Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cathédrales en guerre XVIe-XXIe siècle

 | 
Xavier Boniface
, 
Louise Dessaivre

Destructions

La restauration de la cathédrale de Reims au regard de l’histoire : l’exemple du chantier de l’étage de la grande rose

Jonathan Truillet

Texte intégral

« L’œuvre ne périt pas, que mutile un gredin
Demande à Phidias et demande à Rodin
Si devant ses morceaux, on ne dit plus : “C’est Elle !”
La forteresse meurt si on la démantèle
Mais le temps, brisé, vit plus noble ; et soudain
Les yeux, se souvenant du toit avec dédain,
Préfèrent voir le ciel dans la pierre en dentelle.

Rendons grâce – attendu qu’il nous manquait encor
D’avoir ce qu’ont les Grecs sur la colline d’or :
Le symbole du beau consacré par l’insulte ! –

Rendons grâce aux pointeurs du stupide canon
Puisque de leur adresse allemande il résulte
Une honte pour eux, pour nous un Parthénon ! »

Edmond Rostand

1Cette citation montre bien que notre approche de la cathédrale de Reims et de ses nécessaires travaux de restauration ne peut être identique à celle d’un autre monument comparable. Elle pose bien les termes d’un débat qui se poursuit sans interruption depuis 1918, même si le souhait utopique de faire de cette cathédrale un Parthénon a très vite été écarté.

2Comment intervenir sur la cathédrale de Reims, monument emblématique de l’histoire nationale ? Nos décisions sont d’abord guidées par des obligations sanitaires qui n’appellent pas de débat. C’est le cas, par exemple, quand les couvertures en plomb de la toiture glissent et qu’il faut les restaurer. Le problème devient plus complexe quand il s’agit d’intervenir sur les sculptures de la cathédrale. En effet, si des interventions sont nécessaires pour d’évidentes questions sanitaires, voire sécuritaires, le conservateur est immédiatement confronté au débat classique de l’authenticité. Débat qui se double, à Reims, de la réflexion si particulière sur cet éventuel « devoir de mémoire » au regard du souvenir de la Première Guerre mondiale.

3Par les aléas de la guerre, Reims s’est trouvée au niveau d’une ligne de front relativement stable pendant une grande partie du premier conflit mondial. L’incendie de septembre 1914 ainsi que le ciblage pendant toute la guerre de dizaines d’obus ont fait de sa cathédrale un monument martyr.

4Dès les années 1920, l’État français s’est engagé dans des travaux d’urgence. La façade occidentale a ainsi fait l’objet d’une restauration de sauvetage, mais d’ampleur assez limitée, car d’autres urgences attendaient l’architecte Deneux pour redonner une couverture digne de ce nom à la cathédrale.

5À partir des années 1960, et surtout des années 1980, l’état sanitaire catastrophique des sculptures a motivé le financement de programmes plus ambitieux de restauration. Les travaux de sauvegarde de la statuaire et du riche décor sculpté de la façade occidentale ont ainsi été réalisés par tranches successives. Restait principalement à intervenir sur l’étage de la rose, ruiné par l’incendie. Ce chantier, commencé en 2013 et achevé en 2017, représente une étape importante car il termine, un siècle après la guerre, la réparation des dégradations causées par le conflit sur cette façade emblématique.

L’étage de la rose : un objet singulier de l’architecture gothique

6Le massif de façade de Notre-Dame de Reims offre plusieurs caractéristiques exceptionnelles bien connues : une façade hérissée de sculptures (multiplication des gâbles, pinacles, clochetons et crochets) où chaque élément semble se hisser vers le ciel, des éléments architectoniques qui disparaissent derrière les sculptures.

7L’étage de la grande rose est situé nettement en retrait derrière le portail central dont le gâble s’élève jusqu’au centre de la rose, masquant les baies du triforium. En le comparant à d’autres édifices, on constate que cet étage de la grande rose a été agrandi vers le bas et vers le haut, comme pour surélever l’ensemble du massif de façade. Cela se traduit par un haut mur en maçonnerie pleine situé au-dessus de la grande rose. Ce registre, qui ne se retrouve qu’à Reims, a été exploité avec des sculptures monumentales de cinq mètres de hauteur représentant le combat de David et Goliath, illustré par les deux personnages bibliques entourés de moutons et d’arbres.

Critique d’authenticité et état sanitaire

8Cette partie de la façade avait déjà connu de nombreuses restaurations avant notre intervention. Les recherches en archives ont permis de documenter des travaux réalisés sur les sculptures au xviiie siècle qui furent jugées sévèrement pour leur aspect frustre et gauche, mais louées pour leur sens de la monumentalité et leur expressivité.

9Une autre restauration bien plus lourde, engagée en 1906, fit en revanche l’unanimité contre elle. De nombreuses personnalités artistiques de l’époque se déchaînèrent contre cette intervention. Hans Reinhardt parla d’une « restauration probablement déplorable » et Étienne Moreau-Nélaton d’une « besogne piteuse, au plus froid des académismes ».

10Ces travaux nous ont légué un état assez disparate de la statuaire de cette partie de la façade, mêlant des œuvres du xiiie siècle, comme les deux Goliath aux extrémités Nord et Sud, ou les sculptures des voussures, qui sont bien plus remarquables que les éléments de la partie centrale du registre surplombant la rose qui ont été entièrement refaits en 1906.

11Les conséquences de l’incendie de 1914 sur l’état sanitaire des sculptures ont été dévastatrices. Cependant, l’étude historique réalisée avant les travaux a permis de comprendre que le niveau de dégradation constaté avant les travaux de 2013 n’était qu’en partie le résultat de cet incendie. Les photographies montrent ainsi qu’en 1915 ou en 1916, certaines sculptures aujourd’hui ruinées présentaient alors un meilleur état. Même en 1920, certaines œuvres étaient moins dégradées qu’en 2013. Quand il ne les a pas détruites complètement, comme ce fut le cas pour les sculptures des voussures nord de la grande rose, l’incendie de 1914 a donc fragilisé des œuvres qui, exposées aux autres sévices de la guerre et aux intempéries, se sont dégradées de manière accélérée. Par exemple, l’examen de la voussure qui abritait un Goliath décapité par David, œuvre datée du quatrième quart du xiiie siècle qui avait été restaurée de manière très respectueuse en 1844, montre qu’il a certes perdu sa partie haute dès 1914 mais qu’il a subi également une accélération de ses dégradations durant les dix années suivantes.

12La situation sanitaire en 2013 était donc très mauvaise. Certaines sculptures, en particulier du côté nord où les flammes ont été les plus actives, n’étaient plus conservées qu’à l’état de moignons, qu’il s’agisse du Goliath, de plusieurs sculptures des voussures, ou du grand Pèlerin d’Emmaüs situé en contrebas. Certains emplacements étaient vides, soit parce que le feu avait détruit certaines sculptures en ronde-bosse des voussures nord, soit parce que l’œuvre originale avait été déposée, comme ce fut le cas pour le Goliath sud, transféré par précaution dans les années 1960 au Palais du Tau. Enfin, on constatait une dégradation avancée de l’ensemble des lignes architecturales de l’arc, mais également du remplage de la rose, totalement lessivés par un siècle d’érosion sur une pierre fragilisée par le feu.

Les choix de restauration : cicatriser une plaie, conserver au regard de l’histoire

13Face à cet ensemble hétéroclite, le comité scientifique mis en place en 2013 a cherché une approche cohérente, compatible en outre avec une doctrine plus ou moins fluctuante qui s’est forgée depuis trente ans à propos de la cathédrale de Reims, au gré des interventions de restauration sur sa statuaire. L’intervention réalisée a été fondée sur trois principes :

14D’une part, la définition d’une date de référence à laquelle nous pensions pertinent de revenir. Après de nombreux débats, le choix d’un retour à l’état de 1914, juste après l’incendie, s’est imposé car il permettait de témoigner des conséquences de la guerre sur cette partie de l’édifice, tout en effaçant peu ou prou les conséquences de l’érosion naturelle postérieure au conflit et plus précisément à l’incendie de septembre 1914. Cette date de référence incluait donc la conservation et la restauration des sculptures installées en 1906 qui, bien que relativement disgracieuses, font partie de l’histoire du monument. Le choix de cette date impliquait d’être assez interventionniste en termes de restitution sur le tympan figurant la scène de David et Goliath, qui avait été relativement épargné par l’incendie de 1914, tandis que les voussures nord de la rose, dont les sculptures avaient presque toutes été détruites par le feu, ne feraient pas l’objet de l’installation d’œuvres de remplacement.

15D’autre part, l’exigence de mise en place de mesures de conservation à long terme, qui impliquait de déroger en partie au premier principe évoqué ci-dessus. Il s’agissait de restituer les lignes architecturales de la rose qui jouent un rôle important dans l’évacuation de l’eau. Celles-ci avaient été fortement altérées par l’incendie, mais il a été convenu néanmoins de les compléter afin de garantir la pérennité des ouvrages.

16Enfin, la nécessité de rendre à nouveau les grands équilibres de la composition iconographique visible sur cette partie de la cathédrale. C’est pourquoi le pèlerin côté Nord a été restitué pour respecter la composition de la façade, en raison de la pose d’une copie du pèlerin sud dans les années 1980.

17En conséquence de cette approche, il a été décidé de mettre en place un traitement différencié des sculptures disparues ou très altérées. Les œuvres concernées pour le tympan ont ainsi été restituées en nombre, permettant de retrouver une très bonne lisibilité du combat de David et Goliath.

18Les sculptures des voussures nord qui avaient disparu n’ont en revanche pas été restituées, la décision ayant été prise d’en conserver l’état ruiniforme (sauf celle de Sabaa et Salomon qui avait miraculeusement échappé à l’incendie). La pierre des voussures ayant été cependant altérée en profondeur par le feu, il a fallu accepter de la remplacer, et par conséquent de venir re-sculpter une nouvelle surface ruiniforme grâce à un enregistrement numérique des originaux. L’autre option, qui aurait consisté à laisser une surface lisse, a vite été écartée car elle aurait porté à confusion sur le sens de cette absence.

Conclusion : réflexions sur l’acte de restaurer

19L’exemple de ce chantier est tout à fait symptomatique de la responsabilité lourde qui incombe à ceux qui ont la charge de restaurer le patrimoine de la nation. D’un seul coup de plume, ils peuvent être amenés à décider d’effacer les traces tangibles d’une part de notre histoire. En l’occurrence ici, la façade meurtrie de la cathédrale de Reims qui – que cela nous plaise ou non – est un témoignage, voire une source pour l’histoire de la Première Guerre mondiale.

20L’acte de restaurer équivaut à la recherche permanente d’un compromis intelligent entre des injonctions contradictoires sur le plan philosophique ou technique : redonner sa splendeur au chef-d’œuvre gothique, mais conserver trace de la guerre, assurer la conservation des ouvrages à long terme, mais maintenir les stigmates qui sont autant de points d’entrée des futurs facteurs de dégradation du monument.

21Cette recherche ne peut être une œuvre individuelle. Elle doit passer par le travail d’un comité scientifique dont le travail a été particulièrement précieux pour ce chantier et dont il faut remercier tous les membres pour leur implication. Son aboutissement en est rendu aujourd’hui plus aisé grâce aux technologies de numérisation du bâti ancien qui ont permis de trouver lors de ces travaux des solutions techniques innovantes en matière de copie de sculptures complètes ou ruiniformes et partant, de justifier plus facilement certaines orientations de la restauration.

Auteur

Conservateur régional des monuments historiques, DRAC Grand Est

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site