Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cathédrales en guerre XVIe-XXIe siècle

 | 
Xavier Boniface
, 
Louise Dessaivre

Destructions

Traces des guerres mondiales dans les cathédrales italiennes

Matteo Caponi

Texte intégral

Cathédrales en guerre totale

  • 1 Sur cette toile de fond, voir Annette Becker, La guerre et la foi. De la mort à la mémoire. 1914-an (...)

1Ma contribution souhaite offrir quelques idées concises de lecture sur les traces matérielles et symboliques des guerres mondiales dans les cathédrales italiennes. En abordant ce thème, on suivra une double perspective : on examinera, d’un côté, le discours public sur les bombardements aériens, navals et d’artillerie qui frappèrent les lieux emblématiques du ministère épiscopal ; de l’autre, la mémoire monumentale des guerres, par laquelle les cathédrales devinrent elles-mêmes des médias commémoratifs, en étant modifiées pour accueillir le suffrage des morts. Ce sont deux niveaux distincts, mais qui se sont souvent croisés, véhiculant certaines significations civiles et politiques1.

  • 2 François Veuillot, « La guerre aux églises et aux prêtres », dans Alfred Baudrillart (éd.), La Guer (...)
  • 3 Voir Matteo Caponi, « “Guerra giusta” e guerra ai civili. La Chiesa e i bombardamenti sulle città » (...)

2Le cliché de la « guerre aux églises »2 a eu, dans le cas d’étude italien aussi, une certaine importance. La dimension de la « guerre aux civils », vue en particulier à travers le prisme des bombardements stratégiques, a intéressé l’historiographie, surtout en relation avec les raids anglo-américains après 1943. En revanche, on a peu prêté d’attention à la Grande Guerre, bien qu’elle représente le premier moment de l’utilisation de l’arme aérienne sur le sol italien : il y eut des destructions d’œuvres d’art et environ un millier de morts, pour la plupart en Vénétie, dans le Frioul et sur la côte adriatique. Les bombardements de la Seconde Guerre mondiale sont d’un tout autre ordre de grandeur, avec plus de 60 000 victimes3.

  • 4 Archivio Segreto Vaticano [ASV], Opera di soccorso delle chiese rovinate dalla guerra (1915-1918), (...)

3Le décompte des dommages au patrimoine sacré artistique et architectural italien est encore inachevé ; il manque des statistiques systématiques et fiables. Pour la Première Guerre mondiale, la source principale est représentée par les données de l’Opera di soccorso per le chiese rovinate dalla guerra, une association constituée en 1918 sur l’exemple de l’Œuvre de Secours aux églises dévastées, en France. On parle de 167 églises « complètement détruites » et de 237 autres à restaurer. Mais ce sont des statistiques incomplètes4. De ces données sont exclues les quatre cathédrales qui subirent des dommages, San Ciriaco à Ancône (Marches), Santa Maria Assunta à Padoue (Vénétie), San Pietro à Trévise (Vénétie), Santi Ilario e Taziano à Gorizia (Frioul) : Gorizia, qui appartenait à l’Empire austro-hongrois, fut conquise par l’armée de la Monarchie de Savoie en août 1916, pour être ensuite perdue à cause de la défaite de Caporetto (octobre 1917) puis annexée au Royaume d’Italie après le conflit.

  • 5 « I 347 religiosi uccisi in Italia dagli anglo-americani », Corriere della sera, 19 octobre 1943, p (...)
  • 6 British Committee on the Preservation and Restitution of Works of Art, Archives, and other Material (...)

4Un tout autre discours concerne la Seconde Guerre mondiale. Des milliers d’églises furent touchées sur l’ensemble du territoire national, parallèlement à l’avancée des troupes alliées, avec de nombreux cas de cathédrales gravement endommagées ou atteintes de quelque manière que ce soit. En particulier, quatre cathédrales furent, de fait, rasées : Bénévent (au lendemain de l’armistice de Cassibile, en septembre 1943), Livourne (raids répétés de septembre 1943 à juin 1944), Mont-Cassin (février 1944), Teano (octobre 1943). Au moins 21 autres furent gravement endommagées : Ancône, Avellino, Bolzano, Brescia, Caltanissetta, Catane, Catanzaro, Civitavecchia, Foligno, La Spezia, Massa, Matera, Messine, Naples, Padoue, Rimini, Terni, Trévise, Reggio de Calabre, Vicence, Viterbe. Et d’autres encore touchées plus légèrement, dont Bologne, Cagliari, Ferrare, Gênes, Milan, Modène, Palerme, Pise, Pistoia, Ravenne, Udine, Vérone, Volterra. En outre, deux évêques furent tués dans les bombardements de 1943, Enrico Montalbetti de Reggio de Calabre (31 janvier) et Secondo Bologna de Campobasso (10 octobre)5. Selon un calcul approximatif, on passe de 1,4 % des cathédrales touchées par des bombes en 1915-1918 à plus de 10 % en 1940-1945. Mais les églises monumentales les plus endommagées ne sont pas toujours le siège de sièges épiscopaux : il suffit de citer la basilique Santa Chiara à Naples, l’église des Eremitani à Padoue, la basilique Sant’Ambrogio à Milan ou celle de San Lorenzo à Rome6.

Les bombardements de la Grande Guerre

  • 7 Rodolfo Ragnini, Il Duomo di Ancona dopo il bombardamento del 1915, Osimo, Off. Tipografica G. Scar (...)

5Le 24 mai 1915 – le jour même de l’entrée en guerre de l’Italie –, Ancône et la côte adriatique sont bombardées par la marine des Habsbourg. Quelques projectiles atteignent la cathédrale San Ciriaco, endommageant la nef centrale et la chapelle du Saint-Sacrement. « Les canons autrichiens furent-ils tournés par hasard ou délibérément vers notre cathédrale ? ». C’est la question que se pose Rodolfo Ragnini, chapelain majeur de la Marine royale italienne et ancien partisan de la Démocratie chrétienne de Romolo Murri. Sa réponse est catégorique : la dévastation d’« un des monuments les plus célèbres que l’Italie possède » n’a pas été un hasard, mais elle a été délibérément conçue. La belle cathédrale romane qui domine le chef-lieu des Marches, dédiée à un saint invoqué depuis des siècles contre les agressions provenant de la mer (voilà le thème de la croisade contre les Sarrasins et les Turcs), est transfigurée en un « glorieux et vénérable mutilé de guerre », la « première noble victime » d’une guerre juste. Les bombes de François Joseph documentent l’« inutile barbarie » et la « haine » que l’Autriche nourrit vers ce « que l’Italie a de plus sacré et illustre » et elles finissent par alimenter une « nouvelle flamme de résistance patriotique ». « L’outrage » à la cathédrale et la vue de ses « ruines sacrées » poussent à la vengeance contre le « démolisseur sacrilège »7. En même temps, cette lésion occulte la mort des civils. Le corps symbolique de la nation blessée, représenté par son patrimoine monumental, cache les corps massacrés.

  • 8 Ugo Ojetti, I monumenti italiani e la guerra, édité par l’Ufficio Speciale del Ministero della Mari (...)
  • 9 La barbarie autrichienne contre les églises italiennes, Florence, Istituto Micrografico Italiano, s (...)

6Le récit de Ragnini utilise le scénario de la culture de guerre : diabolisation de l’ennemi comme antichrétien, victimisation de sa propre partie (en occultant les destructions analogues perpétrées par les Italiens sur le territoire autrichien) et légitimation de la croisade anti-allemande. Ce répertoire est partagé par une grande partie de la presse catholique et libérale. Le critique d’art Ugo Ojetti, en service auprès du Haut Commandement et signature importante du principal quotidien italien, le Corriere della sera, en est l’un des auteurs. Il dénonce la férocité autrichienne contre l’art italien, en la faisant remonter des siècles en arrière : c’est une animosité « immuable, autant qu’immuables sont restés, en dessous du progrès, les races et leurs affinités et leurs instincts ». Il n’est même pas nécessaire, selon Ojetti, de remonter jusqu’à Attila ou Gaiseric : il suffit d’évoquer le plus proche, 1848, lorsque les Autrichiens ont profané le sanctuaire du Mont Berico, près de Vicence, sans aucun égard pour les objets d’art8. De manière analogue, l’Istituto Micrografico Italiano de Florence est le promoteur d’un opuscule en italien, français, anglais et espagnol, intitulé La barbarie autrichienne contre les églises italiennes. La publication – probablement éditée en 1918 et dont le texte reprend, dans plusieurs passages, les écrits de Ojetti, qui dirigeait le bureau de propagande pour l’étranger – souhaite démontrer, à travers une série de photographies, la haine absolue des Autrichiens contre la civilisation italienne. C’est « une rage tenace », faite « d’envie et de lâcheté : envie de ce que les ennemis n’ont pas, qu’ils ne pourront jamais avoir ». Parmi les photographies, on trouve aussi celles des cathédrales d’Ancône et de Padoue, dont le fronton fut abattu le 30 décembre 1917 (fig. 1)9.

Fig. 1. Padoue. Le fronton de la cathédrale de Santa Maria Assunta détruit par une bombe, 30 décembre 1917.

Fig. 1. Padoue. Le fronton de la cathédrale de Santa Maria Assunta détruit par une bombe, 30 décembre 1917.

La barbarie autrichienne contre les églises italiennes, Florence, Istituto Micrografico Italiano, s.d. [1918 ?], fig. 15.

  • 10 Giulia Bordignon, « “Le pietre parleranno”. Distruzione e ricostruzione postbellica della chiesa de (...)
  • 11 Voir, par exemple, Gino Damerini, « La calata degli iconoclasti », Corriere della sera, 3 décembre (...)

7Le même répertoire sera réactivé dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale : en particulier, en 1943-1945, par la propagande de la République sociale italienne avec la campagne du MinCulPop (Ministère de la Culture Populaire), qui implique la Surintendance aux biens culturels, l’Istituto Luce, les quotidiens, les éditeurs. Les cathédrales d’Ancône, Padoue et Trévise sont alors de nouveau touchées, et mobilisées comme démonstrations des méfaits anglo-américains, gangsters criminels et « nouveaux païens ». Les images des destructions sont utilisées sur des timbres, des cartes postales et des brochures qui délégitiment les libérateurs comme des vandales animés d’une férocité aveugle et d’un immense mépris pour l’art et la religion. La culture anglo-saxonne est présentée comme profanatrice, du fait de son insensibilité supposée aux valeurs spirituelles, ainsi que de ses orientations inspirées par l’intérêt matériel et par une mentalité « judéo-maçonnique » alliée de l’« athéisme bolchevique »10. Les images des cathédrales sont cruciales dans une collection conçue en 1944, intitulée « Les pierres parleront », qui veut documenter la destruction des plus grandes villes de la Vénétie11.

  • 12 Voir Matteo Caponi, « Votarsi al cielo. Bombardamenti, promesse di pace e “religione di guerra” (It (...)

8Toutefois, dans le discours ecclésiastique, dès 1915-1918, les bombardements ne sont pas contestés en soi : ils le sont seulement dans le cas où ils frappent des villes « innocentes », c’est-à-dire non défendues, avec toutes les difficultés pour circonscrire ces critères sur la base du droit de La Haye. Les évêques, suivant le Saint-Siège, n’arrivent pas à délégitimer les bombardements en tant que contraires au jus in bello. La « théologie du fléau » fait que ceux-ci sont présentés comme le comble du châtiment céleste pour l’apostasie de la société moderne. L’immoralité, le laïcisme et la désobéissance à la hiérarchie ecclésiastique : voilà les causes ultimes des dévastations de la maison de Dieu ; donc les villes seront épargnées dans la mesure où les populations se repentent. C’est dans cette perspective que se développe, entre janvier et avril 1917, un activisme dévotionnel qui s’exprime en « vœux de paix » à la Vierge ou, dans le cas de Padoue, à saint Antoine. Mais c’est seulement dans deux cas que le décor des célébrations est représenté par des cathédrales. Le 6 janvier, les Vénitiens s’adressent à la Vierge Nikopeia (« porteuse de victoire ») dans la basilique Saint-Marc. Le 27 avril, les fidèles de Trévise prient Marie Auxiliatrice et le patron saint Libéral dans la cathédrale qui abrite son tombeau. Toutefois, ces rites apotropaïques et expiatoires vont à la rencontre d’un désaveu des faits. Entre la fin décembre 1917 et le début 1918, les cathédrales de Padoue et Trévise sont bombardées. L’évêque de Trévise conclut que, malheureusement, les hommes ne méritent pas la paix, parce que « les gens deviennent toujours plus indifférents et plus méchants »12.

Après 1914-18 : reconstruire, restaurer, remanier

  • 13 « Italiae Matris Gremio Recepti Tergestini Victoria Ovantes Anno XIV ». Voir Gian Paolo Treccani, M (...)

9Les restaurations et les reconstructions contemporaines, avec les messages politico-religieux qui les inspirent, s’avèrent tout aussi significatives. Dans le cas de Gorizia, on procède à l’enlèvement des traces du passé autrichien – identifiés avec les formes stylistiques baroques – dans une œuvre d’italianisation. On recherche les « véritables » vestiges de la tradition nationale à redécouvrir. Les destructions des bombes sont ainsi présentées comme des destructions providentielles, qui permettent de mettre au jour les signes d’un glorieux passé et d’épurer les architectures sacrées. La cathédrale de San Giusto à Trieste, élue lieu symbole de l’irrédentisme, est épurée des remaniements du xixe siècle pour lui restituer son austère apparence médiévale. En même temps, on décore l’abside – reconstruite après sa destruction en 1843 – avec une nouvelle mosaïque de Guido Cadorin qui représente la Vierge et les martyrs chrétiens de Trieste (1932). Il s’agit d’un ex-voto pour l’affranchissement de la ville. L’inscription sur l’arc crée un lien émotionnel entre le sentiment d’amour national-patriotique et la gloire d’Italie d’un côté, et le radieux passé paléochrétien et l’époque de l’évangélisation de l’autre : « Les Triestins, accueillis dans les entrailles de la mère Italie, acclament pour la victoire » (fig. 2)13.

Fig. 2. L’ex-voto de Trieste « libérée » : la mosaïque de Guido Cadorin qui représente la Vierge et les martyrs chrétiens de la ville, cathédrale de San Giusto, 1932.

Fig. 2. L’ex-voto de Trieste « libérée » : la mosaïque de Guido Cadorin qui représente la Vierge et les martyrs chrétiens de la ville, cathédrale de San Giusto, 1932.

Odo Samengo, « Cronache triestine. Arte, amor di patria e fede a San Giusto », Emporium, 1933, n° 467, p. 316.

10L’exemple de Gorizia est aussi intéressant parce qu’il se fonde sur l’attribution mystificatrice aux Autrichiens de la destruction de la cathédrale (imputable, au contraire, aux Italiens). La restauration est au centre d’une bataille symbolique, qui divise aussi le clergé, concernant le choix entre un style italien ou slovène. La cathédrale est rénovée, avec les financements du gouvernement fasciste, de manière austère, en éliminant les stucs et les influences étrangères. L’inauguration est fixée de manière emblématique le 28 octobre 1928, sixième anniversaire de la marche sur Rome et dixième anniversaire de la Victoire. À cette occasion « Gorizia délivrée » applaudit, reconnaissante, la « grande mère Italie ». Deux ans plus tard, sur le mur externe de la cathédrale, on fixe la plaque suivante :

  • 14 « Questo vetusto tempio metropolitano / distrutto dalla furia della guerra / in Gorizia la diletta (...)

« Ce vétuste temple métropolitain / détruit par la furie de la guerre / à Gorizia la bien-aimée / le gouvernement national fasciste / Duce Mussolini / voulut / qu’il renaisse sous forme de splendeur rénovée / monument impérissable d’art italien / […] avec l’amour ardent pour la patrie de nos frères rattachés »14.

  • 15 La barbarie autrichienne, op. cit., p. 7-8 ; G. Bordignon, art. cit., p. 158-159.

11Cette solution monumentale intervient pour guérir – et relire – les cicatrices de la guerre. Ce que l’on exhorte à rappeler, c’est la furie générique de la guerre. On n’accueille pas la « religion de la croisade » contenue dans la proposition de la Société Léonard de Vinci (mai 1917), visant à apposer des inscriptions commémoratives dans les lieux bombardés afin de perpétuer « le souvenir et la réprobation » contre les ennemis de la civilisation. En revanche, c’est dans cette direction que se fera le choix, de la part des autorités de Salò, de placer quelques plaques sur les monuments de Padoue endommagés par le bombardement américain du 11 mars 1944 (cathédrale comprise), afin de dénoncer à la postérité les actions terroristes des « libérateurs ». Ces plaques, encore « acceptées » après la Libération, seront éliminées au cours des restaurations15.

  • 16 Giorgio Trevisan, Memorie della Grande Guerra. I monumenti ai Caduti di Verona e provincia, Sommaca (...)
  • 17 Acta apostolicae sedis, 1922, n° 15, p. 556-557.

12Que dire des souvenirs monumentaux de la Grande Guerre dans les cathédrales qui n’ont pas été touchées par les bombardements ? Les exemples ne sont pas nombreux, ce qui témoigne de la méfiance de l’épiscopat envers la « monumentomanie » de l’après-guerre. Dès 1919, plaques et bas-reliefs remplissent les murs extérieurs et les espaces intérieurs des églises, gravant dans la pierre une apparente conciliation entre amour pour la patrie et identité confessionnelle. Nombreuses sont les chapelles votives pour les morts en guerre ; on édifie ensuite des églises commémoratives et des églises-ossuaires (Padoue, Trévise, Venise, Bassano del Grappa). Mais les cathédrales sont difficilement intéressées par cette vague mémorielle. Quelques évêques, comme celui de Vérone, le cardinal Bartolomeo Bacilieri, condamnent précocement la mode « dangereuse » de « construire dans les églises des plaques ou des chapelles commémoratives pour les morts en guerre », « contraire à la sainteté du lieu sacré et aux prescriptions de l’Église »16. La Congrégation des Rites, par un décret du 20 octobre 1922, interdit de placer sur les murs des églises des plaques avec des noms de morts qui n’y sont pas enterrés ; en outre, le Code de droit canonique ne permet plus d’accueillir les dépouilles de soldats dans les églises17. Cette règle sera toutefois appliquée de manière souple. Dans tous les cas, les ouvrages commencés avant 1922 restent permis.

  • 18 Voir « Bozzetti per la decorazione di una cappella nel Duomo di Parma », Arte cristiana, 1919, n° 5 (...)

13Parmi les cathédrales qui accueillirent des lieux de mémoire, quatre cas sont particulièrement emblématiques. Le premier est représenté par celle de Parme (Émilie), avec la chapelle expiatoire pour les morts de la Grande Guerre, voulue par l’évêque – aujourd’hui saint – Guido Maria Conforti, comme vœu précédant la fin de la guerre (avril 1918). Cette œuvre inaugurée en 1923 est composée d’un cycle pictural et de dalles en marbre, sur lesquelles sont gravés les noms des morts de Parme, et dont le centre représente le Sacré-Cœur de Jésus comme emblème salutaire du suprême holocauste : c’est l’enseigne du sacrifice de « vies précieuses » qui réunit l’apostolat chrétien et le devoir patriotique. Le message de la chapelle, condensé par son auteur – Biagio Biagetti, à l’époque directeur de la Pinacothèque du Vatican – est que la guerre est « une nécessité, peut-être inéluctable », imposée par Dieu pour purifier les hommes de leurs fautes et pour préparer un avenir meilleur. En vertu de son rôle, Biagetti façonne la ligne de Benoît XV : la pacification chrétienne des peuples découle du culte au Sacré-Cœur. Mais le mémorial est constitué de deux autres grandes fresques, qui représentent, par l’art, la position du « sain » nationalisme catholique. En effet, à droite de l’autel, le thème iconographique est celui du sacrifice pro aris et focis. Biagetti ne craignit pas d’affirmer que « la récente immense guerre a été conduite non seulement pour donner la liberté aux peuples oppressés, mais aussi pour déjouer le danger de la domination du Protestantisme », incarné par la criminelle Kultur. Voilà donc les allégories de la Foi catholique et de la Patrie italienne assises sur le même trône ; les mots de 1 Maccabées 3,59 melius est nos mori in bello quam videre mala gentis nostrae et sanctorum (« mieux vaut pour nous mourir les armes à la main que de voir les maux de notre peuple et notre sanctuaire profané ») ; et, enfin, le cortège funèbre de héros, parmi des amandiers en floraison, symbole de résurrection (fig. 3). À gauche de l’autel, le sujet est le triomphe militaire du Génie italien, qui lève le drapeau de la Maison de Savoie, suivi par les allégories des villes rachetées (redente), « libérées » et réunies à la couronne d’Italie, notamment Trieste, Trente et Gorizia18.

Fig. 3. Biagio Biagetti, Le sacrifice, fresque de la chapelle expiatoire pour les morts de la Grande Guerre, cathédrale de Santa Maria Assunta à Parme, 1923.

Fig. 3. Biagio Biagetti, Le sacrifice, fresque de la chapelle expiatoire pour les morts de la Grande Guerre, cathédrale de Santa Maria Assunta à Parme, 1923.

Arte cristiana, 1923, n° 8, p. 239.

  • 19 Voir Andrea Longhi et al., La cattedrale di Reggio Emilia. Studi e ricerche, Milano, Skira, 2014 ; (...)

14Une chapelle des morts est présente dans la crypte de la cathédrale de Reggio Emilia (Émilie) et dans la cathédrale de Castellammare di Stabia (Campanie). Un autre exemple est celui de la cathédrale de San Feliciano à Foligno, sur le flanc extérieur de laquelle on réalisa, entre 1923 et 1925, en style néogothique, un monument aux citoyens morts pour la « gloire » et la « grandeur » de la patrie, avec une copie en bronze de la Madonna del Grappa, véritable icône après Caporetto. Il s’agit d’une intervention comprise dans la restauration de la cathédrale, financée par des fonds publics19.

  • 20 Voir Domenico Garattoni, La cappella votiva pei Riminesi morti in Guerra, Bologna, Poligrafici Riun (...)

15Plus singulière encore est la chapelle aux morts, dédiée à la Vierge consolatrice des affligés, aménagée dans le Temple Malatesta de Rimini, cathédrale et chef-d’œuvre de la Renaissance. Elle fait référence aux symboles guerriers qui peuplent les décorations du xve siècle (héros bibliques en premier lieu). La spécificité du lieu de suffrage, organisé par l’Association nationale des mères et veuves des morts au champ d’honneur et par l’aumônier militaire Domenico Garattoni – ancien démocrate-chrétien, puis converti au fascisme –, est d’accueillir les noms de tous les habitants de Rimini morts « pour accroître l’honneur d’Italie et l’amour entre les Italiens », des guerres du Risorgimento à la Grande Guerre. La chapelle est inaugurée en septembre 1926 en présence du roi Victor Emmanuel III et, dans les années Trente, elle accueillera aussi les noms des « martyrs fascistes » et des morts dans les guerres coloniales (à noter la présence des « fasci littori »)20.

16Enfin, un dernier exemple, plutôt marginal, est celui du bas-relief en bronze, muré en 1927, à l’intérieur de la cathédrale de Foggia « à la mémoire sacrée / des aviateurs américains », morts en 1917-1918 : un chapitre peu connu de la présence des États-Unis sur le théâtre de la guerre italienne21.

Cathédrales dans une guerre non voulue

17Si nous passons à la Seconde Guerre mondiale, le cliché du martyre des cathédrales, chapitre du martyre des églises, représente un indicateur exceptionnel des représentations culturelles et des stratégies rhétoriques utilisées par les Italiens pour élaborer le traumatisme de la guerre totale et surtout pour sortir de la guerre (et du fascisme) et entrer dans la paix (et dans la démocratie). 1940-1945, et surtout la violence démesurée de la guerre civile de 1943-1945, voit la destruction du paradigme héroïque : l’expérience des massacres, de l’aera bombing et de l’opposition entre la Résistance et le nazisme/fascisme enterrent l’idée d’un conflit noble. Il s’agit d’un changement enregistré dans quelques rares cas de monuments de cathédrales, comme celui placé à l’extérieur de l’abside de la cathédrale de Civitavecchia. Ses représentations d’un style sec et sans pompe souhaitent commémorer les « victimes de l’immense tragédie » avec, simplement, la liste des morts dans les bombardements. Des victimes, pas des héros22.

  • 23 « Una solenne funzione a Genova per le vittime del bombardamento », Corriere della sera, 17 février (...)
  • 24 Voir Antonino Ronco, Dossier: Genova 9 febbraio 1941. 300 tonnellate di bombe a colazione, Genova, (...)
  • 25 « Cronaca contemporanea », La Civiltà cattolica, 1942, IV, p. 319 et p. 378-379 ; ibid., 1943, I, p (...)

18Prenons également le cas de Gênes. Le 9 février 1941, un bombardement de la marine britannique atteint la cathédrale San Lorenzo, détruisant le toit. Mais le projectile n’explose pas et il s’arrête sous un tableau de l’Assomption. L’épisode est interprété par l’archevêque, le cardinal Pietro Boetto, comme un événement miraculeux, signe de la protection accordée par la Vierge. D’où la décision de lui consacrer la ville, le 25 mars suivant, avec un rite qui utilise des contenus belliqueux : le peuple prie pour la protection céleste, mais aussi pour la victoire. L’archevêque condamne l’« acte inhumain accompli par les ennemis de notre Italie » et il appelle les fidèles à la cohésion et à la moralité privée et publique, afin de « calmer la divine justice » et d’obtenir de Dieu, « en prévision des victimes innocentes », le « triomphe complet ». Cette théologie du fléau, donc, est unie à une religion « de guerre », et non pas simplement « en guerre »23. Entre-temps, le projectile est enlevé de la cathédrale et, par sécurité, coulé en mer ; au mois de septembre suivant, un autre projectile désarmé – présenté comme celui du 9 février – est placé à l’intérieur de l’église « en souvenir de la civilisation anglaise »24. La continuation de la guerre change toutefois la sémantique de ce mémorial. L’archevêque se conforme à l’appel que lui adresse Pie XII le 16 novembre 1942, de formuler des vœux afin que le malheur dont souffre la ville « soit source de davantage de biens spirituels plus véridiques ». La mort, les ruines et le deuil éprouvés par les Italiens assument principalement un caractère de pénitence salutaire, enraciné depuis longtemps dans l’horizon ecclésiastique : expiation des « fautes qui ont engendré dans le monde tant de désordre et provoqué les punitions divines »25. La plaque, que l’on a conservée jusqu’à présent (fig. 4), présente comme vrai le faux projectile, mais elle évite aussi de criminaliser l’ennemi anglais (devenu, après 1943, cobelligérant du Royaume d’Italie).

Fig. 4. Gènes, ville de Marie. Le (faux) projectile qui n’a pas explosé dans la cathédrale de San Lorenzo, 1941.

Fig. 4. Gènes, ville de Marie. Le (faux) projectile qui n’a pas explosé dans la cathédrale de San Lorenzo, 1941.
  • 26 Adeodato Piazza, Per le vittime della incursione su Venezia. Discorso pronunciato nella Basilica di (...)
  • 27 « Hic iacent exsuviae / Henrici Montalbetti / in aerio saevorum hostium incursu / […] infandum in m (...)

19Les bombardements représentent un nœud dramatique pour les évêques. Parmi eux, beaucoup se prononcent violemment contre les raids aériens, suscitant la réaction du Saint-Siège, préoccupé d’éviter des incidents diplomatiques avec les Alliés. Dans l’Italie occupée par les Allemands, plusieurs évêques fournissent des arguments à la propagande de Salò, en construisant une image destinée à durer bien au-delà de la défaite du nazisme et du fascisme : celle du martyre du peuple italien, appelé à se racheter à travers les souffrances d’une guerre non voulue. Le 16 août 1944, à la basilique Saint-Marc de Venise, lors des obsèques des victimes d’une incursion aérienne deux jours auparavant, le patriarche, le cardinal Adeodato Piazza, s’élève dans son sermon contre « ces méthodes de guerre » condamnées par la « loi divine » et le droit international en tant que « massacre horrible » : ses propos sont rapidement publiés par le MinCulPop dans un but de propagande26. Ces représentations survivent dans l’après-guerre, comme l’atteste le monument funéraire de l’archevêque Montalbetti, élevé dans la cathédrale reconstruite de Reggio Calabria. Dans l’épigraphe, les Alliés sont significativement qualifiés – en continuité avec la perspective de la guerre fasciste – de « féroces ennemis », et celui de Montalbetti évoque le « sang expiatoire » versé pour racheter les péchés des hommes27.

  • 28 Voir Paolo Pezzino, « Un crimine inventato? I morti del Duomo di S. Miniato », dans Michele Battini (...)

20Parfois, les destructions de la guerre totale se projettent dans une « mémoire divisée » des massacres de populations. C’est le cas de San Miniato, une petite commune dans le département de Pise. Le 22 juillet 1944, à la veille de la libération du village, l’armée allemande enferme de nombreux habitants dans la cathédrale, où une explosion se produit, provoquant 55 morts. L’opinion publique se divise. Certains pensent que c’est un projectile tiré par les batteries américaines ; mais les plus nombreux sont convaincus qu’il s’agit d’un massacre perpétré par les Allemands, avec la complicité de l’évêque Ugo Giubbi. Du côté catholique, on a maintenu pendant des années une réserve volontaire, tout en penchant pour la responsabilité américaine, en polémique avec l’antifascisme communiste qui a soutenu la thèse opposée. C’est seulement à l’occasion du 50e anniversaire de l’événement qu’une plaque a été posée à l’intérieur de la cathédrale, en souvenir des « victimes innocentes de la guerre », sans toutefois préciser qui avaient été les auteurs du massacre28.

  • 29 Voir la documentation dans ASV, Commissione Centrale per l’Arte Sacra in Italia, Archivio generale, (...)

21Le thème des cathédrales objet d’incursions terroristes permet de populariser un stéréotype auto-absolutoire, à la double valeur apologétique. On supprime les responsabilités du peuple italien envers le régime fasciste. En outre, la guerre est principalement lue comme une attaque contre les bastions de la foi. On élude ainsi complètement les responsabilités de la culture et du nationalisme catholiques dans le consensus à la dictature ou à l’effort de guerre jusqu’en 1943. La guerre aux cathédrales met en scène la déchristianisation comme cause ultime des malheurs de la guerre. La polémique qui se développe à Livourne en 1945-1946, entre l’administration municipale, guidée par les communistes, et l’évêque Giovanni Piccioni est à ce propos éclairante. Devant le maire qui défend un projet urbaniste révolutionnant la principale place de la ville – et prévoyant un déplacement de la cathédrale par rapport à sa position d’origine –, le prélat oppose l’exigence de reconstruire l’édifice là où il était et comme il était pour ne pas prolonger les délais, car, dans une zone à forte présence communiste, il est vital que le symbole même de la présence catholique soit rétabli dans la plus grande urgence. La priorité est de remettre l’Église au centre de l’espace public29.

  • 30 [Costante Chimenton], Nel XI anniversario dell’incursione terroristica su Treviso del 7 aprile 1944(...)
  • 31 [Id.], La cappella del Santissimo nella cattedrale di Treviso: danni di guerra e restauri, Vedelago (...)

22C’est, en revanche, Costante Chimenton, vicaire général du diocèse de Trévise, qui répandra le cliché martyrial du 7 avril 1944 – vendredi saint et jour du désastreux bombardement sur la ville – comme « passion du Seigneur et passion de Trévise ». Chimenton, qui dans l’entre-deux-guerres a suivi la reconstruction des églises dévastées lors du premier conflit mondial, décline ce concept dans l’optique du patriotisme expiatoire et de la pacification nationale. En 1948, l’expert d’art sacré décrit une cathédrale éventrée, symbole de l’hécatombe d’un peuple innocent, appelé maintenant à construire une société fraternelle et chrétienne30. Une fois encore, les dégâts peuvent devenir l’occasion heureuse de redécouvrir – c’est le cas de la chapelle du Saint-Sacrement – les traces de la « primitive construction romane » (c’est-à-dire le paradigme de chrétienté) ravagée par le vandalisme des remaniements du xviiie siècle (la modernité exécrable)31.

Fig. 5. Le Temple Malatesta (cathédrale Santa Colomba, Rimini), gravement touché par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale.

Fig. 5. Le Temple Malatesta (cathédrale Santa Colomba, Rimini), gravement touché par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale.

British Committee on the Preservation and Restitution of Works of Art, Archives, and other Material in Enemy Hands, Works of Art in Italy. Losses and Survivals in the War, I, London, His Majesty’s Stationary Office, 1945, p. 56.

  • 32 Voir Domenico Garattoni, Il Tempio malatestiano. Leggenda e realtà, Bologna, Cappelli, 1951, p. 13- (...)

23Don Garattoni agit dans la même logique devant le Temple Malatesta, détruit par les bombardements du 28 décembre 1943 et du 29 janvier 1944 (fig. 5). La restauration s’achève en 1950, année clé du jubilé. Sur le parvis, on place une épigraphe qui rappelle l’œuvre de la République italienne et des bienfaiteurs américains. Dans le climat de la guerre froide et de la croisade anticommuniste, Rimini retrouve sa cathédrale, grâce au gouvernement démocrate-chrétien et à son allié, autrefois son ennemi. Pour le prêtre, ancien membre du parti fasciste, la ville, point fondamental de la résistance allemande, a payé de son propre sang pour vaincre « l’ennemi diabolique », qui voulait détruire la source de toute civilisation : « la Religion de notre Patrie, l’Italie, qui est la Patrie de la Religion ». Le Temple redressé devient ainsi un « Vœu d’Expiation » : que le sang versé puisse rendre frères les Italiens et les peuples du monde32. Cette défascisation rétroactive transforme la cathédrale martyre en métaphore d’un Calvaire plus vaste d’où la nation pourra renaître, à condition de redonner leur centralité aux valeurs chrétiennes qui représentent la profonde identité du pays. Le temple, démonté et reconstruit entièrement par l’anastylose, incarne plastiquement le caractère cathartique de la guerre destructrice. Le but de ramener la cathédrale à une physionomie orthodoxe, la libérant des incrustations païennes et du mirage néoplatonicien, exprime le plus grand désir de rétablir la société, en la soustrayant au domaine corrupteur du sentiment profane. Le discours sur l’architecture sacrée « blessée » participe donc au succès du patriotisme piaculaire qui modela l’identité nationale d’après-guerre et alimenta les rêves de reconquête chrétienne, sous l’égide du parti catholique au pouvoir.

Notes

1 Sur cette toile de fond, voir Annette Becker, La guerre et la foi. De la mort à la mémoire. 1914-années 1930, Paris, Armand Colin, 2015² (1re éd. 1994), p. 28-36 et p. 160-180, et Xavier Boniface, Histoire religieuse de la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2014, p. 389-420.

2 François Veuillot, « La guerre aux églises et aux prêtres », dans Alfred Baudrillart (éd.), La Guerre Allemande et le Catholicisme, Paris, Bloud et Gay, 1915, p. 81-140.

3 Voir Matteo Caponi, « “Guerra giusta” e guerra ai civili. La Chiesa e i bombardamenti sulle città », dans Daniele Menozzi (éd.), La Chiesa italiana nella Grande Guerra, Brescia, Morcelliana, 2015, p. 13-42 ; Nicola Labanca (éd.), I bombardamenti aerei sull’Italia. Politica, Stato e società (1939-1945), Bologna, il Mulino, 2012 ; Claudia Baldoli, « Bombing and Religion in Italy, 1940-1945 », dans ead., Andrew Knapp et Richard Overy (éd.), Bombing, States and Peoples, 1940-1945, London, Continuum, 2011, p. 136-153.

4 Archivio Segreto Vaticano [ASV], Opera di soccorso delle chiese rovinate dalla guerra (1915-1918), fasc. « Opuscoli e volantini », Statistica delle chiese rovinate dalla guerra, Venezia, Tip. S. Marco, s.d., f. 88r-95v.

5 « I 347 religiosi uccisi in Italia dagli anglo-americani », Corriere della sera, 19 octobre 1943, p. 1.

6 British Committee on the Preservation and Restitution of Works of Art, Archives, and other Material in Enemy Hands, Works of Art in Italy. Losses and Survivals in the War, London, His Majesty’s Stationary Office, 1945-1946, 2 vol.

7 Rodolfo Ragnini, Il Duomo di Ancona dopo il bombardamento del 1915, Osimo, Off. Tipografica G. Scarponi, 1920, p. 3-5 et p. 38-39.

8 Ugo Ojetti, I monumenti italiani e la guerra, édité par l’Ufficio Speciale del Ministero della Marina, Milano, Alfieri e Lacroix, 1917, p. 5-6.

9 La barbarie autrichienne contre les églises italiennes, Florence, Istituto Micrografico Italiano, s.d. [1918 ?], p. 3 et images annexées.

10 Giulia Bordignon, « “Le pietre parleranno”. Distruzione e ricostruzione postbellica della chiesa degli Eremitani a Padova tra storia e propaganda », Opus incertum, 2009-2010, n° 5-6, p. 157-174.

11 Voir, par exemple, Gino Damerini, « La calata degli iconoclasti », Corriere della sera, 3 décembre 1944, p. 3 ; I “liberatori” su Treviso, Venezia, Edizioni erre, 1944, p. 28-32 ; I “liberatori” su Vicenza, Milano, Edizioni erre, 1945, p. 4 et p. 45.

12 Voir Matteo Caponi, « Votarsi al cielo. Bombardamenti, promesse di pace e “religione di guerra” (Italia, 1917) », dans : Andrea Mariuzzo, Elena Mazzini, Francesco Mores et Ilaria Pavan (éd.), Un mestiere paziente. Gli allievi pisani per Daniele Menozzi, Pisa, Ets, 2017, p. 51-66 et lettre de Giacinto Longhin (évêque de Trévise) à Benoît XV, 31 mars 1918, reproduite dans Antonio Scottà (éd.), I vescovi veneti e la Santa Sede nella guerra 1915-1918, II, Roma, Edizioni di storia e letteratura, 1991, p. 292-293.

13 « Italiae Matris Gremio Recepti Tergestini Victoria Ovantes Anno XIV ». Voir Gian Paolo Treccani, Monumenti e centri storici nella stagione della Grande Guerra, Milano, FrancoAngeli, 2015, p. 301-352 ; Odo Samengo, « Cronache triestine. Un monumento d’arte cristiana antica. Il ripristino trecentesco della Cattedrale di San Giusto », Emporium, 1933, n° 458, p. 118-127. Id., « Cronache triestine. Arte, amor di patria e fede a San Giusto », ibid., 1933, n° 467, p. 314-316.

14 « Questo vetusto tempio metropolitano / distrutto dalla furia della guerra / in Gorizia la diletta / il governo nazionale fascista / Duce Mussolini / volle / risorgesse in forme di rinnovellato splendore / monumento imperituro d’arte italica/ asilo sereno di fede fuse in un sol palpito/ coll’ardente amor patrio de’ fratelli redenti ». Voir le dossier sur le site (consulté le 31 décembre 2017) : http://www.chiesedistruttegorizia.com/chiesametropolitanagorizia.php.

15 La barbarie autrichienne, op. cit., p. 7-8 ; G. Bordignon, art. cit., p. 158-159.

16 Giorgio Trevisan, Memorie della Grande Guerra. I monumenti ai Caduti di Verona e provincia, Sommacampagna (VR), Cierre edizioni, 2005, p. 8-9.

17 Acta apostolicae sedis, 1922, n° 15, p. 556-557.

18 Voir « Bozzetti per la decorazione di una cappella nel Duomo di Parma », Arte cristiana, 1919, n° 5, p. 73-78 et Giovanni Pauri, « La cappella espiatoria nella cattedrale di Parma per i caduti in guerra », ibid., 1923, n° 8, p. 235-243.

19 Voir Andrea Longhi et al., La cattedrale di Reggio Emilia. Studi e ricerche, Milano, Skira, 2014 ; Maria Rosaria Nappi (éd.), La Campania e la Grande Guerra. I monumenti ai caduti di Napoli e provincia, Roma, Gangemi, 2011, p. 202 ; « Tracce di neogotico nel monumenti ai caduti », in Mariasole Bernicchi, Liana Baruffi et Agnese Mancini, “Caddero per l’umanità e per la Patria”: l’Umbria e l’arte della memoria. Esempi scultorei e architettonici per la Grande Guerra, http://movio.beniculturali.it/sabap-umb/lumbriaelartedellamemoria/ (consulté le 31 décembre 2018).

20 Voir Domenico Garattoni, La cappella votiva pei Riminesi morti in Guerra, Bologna, Poligrafici Riuniti, 1926 et Antonio Paolucci (éd.), Il Tempio Malatestiano a Rimini. The Tempio Malatestiano in Rimini, II, Modena, Panini, 2010, p. 114-127.

21 Voir le dossier à l’adresse http://www.pietredellamemoria.it/pietre/lapide-ai-caduti-americani-a-foggia/ (dernier accès le 31 décembre 2017).

22 Voir le dossier à l’adresse http://www.pietredellamemoria.it/pietre/lapide-alle-vittime-dei-bombardamenti-di-civitavecchi/ (dernier accès le 31 décembre 2017).

23 « Una solenne funzione a Genova per le vittime del bombardamento », Corriere della sera, 17 février 1941, p. 2 ; « Un rito secolare a Genova. La consacrazione della città a Maria Santissima », ibid., 26 mars 1941, p. 2.

24 Voir Antonino Ronco, Dossier: Genova 9 febbraio 1941. 300 tonnellate di bombe a colazione, Genova, De Ferrari, 2007, p. 93-102 ; « Nobile lettera del card. Boetto alla cittadinanza genovese », Corriere della sera, 13 février 1941, p. 2 ; « Dopo il vile bombardamento di Genova. Fervore di opere e di soccorsi », ibid., 18 février 1941, p. 2 ; « A memento della civiltà inglese », ibid., 16 septembre 1941, p. 5.

25 « Cronaca contemporanea », La Civiltà cattolica, 1942, IV, p. 319 et p. 378-379 ; ibid., 1943, I, p. 57-58.

26 Adeodato Piazza, Per le vittime della incursione su Venezia. Discorso pronunciato nella Basilica di S. Marco il 16 Agosto 1944-XXII, Venezia, Ministero della cultura popolare, 1944, p. 5-6.

27 « Hic iacent exsuviae / Henrici Montalbetti / in aerio saevorum hostium incursu / […] infandum in modum heus fuit peremptus / O bone Jesu Redemptor / sit apud te haec tam nobilis victima / totius archidiaecesis expiatio noxarum / […] effuso piaculari sanguine purpuratus / vivas in aeternum beatus in Christo » : http://www.cattedralereggiocalabria.it/la-cattedrale/monumento-funerario-di-mons-e-montalbetti (consulté le 31 décembre 2017).

28 Voir Paolo Pezzino, « Un crimine inventato? I morti del Duomo di S. Miniato », dans Michele Battini et Paolo Pezzino, Guerra ai civili. Occupazione tedesca e politica del massacro. Toscana 1944, Venezia, Marsilio, 1997, p. 105-140 ; Costanza Orlandi, « Rappresaglia o fatalità? La strage del Duomo di San Miniato del 22 luglio 1944 », dans Pietro Clemente et Fabio Dei (éd.), Poetiche e politiche del ricordo. Memoria pubblica delle stragi nazifasciste in Toscana, Roma, Carocci, 2005, p. 134-162 ; Leonardo Paggi, « Storia di una memoria antifascista », dans id. (éd.), L’esperienza della guerra e la nuova democrazia a San Miniato (Pisa). La memoria e la ricerca storia, Roma, Carocci, 2005, p. 11-30.

29 Voir la documentation dans ASV, Commissione Centrale per l’Arte Sacra in Italia, Archivio generale, b. 137.

30 [Costante Chimenton], Nel XI anniversario dell’incursione terroristica su Treviso del 7 aprile 1944, Vedelago (TV), Tip. Ars et Religio, 1956.

31 [Id.], La cappella del Santissimo nella cattedrale di Treviso: danni di guerra e restauri, Vedelago (TV), Tipografia Ars et religio, 1948, p. 16-21.

32 Voir Domenico Garattoni, Il Tempio malatestiano. Leggenda e realtà, Bologna, Cappelli, 1951, p. 13-15 et p. 105-107 ; Giulia Ceriani Sebregondi, « La ricostruzione del Tempio. Il restauro post-bellico del Tempio Malatestiano di Rimini », Engramma, 2008, n° 61, disponible à l’adresse : http://www.engramma.it/eOS/index.php?id_articolo=2005 (consulté le 31 décembre 2017).

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Padoue. Le fronton de la cathédrale de Santa Maria Assunta détruit par une bombe, 30 décembre 1917.
Légende La barbarie autrichienne contre les églises italiennes, Florence, Istituto Micrografico Italiano, s.d. [1918 ?], fig. 15.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87876/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Fig. 2. L’ex-voto de Trieste « libérée » : la mosaïque de Guido Cadorin qui représente la Vierge et les martyrs chrétiens de la ville, cathédrale de San Giusto, 1932.
Légende Odo Samengo, « Cronache triestine. Arte, amor di patria e fede a San Giusto », Emporium, 1933, n° 467, p. 316.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87876/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
Titre Fig. 3. Biagio Biagetti, Le sacrifice, fresque de la chapelle expiatoire pour les morts de la Grande Guerre, cathédrale de Santa Maria Assunta à Parme, 1923.
Légende Arte cristiana, 1923, n° 8, p. 239.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87876/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 4. Gènes, ville de Marie. Le (faux) projectile qui n’a pas explosé dans la cathédrale de San Lorenzo, 1941.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87876/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 471k
Titre Fig. 5. Le Temple Malatesta (cathédrale Santa Colomba, Rimini), gravement touché par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale.
Légende British Committee on the Preservation and Restitution of Works of Art, Archives, and other Material in Enemy Hands, Works of Art in Italy. Losses and Survivals in the War, I, London, His Majesty’s Stationary Office, 1945, p. 56.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87876/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M

Auteur

ENS Pise

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site