matin aux messes de communion et à la grand-messe solennelle pour assister aux majestueuses cérémonies du Pontifical. Le soir, foule plus nombreuse encore aux vêpres du jour et des morts. »16

  • 17 « La fête de Noël à la cathédrale », SR, 27 décembre 1917.

12Quelques semaines plus tard, les vêpres de Noël sont célébrées devant « un auditoire très serré venu de tous les points de la ville »17. L’année suivante, au cours de la semaine sainte :

  • 18 « La fête de Pâques à la cathédrale », SR, 11 avril 1918. 

« On n’avait, je crois, jamais vu à une messe du matin pendant la semaine la cathédrale se remplir aussi spontanément et aussi fidèlement pendant trois jours. Le vénéré archevêque trouvera dans ce magnifique empressement religieux qui a terminé la station quadragésimale la preuve du bien que sa parole a fait et, sans aucun doute, la meilleure récompense des labeurs qu’il s’est imposés. »18

  • 19 Ibid.

13À la grand-messe pascale, un très grand nombre d’hommes et de femmes communient. Le soir, à vêpres, on peut « à peine trouver place dans les nefs19 ». Il est vrai que la cathédrale n’est pas immense.

14Le succès croissant de ces cérémonies s’explique avant tout par leur fonction consolatoire, évoquée à plusieurs reprises. Ainsi, à propos des fêtes de Noël de 1917 :

  • 20 « La fête de Noël à la cathédrale », SR, 27 décembre 1917.

« Vraiment, la foi catholique nous fournit les seules vraies consolations dont nous avons besoin et dans ce temps de poignantes angoisses, nos fêtes religieuses sont comme une halte réconfortante où l’âme chrétienne puise dans la prière et la beauté des cérémonies la force non pas d’oublier les tristesses de l’heure actuelle, mais d’élever sa pensée au-dessus d’elles et de les sanctifier. »20

Des lieux de diffusion de l’interprétation religieuse du conflit

  • 21 « Lettre pastorale du 5 août 1914 », SR, 8 août 1914.

15Très tôt, dans sa lettre pastorale du 5 août 1914, lue aux prônes du dimanche 9 dans toutes les églises et chapelles de l’archidiocèse21, Mgr Gauthey présente les grandes lignes de la vision du conflit par l’Église catholique française. Tout d’abord, la guerre qui vient d’éclater est une guerre juste, et Dieu est aux côtés de la France :

« La guerre a été déclarée, lundi 3 août, par l’Allemagne à la France […]. Nous n’avons pas provoqué la guerre. Dieu merci, la France a fait tout son possible pour l’éviter […]. Notre cause est juste et nous pouvons espérer que Dieu sera avec nous. »

16En même temps, il s’agit d’une guerre patriotique : « Il s’agit de la défense de la patrie et l’on peut dire, en quelque manière, de son existence ». C’est pourquoi l’auteur recommande ce que l’on va appeler l’Union sacrée : « Le gouvernement fait son devoir. Serrons-nous autour de lui dans l’union de tous les partis. Il n’y a plus de divisions entre nous mais seulement des Français rangés patriotiquement autour du drapeau ». De là, « trois devoirs s’imposent » :

  • la pénitence : « Attirons sur ceux qui gouvernent et sur ceux qui combattent les bénédictions de Dieu par nos pénitences […] en expiation des péchés de la France. » (On trouve déjà ici l’idée de la guerre expiatrice) ;
  • la prière : « Tandis que tous les jeunes gens de France sont sous les drapeaux, allons dans nos églises, remplissons-les et, surtout le dimanche, que les fidèles se pressent en foule pour prendre part aux prières que nous ordonnons » ;
  • enfin, le dévouement et la charité envers toutes les victimes ; précisons que l’on ignore alors si la Franche-Comté sera envahie.

17Telles sont les idées-forces qui vont être développées, précisées, détaillées, souvent avec un grand souci pédagogique, dans les sermons, allocutions et autres discours prononcés dans la cathédrale tout au long du conflit.

18Penchons-nous plus précisément, à présent, sur le déroulement des célébrations, en nous intéressant d’abord aux cérémonies pour les morts.

Des célébrations pour accompagner les morts

Les offices à l’initiative de l’archevêque

  • 22 Lettre pastorale sur « L’entrée des Français en Alsace », SR, 15 août 1914.

19Dès le 10 août, dans sa lettre pastorale lue aux prônes le 15 août et le dimanche suivant, l’archevêque annonce sa décision de faire célébrer « chaque jour une messe dans notre cathédrale pour les âmes des soldats qui sont tombés au champ d’honneur »22. Cette initiative trouve immédiatement un large écho chez les militaires. Le dimanche 30 août à 7 heures :

  • 23 « Les chasseurs à la cathédrale de Besançon », SR, 3 septembre 1914. 

« 600 jeunes soldats du dépôt des 5e et 45e bataillons de chasseurs sont venus à la messe à la cathédrale. Elle a été dite par un prêtre sous-officier et servie par deux séminaristes en uniforme. M. l’archiprêtre Perrin leur a adressé une vibrante allocution. Ils sont repartis comme ils étaient venus par compagnie et sur quatre rangs. Ils avaient tous voulu venir prier pour les malheureux soldats de leur corps tués à Mulhouse. Saluons l’armée qui rentre dans nos églises ».23

  • 24 « Messe à la cathédrale pour les victimes de la guerre dans le diocèse », SR, 24 septembre 1914.

20La Semaine religieuse rappelle ensuite régulièrement cette célébration quotidienne qui, précise-t-elle, « durera jusqu’à la paix, qui viendra après la victoire complète des armées alliées »24. Cela allait parfaitement se vérifier.

  • 25 « Service funèbre pour les officiers, sous-officiers et soldats du diocèse […] », SR, 5 novembre 19 (...)

21À côté de ces messes quotidiennes, l’archevêché organise pour la première fois le mardi 3 novembre un service solennel « pour les officiers, sous-officiers et soldats du diocèse morts depuis le commencement de la guerre » ; celui-ci attire « une foule nombreuse et recueillie de militaires de tous grades et même de blessés de la guerre. […] »25.

22Avec le prolongement du conflit, ce type de cérémonies connaît une forte inflation. Par exemple, le service des morts du mois de novembre 1916 à la cathédrale comprend, à la suite du service habituel pour les archevêques de Besançon et les chanoines de la cathédrale décédés, les célébrations suivantes :

  • 26 « Les services funèbres du mois de novembre à la cathédrale », SR, 2 novembre 1916.

« Mardi 7 à huit heures, service pour les prêtres du diocèse morts au champ d’honneur ou dans leur paroisse durant l’année.
Vendredi 10 novembre à huit heures, service pour les morts de la guerre de la paroisse de la cathédrale.
Lundi 13 novembre à dix heures, service pour les morts de la guerre de tout le diocèse.
Mgr l’Archevêque présidera tous ces services funèbres et y donnera l’absoute. Au service du 13 novembre, il fera une allocution avant l’absoute. »26

23Ce « programme » est réédité en 1917 et 1918.

… et à l’initiative de laïcs

24À ces services funèbres organisés par l’archevêché s’ajoutent ceux qui répondent à la demande de laïcs. L’une des cérémonies les plus grandioses est le « service solennel à la mémoire des anciens élèves de l’école spéciale militaire de Saint-Cyr, tombés au champ d’honneur depuis le début de la guerre » qui se déroule le mercredi 25 août 1915. Il a été demandé par les officiers des promotions Montmirail (1912-1914) et de la Croix du drapeau (1913-1914) ; sa date est celle de la traditionnelle fête de fin d’étude, dite « du Triomphe » des élèves de la grande école.

  • 27 « À la mémoire des morts pour la Patrie », SR, 2 septembre 1915.

« Mgr l’archevêque présidait, entouré de ses vicaires généraux.
Dans l’assistance, on remarquait plusieurs généraux et la grande nef de la basilique était pleine d’une foule d’officiers et de soldats des régiments de la garnison et de nombreux blessés. On remarquait également de nombreuses dames de la Croix Rouge de nos hôpitaux et plusieurs membres de l’œuvre franc-comtoise des prisonniers de guerre. »27

25La cérémonie est suivie d’un discours « émouvant » du chanoine Perrin.

  • 28 « La Ligue patriotique des Françaises à la métropole », SR, 25 novembre 1915.
  • 29 « Messe de la Croix Rouge », SR, 30 novembre 1916.
  • 30 « Le Souvenir français à la cathédrale », SR, 17 janvier 1918 et 6 novembre 1919.

26D’autre part, dès l’époque de la Toussaint de 1915, apparaissent des messes célébrées à la demande de plusieurs associations directement concernées par l’effort de guerre : le comité bisontin de la Ligue patriotique des Françaises28 ; le comité local de la Société de Secours aux Blessés militaires (branche de la Croix Rouge Française)29 ; le comité local du Souvenir Français (dont les messes vont se poursuivre en 1919 et au-delà)30.

Pourquoi prier pour les morts ?

27L’archevêque l’expose longuement lors du service solennel du 3 novembre 1914 : « À l’égard de tous, nous avons des devoirs sacrés, je veux dire l’admiration, la reconnaissance, le souvenir et la prière ».

  • Admiration pour leur héroïsme : « Oui, nous les admirons, ces jeunes gens et ces hommes mûrs […] qui sont partis le cœur rempli du sentiment du devoir. Ils n’ont pas discuté, réclamé […]. Quand ils approchent de l’ennemi, quand vient l’heure des armes, tous ces vaillants s’exaltent : ils se soutiennent, s’encouragent les uns les autres. Leur âme a grandi. L’héroïsme les gagne et ils vont au feu avec une belle ardeur. »
  • Reconnaissance car ils sont morts pour la Patrie : « Quand il faut se détourner de toutes ces tendresses [parents, épouses, fiancées, sœurs, enfants] le cœur de l’homme s’émeut à fond et il faut qu’il s’élève à la pensée de la France, la première mère, la plus noble, la plus chérie, qui les appelle à sa défense, pour avoir le courage de se séparer des siens. »
  • Mémoire « de leur union, cimentée sur le champ de bataille, de telle sorte que les familles de ces jeunes gens, qui se sont aimés dans la fraternité cordiale de la guerre, oublient pour toujours leurs discordes […]. Ils nous le demandent, ceux qui ont versé leur sang pour la Patrie […]. Que ce soit la victoire de tous dans la paix, dans l’union sincère, dans le souvenir ému de ceux qui ont marché à la bataille, en oubliant toutes les vaines querelles de la politique, poitrine contre poitrine, dans l’élan d’un seul cœur ! »
  • Prière enfin pour leurs âmes : « Beaucoup qui ne savaient plus prier, ont retrouvé, à l’heure suprême, la foi de leur première communion. Nous le savons par les lettres si touchantes des aumôniers, infirmiers, prêtres et religieux […]. Oui, le ciel les attend ; mais si la justine divine qui ne peut perdre ses droits, exige d’eux un temps d’expiation dans le Purgatoire, ne devons-nous pas prendre à notre charge les dettes de ceux qui sont morts pour nous ? »
  • Afin d’abréger leur séjour au Purgatoire, il faut : « [participer au] saint sacrifice de la messe dont l’efficacité est incomparable, parce qu’il fait couler le sang rédempteur au profit des âmes pour lesquelles nous l’offrons ou le faisons offrir […] ; réciter le Rosaire, si riche en indulgences, faire le chemin de croix, peut-être plus riche et plus salutaire encore ; [ajouter à ces] pieuses pratiques l’offrande de nos peines, de nos souffrances, de nos sacrifices ; [répandre] largement l’aumône qui rachète les péchés. »31

28Tout au long de la guerre, les intervenants lors des cérémonies funèbres reviennent inlassablement sur ces thèmes.

  • 32 « Service funèbre du 12 novembre à la cathédrale », discours du chanoine Perrin, SR, 18 novembre 19 (...)
  • 33 « La fête de Noël à la cathédrale », discours du chanoine Perrin, SR, 27 décembre 1917.
  • 34 « La fête de Pâques à la cathédrale », SR, 27 avril 1916 et « Service funèbre à la cathédrale pour (...)

29Ils louent le patriotisme des morts : « Plus que leurs mères, plus que leur foyer, plus qu’eux-mêmes, s’écrie le chanoine Perrin, ils ont aimé la patrie, et pour elle ils ont souffert sans plainte, ils sont morts sans regrets, parce qu’ils savaient combattre pour une chose juste et sainte. »32 « Juste et sainte », la patrie, en effet, n’est pas pour les catholiques la fille de la Révolution célébrée par les républicains, mais la fille aînée de l’Église. Elle est « le plus beau royaume après celui du ciel »33. Elle se décline également à l’échelle régionale : l’archevêque évoque à plusieurs reprises « notre Franche-Comté, cette belle petite France dans la grande »34.

30Avec des accents lyriques, le chanoine Perrin voit dans ceux qui meurent pour elle les acteurs d’une régénération de la France :

  • 35 « Service funèbre du 12 novembre à la cathédrale », SR, 18 novembre 1915.

« Oh ! Soldats héroïques, quelle moisson d’imitateurs et d’émules vous préparez à notre France dans les générations à venir ! Les jeunes qui sont ici me comprennent et il me semble entendre leur cœur battre d’une sainte impatience de pouvoir imiter leurs aînés. Et pour le présent, quelles moissons vous nous avez values : moisson de sentiments patriotiques […], moisson de sacrifices sanglants sur l’autel du pays, moisson de larmes silencieuses, de deuils discrets, de souffrances acceptées sans plainte et surtout, moisson d’or qui nimbe la France d’une auréole éblouissante et fait resplendir les vertus de la race, caractérisées par ces grands mots que nous avions, hélas ! trop oubliés : Idéal, Dieu, devoir. Grâce à vous, ô chers morts, la sève de vie ne manquera pas au vieux tronc de France. »35

  • 36 « Service funèbre à la cathédrale pour les soldats du diocèse morts pour la France », SR, 16 novemb (...)

31Pour l’archevêque, grâce à leur sacrifice, « la France sera plus belle, plus glorieuse, plus chrétienne […]. La justice, la liberté, le règne de Dieu y refleuriront. Cela vaut bien pour ces héros la peine de mourir et pour leurs familles, cela vaut bien la peine de se résigner. »36

  • 37 Voir Guillaume Cuchet, « L’au-delà à l’épreuve du feu. La fin du purgatoire (1914-1935) ? », Vingti (...)

32Mais la grande préoccupation des intervenants est le devenir de l’âme des défunts37. Le chanoine Perrin n’ignore pas les positions du cardinal Mercier, archevêque de Malines, dont il cite des extraits de la lettre qui lui valut d’être arrêté par les Allemands :

  • 38 « Service funèbre du 12 novembre à la cathédrale », SR, 18 novembre 1915.

« Si vous me demandez ce que je pense du salut éternel du brave qui donne consciencieusement sa vie pour défendre l’honneur de la Patrie et venger la justice violée, je n’hésite pas à répondre que sans aucun doute […], la mort chrétiennement acceptée assure au soldat le salut de son âme »38.

  • 39 Ibid.
  • 40 « À la mémoire des morts pour la Patrie », SR, 2 septembre 1915.
  • 41 « Service funèbre à la cathédrale pour les soldats du diocèse morts pour la France », SR, 16 novemb (...)
  • 42 « La fête de la Toussaint », SR, 8 novembre 1917.

33Mais pour l’archiprêtre de la cathédrale, il y a un doute : peut-être ne « jouissent-ils pas encore de ce bonheur »39 ; en effet, « le combattant est exposé à porter devant le redoutable tribunal de Dieu plus d’une faute inexpiée »40. Pour l’archevêque, en revanche, y compris pour ceux qui n’étaient pas chrétiens, « c’est le secret divin ; mais c’est un secret de bonté […]. Il ne faut désespérer de personne et croire que Dieu aura laissé monter à lui-même ceux qui ne l’ont pas connu. Ils rendent au Seigneur, par leur sacrifice, un souverain hommage »41. Quoi qu’il en soit, le séjour au purgatoire est une épreuve pénible. Se référant à saint Augustin, Mgr Gauthey affirme à plusieurs reprises que les souffrances qu’on y endure « sont plus atroces que toutes celles de ce monde »42.

  • 43 « Pour ceux qui sont morts », SR, 4 novembre 1915.

34Prier pour abréger ces souffrances est donc un devoir de charité. Pour Henri Monnier, commentant l’annonce d’une messe pour les morts, il s’agit de surcroît, notamment pour les épouses des défunts, d’un devoir de justice car « dans les fautes que le cher disparu expie là-bas, peut-être cruellement, pouvez-vous dire que vous n’y êtes pour rien […] ? À ce service, vous irez donc, familles de nos chers disparus : car vous leur devez en justice votre prière pour payer la part de votre responsabilité dans l’expiation qu’ils subissent. »43

35Enfin, pour le chanoine Perrin, il s’agit aussi d’un devoir patriotique : plus vite les défunts accéderont au ciel, plus vite ils intercéderont pour protéger la France :

  • 44 « Service funèbre du 12 novembre à la cathédrale », SR, 18 novembre 1915.

« Or, voici que nos prières et nos sacrifices offerts pour nos chers morts envoient au ciel de nouveaux élus […] ; je les vois tous saints du passé et héros du présent, devant le Christ qui aime les Francs […], lui demandant d’une voix puissante de protéger ceux qu’ils ont aimés et servi ici-bas, leur famille et leur Patrie […].
Ô ma patrie bien aimée, espère ; pendant que tes fils bataillent encore sur le front, ceux du ciel prient et Dieu donnera la victoire ».44

36C’est à cet objet que sont dédiées, plus spécifiquement, les cérémonies pour la France.

Des cérémonies pour la France

La participation aux journées nationales de prières pour la France

  • 45 Le premier à être mentionné dans la Semaine religieuse est celui du 24 au 26 mars 1916 dont le prog (...)
  • 46 « Les prières nationales », SR, 15 août 1918.

37Tout d’abord, sont organisées dans la cathédrale comme, en principe, dans toutes les églises du diocèse, les cérémonies proposées au niveau national, tels les triduums de prières pour la France, lancés par les archevêques-cardinaux de Reims et de Paris45, la journée des prières nationales pour la France et ses alliés, décrétée par les cardinaux de France le 4 août 1918 à l’occasion de l’anniversaire du déclenchement du conflit46 ou encore les manifestations relatives au culte de Jeanne d’Arc, particulièrement à l’honneur à Besançon. Ainsi, en mai 1915, à l’occasion de la neuvaine nationale :

  • 47 « Solennité de la bienheureuse Jeanne d’Arc », SR, 20 mai 1915.

« À la cathédrale […], Mgr l’Archevêque a parlé chaque soir de Jeanne d’Arc à la nombreuse assistance. Dimanche, les offices pontificaux ont eu une grande majesté. Aux Vêpres, après le sermon de Mgr l’Archevêque, une très pieuse procession des reliques, en tête desquelles on portait la statue de la Bienheureuse, a fait deux fois le tour des nefs au chant des litanies. »47

38Chaque année, le dernier dimanche de mai, la fête de la Bienheureuse est célébrée avec éclat à la cathédrale.

39Ces cérémonies reposent sur l’interprétation du conflit construite dès le départ : la guerre est juste et Dieu est aux côtés de la France. D’ailleurs, tonne le chanoine Perrin, il serait inconcevable :

  • 48 « À la mémoire des morts pour la Patrie », SR, 2 septembre 1915.

« [qu’il soit] du parti de ceux qui mitraillent les hôpitaux et les ambulances, bombardent les humbles églises ou les superbes cathédrales, torpillent les navires neutres et engloutissent dans l’océan des milliers de victimes innocentes. Allemands orgueilleux et barbares, elle est menteuse l’inscription que vous prodiguez sur vos casques et vos ceinturons : “Gott mit Uns, Dieu avec nous !” »48

40Ce thème de la diabolisation de l’ennemi est amplement développé.

  • 49 « Les prières nationales », SR, 15 août 1918.
  • 50 « Fête de la bienheureuse Jeanne d’Arc à la cathédrale », SR, 24 mai 1917.
  • 51 « Le Triduum national de Jeanne d’Arc à la cathédrale », SR, 8 juin 1916.

41Il en va de même de celui de la guerre expiatrice : « Nous avons tous péché individuellement, socialement »49 ; si le péché collectif le plus récent réside dans la rupture de « l’union du Christ et de la France […] par la loi de séparation de l’Église et de l’État »50, le mal a des racines plus profondes : c’est la Révolution qui est venue « abroger le règne de Jésus-Christ »51.

42Quoi qu’il en soit, c’est Dieu et lui seul, et non le génie des généraux et la bravoure des soldats, qui décidera de la victoire. Aussi faut-il prier inlassablement.

Un intérêt particulier pour certaines dévotions

43Dans sa lettre pastorale du 10 août 1914 lue aux prônes le 15 août et dimanche suivant, l’archevêque recommande de faire appel à un certain nombre de protecteurs :

  • saint Michel, à qui l’archidiocèse a été consacré le jour de la fête de Jeanne d’Arc, le 19 mai 1912. « Cet acte important nous donne des droits à la protection particulière du grand archange […] pour qu’il combatte avec nous et qu’il assiste nos soldats dans les batailles » ;
  • la bienheureuse Jeanne d’Arc : « […] l’héroïne sainte de la Patrie française. Comme jadis elle marcha à la tête de nos armées, les entraînant à la victoire, elle éclairera nos chefs et leur inspirera la bonne stratégie dans les luttes immenses qui sont déjà engagées en Alsace, en Lorraine et en Belgique » ;
  • les saints locaux : « Nous ne saurions nous ménager trop de protecteurs. Nous invoquerons donc encore spécialement pour la Franche-Comté nos saints apôtres et martyrs saint Ferréol et saint Ferjeux qui, jadis, ont lutté avec les Francs-Comtois contre l’invasion étrangère. Enfin, prions sainte Odile pour sa chère Alsace, qui est déjà revenue nôtre en partie » ;
  • le Sacré-Cœur de Jésus et la Vierge Marie52.
  • 53 « Le premier vendredi de septembre à la métropole », SR, 3 septembre 1914. Des rappels sont publiés (...)
  • 54 Jacques-Marie-Adrien-Césaire Mathieu, né le 20 janvier 1796 à Paris et décédé le 9 juillet 1875.

44Le Sacré-Cœur est particulièrement imploré. Une journée d’adoration et de supplication lui est consacrée chaque premier vendredi du mois dans tout le diocèse à compter du 4 septembre 1914 et ce tant que dure la guerre. Elle revêt naturellement à la cathédrale une dimension particulière. Elle débute le jeudi à huit heures du soir avec l’exposition du Saint Sacrement, se poursuit par une adoration de nuit puis par des messes, le vendredi, à partir de quatre heures du matin et s’achève le vendredi soir par le salut du Saint Sacrement, suivi d’une allocution de l’Archevêque53. Mgr Gauthey accorde un intérêt particulier au culte du Sacré-Cœur auquel le diocèse a été dédié par un mandement de l’archevêque de l’époque, Mgr Mathieu54, le 11 octobre 1870, en pleine guerre franco-prussienne, alors que la Franche-Comté était envahie.

L’empreinte de la guerre sur les grands moments du calendrier liturgique

  • 55 Lettre pastorale sur « L’entrée des Français en Alsace », SR, 15 août 1914.

45Enfin, tous les grands moments du calendrier liturgique portent l’empreinte de la guerre, à commencer par celui qui suit immédiatement le déclenchement du conflit. Dans sa lettre pastorale du 10 août 1914, l’archevêque demande « que la grande fête de l’Assomption soit pour tous les fidèles un jour saint commencé dans la communion et consacré par les plus instantes prières [pour la protection de la France] »55.

  • 56 « Procession des saintes reliques à la métropole », SR, 25 mars 1915.

46Le jour des Rameaux, la procession traditionnelle des saintes reliques dans la cathédrale est renouvelée, après le sermon des Vêpres, au chant de la litanie des saints, pour demander la victoire de la France et de ses alliés56.

47Les célébrations de la Toussaint, de Noël, de Pâques, la présentation des vœux de l’archevêque en début d’année donnent lieu à de larges développements sur l’actualité. Une partie des conférences de Carême y sont consacrées.

48À l’occasion de la semaine sainte, les souffrances occasionnées par la guerre sont comparées à la passion du Christ et sa résurrection à la victoire et à la régénération espérées :

  • 57 « Communications de l’archevêché », SR, 25 mars 1915.

« En cette année de guerre, peut-on lire en mars 1915, la France, notre bien aimée patrie, ne subit-elle pas une très douloureuse et sanglante passion ? En ce qui dépend de nous, unissons cette passion de la France à celle de Notre-Seigneur Jésus-Christ pour la rendre féconde en fruits de victoire et aussi de rénovation chrétienne et de salut »57.

  • 58 « La fête de Pâques à la cathédrale », SR, 11 avril 1918.

49En 1918, à la fin de son sermon du Jeudi saint, l’archevêque, infatigable, après avoir délivré le même message d’espoir, n’hésite pas à utiliser un vocabulaire guerrier pour appeler à un véritable « assaut de prières » dans le diocèse pour le triduum de Pâques58.

 

  • 59 Frédéric Rouvier, En ligne. L’Église de France pendant la Grande Guerre (1914-1918), Paris, Perrin, (...)
  • 60 « Le Te Deum à la cathédrale », SR, 5 décembre 1918.

50À la mort de Mgr Gauthey, l’intérim de l’administration du diocèse est assuré par un « vicaire capitulaire », le vicaire général Trépy. Le nouvel archevêque est intronisé le jour de la Toussaint de 1918, moins de trois semaines avant l’armistice. Il s’agit d’un prélat lui aussi très patriote, Mgr Humbrecht, précédemment évêque de Poitiers qui, le jour de la mobilisation générale, avait béni les drapeaux de la garnison et les canons59. C’est à lui que revient l’organisation du Te Deum de la victoire, célébré en grande pompe dans la cathédrale le dimanche 24 novembre60.

 

51Toutes les manifestations qui viennent d’être étudiées se sont distinguées de celles, de même nature, organisées dans les simples églises paroissiales par leur aspect plus imposant, par la personnalité des intervenants, par la vigueur des discours prononcés. De plus, par l’intermédiaire de l’organe officiel La semaine religieuse du diocèse de Besançon, elles ont les cadres d’une diffusion offensive dans l’ensemble du diocèse de la vision catholique du conflit.

52En revanche, en dehors de la particularité du contexte local et de la personnalité de son archevêque, il est probable que la cathédrale de Besançon dans la Grande Guerre n’a guère présenté d’originalité par rapport aux autres églises épiscopales de l’arrière. Mais n’est-ce pas précisément ce caractère représentatif des cathédrales « ordinaires » qui fait l’intérêt de cette étude ?

Notes

1 « À la mémoire des morts pour la Patrie », La Semaine religieuse du diocèse de Besançon (désormais SR), 2 septembre 1915. Sur Mgr Gauthey, voir la notice dans Dominique-Marie Dauzet, Frédéric Le Moigne (dir.), Dictionnaire des évêques de France au xxe siècle, Paris, éd. du Cerf, 2010.

2 « Lettre pastorale du 5 août 1914 », SR, 8 août 1914.

3 « Un évêque français pendant la guerre », SR, 3 février 1916.

4 François-Léon Gauthey, Vie et œuvres de la bienheureuse Marguerite-Marie Alacoque, Paris, J. de Gigord, 1915. 3 vol. in-8° : I. Vie ; II. Œuvres ; III. Documents.

5 François-Léon Gauthey, Les Paroles de la guerre, août 1914-août 1915, Paris, Téqui, 1916, 1 vol., vii-364 p.

6 « Obsèques de Mgr Gauthey », SR, 15 août 1918.

7 Fondé en 1876.

8 Son rédacteur, le chanoine Lagardère, s’étant engagé comme aumônier militaire dès le premier jour du conflit, le journal est en effet rédigé, au cours de la première année, par l’archevêque lui-même, avant que le chanoine Monnier prenne le relais. Sur l’abbé Jean Lagardère, voir P. Beaufort, L’âme héroïque d’un prêtre : vie de l’abbé Jean Lagardère, Paris, Lethielleux, 1926, 298 p.

9 « La fête de Pâques à la cathédrale », SR, 27 avril 1916.

10 « Messe de la Croix Rouge », SR, 30 novembre 1916 et « La Croix Rouge à la cathédrale », SR, 17 janvier 1918. Sinnade est une ancienne cité d’Anatolie. Sur la carrière d’André-Victor Altmayer (1844-1930), voir le site : cteparstbenoit.free.fr/altmayer/altmayer_fichiers/monseigneur_altmayer_vf.html (consulté le 24 mai 2017).

11 « La Croix Rouge à la cathédrale », SR, 17 janvier 1918.

12 « Les prières nationales », SR, 15 août 1918.

13 « Service funèbre du 12 novembre à la cathédrale », SR, 18 novembre 1915.

14 « La fête de Pâques à la cathédrale », SR, 27 avril 1916.

15 « La fête de Pâques à la cathédrale », SR, 19 avril 1917.

16 « La fête de la Toussaint », SR, 8 novembre 1917.

17 « La fête de Noël à la cathédrale », SR, 27 décembre 1917.

18 « La fête de Pâques à la cathédrale », SR, 11 avril 1918. 

19 Ibid.

20 « La fête de Noël à la cathédrale », SR, 27 décembre 1917.

21 « Lettre pastorale du 5 août 1914 », SR, 8 août 1914.

22 Lettre pastorale sur « L’entrée des Français en Alsace », SR, 15 août 1914.

23 « Les chasseurs à la cathédrale de Besançon », SR, 3 septembre 1914. 

24 « Messe à la cathédrale pour les victimes de la guerre dans le diocèse », SR, 24 septembre 1914.

25 « Service funèbre pour les officiers, sous-officiers et soldats du diocèse […] », SR, 5 novembre 1914.

26 « Les services funèbres du mois de novembre à la cathédrale », SR, 2 novembre 1916.

27 « À la mémoire des morts pour la Patrie », SR, 2 septembre 1915.

28 « La Ligue patriotique des Françaises à la métropole », SR, 25 novembre 1915.

29 « Messe de la Croix Rouge », SR, 30 novembre 1916.

30 « Le Souvenir français à la cathédrale », SR, 17 janvier 1918 et 6 novembre 1919.

31 « Service funèbre pour les officiers, sous-officiers et soldats du diocèse […] », allocution de l’archevêque, SR, 5 novembre 1914.

32 « Service funèbre du 12 novembre à la cathédrale », discours du chanoine Perrin, SR, 18 novembre 1915. 

33 « La fête de Noël à la cathédrale », discours du chanoine Perrin, SR, 27 décembre 1917.

34 « La fête de Pâques à la cathédrale », SR, 27 avril 1916 et « Service funèbre à la cathédrale pour les soldats du diocèse morts pour la France », SR, 16 novembre 1916.

35 « Service funèbre du 12 novembre à la cathédrale », SR, 18 novembre 1915.

36 « Service funèbre à la cathédrale pour les soldats du diocèse morts pour la France », SR, 16 novembre 1916.

37 Voir Guillaume Cuchet, « L’au-delà à l’épreuve du feu. La fin du purgatoire (1914-1935) ? », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 2002/4 (n° 76), p. 117-130.

38 « Service funèbre du 12 novembre à la cathédrale », SR, 18 novembre 1915.

39 Ibid.

40 « À la mémoire des morts pour la Patrie », SR, 2 septembre 1915.

41 « Service funèbre à la cathédrale pour les soldats du diocèse morts pour la France », SR, 16 novembre 1916.

42 « La fête de la Toussaint », SR, 8 novembre 1917.

43 « Pour ceux qui sont morts », SR, 4 novembre 1915.

44 « Service funèbre du 12 novembre à la cathédrale », SR, 18 novembre 1915.

45 Le premier à être mentionné dans la Semaine religieuse est celui du 24 au 26 mars 1916 dont le programme à la cathédrale est annoncé dans la lettre pastorale du 25 février 1916 (publiée dans SR, 2 mars 1916).

46 « Les prières nationales », SR, 15 août 1918.

47 « Solennité de la bienheureuse Jeanne d’Arc », SR, 20 mai 1915.

48 « À la mémoire des morts pour la Patrie », SR, 2 septembre 1915.

49 « Les prières nationales », SR, 15 août 1918.

50 « Fête de la bienheureuse Jeanne d’Arc à la cathédrale », SR, 24 mai 1917.

51 « Le Triduum national de Jeanne d’Arc à la cathédrale », SR, 8 juin 1916.

52 Lettre pastorale sur « L’entrée des Français en Alsace », SR, 15 août 1914.

53 « Le premier vendredi de septembre à la métropole », SR, 3 septembre 1914. Des rappels sont publiés régulièrement dans le journal jusqu’à la fin du conflit.

54 Jacques-Marie-Adrien-Césaire Mathieu, né le 20 janvier 1796 à Paris et décédé le 9 juillet 1875.

55 Lettre pastorale sur « L’entrée des Français en Alsace », SR, 15 août 1914.

56 « Procession des saintes reliques à la métropole », SR, 25 mars 1915.

57 « Communications de l’archevêché », SR, 25 mars 1915.

58 « La fête de Pâques à la cathédrale », SR, 11 avril 1918.

59 Frédéric Rouvier, En ligne. L’Église de France pendant la Grande Guerre (1914-1918), Paris, Perrin, 1919, p. 16.

60 « Le Te Deum à la cathédrale », SR, 5 décembre 1918.

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site