Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cathédrales en guerre XVIe-XXIe siècle

 | 
Xavier Boniface
, 
Louise Dessaivre

Mobilisation

Les Prussiens dans la cathédrale d’Orléans (1870)

Jérôme Grévy

Texte intégral

  • 1 M. Wagner, Une visite au champ de bataille de Loigny, 1878, p. 27.

« En repassant à Orléans, je voulus visiter la cathédrale. Hélas ! J’en sortis le cœur navré. Elle avait servi de bivouac : les piliers étaient noircis par la fumée des feux qu’on avait allumés à leur pied, et les soldats prussiens avaient inscrit, au couteau, leurs noms sur les murailles1. »

  • 2 Henri Blerzy, « La campagne de l’armée de la Loire et la retraite d’Orléans », Revue des Deux Monde (...)

1Ainsi s’achève le récit d’un dénommé Wagner, originaire de Nancy, parti à la recherche de la tombe de son fils quelques semaines après la conclusion du traité de Francfort, qui, mettant fin à la guerre dite franco-prussienne, consacrait la défaite de la France et la perte de l’Alsace et de la Moselle. Ledit Wagner fit ce récit lors d’une conférence des vincentiens de Nancy, le 4 mai 1871, puis l’édita en brochure en 1878 à l’occasion du Congrès des Œuvres à Chartres, au cours duquel Mgr Pie prononça le panégyrique des zouaves pontificaux morts à Loigny le 2 décembre 1870. Paraissant confirmer ce propos, un article de la savante Revue des Deux Mondes indiquait « l’état misérable » dans lequel avait été mise la cathédrale, et utilisait pour le qualifier le terme volontairement fort de profanation2.

2Ces allusions peuvent laisser à penser que des déprédations auraient été commises par les troupes prussiennes qui avaient occupé Orléans. Elles n’ont pas manqué de nous étonner lorsque nous les avons repérées lors de précédentes recherches. L’occasion nous a été donnée de reprendre ce dossier afin de tenter d’éclaircir ce mystère. Si les Prussiens avaient dégradé la cathédrale d’Orléans, sachant que la dénonciation de tels actes avait nourri la germanophobie si forte en France à la fin du xixe et au début du xxe siècle, pourquoi ce « sacrilège » aurait-il par la suite été passé sous silence, voire oublié ?

  • 3 Théodore Delmont, Pour la Croisade du xxe siècle, Sermons et conférences, Paris, Bloud et Gay, 1917 (...)

3Le thème de la cathédrale cible des ennemis appartient à un registre bien connu qui, depuis l’incendie de Reims le 19 septembre 1914, a été largement diffusé en France. Même si les causes et l’ampleur des dégâts furent révisées par la suite, et en dépit des protestations des Allemands à propos de leur responsabilité, l’image de la cathédrale française martyrisée, profanée, détruite, incendiée volontairement par les soldats allemands s’imposa durablement dans les esprits3. L’interprétation qui fut donnée de la cathédrale du sacre de Clovis en flammes nous amène à nous interroger sur ce qu’il en avait été de la cathédrale d’Orléans quatre décennies auparavant. Supposant que l’allusion faite par Wagner était explicite pour ses auditeurs, puis pour les lecteurs, contemporains de l’événement, nous nous sommes efforcés d’en retrouver la signification. Que s’était-il donc passé dans la cathédrale d’Orléans ? Comment avaient réagi les habitants de la ville ? Comment les Français avaient-ils interprété l’événement et pourquoi cet épisode était-il tombé dans l’oubli ? Examiner le sort de la cathédrale d’Orléans revient à s’interroger sur la place que tint la religion dans le conflit franco-prussien. L’enquête que nous avons menée fait apparaitre que la situation fut différente de ce que le raccourci de Wagner pourrait laisser supposer. Les relations de l’occupation de la ville par les Allemands contribuèrent à la consolidation de la grille interprétative de la nature du conflit entre la France et l’Allemagne, entre les Français et les Allemands.

Une ville et une cathédrale emblématiques… des faiblesses françaises

4Depuis la déclaration de guerre, le 19 juillet 1870, les troupes germaniques étaient allées de succès en succès. Le 2 septembre, l’armée impériale était défaite à Sedan, l’empereur Napoléon III était fait prisonnier, l’armée prussienne marchait sur Paris et en commençait le siège. La République proclamée, le gouvernement provisoire de la République organisa la Défense nationale. Gambetta fut chargé d’aller rassembler les forces qui, depuis la province, viendraient desserrer l’étau qui asphyxiait la capitale. Il chargea le général d’Aurelle de Paladines d’organiser l’armée de la Loire, qui devait contenir l’avancée des Prussiens puis contribuer à libérer le territoire national.

  • 4 Jules Claretie, La France envahie (juillet à septembre 1870) : Forbach et Sedan Impressions et souv (...)
  • 5 Francisque Sarcey, « Les infamies de Strasbourg », Le Gaulois, 4 septembre 1870, p. 2, col. 1 et 2.

5Comme Strasbourg en août, Orléans représentait un enjeu non seulement stratégique, mais également emblématique. C’est pourquoi nous ne pouvons comprendre les récits de son occupation sans nous reporter à ceux de la prise de la capitale alsacienne. Jules Claretie, dans sa chronique des deux premiers mois de la guerre, rapporte que Bismarck aurait promis qu’il hisserait le drapeau prussien au clocher de la cathédrale, ce qui avait fait rire les Strasbourgeois4. Le journaliste Gustave Fischbach tint pour le Courrier du Bas-Rhin la chronique des événements, laquelle fournit le matériau d’une monographie. La ville fut assiégée pendant plus d’un mois, du 15 août au 27 septembre 1870, et fut bombardée à plusieurs reprises des heures durant. Des centaines d’obus détruisirent des édifices publics comme des maisons particulières. Les victimes civiles se comptèrent par dizaines ; les blessés furent non moins nombreux. Fischbach s’attacha à décrire « les malheurs qui frappaient la population strasbourgeoise et les désastres qui accablaient la ville ». Il souligne dans le même temps l’héroïsme de l’armée et des francs-tireurs, ainsi que le courage, le patriotisme et la résignation de la population, qui n’avait pas fait pression pour que la ville capitulât. L’attitude héroïque des Strasbourgeois fut donnée en exemple. Le journaliste n’en concluait pas pour autant que les Allemands étaient en bloc cruels et barbares, à la différence d’un Francisque Sarcey, pour ne prendre qu’un exemple, qui s’indignait du bombardement délibéré de Strasbourg et en rendait responsable la nation allemande dans son ensemble5.

  • 6 Charles de Freycinet, La guerre en province pendant le siège de Paris 1870-1871, Paris, Michel Lévy (...)

6Après la chute de Strasbourg, les Prussiens ayant établi le siège de Paris, la ville d’Orléans occupait une position stratégique : elle était la « sentinelle avancée » d’une partie de la France, la « clé de tout le centre6 ». Non seulement elle empêchait les troupes ennemies de menacer Tours, où s’était réfugié le gouvernement provisoire, mais elle pouvait de plus servir de base arrière aux troupes françaises qui prendraient à revers les armées allemandes et contribueraient à lever le siège de Paris assiégée. Les récits insistent tous sur le rôle décisif que joua la défense (et la chute) de la ville. L’issue générale de la guerre se serait décidée à Orléans.

7La ville fut prise et occupée une première fois par les Bavarois le 11 octobre, évacuée le 9 novembre après la victoire française de Coulmiers, situé à une vingtaine de kilomètres d’Orléans, prise de nouveau, cette fois par l’armée prussienne le 4 décembre 1870. Dès lors, tout était joué, ou presque. Seul Gambetta, de plus en plus isolé, voulut continuer le combat, mener « la guerre à outrance » tandis que beaucoup estimaient qu’il était devenu un « fou furieux » dont l’attitude ne ferait qu’aggraver la situation.

  • 7 Général d’Aurelle de Paladines, La première armée de la Loire, Paris, Plon, 1871, p. 83 à 92.

8La certitude que la ville occupait une position décisive explique que, avant même la fin des combats, des polémiques se firent jour dans les proclamations du gouvernement républicain et furent relayées par les journaux. L’attitude du général d’Aurelle de Paladines, général en chef de l’armée de la Loire, fut dénoncée ; il portait une lourde part de responsabilité dans la défaite. Deux écrits précoces, dans lesquels la ville d’Orléans est investie d’une forte dimension symbolique, sont les récits de Charles de Freycinet, bras droit de Gambetta dans la réorganisation de l’armée française, et du général d’Aurelle. Pour Freycinet, il ne faisait aucun doute que ce dernier était responsable de l’échec du plan qui aurait dû permettre de libérer Paris, prélude à la libération du pays. Non seulement les causes de la défaite étaient l’impréparation, l’insuffisance de l’armement et le manque de discipline, mais surtout il rendait nommément responsable le général d’Aurelle d’une partie des revers de la défense. Entre le 23 octobre et le 11 novembre, celui-ci n’aurait pas, à plusieurs reprises, exécuté les plans du gouvernement de marche sur Paris et de reprise d’Orléans, en raison de ses hésitations et atermoiements, invoquant le mauvais temps, les chemins difficiles, l’armement insuffisant7. De nombreux documents (télégrammes, courriers, proclamation) sont cités par Freycinet à l’appui de sa démonstration. Cette accusation n’est pas sans rapport avec le reproche, maintes fois formulé par les républicains français à l’encontre des catholiques, d’être de mauvais patriotes et de préférer défendre Rome, ville sainte et cité du pape, que Paris, la ville des révolutions.

9Le général d’Aurelle prit la plume pour se défendre de ces accusations. Il entendait justifier ses actions et accusait Gambetta et Freycinet d’être responsables de la défaite : « M. Gambetta s’empara des deux ministères de l’intérieur et de la guerre, c’était trop pour un seul homme ; il s’associa, sous le titre de délégué, un ingénieur des mines, aussi inexpérimenté que le ministre lui-même. » Il dénonçait les erreurs dans le récit de Freycinet, rétablissait ce qui, selon lui, s’était réellement passé, et publiait également des documents à l’appui de ses dires. Il reconnaissait la compétence de Freycinet et rejetait principalement la faute sur Gambetta, qui avait été incapable de dynamiser l’armée :

  • 8 Ibid., p. vii.

« Quant à M. Gambetta, absorbé par la politique, il ne faisait qu’approuver les mesures prises par M. de Freycinet, lui laissant le soin des détails d’exécution. Il s’évertuait à prodiguer au pays et aux armées des proclamations destinées à enflammer l’enthousiasme et à relever les esprits abattus ; mais, dans cette mission qu’il s’était donnée, il échoua complètement auprès de l’armée : il n’en connaissait pas l’esprit, lui parlait un langage nouveau pour elle, froissait tous les sentiments de dignité, d’amour-propre des officiers, et jetait, sans le vouloir, la défiance dans le cœur des soldats, déjà trop enclins à se croire trahis quand ils ne sont pas favorisés par la fortune8. »

10Ces ouvrages n’exprimaient pas ouvertement le différend politique qui était invoqué, parfois implicitement, pour expliquer l’absence d’unité dans la conduite des opérations militaires. Le polytechnicien Freycinet avait servi l’État sous le Second Empire puis s’était rallié à la République en mettant ses compétences au service de la défense nationale. Il fut le bras droit de Gambetta dans la tentative de réorganisation de l’armée afin de renverser le sort des armes. Il fit par la suite une longue carrière politique comme républicain modéré et, sans s’y opposer, fut réservé devant la politique anticléricale de Ferry. La République n’ayant pas réussi à repousser les Prussiens, Freycinet prit la plume pour justifier les décisions qui avaient été prises à son initiative et expliquer pourquoi, en dépit des efforts accomplis, la défaite n’avait pu être évitée. Le général d’Aurelle, quant à lui, avait accompli sa carrière sous le Second Empire, notamment en Algérie, en Crimée, en Italie. Il ne cachait pas sa méfiance, pour ne pas dire son hostilité, à l’égard de la République, ni sa fidélité à l’Église romaine. Placé sur la réserve à la fin de l’Empire, il fut rappelé en activité en 1870 et participa à l’organisation de l’armée de la Loire, dans laquelle furent incorporés les Zouaves pontificaux, désormais Volontaires de l’Ouest. Le général Henri de Cathelineau, petit-fils du chef des Chouans, servait sous ses ordres, de même que le général de Sonis, qui commandait le 17e corps lors de la désastreuse bataille de Loigny, le 2 décembre 1870. Après cette défaite, des soldats français prisonniers, au nombre desquels se trouvaient des Volontaires de l’Ouest ayant défendu Rome, furent emprisonnés dans la cathédrale d’Orléans.

11La guerre entre deux nations aurait-elle été en réalité une guerre de religion ?

Une guerre de religion ?

12Depuis le début du xixe siècle, il était couramment fait état de la rivalité entre la France catholique et la Prusse protestante. C’est pourquoi, lorsque la guerre éclata, en dépit de leurs préventions à l’égard de la politique religieuse de Napoléon III, les milieux catholiques se rallièrent sans hésitation à la cause de la Patrie. L’Univers n’eut de cesse de démontrer l’attitude exemplaire des catholiques qui souscrivaient en faveur de l’armée, des évêques qui mettaient des aumôniers à la disposition de l’armée, et des soldats qui se confessaient avant de partir au combat. Pour autant, plus que l’opposition entre catholicisme et protestantisme, le rédacteur en chef Arthur Loth soulignait le contraste entre la piété de la Prusse et la mécréance de la France révolutionnaire :

  • 9 L’Univers, 7 août 1870, p. 1, col. 2.

« La Prusse, nation protestante, nous a donné un bel exemple et une leçon. Le même acte du roi qui appelait le peuple aux armes le conviait à la prière. Il y eut un jour de jeûne général dans l’État et des prières officielles. Cette grande manifestation religieuse d’un peuple qui fait pénitence et qui prie avant le combat, n’est plus chez nous qu’un souvenir des anciens temps. Avec les idées nouvelles, les vieux usages chrétiens ont disparu. Où est l’oriflamme que nos preux rois venaient prendre à Saint-Denis ? Où sont les drapeaux bénits à Notre-Dame au départ de l’armée, et qui revenaient triomphants sous les mêmes voûtes, escortés de drapeaux ennemis offerts à Dieu ? Où sont les combattants que le prêtre bénissait au nom de Dieu devant l’ennemi et les vainqueurs qui s’agenouillaient sur le champ de bataille ? Aujourd’hui, le ministre des cultes se contente de demander des prières auxquelles l’armée ne participe point, et ordonner des Te Deum où il ne manquera que ceux qui devraient y être les premiers. Notre armée est partie sans une prière, sans une bénédiction, sans un prêtre, au seul chant de la Marseillaise9. »

13Il opposait cependant les élites libérales et bonapartistes au peuple de France, qui allait prier pour le pays et obtiendrait que Dieu accorde « le triomphe de la France catholique sur la Prusse protestante ».

14L’opposition entre catholiques et protestants, si elle n’était pas primordiale, n’en était pas moins présente dans les esprits, dans les discussions, dans les prêches parfois. Le Journal des débats, relayé par d’autres quotidiens, rapporta ces rumeurs :

  • 10 Journal des débats, 16 août 1870, p. 2, col. 4.

« […] ce qu’il y a peut-être de plus déplorable, c’est le fanatisme religieux qui commence dans le département du Haut-Rhin à se mêler à nos désastres militaires. Vous savez que, dans ce département, les protestans [sic] composent la grande majorité de la classe aisée (presque tous les grands fabricans [sic] de Mulhouse, etc., sont de la confession réformée), et que, de plus, ils appartiennent, en grande partie du moins, à l’opinion républicaine modérée. Il n’en a pas fallu davantage pour que les curés de ce département, aussi fanatiques que leurs ouailles, représentassent les protestans [sic] comme vendus à la Prusse, et à ce point de vue on redoute à Mulhouse et ailleurs des scènes qui, en l’absence de toute autorité, pourraient rapidement prendre toute l’allure d’une jacquerie religieuse10. »

15Deux jours plus tard, le même journal rapportait que, à Bordeaux, à Périgueux, à Agen et à Lyon, des violences avaient eu lieu contre des maisons religieuses ou des églises. La polémique était lancée et allait subrepticement faire son chemin. Le 29 août, le Figaro publia un article, dont le titre provocateur, « Les protestants et les Prussiens », suscita commentaires et réactions. L’auteur accusait les protestants français d’organiser des souscriptions en faveur des protestants prussiens, d’être solidaires de l’adversaire de la nation française, en un mot de faire passer les convictions religieuses avant le sentiment national et donc d’être de mauvais patriotes :

  • 11 Ernest La Haranne, « Les protestants et les Prussiens », Le Figaro, 29 août 1870, p. 4, col. 1 et 2

« […] nous demanderons aux protestants français, ou plutôt aux exceptions que nous signalons, s’ils ont rêvé, par hasard, la conquête du monde religieux par l’épée de la Prusse. Veulent-ils universaliser l’Église réformée et seconder l’utopie de la domination des races latines par les races protestantes ? Si tel est leur rêve, qu’ils franchissent la frontière. Ils deviendront les sujets du pape de Berlin. Quant à la France, la tête des races latines, elle conservera ses mœurs, son nom, son influence, et elle ne souscrira point à ces mystiques marchés où la politique féroce se mêle étrangement à des procédés de propagande au nom de la Bible11. »

  • 12 Gustave Fischbach, Le siège et le bombardement de Strasbourg, Strasbourg, 1870, p. 36 et p. 65-66. (...)

16Le siège de Strasbourg avait conforté les observateurs qui voyaient dans l’affrontement franco-prussien un nouvel épisode d’une guerre de religion entre catholiques et protestants. L’incendie de la ville, qui se déclara dans la nuit du 24 août, gagna la cathédrale, dont la toiture s’embrasa, à la grande indignation des Strasbourgeois12. Il en fut de même lorsque, quelques jours plus tard, sa tour fut atteinte par un obus. La presse d’outre-Rhin contestait l’interprétation française du bombardement. Le Mercure de Souabe, cité par le Gaulois, minimisait l’ampleur des destructions et ajoutait :

« Les Strasbourgeois reprochent durement mais injustement aux Prussiens d’avoir tiré sur la cathédrale. Ceux-ci eussent bien voulu épargner ce monument, mais on comprend qu’ils aient voulu déloger le poste d’observation qui s’y était installé au sommet. Si l’on avait réellement voulu canonner la cathédrale, il n’en resterait pas aujourd’hui pierre sur pierre. »

  • 13 Gustave Fischbach, op. cit., p. 120.

17En dépit de cette polémique, le bombardement de Strasbourg ne fut cependant pas unanimement interprété comme une preuve de l’intention religieuse qui aurait animé les Prussiens protestants contre les Français catholiques. En effet, la communauté réformée de la ville avait, elle aussi, été victime des destructions. La majorité des commentaires dénonçaient les fanatiques qui tentaient de créer un climat de guerre de religion et appelaient à l’unité de la nation. Citant des observateurs suisses, le journaliste Gustave Fischbach rapporte que les batteries allemandes auraient eu l’ordre d’épargner la cathédrale13.

  • 14 Auguste Boucher, Récit de l’invasion. Journal d’un bourgeois d’Orléans pendant l’occupation prussie (...)

18Conformément aux pratiques religieuses usuelles, le Dieu des armées était honoré par les belligérants. Les offices protestants comme les messes catholiques rendaient grâce lorsque le sort des batailles était favorable et redoublaient de supplication dans le cas contraire. Alors que des voix affirmèrent que Dieu délaissait la France car celle-ci s’était donné un régime impie, d’aucuns soulignaient que l’armée de la Loire n’avait pas manqué à ses devoirs. Le 10 novembre, au lendemain de la victoire de Coulmiers, une messe d’action de grâce fut célébrée à la cathédrale. Le général Henri de Cathelineau, héritier de l’un des chefs des Chouans, accompagné de ses officiers et de ses soldats, « s’avança vers l’autel, et, levant son épée, [il] s’écria, la voix tremblante d’un héroïque attendrissement : “Tout pour Dieu et pour la patrie !” Nobles mots dignes de tous les temps et de tous14 ! » De nouveau, le 27 novembre, à la veille de la bataille, une messe fut célébrée en la cathédrale :

  • 15 Général d’Aurelle, op. cit., p. 249-250.

« L’habitude était à l’armée de la Loire que tous les dimanches la messe fût dite à l’église la plus rapprochée du quartier général. Le général d’Aurelle fut informé, par l’aumônier en chef, que le 27 novembre la messe serait célébrée à la cathédrale d’Orléans par Mgr Dupanloup, pour appeler les bénédictions de Dieu sur l’armée de la Loire et sur la France. Une quête pour les blessés et les amputés devait être faite à cette occasion.
Le général en chef accompagné de son état-major, y assista. Un très-grand nombre d’officiers et de soldats de la garnison et des cantonnements voisins s’y étaient également rendus. La quête donna des résultats inespérés. Un grand nombre de dames, prises au dépourvu et qui voulaient cependant s’associer à une bonne œuvre en faveur de nos soldats mutilés, se dépouillèrent de bijoux précieux et les déposèrent dans les aumônières. Ce fut une cérémonie touchante. La population d’Orléans, prosternée dans cette immense basilique où s’était autrefois agenouillée Jeanne d’Arc, la vierge de Domremy, unissait ses prières à celles d’un illustre prélat, pour demander à Dieu la fin des malheurs de notre chère patrie15. »

  • 16 Michel Vovelle (dir.), Les images de la Révolution française, Paris, Publications de la Sorbonne, 1 (...)

19La mention du don d’argent par les civils et de bijoux par les femmes appartient à un registre traditionnel des récits de guerre qui signifie que toute la société est impliquée dans la défense de la cité. Les représentations de l’enrôlement des volontaires par David d’Angers et de Rude, celle de Thomas Couture, commandée en 1848 pour la salle des séances de la Chambre des députés, avaient attribué au peuple français cette vertu fondamentale16.

20Or, en dépit de leurs préventions à l’égard des occupants, ces observateurs admettaient que les Prussiens avaient respecté la cathédrale, qui n’avait été ni bombardée, ni incendiée, ni pillée. Ils avaient même été plutôt respectueux de la religion. Auguste Boucher rapporte que, le 16 octobre, une messe avait été célébrée pour les Bavarois avec beaucoup de dignité :

  • 17 A. Boucher, op. cit., p. 73.

« Ce matin, à neuf heures, la cathédrale s’est peuplée de paroissiens nouveaux : plusieurs régiments bavarois, l’arme au bras, le sac au dos, y assistaient à la messe. Les officiers étaient dans le chœur. Ils ont écouté l’exhortation d’un de leurs aumôniers avec une patience que, pour n’y rien comprendre, j’ai trouvée fort allemande. Ce sermon était très-long : il m’a semblé, pour le débit, tout aussi monotone que certaines homélies françaises. Quant à la messe, ils l’ont entendue d’un air grave et respectueux, quelques-uns avec un grand recueillement17. »

21À en croire l’auteur, les Orléanais auraient été admiratifs de la piété des Bavarois. Mais pour sa part, il considère qu’il s’agit non de sentiment religieux, mais de sens de l’ordre – « Au sortir de l’église, on vantait leur pieuse attitude, sans tenir compte de la discipline qui les amène à la messe et qui les y surveille ». Il considérait que leur attitude de soldat était peu conforme aux préceptes religieux – « s’ils paraissent si bons catholiques, pourquoi donc sont-ils si pillards et si violents ? Que n’ont-ils un peu, sinon l’amour, du moins le respect du prochain ? Que n’ont-ils le respect de nos biens ? ». Lorsqu’ils occupèrent de nouveau Orléans, les Prussiens firent célébrer une cérémonie solennelle en la cathédrale, ainsi que le rapporta l’Univers, d’après la Gazette de Francfort :

  • 18 L’Univers, 12 décembre 1870, p. 1, col. 3.

« Hier matin je me suis trouvé dans la cathédrale d’Orléans. Les orgues de l’église accompagnaient la musique des régiments bavarois. Pour célébrer la victoire de Metz, un Te Deum a été chanté ici sur la même place où Jeanne d’Arc a jadis remercié Dieu de la première victoire qu’elle avait obtenue pour la délivrance de sa patrie. Ceci est vraiment un moment historique bien singulier ! Qui n’élèverait pas son âme vers Dieu, par la prière la plus fervente ! La cathédrale offrira encore bien difficilement, sans doute, un spectacle comme celui d’hier. Les généraux et les officiers supérieurs ont été placés dans le chœur et dans le milieu de la nef. Quelques centaines des habitants de la ville, dont la curiosité a été plus forte que leur esprit patriotique, ont assisté à cette cérémonie religieuse. Les soldats qui ne trouvèrent pas place dans l’église ont été rangés en dehors. Un prêtre de l’Ordre des Bénédictins de Munich a prêché. En citant les révélations de saint Jean l’Évangéliste, il s’appliqua à démontrer que l’homme ne peut conquérir le royaume des cieux que par les souffrances dans ce monde. Après la cérémonie, une grande parade a eu lieu18. »

  • 19 Abbé Th. Cochard, L’Invasion prussienne de 1870. II, Les Prussiens à Orléans, Séjourné, Orléans, 18 (...)

22Certains ne manquent pas de faire la différence entre les Bavarois catholiques et les Prussiens protestants. À la différence de Von Thann respectueux des églises et de l’évêque, Frédéric-Charles de Prusse se serait révélé profondément anti-catholique, interdisant les sonneries de cloche, utilisant la cathédrale comme prison, l’église Saint-Pierre-du-Martroi et d’autres églises comme écuries, faisant évacuer les paroissiens de Saint-Paul qui assistaient à une messe pour y faire donner un prêche protestant, investissant l’archevêché et pillant la cave, alors que « ce sont eux, les protestants, qui reprochent aux évêques français le faste et la bonne chère19. »

23De ces constatations, il ressort que, autant qu’une guerre de religion entre protestantisme et catholicisme, les milieux cléricaux voyaient dans le conflit une opposition entre l’impiété révolutionnaire de la France et la fidélité à la religion de la Prusse. Ils en déduisaient que la cause première de la défaite était l’abandon par la France de ses valeurs et sa mission religieuses. La guerre ne permettrait-elle pas aux catholiques d’expier par leurs actions et leurs sacrifices les fautes de la France ?

« La foi abritait le patriotisme20 »

  • 20 Ibid., p. 107.
  • 21 Jules Claretie intitule le chapitre V de son histoire de la guerre : « les villes assiégées : Châte (...)

24Comme les Strasbourgeois, les Parisiens et, plus proches, les Chateaudunois étaient admirés et célébrés pour leur vaillance et leur résistance face aux Prussiens, il était reproché aux Orléanais, au moins implicitement, d’avoir passivement accepté l’occupation de leur ville21. Ils n’avaient pas résisté héroïquement à un siège. Orléans, en effet, avait été prise sans avoir subi ni bombardement ni siège. Elle avait été évacuée par l’armée de la Loire et occupée sans combat. Des critiques s’élevèrent à propos de l’attitude jugée complaisante des Orléanais, qui auraient été de mauvais patriotes.

25Jules Claretie, déjà auteur à succès, qui avait suivi les combats pour l’Opinion nationale, brossa un tableau sombre de la ville occupée :

  • 22 Ibid., p. 146-147.

« À Orléans, les réquisitions sont fréquentes, terribles. L’ennemi prend tout, arrache, fait entrer ses chevaux dans les salons, et change les boudoirs en chenils […]. À Orléans, les habitants ont cette tristesse écrasée que traîne après elle l’invasion. L’air des pays conquis semble étouffant. L’étranger vous prend, semble-t-il, votre part d’oxygène. Il vous prend, dans tous les cas, une part de votre logis, de votre foyer, le coin de secret de la maison, la chère solitude, la liberté, le silence. Les fourriers de l’armée allemande ont écrit sur chaque porte le nombre des soldats qui sont logés dans la maison. Chaque famille a son hôte, dont le sabre retentit sur l’escalier avec son bruit agaçant de ferraille. Il faut bien le subir22. »

  • 23 Ibid., p. 145.
  • 24 Ibid., p. 149.

26Il affirme la responsabilité du général d’Aurelle et suggère qu’un hôtelier admirait les occupants prussiens23. Il le reconnaît, lui qui a vécu le siège de Paris et écrit pour les Parisiens : « Ce qui irrite, c’est l’injustice de la province, non envahie, envers Paris24. »

  • 25 Gustave Baguenault de Puchesse, « L’armée de la Loire et ses opérations autour d’Orléans, septembre (...)
  • 26 Gustave Fischbach, op. cit., p. 36 et p. 65-66.

27Les notables locaux, de sensibilité monarchiste et ultramontaine, entendaient démentir ces soupçons25. Les récits de l’occupation d’Orléans multipliaient les anecdotes témoignant du patriotisme des habitants. Pour ce faire, ils mettaient en relief le comportement des Prussiens. Déjà, les récits de l’été avaient dénoncé la fureur destructrice lors du bombardement de Strasbourg et mis en valeur le comportement exemplaire de ses habitants26. Les relations de « l’invasion » d’Orléans n’avaient pas de mots assez durs pour qualifier l’attitude des Prussiens.

  • 27 Th. Cochard, op. cit. : « Le tempérament d’un peuple influe beaucoup sur son caractère. Or il y a d (...)
  • 28 Ibid., p. 125.

28Le récit de l’abbé Cochard, historien érudit spécialisé dans l’histoire locale, faisait le parallèle entre l’invasion de 1815 et celle de 1870 et égrenait les termes dépréciatifs pour qualifier les Prussiens : ces ennemis étaient voleurs, rapaces, avides, gloutons, insolents, brutaux, rancuniers, machiavéliques, jaloux, haineux. Les Prussiens avaient usé de menaces, multiplié les réquisitions, déclenché des incendies, fusillé ou pendu les francs-tireurs. Ils avaient entravé les initiatives de secours aux blessés et prisonniers et mis en place des formalités vexatoires envers les vaincus. Loin de respecter les règles morales de la guerre héritées de la chevalerie autant que de la convention de Genève, ils avaient mis en œuvre le droit du plus fort. Dans un discours essentialiste, l’abbé Cochard voyait en eux des Barbares germains que la civilisation n’avait atteints que superficiellement27. Il prenait soin de distinguer les Bavarois catholiques des Prussiens protestants. Il reprochait à ceux-ci d’avoir interrompu le service divin et transformé la cathédrale et toutes les églises en prison28. Ne faisant preuve d’aucun sentiment chrétien, ils n’avaient pas nourri les prisonniers, ni soigné les malades et les blessés. Ceux-ci en avaient été réduits à brûler les bancs et les chaises pour se réchauffer. Ils n’avaient pas épargné les aumôniers, qui avaient été emprisonnés.

29L’allure de la cathédrale était emblématique de la ville :

  • 29 Henri Bléry, art. cit., p. 239.

« […] le plus triste était l’aspect misérable de la cathédrale. Dans ce magnifique édifice étaient entassés autant de prisonniers qu’il en avait pu tenir. Aussi l’aspect intérieur de l’église révélait-il les plus abominables profanations. Ces malheureux, recouverts de vêtements en lambeaux et privés de nourriture, s’installaient là comme ils le pouvaient29. »

30Jules Claretie, citant le témoignage d’un soldat, confirme ce tableau de la cathédrale :

  • 30 Jules Claretie, La guerre nationale, op. cit., p. 394.

« Le trait le plus extraordinaire de la physionomie d’Orléans, c’est la cathédrale. On y enferma des prisonniers. Ceux-ci, pressés par le froid, mirent le feu à toutes les chaises de l’église. Ces bûchers allumés au milieu du temple produisaient une épaisse fumée au milieu de laquelle les soldats s’agitaient comme des ombres fantastiques30. »

31Les récits catholiques ajoutaient que l’archevêché avait été envahi et que l’évêque, Monseigneur Dupanloup, avait été retenu prisonnier, et ils insistaient sur le sacrifice des Zouaves pontificaux à Loigny. L’abbé Cochard énumérait les qualités dont avaient fait preuve l’évêque et le maire : courtoisie, noblesse, fierté, courage, dignité. Les Orléanais avaient subi l’oppression et, s’ils n’avaient pas pris les armes, ils n’avaient cependant pas été complaisants. Ils avaient vécu pendant l’occupation à côté des Prussiens, absolument pas avec eux. Ambulanciers et brancardiers volontaires, ils avaient soigné indistinctement les blessés français et prussiens, soulagé les prisonniers, les avaient parfois aidés à s’évader.

  • 31 Th. Cochard, op. cit., p. 106.

32Loin d’avoir été la honte de la France, Orléans était devenue « le cœur battant de la France31 ».

Conclusion

  • 32 Jules Claretie, op. cit., préface, p. v.
  • 33 Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française, Paris, Presses universitaires de France, (...)

33Ainsi la cathédrale d’Orléans ne fut ni incendiée, ni bombardée par les Prussiens. Son sort est révélateur de la face non-héroïque de la guerre : elle fut un temple protestant où fut célébrée la victoire prussienne, puis une prison pour les soldats français vaincus. Les Orléanais, comme les prisonniers, furent des victimes de cette « guerre dynastique au début, guerre nationale et sainte au dénouement32. » L’épisode orléanais de la cathédrale d’Orléans en guerre contribua au renforcement d’une image caricaturale de l’Allemand et à l’émergence d’un nationalisme qui voyait dans la religion catholique et les clochers de ses églises des éléments identitaires de l’âme française, par opposition à la barbarie des Prussiens33.

Bibliographie

Général d’Aurelle de Paladines, La première armée de la Loire : campagne de 1870-1871, Paris, Plon, (3e édition), 1872.

Gustave Baguenault de Puchesse, « L’armée de la Loire et ses opérations autour d’Orléans - septembre et décembre 1870 », Revue des Questions Historiques, juillet 1871.

Auguste Boucher, Récits de l’invasion : journal d’un bourgeois d’Orléans pendant l’occupation prussienne, Orléans, Herluisson, 1871.

Jules Claretie, La Guerre nationale 1870-1871, Lemerre, 1871.

Abbé Théophile Cochard, L’Invasion prussienne de 1870. II, Les Prussiens à Orléans, Orléans, Séjourné, 1871.

Freycinet, Charles de, La guerre en province pendant le siège de Paris 1870-1871, Paris, Librairie nouvelle, 1871, 2 vol.

Journaux : L’Univers, le Petit Journal, Le Temps, Le Journal des Débats.

Notes

1 M. Wagner, Une visite au champ de bataille de Loigny, 1878, p. 27.

2 Henri Blerzy, « La campagne de l’armée de la Loire et la retraite d’Orléans », Revue des Deux Mondes, 2e période, tome 93, 1871, p. 239. L’auteur, collaborateur régulier de la Revue des Deux Mondes, a publié des articles sur des sujets variés. Il consacre une étude conséquente à examiner l’action de l’armée de la Loire. Son propos vise principalement à disculper le général d’Aurelle de Paladines de la responsabilité de la prise d’Orléans par l’armée prussienne et ne mentionne la cathédrale qu’incidemment.

3 Théodore Delmont, Pour la Croisade du xxe siècle, Sermons et conférences, Paris, Bloud et Gay, 1917. Mgr Delmont, professeur aux Facultés catholiques de Lyon, déclina à l’envi dans ses sermons cette interprétation de la guerre.

4 Jules Claretie, La France envahie (juillet à septembre 1870) : Forbach et Sedan Impressions et souvenirs de guerre (1er août 1871), Paris, Georges Barba, 1871, p. 145.

5 Francisque Sarcey, « Les infamies de Strasbourg », Le Gaulois, 4 septembre 1870, p. 2, col. 1 et 2.

6 Charles de Freycinet, La guerre en province pendant le siège de Paris 1870-1871, Paris, Michel Lévy frères, 1871, p. 76. L’auteur rapporte un avis qui semble avoir été largement partagé.

7 Général d’Aurelle de Paladines, La première armée de la Loire, Paris, Plon, 1871, p. 83 à 92.

8 Ibid., p. vii.

9 L’Univers, 7 août 1870, p. 1, col. 2.

10 Journal des débats, 16 août 1870, p. 2, col. 4.

11 Ernest La Haranne, « Les protestants et les Prussiens », Le Figaro, 29 août 1870, p. 4, col. 1 et 2.

12 Gustave Fischbach, Le siège et le bombardement de Strasbourg, Strasbourg, 1870, p. 36 et p. 65-66. L’auteur écrivait le récit des événements pour le Courrier du Bas-Rhin. Citant des observateurs suisses, il admet cependant que les batteries allemandes auraient eu l’ordre d’épargner la cathédrale. Ibid., p. 120. Voir aussi 1870, Strasbourg brûle-t-il ?, Catalogue d’exposition, Strasbourg, archives de Strasbourg, 2010, 160 p.

13 Gustave Fischbach, op. cit., p. 120.

14 Auguste Boucher, Récit de l’invasion. Journal d’un bourgeois d’Orléans pendant l’occupation prussienne, Orléans, Herluisson, 1871.

15 Général d’Aurelle, op. cit., p. 249-250.

16 Michel Vovelle (dir.), Les images de la Révolution française, Paris, Publications de la Sorbonne, 1988.

17 A. Boucher, op. cit., p. 73.

18 L’Univers, 12 décembre 1870, p. 1, col. 3.

19 Abbé Th. Cochard, L’Invasion prussienne de 1870. II, Les Prussiens à Orléans, Séjourné, Orléans, 1871, p. 60 sq. Historien érudit, l’abbé Théophile Cochard collaborait régulièrement à la Revue des Questions historiques. Voir A. Pomier, « Notice sur M. le chanoine Théophile Cochard et bibliographie de ses œuvres », Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, p. 139 sq.

20 Ibid., p. 107.

21 Jules Claretie intitule le chapitre V de son histoire de la guerre : « les villes assiégées : Châteaudun, Soissons, Verdun, Mézières, Toul et Thionville ». Jules Claretie, La Guerre nationale, 1870-1871, Lemerre, 1871.

22 Ibid., p. 146-147.

23 Ibid., p. 145.

24 Ibid., p. 149.

25 Gustave Baguenault de Puchesse, « L’armée de la Loire et ses opérations autour d’Orléans, septembre et décembre 1870 », Revue des Questions Historiques, juillet 1871. Auguste Boucher, Récits de l’invasion : journal d’un bourgeois d’Orléans pendant l’occupation prussienne, Herluisson, Orléans, 1871. L’auteur, professeur au lycée d’Orléans, était monarchiste (voir « La Monarchie et l’œuvre nationale », allocution de M. Auguste Boucher au banquet d’Orléans, le 19 novembre 1887). Th. Cochard, op. cit.

26 Gustave Fischbach, op. cit., p. 36 et p. 65-66.

27 Th. Cochard, op. cit. : « Le tempérament d’un peuple influe beaucoup sur son caractère. Or il y a du sang vandale dans les veines du Prussien ; et, après quatorze siècles de mélange, il y a encore quelque force. » (p. 11). « La civilisation a seulement modifié sa férocité naturelle, sans pouvoir la détruire […]. L’officier prussien a un cœur semblable à l’âme de son canon : il vibre, mais il ne palpite point. » (p. 12). Le Prince Frédéric-Charles était un nouvel Attila.

28 Ibid., p. 125.

29 Henri Bléry, art. cit., p. 239.

30 Jules Claretie, La guerre nationale, op. cit., p. 394.

31 Th. Cochard, op. cit., p. 106.

32 Jules Claretie, op. cit., préface, p. v.

33 Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française, Paris, Presses universitaires de France, 1959.

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site