Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cathédrales en guerre XVIe-XXIe siècle

 | 
Xavier Boniface
, 
Louise Dessaivre

Mobilisation

Garder les ruines. La question de la reconstruction de la cathédrale de Spire entre 1688 et 1957

Ludolf Pelizaeus

Texte intégral

Introduction

  • 1 Emmanuelle Danchin, « De la protection à la valorisation du patrimoine dévasté : penser la valorisa (...)
  • 2 Alain Nafilyan, « La reconstruction des édifices religieux en Basse-Normandie après la Seconde Guer (...)

1Les ruines, notamment celles des lieux sacrés, peuvent parfois renforcer la représentation d’un édifice comme lieu de mémoire. En effet, la vulnérabilité d’un lieu du culte devient évidente et une sorte de martyr de pierre peut être défini1. La reconstruction devient, dans ce contexte, un enjeu politique parce qu’elle essaie à nouveau d’imiter le bâtiment qui existait avant, sans jamais pouvoir le « reconstruire ». La Hofkirche à Dresde, qui était en ruines durant un demi-siècle, l’église Saint-Michel à Hildesheim, l’église Saint-Pierre à Caen et, en dehors des édifices religieux, le pont de Stari Most en Bosnie sont des monuments qui ont été rapidement reconstruits, à la différence, par exemple, de l’église Saint-Étienne-le-Vieux à Caen, qui est restée en ruines. Le but de la « reconstruction » des autres édifices était de faire croire au visiteur qu’il entrait dans un « vrai » monument historique car elle servait à bâtir un monument médiéval2. Construire, reconstruire ou garder en ruines sont des mesures conscientes d´un travail de mémorisation, inscrites dans le contexte de l’édifice, de l’histoire, mais également d’une dynamique de groupe.

2Dans ce cadre, cet article veut montrer comment plusieurs groupes se servent de la destruction d´un édifice religieux pour pouvoir créer leur propre site de mémoire. C´est le cas de la cathédrale de Spire (Allemagne) qui, au fil du temps, subit des interprétations et des enjeux variables en France et en Allemagne. Nous nous demanderons comment les multiples acteurs se sont adaptés, tout au long des siècles, aux différents enjeux des partis religieux et nationaux. En effet, Saint-Simon et Voltaire par exemple, en France, des protestants et des catholiques ou des partis régionalistes, en Allemagne, ont intégré les ruines dans leurs discours respectifs.

  • 3 Voir les réflexions méthodologiques à partir de l’exemple de Francfort-sur-le-Main : Stalljohann-Sc (...)

3Par conséquent, notre objectif est de montrer qu’à travers les siècles, les lignes du discours au sujet de la destruction ne peuvent pas être facilement différenciées. Il n’existe pas un modèle « allemand » ou un modèle « français », ni une proposition « catholique » ou une proposition « protestante » mais plutôt des lignes de diverses interprétations. C’est le contexte qui fait naître une certaine image d’une ville, une image forgée par des intérêts locaux. Dans ce cadre, il ne faut pas oublier que, dans l’Empire romain germanique, les villes fonctionnaient très souvent comme de petits États, leur permettant d’établir elles-mêmes des représentations et des discours propres à leur histoire3.

La cathédrale de Spire, de l’époque médiévale à l’époque moderne

  • 4 Daniela Blum, Multikonfessionalität im Alltag: Speyer zwischen politischem Frieden und Bekenntniser (...)

4Afin de comprendre l’histoire de la cathédrale de Spire, il faut – tout comme pour celle de Reims – prendre en compte le lien qui l’unit à la dynastie royale. Alors qu’à Reims les Bourbons régnèrent durant des siècles, à Spire ce fut seulement une dynastie, celle des Saliens, qui choisit cette cathédrale pour ses tombeaux, entre 1024 et 1125. Envisagé comme nécropole, l’édifice fut érigé pour la mémoire funéraire de cette famille, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, par manque d’un centre de pouvoir, un problème qui s’est prolongé avec la dynastie suivante, celle des Staufen. En revanche, celle-ci n’a pas poursuivi l’utilisation de la cathédrale de Spire comme tombeau familial : dès le xiiie siècle, l’édifice perdit déjà beaucoup d’importance comme lieu sacré et distingué car les futurs rois des Romains se faisaient couronner à Aix-la-Chapelle puis à Francfort-sur-le-Main et sont enterrés à des endroits divers4.

  • 5 Hans Ammerich, Kleine Geschichte der Stadt Speyer. Carlsruhe [e.a.] : DRW-Verl. Weinbrenner, Braun, (...)
  • 6 Ulrich Rosseaux, Städte in der Frühen Neuzeit. Darmstadt : WBG Wissenschaftliche Buchgesellschaft, (...)
  • 7 Ammerich, Kleine Geschichte, op. cit., p. 76-77.

5Cette perte d’importance à l’époque moderne explique pourquoi Spire tomba ainsi dans un certain oubli du xiiie jusqu’au xvie siècle, avec une cathédrale fort démesurée pour ses besoins, puisque la ville comptait environ 2 000 habitants à la fin du xve siècle5. Néanmoins, durant un court moment au début du xvie siècle, la cité, et par conséquent la cathédrale, s’éveillèrent et se retrouvèrent au cœur des intérêts en Allemagne : avec l’arrivée du protestantisme, Spire fut au centre de l’attention, du fait de sa proximité avec les territoires des princes en pointe dans la Réforme, comme le prince électeur palatin ou le landgrave de Hesse. C’est dans ce contexte que les protestants y formulèrent, lors d’une réunion en 1529, leur fameux projet et devinrent ainsi des « protestants » pour le parti catholique6. En conséquence, Spire elle-même devint luthérienne, comme Worms, l’autre ville comprenant une grande cathédrale, tandis que l’évêque, en tant que prince souverain du territoire, restait catholique. C’est pourquoi il fut obligé de quitter sa cité et de s’installer à Ladenbourg, à quelques kilomètres de là. À partir de 1529, la ville était donc un lieu de mémoire, dotée d’une cathédrale catholique qui n’avait pas de rôle à jouer car elle n’entrait pas dans le concept protestant7.

  • 8 Joachim Kemper, « Die Reichsstadt Speyer zu Beginn der Frühen Neuzeit. Ein wenig bekanntes Kapitel (...)

6Il est compréhensible que, de l’autre côté, les catholiques essayèrent de ne pas perdre complètement la ville : ce n’est pas par hasard si celle-ci fut choisie pour l’installation du chef-lieu de la première Cour de Justice de tout l’Empire. L’établissement à Spire de la chambre impériale (Reichskammergericht), qui siégea de 1529 à 1688, permit aux catholiques de regagner une certaine influence, car la présence de cette cour obligea la ville à rester neutre et à offrir aux trois confessions, ainsi qu’aux juifs, des lieux de culte et le droit de résidence8.

  • 9 Hans Ammerich, Das Bistum Speyer von der Römerzeit bis zur Gegenwart. Annweiler : Pilger-Verl., 201 (...)
  • 10 “10. Die Domkirch”. Spire, Vue de la ville. Gravure de Matthäus Merian, in : Matthaeus Merian ; Mar (...)

7C’est dans ce contexte d’un équilibre entre les partis confessionnels que la cathédrale est présente dans la ville et dans la mémoire iconographique, mais sans avoir un rôle prédominant. Elle est ainsi représentée, comme les autres bâtiments, au centre de la ville protestante sur une gravure de Matthäus Merian, réalisée entre 1618 et 16459. Mais si la cathédrale domine Spire par sa taille, elle n’apparaît pas parmi les édifices remarquables. Bien au contraire, elle ne figure, dans le texte accompagnant la gravure, qu’en dixième position sur une liste comptant d’autres églises10.

Fig. 1. Vue de la ville de Spire par Merian.

Fig. 1. Vue de la ville de Spire par Merian.

Le motif de la guerre de « ravage » du xviie au xixe siècle

  • 11 Jean-Philippe Cénat, « Le ravage du Palatinat : politique de destruction, stratégie de cabinet et p (...)
  • 12 Bély, Lucien, La France au xviie siècle. Puissance de l’État, contrôle de la société, Paris, Presse (...)

8Ce sont les événements de 1688-1689 qui font basculer la situation et l’interprétation de la cathédrale dans la ville et en Allemagne. À partir d’octobre 1688, l’armée française avança sans problème et s’empara en quelques semaines de l’Allemagne rhénane11. Le problème qui se posa rapidement fut de garder les zones occupées avec le peu de soldats disponibles face à une alliance assez forte car même l’électeur de Bavière ne resta pas allié à la France. Louvois passait à ce moment à un nouveau type de guerre : le ravage défensif des territoires occupés pour éviter que les ennemis ne pénètrent sur la rive gauche du Rhin12.

9Avec l’invasion des troupes françaises lors de la guerre de la ligue d’Augsbourg, Worms, Spire et Mayence, trois villes qui possédaient des cathédrales impériales, furent attaquées. Mayence capitula après un court siège, tandis que Worms et Spire étaient assiégées. À Versailles, Louvois incitait à une guerre défensive in extremis13. Comme le but était de conquérir les villes puis de les anéantir complètement pour ne rien laisser aux ennemis, les ordres de destruction concernaient aussi Worms et Spire. À cette fin, de la poudre noire fut stockée dans les cathédrales14. Même si celles-ci ne furent pas choisies plus intentionnellement que les autres églises, le but était de détruire le plus profondément possible ces villes, y compris les édifices religieux importants15.

  • 16 Le mythe d’une destruction démesurée était déjà né en 1689 lorsqu’un auteur, qui prend le nom de «  (...)

10C’est à partir de ce moment-là qu’un discours sur les destructions commença. Pour la noblesse française, et notamment les chefs de l’armée, il n’était pas imaginable d’être responsable de telles destructions, notamment celles des cathédrales. La mémoire générale attribue ainsi les destructions entreprises au général Ezéchiel du Mas, comte de Mélac (1630-1704)16. L’invention des faits va si loin qu’on trouve dans la littérature que les villes de Worms et Spire sont ruinées en même temps, le jour de la Pentecôte de 1689.

  • 17 « […] bonne à rien, ne vous produit aucun argent de contribution qu’Heydelberg ne puisse faire veni (...)
  • 18 Chamlay à Louvois, 28 mai 1689, cité par Cénat, « Le ravage… », art. cit., p. 120. Jean-Philippe Cé (...)

11L’attribution de la responsabilité des destructions aux autres faisait que le rôle de la cour, de Louis XIV lui-même et des commandants en Allemagne – les maréchaux d’Humières, de Duras et de Lorges, Saint-Pouanges et Chamlay – était soumis à discussion17. En outre, Duras, Montclar ou Tessé et beaucoup plus Chamlay ont eu, au dernier moment, des scrupules à exécuter de tels actes de violence, notamment, semble-t-il, pour conserver une mémoire positive de leurs familles. Jules-Louis Bolé de Chamlay (1650-1719) mettait ainsi en avant des hésitations politiques et personnelles. Après avoir rédigé une lettre destinée au ministre Louvois, il tient à exprimer personnellement en post-scriptum son sentiment du « mauvais effet qu’une pareille désolation pourroit faire dans le monde pour sa réputation et pour sa gloire qui donne à toute l’Europe les impressions d’aversion terrible »18.

  • 19 « J’ay examiné ce que vous me mandez pour la destruction des villes de Spire, de Worms, et d’Oppenh (...)

12Par ailleurs, des hommes comme Jacques-Henri de Durfort, duc de Duras (1665-1704), avaient des soucis plus pratiques. Duras s’était bien rendu compte en effet de la signification des destructions, tant pour les protestants que pour les catholiques. C’est la raison pour laquelle il fit qu’on se souvienne que c’était lui qui avait proposé de se contenter de brûler des villes sans anéantir des bâtiments spécifiques, car il ne voulait pas être lié à des actes de destruction19.

  • 20 Chamlay à Louvois, 28 mai 1689, selon Cénat, « Le ravage… », art. cit., p. 120. Plus largement, Jea (...)

13Au contraire, Louvois, à Versailles, loin des événements locaux, resta inflexible et ne se rendit pas compte des effets désastreux de sa politique pour l’image de la France et de ses intérêts. Il poussa donc Chamlay à suggérer le 28 mai la destruction, non seulement des villes principales, mais aussi de « tous les villages qui sont sur le bord du Rhin en deçà, entre Philisbourg et Oppenheim d’un quart de lieue de la rivière afin d’oster entièrement aux ennemis le moyen d’establir un poste et un passage sur le Rhin »20.

  • 21 Duras à Louvois, 21 mai 1689 ; Chamlay à Louvois, 28 mai 1689, cité par Cénat, « Le ravage… », art. (...)

14Les actions de Mélac le 31 mai furent donc mises en œuvre après de longues discussions. Néanmoins, une fois actée, cette application se fit sur place sans hésitation. Lorsque les troupes allaient mettre le feu à Spire, Worms et Oppenheim, elles avaient bien « préparé » les sites, c’est-à-dire détruit les fontaines, mis de la paille dans les bâtiments principaux et placé des explosifs dans certains édifices importants, dont les cathédrales de Spire et de Worms21.

  • 22 Cruysse, Madame Palatine, op. cit., p. 340-345 ; Cénat, « Le ravage… », art. cit., p. 97.
  • 23 « Le roi avait résolu de faire un désert du Palatinat dès que ces villes seraient prises. Il avait (...)

15À l’époque déjà, les descriptions de Saint-Simon, ennemi juré de Louvois, influencèrent, et pour longtemps, l’interprétation des événements22. Un demi-siècle plus tard, Voltaire a suivi une ligne analogue : loin d’être neutre, il voyait dans la destruction de Spire la possibilité d’attaquer la monarchie absolue23.

  • 24 À comparer également la gravure de la destruction de Spire avec l’image de cette ville exécutée par (...)

16Dès l’Ancien Régime, les destructions du Palatinat servirent en France de mauvais exemple. À cette vision négative s’est ajoutée celle de l’historiographie allemande qui, il faut bien le souligner, a suscité une mémoire différente selon les endroits. Il est remarquable que, même si à l’occasion des opérations trois cités épiscopales furent pillées et leurs cathédrales incendiées, seules Heidelberg et Spire sont entrées dans l’historiographe allemande. Leur destruction a été immortalisée par des gravures à la fin du xviie siècle, tandis que Worms est presque tombée dans l’oubli24.

17Dans le contexte de sa politique de re-catholisation menée à partir de 1685, la couronne de France a probablement eu la perspective d’intégrer les villes et territoires de la rive gauche du Rhin, d’affaiblir également les protestants de cet espace et d’aider le prince électeur palatin dans sa politique confessionnelle pro-catholique25. Ce nouvel objectif, contrairement aux buts politiques de la guerre de Trente Ans ou encore de la ligue du Rhin de 1658, fit naître dans le monde protestant allemand le mythe d’une France menaçante26.

  • 27 Irene Spille, Otto Böcher, « Baugeschichte und Baudenkmäler », in Gerold Bönnen (Hrsg), Geschichte (...)

18C’est dans cet environnement que différentes images ont été esquissées lors de la phase de reconstruction. On peut tout d’abord souligner que la cathédrale de Mayence n’a pas été gravement touchée par le siège français de la ville. Aussi, elle n’est pas devenue un lieu de mémoire emblématique. En revanche, ce n’est pas le cas pour Worms. Mais si la ville et la cathédrale furent détruites de la même façon que celles de Spire, la situation, quant à la reconstruction, fut différente. La quasi-absence de gravures de la cathédrale détruite par la guerre à Worms nous indique que, dans la ville-même, majoritairement luthérienne, ce groupe n’a pas eu l’importance emblématique d’Heidelberg ou de Spire dans l’histoire du protestantisme. En conséquence, les ruines de la cathédrale de Worms disparurent plus vite que celles de Spire ou d’Heidelberg. Il faut souligner que la maison de Wittelsbach arriva à contrôler le siège épiscopal de Worms et, par conséquent, les groupes protestants ne purent pas empêcher la reconstruction de la cathédrale menée par le prince-évêque François Louis de Palatinat-Neubourg, une figure puissante. C’est en effet sous l’épiscopat de celui-ci qu’on commença, en 1719, la reconstruction, voire la « baroquisation » de l’édifice. La cathédrale a été en partie reconstruite par Balthasar Neumann, architecte connu pour ses constructions notamment en Bavière, sans beaucoup attirer l’attention, en particulier de l’Allemagne protestante27.

  • 28 Johann Peter Kayser, Historischer Schau-Platz Der Alten berühmten Stadt Heydelberg : Vorstellend De (...)

19La situation se présentait autrement à Spire. La ville servit de lieu de mémoire aux protestants, comme ce fut le cas à Heidelberg. À Spire, les travaux de reconstruction prirent du temps. Ils ne commencèrent que vers le milieu du xviiie siècle, faute de moyens propres, et ils avancèrent lentement. Il manquait un prince-évêque avec les moyens nécessaires, tandis que la cité elle-même n’était pas du tout intéressée par la reconstruction d’un symbole du catholicisme. Le conseil de la ville préféra garder les ruines comme exemple du protestantisme menacé. C’est ainsi que la cathédrale catholique devint en quelque sorte emblématique dans la mémoire protestante, sans être passée entre les mains des luthériens. À Heidelberg, la situation était encore plus compliquée car l’électeur catholique, résidant à Mannheim, avait imposé la présence de catholiques dans la ville, ce qui faisait que les deux partis se bloquaient dans toute action et préféraient garder les ruines28.

  • 29 Ammerich souligne comment l’image de la ville, représentée à travers des gravures, ne change pratiq (...)

20C’est la raison pour laquelle il nous semble que la cathédrale de Spire, qui se trouve encore en ruines au milieu du xviiie siècle, devint un lieu de mémoire. Et même si finalement Balthasar Neumann y intervint également comme architecte dans sa reconstruction, il ne pouvait pas réaliser un aussi grand projet qu’à Worms ou Mayence. Ce fut même plutôt le contraire car une grande partie de l’est de la cathédrale fut démolie, le conseil de la ville de Spire la considérant comme trop dangereuse à cause de son mauvais état29.

  • 30 Blum, Multikonfessionalität, op. cit., p. 272-289 pour les travaux des catholiques avant le xviie s (...)
  • 31 Blum, Multikonfessionalität, op. cit., p. 232 pour l’importance de la cathédrale pour les catholiqu (...)
  • 32 Blum, Multikonfessionalität, op. cit., p. 371-374. Litzel, Georg, Historische Beschreibung Der Kais (...)

21Les deux confessions vivaient bien avec les ruines, les catholiques parce qu’ils voulaient réaliser la « baroquisation » de la cathédrale, même s’ils ne pouvaient pas le faire faute de moyens30, les protestants, parce qu’ils souhaitaient garder un signe de la « brutalité catholique » afin de le montrer31. Des changements trop importants de la situation de l’édifice impliquaient toujours le risque d’un affrontement entre les confessions32.

Fig. 2. Gravure de la cathédrale vers 1750.

Fig. 2. Gravure de la cathédrale vers 1750.

Fig. 3. Plan pour la reconstruction vers 1770.

Fig. 3. Plan pour la reconstruction vers 1770.

22La Révolution française bouscula l’équilibre de l’Ancien Régime. En effet, même si l’affrontement entre protestants et catholiques ne disparut jamais complètement en Allemagne, il perdit de l’importance à ce moment-là. La cathédrale de Spire se retrouva au centre d’une re-politisation lorsque la ville fut conquise par les troupes françaises en 1792. C’est là que les révolutionnaires ont créé un nouveau mythe, celui de la cathédrale impériale : les tombeaux des empereurs n’avaient pas joué un tel rôle durant l’époque moderne.

  • 33 Les protestants ont maintenu les processions aux tombeaux impériaux jusqu’à la fin du xvie siècle. (...)
  • 34 Albrecht, Stephan : « Speyer und Saint Denis: Das Herrschergrab zwischen individueller Memoria und (...)

23Au début, rien ne parut changer alors que la ville avait été rapidement prise et que la cathédrale avait échappé à de violents bombardements33. Mais en 1794, comme à Saint-Denis, les tombeaux des empereurs furent pillés et un nouveau lieu de mémoire fut créé. En effet, ce sont cet acte puis la profanation de la cathédrale, transformée en écurie, qui firent scandale dans l’Allemagne de la fin du xviiie siècle34.

  • 35 En matière d’iconographie, les gravures représentant les sièges de Spire en 1792 représentent la vi (...)
  • 36 Cénat, « Le ravage… », art. cit., p. 130. Xavier Martin, « La déclaration des droits de l’homme et (...)

24En outre, le motif de la guerre du Palatinat de Louis XIV réapparut à ce moment-là dans le discours politique, tant en France qu’en Allemagne35. Le 1er août 1793, à la tribune de la Convention, Bertrand Barère affirma : « Louvois fut accusé par l’histoire d’avoir incendié le Palatinat, et Louvois devait être accusé ; il travaillait pour les tyrans. Le Palatinat de la République, c’est la Vendée ; détruisez-la et vous sauvez la patrie ! ». Si l’on suit Barère, Louvois avait donc bien agi, mais pour une mauvaise cause, celle de la monarchie, tandis que la République doit faire la même chose, mais pour une bonne cause36.

  • 37 Kurt von Raumer, Die Zerstörung der Pfalz von 1689 im Zusammenhang der französischen Rheinpolitik. (...)

25C’est ce contexte qui explique le changement de désignation de la guerre à la fin du xviie siècle, également en Allemagne. Si l’appellation « guerre de conquête » (« Raubkrieg ») apparait déjà à cette époque, elle n’est pas encore une expression spécifique car elle sert aussi à désigner d’autres conflits. Mais c’est seulement vers 1800-1820 qu’elle est employée de manière singulière, en référence à la France, pour désigner la guerre de la ligue d’Augsbourg et plus généralement les guerres menées par Louis XIV37.

La cathédrale dans les enjeux des « nations »

  • 38 Ammerich, Kleine Geschichte, op. cit., p. 112 ; Hans Ammerich, Kirche unterwegs: vom Wiederaufbau z (...)

26Entre 1797 et 1814, Spire fut française. Durant cette période, sa cathédrale fut menacée d’être vendue et de finir, comme Cluny, en carrière de pierres. Mais c’est Napoléon lui-même qui intervint auprès de l’évêque de Mayence, Louis Colmar, pour la faire protéger car Spire était rattachée à cet évêché. La démarche de l’empereur, fasciné par des sites impériaux, comme Aix-la-Chapelle, protégea donc cette église située en territoire français. Dans la ville même, en effet, peu de choses avaient été faites pour conserver l’édifice, ce qui nous montre à nouveau la relation difficile que la cité entretenait avec sa cathédrale38.

  • 39 Ammerich, Kleine Geschichte, op. cit., p. 123-130. Point de vue des années 1930 : Gebhardt, Kaiserd (...)

27En 1815, le Palatinat fut rattaché à la Bavière. Dans le cadre de la concurrence en Allemagne entre la Prusse et l’Autriche, la Bavière, partenaire de celle-ci, voulait s’inscrire dans la tradition d’une dynastie impériale, venant du sud du pays. Par conséquent, dans cette perspective, les Saliens à Spire leur étaient utiles. C’est dans ce contexte de nationalisme naissant que la cathédrale gagna à nouveau de l’importance39.

  • 40 Dethard von Winterfeld, 1689-1957 - Zweieinhalb Jahrhunderte Denkmalpflege am Dom in Speyer : Deuts (...)
  • 41 Kardering, Klaus, « La cathédrale de Cologne. “Un édifice qui n’a pas son pareil au monde” », in Sy (...)
  • 42 Sabine Fastert, « “Eine große akademische Bildergalerie?” Johann von Schraudolph und die nazarenisc (...)

28Les rois de Bavière prirent tout d’abord en charge sa restauration à partir de 1818-1822, ainsi que la construction d’un narthex en 1854-185840. C’était bien entendu avec une arrière-pensée car la cathédrale de Spire et les tombeaux impériaux leur donnaient une certaine légitimité dans la lutte de l’Allemagne du Sud contre la Prusse. La reconstruction de l’édifice devenait ainsi un signe de la force allemande catholique du Sud contre la Prusse qui, dans le même temps, à partir de 1842, avec la cathédrale de Cologne, essayait de se placer dans une ligne analogue41. Ainsi, tant la reconstruction de l’édifice que le programme des images furent une importante démonstration de l’autonomie du Sud. Les peintures réalisées entre 1846 et 1853 par Johann von Schraudolph et Joseph Schwarzmann ont ainsi placé les rois de Bavière dans une lignée historique avec les empereurs42.

Fig. 4. La cathédrale vers 1850.

Fig. 4. La cathédrale vers 1850.
  • 43 Wilhelm Carnoni, Die Zerstörung der Reichsstadt Speyer [oder Louvois Schreckenszeit]: [Ein Schauspi (...)

29D’un autre côté, 1689 occupe à nouveau une place importante dans la mémoire de la ville. Après les guerres napoléoniennes, avec les « guerres de libération » en Allemagne, nous pouvons retrouver une interprétation de la destruction de la cathédrale de Spire dans un contexte national et libéral – et très souvent protestant – pour le Palatinat. Il semble que ce soit Wilhelm Carnoni, auteur aujourd’hui oublié, qui, à travers un drame sur la destruction de Spire écrit en 1825, a justement mis cette représentation pour la première fois en évidence43. Par conséquent, l’emblème change un peu, mais la vision reste la même : le côté catholique essaie de reconstruire, tandis que le côté protestant est plutôt intéressé par la conservation des ruines.

  • 44 Fritz Klotz, Speyer. Eine kleine Stadtgeschichte. Spire, Historischer Verein der Pfalz, 1971, p. 10 (...)
  • 45 Konrad Reither, Der Kaiserdom und seine Gemälde. Ein Führer für die Besucher des Domes zu Speyer. S (...)

30Il y a donc deux visions de l’histoire, l’une officielle et royale et l’autre « libérale ». Concernant la première, il ne faut pas oublier que la maison de Wittelsbach fut l’allié principal de la France en Allemagne tout au long de l’époque moderne. La Bavière était alliée de Louis XIV pendant la guerre de succession d’Espagne. Il est donc compréhensible que la destruction de la cathédrale ne fût pas officiellement mise en avant44. Cette ligne peut se voir, par exemple, dans des guides pour la visite du bâtiment. Celui écrit par le futur évêque de Spire, Konrad Reither, eut un grand succès à partir de 1851. En 1859, paraissait déjà la 5e édition, qui fut augmentée jusqu’en 1879. Le guide évoquait la destruction, sans la présenter dans une perspective nationale45.

  • 46 Carl Weiss, Geschichte der Stadt Speier: [Festgabe zur Eröffnung der Local-Gewerbe- u. Industrie-Au (...)
  • 47 La destruction est interprétée à ce moment, 15 ans seulement après le guide de Remling, comme le fr (...)

31L’interprétation prit une autre tournure à partir de 1871. Le motif de la destruction démesurée de 1688/1689 devint alors un motif prépondérant, dépassant les frontières entre catholiques et protestants. Même pour les libéraux dans la tradition de Voltaire, encore très présents au Palatinat, c’était la monarchie absolue française qui était coupable de la destruction de la cathédrale46. Les guides de la cathédrale furent remplacés par des ouvrages sur les guerres de la ligue d’Augsbourg et les destructions. De nouveaux guides, dans lesquels la narration de la destruction démesurée prenait toute sa place, furent publiés vers 1900, à l’occasion de l’ouverture des tombeaux impériaux cette même année47.

La place de la cathédrale de 1914 à 1961

32Spire n’a presque pas été touchée, ni par la Première, ni par la Deuxième Guerre mondiale, mais l’histoire de la ville reste liée à ces grands conflits.

  • 48 Voir son ouvrage Armes de la lumière. Michael von Faulhaber, Waffen des Lichtes; Gesammelte Kriegsr (...)
  • 49 Peter Köster, Der verbotene Philosoph: Studien zu den Anfängen der katholischen Nietzsche-Rezeption (...)

33Tout d’abord, un lien peut être établi entre Spire et la Grande Guerre puisque son évêque, devenu ensuite archevêque de Munich et cardinal, Michael Faulhaber, a été nommé grand aumônier de l’armée en 1914. Ancien combattant de 1870-1871, il était favorable à la guerre et il a admis que certaines destructions pouvaient être justifiées, même celle d’édifices religieux si cela ne pouvait pas être évité48. Néanmoins, il n’alla jamais jusqu’à défendre directement l’incendie de la cathédrale de Reims. En outre, il ne fit jamais de lien avec la destruction de celle de Spire. Néanmoins, ses sermons de 1914 à 1917 reflétaient le discours de la Grande Guerre sur l’impossibilité d’épargner des monuments historiques dans un conflit que Faulhaber jugeait « juste »49.

  • 50 Klotz, Speyer, op. cit., p. 187-188.
  • 51 Ammerich, Kleine Geschichte, op. cit., p. 144-147. Stadtarchiv Speyer, blog Speyer, auf : http://sp (...)

34La ville fut occupée par les Français entre 1923 et 1930. À l’époque, ni l’histoire, ni la situation de la cathédrale n’ont été mises en avant. La Deuxième Guerre mondiale se finit sans destruction à Spire le 24 mars 1945 et, les 30-31 mars, le général de Gaulle s’y rendit, comme le fit un an plus tard le général de Lattre de Tassigny, pour commémorer la victoire devant la cathédrale50. Ce dernier demanda aux habitants de Spire de sortir des drapeaux bavarois, rappelant ainsi une époque antérieure51.

Fig. 5. L´église de St Bernard.

Fig. 5. L´église de St Bernard.
  • 52 Hans Ammerich, Thomas Fandel, Richard Schultz, Kirche unterwegs. Vom Wiederaufbau bis zur Jahrtause (...)
  • 53 Viktoria Lukas-Krohm, Denkmalschutz und Denkmalpflege von 1975 bis 2005 mit Schwerpunkt Bayern. Bam (...)
  • 54 Fastert, Bildergalerie, op. cit., p. 308-309.
  • 55 Concernant l’esprit de ces années, voir la formulation du but de la restauration par le restaurateu (...)

35À partir de 1945, Spire fut à nouveau intégrée dans la zone d’occupation française. La France resta neutre vis-à-vis de la cathédrale et ne participa pas financièrement à ses travaux. En revanche, des paroisses françaises financèrent pour moitié environ et à hauteur de 300 000 Deutsche Marks la construction de l’église Saint-Bernard – église de la paix – qui servit comme signe de la réconciliation52. Quant aux travaux effectués à la cathédrale de Spire, les objectifs furent définis en Allemagne. Ils avaient comme but la « purification » de l’édifice, c’est-à-dire sa reconstruction dans un style purement roman. Entre 1957 et 1961, comme à Mayence entre 1925 et 1928, des travaux visèrent à faire disparaitre les traces romantiques53. La majorité des peintures murales furent enlevées et remplacées par de la pierre naturelle (« Steinsichtigkeit »). On prit également soin de refaire au mieux les détails, dans le « pur style romain », comme on l’entendait dans les années 195054. Mais l’objectif principal était un « retour » à l’époque médiévale, pour faire oublier en quelque sorte le passé moderne avec les destructions et « garder » un état d’avant la montée du nationalisme55.

Conclusion

  • 56 Sébastien Ledoux, Le Devoir de mémoire. Une formule et son histoire.

36Reconstruire et conserver les monuments, cela semble toujours normal, tandis que garder tout simplement les ruines pour des raisons politiques nous paraît exceptionnel. Les ruines sont d’abord toutes des témoins, qui peuvent illustrer une vision, une version de l’histoire de chaque côté. Leur matérialité leur donne un caractère authentique, même si leur état, tel qu’il se présente aux visiteurs, peut être soumis à des changements et s’il reste susceptible de modifications, même pour les ruines en pierre. Le siège épiscopal, avec toutes ses connotations, permettait ainsi l’utilisation d’un lieu de mémoire emblématique. Nous avons vu, à travers l’histoire de la cathédrale de Spire, comment s’opère par le langage une construction du rapport au réel. Devant des publics différents, protestants ou catholiques, il se produit des interactions successives permettant de valoriser une interprétation propre de l’histoire. Chaque côté se sert de son interprétation, sans qu’on puisse parler pour autant d’un « abus de la mémoire » (Tzvetan Todorov, Henry Rousso) ou d’un « devoir d’histoire » (Antoine Prost)56.

37À Spire, ce sont tout d’abord les protestants qui ont su se servir de ce symbole au xviiie siècle. Dans la ville, les ruines ont eu deux finalités : montrer la faiblesse de la partie catholique et servir de lieu de mémoire pour la persécution des luthériens. Avec la Révolution française et les guerres napoléoniennes, l’interprétation a changé car l’État bavarois voulut se servir de la cathédrale comme lieu de mémoire impérial, tandis que les protestants cherchaient à garder l’image d’une minorité persécutée. En coulisses, c’était la France, c’était Napoléon qui, après le pillage des tombeaux en 1794, firent tout pour sauver la cathédrale impériale.

38Mais c’est finalement avec l’unité allemande à partir de 1871 que Spire a été intégrée dans un discours national plus large qui a perduré jusqu’à la restauration, à partir de 1957, lorsqu’un retour à une époque « romane » a été découvert. La cathédrale perdit alors son rôle de lieu de mémoire emblématique en Allemagne.

  • 57 Pierre Nora, Présent, nation, mémoire, Paris, Gallimard, 2011, p. 249-258.

39Selon les circonstances, une ruine peut avoir plus de valeur que sa reconstruction. Bien avant la discussion du xxe siècle, se posait la question d’une mémoralisation du passé : comment, au temps présent, un « lieu de mémoire » pouvait être créé pour servir l’ensemble d’un groupe ? De cette manière, la « destruction » d’un lieu de culte devint le moment de la « construction » de l’utilisation de la mémoire57.

Notes

1 Emmanuelle Danchin, « De la protection à la valorisation du patrimoine dévasté : penser la valorisation des ruines pendant la guerre », In Situ [En ligne], 23 (2014), consulté le 17 octobre 2017. URL : http://insitu.revues.org/10920.

2 Alain Nafilyan, « La reconstruction des édifices religieux en Basse-Normandie après la Seconde Guerre mondiale », In Situ [En ligne], 11/2009, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://insitu.revues.org/5666.

3 Voir les réflexions méthodologiques à partir de l’exemple de Francfort-sur-le-Main : Stalljohann-Schemme, Marina, Stadt und Stadtbild in der Frühen Neuzeit: Frankfurt am Main als kulturelles Zentrum im publizistischen Diskurs. Berlin : De Gruyter Oldenbourg, [2017], p. 13-20.

4 Daniela Blum, Multikonfessionalität im Alltag: Speyer zwischen politischem Frieden und Bekenntnisernst (1555-1618). Münster : Aschendorff Verlag, [2015], p. 159-180.

5 Hans Ammerich, Kleine Geschichte der Stadt Speyer. Carlsruhe [e.a.] : DRW-Verl. Weinbrenner, Braun, 2008, p. 57-60 ; Blum, Multikonfessionalität, op. cit., p. 160-168 ; Frank G. Hirschmann, « Die Stadt Speyer und ihr Dom als Ergebnis einer mittelalterlichen Monumentalplanung », in Matthias Müller (Hrsg), Der Dom zu Speyer: Konstruktion, Funktion und Rezeption zwischen Salierzeit und Historismus. Darmstadt : WBG, (Wissenschaftliche Buchgesellschaft), [2013], p. 55-75, ici 61-65.

6 Ulrich Rosseaux, Städte in der Frühen Neuzeit. Darmstadt : WBG Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2012, p. 75-81, 86-94. Paul Warmbrunn, « Speyer », in Adam Wolfgang (Hrsg), Handbuch kultureller Zentren der Frühen Neuzeit. Vol. 3, Nürnberg – Würzburg. Berlin : de Gruyter, 2012, p. 1787-1832, ici p. 1793-1789 ; Schorn Schütte, Luise, Die Reformation. Munich, Beck, 2011. Agenda, Das ist: Kurtze doch reine und richtige Kirchen-Ordnung / Wie es in der reinen Evangelischen / der ungeänderten Augspurgischen Confession zugethanen Kirchen deß Heil. Reichs Freyen Stadt Speyer / mit Verkündigung göttlichen Worts […] gehalten werden soll. [S.l.], 1700, 143 p.

7 Ammerich, Kleine Geschichte, op. cit., p. 76-77.

8 Joachim Kemper, « Die Reichsstadt Speyer zu Beginn der Frühen Neuzeit. Ein wenig bekanntes Kapitel der Stadtgeschichte im Überblick », in Anette Baumann und Joachim Kemper (Hrsg), Speyer als Hauptstadt des Reiches: Politik und Justiz zwischen Reich und Territorium im 16. und 17. Jahrhundert. Netzwerk Reichsgerichtsbarkeit. Tagung, 14, 2015, Speyer. Berlin : De Gruyter Oldenbourg, [2016], p. 87-97. Joachim Kemper, Das Reichskammergericht und Speyer: eine Stadt als juristischer Mittelpunkt des Reiches 1527 – 1689. Lingenfeld : Ed. Palatina, 2014, p. 35.

9 Hans Ammerich, Das Bistum Speyer von der Römerzeit bis zur Gegenwart. Annweiler : Pilger-Verl., 2011, p. 373.

10 “10. Die Domkirch”. Spire, Vue de la ville. Gravure de Matthäus Merian, in : Matthaeus Merian ; Martin Zeiller ; Matthaeus Staud, Topographia Palatinatus Rheni et Vicinarum Regionum Das ist, Beschreibung und Eigentliche Abbildung der Vornemsten Statte U. Plätz der Untern Pfaltz am Rhein Und Benachbarten Landschafften, als der Bistümer Wormbs Und Speyer, der Bergstraß, des Wessterreichs, Hundrücks, Zweybrüggen, etc: Sampt einer Zugabe Ettlicher des H. Röm. Reichs Zudem OberReinischen Cräyß gezogenen Ständen, alß Bisantz, Metz, Tull, Verdun, Lothringen, Savoyen, etc. [Frankfurt sur Main] 1645 [publié en 1700] sur : Deutsche Digitale Bibliothek, https://www.deutsche-digitale-bibliothek.de/item/ZGTDFSREWTQQP7WFJN7DKBDSQH3TAOZR (consulté le 3 janvier 2018).

11 Jean-Philippe Cénat, « Le ravage du Palatinat : politique de destruction, stratégie de cabinet et propagande au début de la guerre de la Ligue d’Augsbourg », Revue historique, n° 633, 1, 2005, p. 97-132, ici p. 105.

12 Bély, Lucien, La France au xviie siècle. Puissance de l’État, contrôle de la société, Paris, Presses universitaires de France, 2009, p. 754-756. Cénat, « Le ravage… », art. cit., p. 106.

13 Cénat, « Le ravage… », art. cit., p. 97-132.

14 Edmund Ritscher, Franzosen am Rhein, sur : https://www.worms.de/de/kultur/stadtgeschichte/wussten-sie-es/liste/2014-02_Franzosen_am_Rhein.php. Dans ce contexte, la figure de Mélac est isolée, de sorte que des contemporains attribuent déjà à un lieu seul la responsabilité des mesures prises. Dirk Van der Cruysse. Madame Palatine, princesse européenne, Paris, Fayard, 1988, p. 317-318. Voir la discussion actuelle sur : http://www.geschichtsforum.de/blogs/saint-simone/87-m-lac-du-hund-anf-nge-des-pf-lzischen-erbfolgekrieges-1688-1697.html

15 « Toi, Monclas (sic), je te félicite et je t’aime d’avoir traité Spire, Worms et Landau comme je te l’avais commandé. Mais toi, Mélac, ce sera ta perte de ne pas avoir procédé de même à l’égard d’Heidelberg […]. Monclas, La Grange, et vous tous, mes généraux, allez, brûlez, incendiez, imposez des rançons ruineuses, procurez-vous de l’argent. N’épargnez être qui vive, conformément à l’usage de notre pays. “Sire, lui répondra Créqui, vos ordres ont été si bien exécutés jusqu’ici que si les Tartares nous voyaient, ils auraient honte en voyant nos Français, et apprendraient d’eux comment l’on doit ravager les pays et les villes. Nos généraux et nos officiers sont saisis de pitié et d’horreur en voyant ces monceaux de cendres et de mines. Les oreilles me font mal de tous les gémissements qu’elles ont entendus.” ». Cénat, « Le ravage… », art. cit., p. 126. Sur les réactions allemandes au ravage du Palatinat, voir Hubert Gillot, Le règne de Louis XIV et l’opinion publique en Allemagne, Paris, Champion, 1914, p. 187-189.

16 Le mythe d’une destruction démesurée était déjà né en 1689 lorsqu’un auteur, qui prend le nom de « Themistius Aristonicus », compare les mesures de Mélac aux actions belligérantes des « Turcs ». Michael Martin, « Ezechiel du Mas, comte de Mélac (1630-1704). Eine biographische Skizze », Francia 20/2 (1993), p. 35-68, ici p. 40.

17 « […] bonne à rien, ne vous produit aucun argent de contribution qu’Heydelberg ne puisse faire venir, et sera peut estre un obstacle et une pierre de scandale pour la paix […]. Pour conclusion de tous ces raisonnements bons ou mauvais, tandis que vous n’estes pas inquiests et que vous estes les maistres, ruinez, démolissez, et mettez vous par là en estat d’estre absolument maistre du Rhin […] », Chamlay à Louvois, 27 octobre 1688, cité par Cénat, « Le ravage… », art. cit., p. 111.

18 Chamlay à Louvois, 28 mai 1689, cité par Cénat, « Le ravage… », art. cit., p. 120. Jean-Philippe Cénat, Louvois : le double de Louis XIV, Paris, Tallandier, [2015], p. 387-402.

19 « J’ay examiné ce que vous me mandez pour la destruction des villes de Spire, de Worms, et d’Oppenheim. De la grandeur dont sont ces villes-là et les habitations qu’il y a dedans, au peu de trouppes que nous y avons, et à la diligence qu’il convient d’y apporter pour avoir consumé cela avant la campagne, je n’estime point qu’on puisse songer à démolir les maisons comme l’on a fait à Manheim où l’on a employé un tems infini. Ainsy je crois qu’il vaut mieux brûler ces villes et ensuitte, on jettera aisément à bas les pignons et murailles, que le feu aura épargnéz, qui ne seront pas considérables parce que la pluspart des maisons sont baties de bois […]. Pour cet effet, j’ay prié M. de la Fonds […] d’y faire assembler les magistrats, de les avertir de la résolution que le Roy a esté obligé de prendre pour empescher que les ennemis ne se saisissent de ces villes, pour les fortifier, de leur donner quelques jours pour retirer leurs meubles et effets, de leur proposer des establissements avec franchise pour dix ans en Alsace pour les Protestants, et dans le Comté de Bourgogne et en Lorraine pour les catholiques, de leur fournir des chariots pour les y transporter eux et leurs meubles, et de les empescher de les faire passer au-delà du Rhin dans le païs ennemy ; et, après que lesdits meubles et effets seront retiréz, j’ordonneray qu’on mette le feu partout, et ensuitte qu’on abbatte les murailles et pignons, que le feu n’aura pas détruits ». Duras à Louvois, 21 mai 1689. Selon Cénat, « Le ravage… », art. cit., p. 120.

20 Chamlay à Louvois, 28 mai 1689, selon Cénat, « Le ravage… », art. cit., p. 120. Plus largement, Jean-Philippe Cénat, Chamlay : le stratège secret de Louis XIV, Paris, Belin, 2011, p. 83-104.

21 Duras à Louvois, 21 mai 1689 ; Chamlay à Louvois, 28 mai 1689, cité par Cénat, « Le ravage… », art. cit., p. 97. Hermann Weber, « La stratégie de la terre brûlée : le cas du Palatinat en 1689 », dans Alain Gérard et Thierry Heckmann (dir.), La Vendée dans l’histoire, Paris, Perrin, 1994, p. 193-208, ici p. 202. Les témoignages des contemporains discutent le rôle des soldats dans l’incendie de la cathédrale. Il semble que certains de ces derniers ont mis le feu dans le cloître mais que le bâtiment même fut ravagé par les flammes à cause de l’incendie général de la ville. Carl Weiss, Geschichte der Stadt Speier: [Festgabe zur Eröffnung der Local-Gewerbe- u. Industrie-Ausstellung in Speier am 25. August 1876]. Spire : Verl. des Gewerbevereines, 1876, p. 94-95.

22 Cruysse, Madame Palatine, op. cit., p. 340-345 ; Cénat, « Le ravage… », art. cit., p. 97.

23 « Le roi avait résolu de faire un désert du Palatinat dès que ces villes seraient prises. Il avait la vue d’empêcher les ennemis d’y subsister, plus que celle de se venger de l’électeur palatin, qui n’avait d’autre crime que d’avoir fait son devoir en s’unissant au reste de l’Allemagne contre la France (Février 1689)… On les [les horreurs du Palatinat] rejetait sur le marquis de Louvois, devenu plus inhumain par cet endurcissement de cœur que produit un long ministère. Il avait en effet donné ces conseils, mais Louis avait été le maître de ne pas les suivre » (Voltaire, Le siècle de Louis XIV, dans Œuvres complètes, Paris, Garnier, 1878 [1751], t. 14 (chapitre XVI), p. 308-309). Sur le contexte : Jean Pierre Bois, « La paix des lumières. 1712-1798 : De l’abbé de Saint-Pierre au congrès de Rastadt [sic] », dans : Hélène Carrère d’Encausse (dir.), La France & la paix, Paris, Paris Musées, 2016, p. 72-95, ici p. 83-85. Cénat, « Le ravage… », art. cit., p. 97.

24 À comparer également la gravure de la destruction de Spire avec l’image de cette ville exécutée par Merian, mais qui ajoute à la cité en flammes des soldats tirant sur des civils lorsque ceux-ci prennent la fuite en bateau ; cette œuvre est intitulée : « Eigentliche Beschreibung der Stadt Speyer, wie tyrannisch und unchristlich die Barbarischen Franzosen mit derselben Stadt und Innwohnern verfahren sind ». L’objectif de la gravure était de présenter les actes « barbares » en texte et en image. Voir Hans Ammerich, « Speyer ». In : Wolfgang Behringer et Bernd Roeck (Hrsg), Das Bild der Stadt in der Neuzeit 1400-1800. Munich, Beck, 1999, S. 371-376, ici p. 372, 374.

25 Selon https://www.worms.de/de/kultur/stadtgeschichte/liste/17-Jh.php, en 1644, Turenne insiste encore auprès du magistrat de la ville de Worms afin que la ville luthérienne accepte des cultes réformés des réfugiés et tolère une paroisse réformée qui existait jusqu’en 1650, sachant bien que les luthériens furent auparavant privilégiés sous Gustave Adolphe de Suède. Gunter Mahlerwein, « Die Reichsstadt Worms im 17. und 18. Jahrhundert », in : Gerold Bönnen (Hrsg), Geschichte der Stadt Worms. 2e éd. Darmstadt : Theiss, 2015, p. 291-352, ici p. 298.

26 Weiss, Carl, Geschichte der Stadt Speier: [Festgabe zur Eröffnung der Local-Gewerbe- u. Industrie-Ausstellung in Speier am 25. August 1876]. Spire : Verl. des Gewerbevereines, 1876, p. 96-97.

27 Irene Spille, Otto Böcher, « Baugeschichte und Baudenkmäler », in Gerold Bönnen (Hrsg), Geschichte der Stadt Worms. 2e éd. Darmstadt : Theiss, 2015, p. 735-792, ici p. 766-772 ; Mahlerwein, Reichsstadt, p. 300-302. Voir également : https://www.worms.de/de/kultur/stadtgeschichte/liste/18-Jh.php (consulté le 30 octobre 2017).

28 Johann Peter Kayser, Historischer Schau-Platz Der Alten berühmten Stadt Heydelberg : Vorstellend Derselben Situation, Ursprung, Wachsthum und Verstörungen; wie auch die Erbauung des Schlosses, Kirchen, Clöstern [et]c. Aufrichtung der Universität, Bibliotheck und Schulen, samt denen darinnen befindlichen alten Grab-Schrifften; Deme beygefüget Eine Erzehlung, was sich von Anfang biß aufs Jahr 1694. in der Stadt, und im dreyßig-jährigen Kriege in der gantzen Pfaltz begeben. Frankfort sur Main, Stock und Schilling, 1733.

29 Ammerich souligne comment l’image de la ville, représentée à travers des gravures, ne change pratiquement pas. Ammerich, Speyer, op. cit., p. 374.

30 Blum, Multikonfessionalität, op. cit., p. 272-289 pour les travaux des catholiques avant le xviie siècle. Sur le détail des plannings : Kurt Martin, « Peter Anton von Verschaffelts, Vorschlag für den Aufbau des Speyerer Domes », in : Kaiserdom und Liebfrauenmünster zu Speyer. Beiträge zum Domjubiläum 1030-1930. Spire, Verlag des Dombauvereins, 1930, p. 43-88.

31 Blum, Multikonfessionalität, op. cit., p. 232 pour l’importance de la cathédrale pour les catholiques. Sur les travaux réalisés : Haas, Walter. Der Dom zu Speyer - [3. éd.]. Königstein im Taunus : Langewiesche, 1988, p. 15.

32 Blum, Multikonfessionalität, op. cit., p. 371-374. Litzel, Georg, Historische Beschreibung Der Kaiserlichen Begräbniß In der Des Heil. Reichs Freyen und Kaiserlichen Begräbniß-Stadt Speyer. Spire : Zeuner ; Frankfort sur Main : Fleischer, 1751.

33 Les protestants ont maintenu les processions aux tombeaux impériaux jusqu’à la fin du xvie siècle. Blum, Multikonfessionalität, op. cit., p. 260-266. Quand les troupes alliées, prussiennes et les autrichiennes, bombardèrent la ville de Mayence et, entre autres, l’église Notre Dame, celle-ci, déjà endommagée lors du siège français de 1792, fut pratiquement détruite. Cela ne fut pas le cas à Spire où le bombardement de 1792 ne causa pas de grandes destructions, mais où le pillage de ses trésors et ses tombeaux eut un impact plus important. Dumont, Friedrich, Mayence. « Das französische Mainz (1792/98-1814) », in Franz Dumont e.a. (Hrsg) : Mainz. Geschichte einer Stadt. Mayence, Zabern, 1998, p. 319-374, ici p. 340-341.

34 Albrecht, Stephan : « Speyer und Saint Denis: Das Herrschergrab zwischen individueller Memoria und institutioneller Selbstdarstellung », in : Der Dom zu Speyer: Konstruktion, Funktion und Rezeption zwischen Salierzeit und Historismus. Matthias Müller. Darmstadt : WBG, (Wissenschaftliche Buchgesellschaft), [2013].p. 225-241.

35 En matière d’iconographie, les gravures représentant les sièges de Spire en 1792 représentent la ville avant 1689 et ajoutent seulement à la silhouette médiévale des soldats français au premier plan. Voir Swebach-Desfontaines, Jacques François Joseph, « Prise de Spire (Allemagne) par l’armée du général Custine, 29 septembre 1792 ». 73e planche (numérotée 82) des Tableaux Historiques de la Révolution française (1791-1817). 1792. Musée Carnavalet, Histoire de Paris, voir : http://parismuseescollections.paris.fr/fr/musee-carnavalet/oeuvres/prise-de-spire-allemagne-par-l-armee-du-general-custine-29-septembre-1792#infos-principales (consulté le 3 janvier 2018). Ammerich, Speyer, p. 375.

36 Cénat, « Le ravage… », art. cit., p. 130. Xavier Martin, « La déclaration des droits de l’homme et la Vendée », dans Yves-Marie Bercé (dir.), La Vendée dans l’histoire : actes du colloque, Paris, Perrin, 1994, p. 253-273, ici p. 262-266.

37 Kurt von Raumer, Die Zerstörung der Pfalz von 1689 im Zusammenhang der französischen Rheinpolitik. Reprint : Munich und Berlin 1930. Bad Neustadt a.d. Saale : Pfaehler, 1982, p. 147-165. Johannes Haller, Die deutsche Publizistik in den Jahren 1668-1674: ein Beitrag zur Geschichte der Raubkriege Ludwigs XIV. Heidelberg : Winter’s Universitätsbuchh., 1892, p. 14-28.

38 Ammerich, Kleine Geschichte, op. cit., p. 112 ; Hans Ammerich, Kirche unterwegs: vom Wiederaufbau zur Jahrtausendwende: das Bistum Speyer und seine Bischöfe 1945-2000; Festschrift zum 70. Geburtstag von Bischof Dr. Anton Schlembach. Spire : Pilger-Verl., 2002, p. 157.

39 Ammerich, Kleine Geschichte, op. cit., p. 123-130. Point de vue des années 1930 : Gebhardt, Kaiserdom, op. cit., p. 78-83. Hans Ammerich, « Die Wiedererrichtung des Bistums Speyer 1817/21 », in Hans Ammerich (Hrsg), Das Bayerische Konkordat 1817. Weißenhorn, Conrad, 2000, p. 203-230 ; Hans Ammerich, « “Ohne Dom würde Speier nie wieder Bischofssitz geworden sein”. Ein schwieriger Beginn für das 1817/21 wiedererrichtete Bistum Speyer und seinen ersten Bischof Matthäus Georg von Chandelle (1818-1826) ». In Festschrift für Franz-Josef Heyen zum 65. Geburtstag (= Jahrbuch für westdeutsche Landesgeschichte) 19(1993), p. 443-460.

40 Dethard von Winterfeld, 1689-1957 - Zweieinhalb Jahrhunderte Denkmalpflege am Dom in Speyer : Deutsche Kunst und Denkmalpflege, (1986), p. 148-158, ici p. 151. Dethard von Winterfeld, « Zweieinhalb Jahrhunderte Denkmalpflege am Dom zu Speyer », in : Weltkulturdenkmäler in Deutschland. Vol. 3. Munich : Lipp, 1994, p. 23-24. Point de vue des années 1930 : Gebhardt, Franz Josef, Der Kaiserdom zu Speyer: seine Geschichte, sein Schicksal und seine Bedeutung; zum 900 jährigen Jubiläum dem katholischen Volke. Spire : Pilger-Verl., 1930, p. 88-117.

41 Kardering, Klaus, « La cathédrale de Cologne. “Un édifice qui n’a pas son pareil au monde” », in Sylvain Amic et Ségolène Le Men (dir.), Cathédrales : 1789-1814 ; un mythe moderne, Paris, Somogy, éd. d’Art, 2014, p. 100-108. [Cet ouvrage est publié à l’occasion de l’Exposition Cathédrales, 1789-1814, Un Mythe Moderne, Rouen, Musée des Beaux-Arts, 12 avril-31 août 2014, Cologne, Wallraf-Richartz-Museum & Fondation Corboud, 26 septembre 2014-18 janvier 2015].

42 Sabine Fastert, « “Eine große akademische Bildergalerie?” Johann von Schraudolph und die nazarenische Neugestaltung des Speyerer Doms », in Matthias Müller (Hrsg), Der Dom zu Speyer: Konstruktion, Funktion und Rezeption zwischen Salierzeit und Historismus. Darmstadt : WBG, (Wissenschaftliche Buchgesellschaft), [2013], p. 297-312, ici p. 297-308.

43 Wilhelm Carnoni, Die Zerstörung der Reichsstadt Speyer [oder Louvois Schreckenszeit]: [Ein Schauspiel in fünf Aufzügen]. Augsburg : Jenisch u. Stage, 1821.

44 Fritz Klotz, Speyer. Eine kleine Stadtgeschichte. Spire, Historischer Verein der Pfalz, 1971, p. 108-117.

45 Konrad Reither, Der Kaiserdom und seine Gemälde. Ein Führer für die Besucher des Domes zu Speyer. Speyer ; Wappler ; 1851. Dans le même sens, voir Franz Xaver Remling, Der Speyerer Dom, zunächst über dessen Bau, Begabung, Weihe unter den Saliern: eine Denkschrift zur Feier seiner achthundertjährigen Weihe. Mainz : Kirchheim, 1861, p. 101. Celui-ci explique la destruction avec des « maximes diaboliques d’un ministre français » (« der teuflischen Maxime eines französischen Ministers »), sans que la destruction ne soit attribuée à la « nation française ».

46 Carl Weiss, Geschichte der Stadt Speier: [Festgabe zur Eröffnung der Local-Gewerbe- u. Industrie-Ausstellung in Speier am 25. August 1876]. Speier : Verl. des Gewerbevereines, 1876 ; Franz Josef Gebhardt, Der Kaiserdom zu Speyer: seine Geschichte, sein Schicksal und seine Bedeutung; zum 900 jährigen Jubiläum dem katholischen Volke. Spire : Pilger-Verl., 1930, p. 69-94. Dans le petit livre de Ludwig Stamer, Abriß der pfälzischen Kirchengeschichte: was ein Pfälzer Katholik von der Geschichte der Diözese Speyer wissen soll. Spire, Bischöfliches Ordinariat, 1938, p. 26-35, seules les destructions de la Révolution française sont mentionnées, tandis que les guerres de 1689 figurent sous l’emblème de la re-catholisation, de sorte que l’auteur ne parle pas de la destruction de la cathédrale.

47 La destruction est interprétée à ce moment, 15 ans seulement après le guide de Remling, comme le fruit du conflit entre la « France » et « l’Allemagne ». Weiss, Geschichte, op. cit., p. 84-85, parle des « Français » comme auteurs de la destruction. « La France avait aussi des autres moyens pour priver l’Allemagne de sa ville impériale » « Frankreich hatte noch andere Mittel, um Deutschland seiner alten Reichsstadt zu berauben… ». Néanmoins, Weiss explique en détail comment la cathédrale a pris feu et comment l’incendie s’est propagé aux alentours sans s’être installé dans la cathédrale-même. Ce ton négatif vis-à-vis des destructions de 1689 et de la Révolution française se trouve encore dans les guides écrits par Franz Klimm en 1946 (dans le catalogue, on trouve également la date de 1948 comme année d’édition), un petit guide qui sera réédité jusque dans les années 1960. Voir Franz Klimm, Der Kaiserdom zu Speyer: Geschichte und Führer. 9e édition. Spire : Jaeger, 1962, p. 9-10. Voir également Jakob Baumann, Die Öffnung der Kaisergräber im Dom zu Speyer im Sommer 1900. 5e éd. Spire, Pilger-Druckerei, 1906, p. 4-6.

48 Voir son ouvrage Armes de la lumière. Michael von Faulhaber, Waffen des Lichtes; Gesammelte Kriegsreden von Bischof. Dr Michael v. Faulhaber. Freiburg, Herder, 1915. Georg Schwaiger, « Michael von Faulhaber », in : Hans Ammerich, Lebensbilder der Bischöfe von Speyer seit der Wiedererrichtung des Bistums Speyer 1817/21: Festgabe zum 60. Geburtstag Seiner Exzellenz Dr. Anton Schlembach, Bischof von Speyer. Speyer : Pilger-Verl., 1992, p. 245-257, ici p. 251. Voir également : Anton Foohs, “Verzicht auf Revanche”: das Kriegstagebuch 1914/18 des Divisionspfarrers der Landauer Garnison Dr. Anton Foohs. Ed. par Carl Werner Müller. Spire : Verl. der Pfälzischen Gesellschaft zur Förderung der Wissenschaften, 2010, p. 32-35.

49 Peter Köster, Der verbotene Philosoph: Studien zu den Anfängen der katholischen Nietzsche-Rezeption in Deutschland (1890-1918). Berlin [e.a.] : de Gruyter, 1998, p. 161-163.

50 Klotz, Speyer, op. cit., p. 187-188.

51 Ammerich, Kleine Geschichte, op. cit., p. 144-147. Stadtarchiv Speyer, blog Speyer, auf : http://speyer1945.blogspot.de/2015/03/ (consulté le 10 décembre 2017).

52 Hans Ammerich, Thomas Fandel, Richard Schultz, Kirche unterwegs. Vom Wiederaufbau bis zur Jahrtausendwende. Das Bistum Speyer und seine Bischöfe 1945-2000. Spire, Pilger Verlag, 2002, p. 57-59. Déjà en 1945, dans une courte histoire de Spire écrite par Friedrich Sprater et autorisée par la « direction de l’éducation publique », l’auteur mentionne la destruction, sans mentionner les responsables. Friedrich Sprater, Speyer am Rhein: ein Führer durch die Stadt. 3e édition [1re édition en 1927]. Spire : Jaeger, 1945, p. 11. En 1946 paraît également une nouvelle édition du guide de Klimm. Franz Klimm, Der Kaiserdom zu Speyer. Spire : Jaeger, [1946], dans laquelle le lecteur peut encore trouver le paragraphe qui parle de « l’anéantissement de la cathédrale par les Français » (« Vernichtung des Domes durch die Franzosen »), p. 40. Il reste encore à voir quel rôle a joué l’administration dans ce contexte. De l’argent avait-il été versé pour aider à la reconstruction ? Dans quelle mesure la France a-t-elle contribué aux travaux de reconstruction entre 1957 et 1961 ?

53 Viktoria Lukas-Krohm, Denkmalschutz und Denkmalpflege von 1975 bis 2005 mit Schwerpunkt Bayern. Bamberg : University of Bamberg Press, 2014, p. 14-16. Voir aussi les articles de Rudolf Esterer (p. 38-48), de Wilhelm Schorn (p. 49-54), Wolfgang Medding, (55-70), Werner Bornheim gen. Schilling (p. 123-137) et Ludwig H. Heydenreich (p. 165-169) dans Ludwig Stamer (Hrsg), 900 Jahre Speyerer Dom: Festschrift zum Jahrestag der Domweihe; 1061-1961. Spire, Verlag des bischöflichen Ordinariats, 1961, qui discutent en détail les questions de la reconstruction.

54 Fastert, Bildergalerie, op. cit., p. 308-309.

55 Concernant l’esprit de ces années, voir la formulation du but de la restauration par le restaurateur en chef : « Der Bauzustand des Domes ist weder der sakralen Würde der Bischofskirche gemäß, noch trägt er der überragende geschichtlichen und kulturellen Bedeutung als eines hervorragenden Zeugen der abendländischen Kultur Rechnung. Er verlangt daher gebieterisch eine durchgreifende Wiederherstellung in der alten Schönheit und Ausstrahlungskraft seiner grandiosen Hausteinarchitektur […] » Rudolf Esterer, selon : Ammerich ea, Kirche, p. 75-76.

56 Sébastien Ledoux, Le Devoir de mémoire. Une formule et son histoire.

57 Pierre Nora, Présent, nation, mémoire, Paris, Gallimard, 2011, p. 249-258.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Vue de la ville de Spire par Merian.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87901/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2. Gravure de la cathédrale vers 1750.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87901/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Fig. 3. Plan pour la reconstruction vers 1770.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87901/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 777k
Titre Fig. 4. La cathédrale vers 1850.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87901/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 5. L´église de St Bernard.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87901/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site