Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cathédrales en guerre XVIe-XXIe siècle

 | 
Xavier Boniface
, 
Louise Dessaivre

Destructions

Reims et Verdun : deux cathédrales à l’épreuve de la Grande Guerre

Michaël George

Texte intégral

  • 1 Notre article s’inscrit donc dans le prolongement de celui proposé par Emmanuelle Danchin dans cet (...)
  • 2 On citera notamment notre thèse de doctorat, sous la codirection de Patrick Corbet et Jean-Michel M (...)
  • 3 Yann Harlaut, La cathédrale de Reims : du 4 septembre 1914 au 10 juillet 1938 : idéologies, controv (...)

1Si le titre de cet article suggère une étude comparative, c’est à un monument particulier – la cathédrale de Verdun – qu’il s’intéressera plus précisément, à la lumière d’un autre – Notre-Dame de Reims1 : non seulement car il s’agit d’un édifice que nous connaissons mieux – pour lui avoir consacré une grande partie de nos recherches2 –, mais également parce que la cathédrale de Reims a fait l’objet de nombreux travaux, parmi lesquels il faut citer la thèse de Yann Harlaut pour la période de la Grande Guerre et de l’entre-deux-guerres3.

2Le postulat ayant inspiré cet article est très simple, s’agissant du constat posé par un médiéviste sur un épisode complexe de la période contemporaine et sur ses répercussions jusqu’à nos jours : tandis que la bataille de Verdun incarne parfois à elle seule la Première Guerre mondiale – la, ou plutôt les, bataille(s) de la Marne étant reléguée(s) en arrière-plan, au même titre, voire davantage, que celle de la Somme –, c’est la cathédrale de Reims qui constitue sans doute le monument le plus emblématique de la Grande Guerre, sa voisine de Verdun étant presque inconnue du grand public et la plupart du temps absente des circuits de mémoire.

3Pourtant, ce constat qu’on semble pouvoir dresser aujourd’hui ne va pas de soi, la cathédrale de Verdun ayant illustré – au même titre que celle de Reims ou presque – les « atrocités allemandes » pendant le conflit et encore après l’armistice. Ce n’est que progressivement, au cours de l’entre-deux-guerres, que Notre-Dame de Reims a pris le dessus, devenant la « cathédrale martyre » par excellence, au détriment de Notre-Dame de Verdun.

  • 4 Stéphanie Quantin, Catherine Ambroselli de Bayser, François Janvier et alii, L’ossuaire de Douaumon (...)

4Pour expliquer cette évolution et l’apparente contradiction qui a servi de point de départ à notre réflexion, les arguments pourraient être nombreux avec, en premier lieu, le prestige de Notre-Dame de Reims, cathédrale du sacre des rois de France et fleuron de l’architecture gothique ou « française ». On pourrait également insister, et nous y reviendrons, sur les différents degrés de destruction des cathédrales de Reims et de Verdun, la première ayant beaucoup plus souffert de la Grande Guerre que la seconde. Enfin, et pour ne citer que trois exemples, on pourrait signaler la « concurrence » exercée sur Notre-Dame de Verdun par les nombreux sites de mémoire du champ de bataille et en particulier par l’ossuaire de Douaumont, cette « cathédrale » des morts de la bataille de 1916 ou « cathédrale de la Grande Guerre », pour paraphraser le sous-titre d’un ouvrage paru en 20154. Mais ces éléments n’ont probablement fait qu’accentuer un phénomène dont la cause principale est plus ancienne, à savoir la redécouverte de parties romanes entre 1919 et 1935, qui modifia profondément le dessein des architectes en charge de la restauration de la cathédrale de Verdun et la symbolique que cet édifice revêtit par la suite.

5Pour tenter de comprendre cette évolution et l’impact qu’elle a pu avoir sur la place respective des cathédrales de Reims et de Verdun aujourd’hui, nous adopterons un plan essentiellement chronologique, lié aux phases de destruction de la cathédrale de Verdun pendant la Grande Guerre et à celles de sa reconstruction après le conflit, jusqu’à son inauguration officielle le 10 novembre 1935.

Une vision catastrophique et emphatique de la réalité durant la Première Guerre mondiale

Entre récits locaux et rapports officiels, alarmisme et « atrocités allemandes »

  • 5 Verdun, Bibliothèque d’étude du Grand Verdun, ms. 819, t. I, p. 15. Les notes dactylographiées du c (...)
  • 6 Ibid., p. 110.
  • 7 Comme le 14 février 1915 (voir ibid., p. 42).

6Contrairement à la cathédrale de Reims, qui fut incendiée et en partie détruite en septembre 1914, dès le début de la guerre, les deux premières années du conflit semblent avoir été assez calmes pour la cathédrale de Verdun, qui ne subit aucun dommage au cours de cette période. Le capitaine Martin, commandant de la compagnie des sapeurs-pompiers de la ville, qui a tenu une chronique quasi quotidienne tout au long de la guerre, fait d’ailleurs état de plusieurs célébrations religieuses à l’intérieur de l’édifice en 1914 et 1915. Ainsi en est-il, par exemple, d’une messe demandée par la Croix-Rouge et le Souvenir Français pour le repos de l’âme des soldats morts pour la patrie le 5 novembre 19145 ou d’une autre, célébrée un an plus tard, le 4 novembre 19156. Dans les deux cas, le commandant des pompiers décrit une cathédrale « archi-comble », les soldats ne pouvant pas tous entrer pour assister à l’office. Au sein d’une assemblée qui atteindrait parfois 10 000 personnes selon l’auteur – chiffre totalement invraisemblable et bien évidemment exagéré –, ce dernier mentionne la présence de nombreuses autorités civiles et militaires : le sous-préfet de Verdun, plusieurs généraux et officiers supérieurs, ainsi que l’évêque du lieu, qui préside parfois lui-même l’office7 ; c’est la preuve, sans doute, que la cathédrale n’était encore pas visée par l’artillerie ennemie et que l’on ne craignait encore pas grand-chose à seulement quelques mois du début de la bataille de 1916.

  • 8 Ibid., p. 39-40.
  • 9 Ibid., p. 39.
  • 10 Laurent Brunner, La cathédrale de Verdun et la Première Guerre mondiale, s.l. [Verdun], Association (...)

7Le capitaine Martin mentionne néanmoins quelques bombes tombées à proximité de l’édifice, mais sans vraiment l’endommager. Ce fut par exemple le cas en février 1915 avec la chute de plusieurs engins explosifs sur la place de la cathédrale et dans le jardin du cloître, faisant voler en éclats les vitraux de la chapelle Saint-Joseph, a priori les premiers dommages matériels du conflit dans l’église-mère du diocèse8. L’auteur n’hésite alors pas à condamner ces actes et à les considérer comme des atteintes volontaires au patrimoine verdunois : « Si l’on rapproche l’emplacement des bombes de ce jour [le 4 février 1915] […], il est bien établi que ces barbares recherchent la destruction de la cathédrale »9. C’est la même tonalité qu’on retrouve un an et demi plus tard dans un communiqué officiel français du 6 juillet 1916 : « les Allemands se sont acharnés sur la cathédrale de Verdun qu’ils ont systématiquement essayé d’atteindre cette nuit avec des obus de gros calibres10 ».

8Pourtant, malgré les combats acharnés de la bataille de Verdun, entre février et décembre 1916, et les nombreux obus qui s’abattirent sur la ville, la cathédrale fut relativement peu touchée : une partie de la voûte du bras sud du transept oriental fut atteinte, ainsi qu’une travée de la galerie est du cloître, qui fut totalement détruite. Si l’on excepte les vitraux, qui avaient été intégralement pulvérisés par le souffle des explosions l’année précédente, ce sont les seuls dégâts qu’on pouvait recenser à la fin de l’année 1916. La cathédrale ne fut probablement que la victime indirecte des tirs visant la citadelle voisine, où se trouvaient une importante garnison et une partie du commandement militaire français, et rien n’indique qu’elle ait été la cible délibérée de l’artillerie allemande. Viser les tours de Notre-Dame constituait en effet le meilleur moyen d’atteindre cet objectif stratégique.

9Les principaux dégâts de la cathédrale ne furent pas d’ailleurs occasionnés durant la bataille de Verdun, mais l’année suivante, au cours des mois d’avril et mai 1917. Une grande partie de la toiture et des voûtes fut détruite, alors que la plupart des claires-voies du cloître souffrirent des bombardements. C’est ce que constatait, attristé, Ernest Beauguitte, le maire de Verdun, en juillet 1917 :

  • 11 Ibid.

« Par d’énormes trous l’azur apparaît. L’immense vaisseau est plein de pierres amoncelées, les dalles jonchées de gravats et de débris, de piliers ébréchés. Un homme de garde ramasse pour nous des débris de verrières. Hors de l’édifice les dégâts sont moindres. La balustrade d’une des tours est endommagée11 ».

  • 12 Verdun, Bibliothèque d’étude du Grand Verdun, ms. 819, t. II, p. 68.

10On peut également citer le témoignage du capitaine Martin qui, après la chute d’un nouvel obus le 21 août 1917, écrivait, de manière très laconique : « Les voûtes sont de plus en plus malades12 ».

  • 13 Ibid., p. 124.
  • 14 Ibid., p. 139-140.
  • 15 Ibid., p. 142.
  • 16 Ibid., p. 196.
  • 17 Ibid., p. 198.

11Durant les derniers mois de la guerre, la « canonnade » se fait toujours entendre à Verdun et dans les alentours, mais les bombardements sont de plus en plus espacés et sporadiques. Le 18 mars 1918, la cathédrale reçoit encore quelques obus, tout comme l’évêché et quelques maisons voisines13, mais il s’agit apparemment des derniers et le capitaine Martin entame une nouvelle phase de son action : le diagnostic du patrimoine local et son entretien, en attendant de véritables travaux de restauration. Le 5 mai 1918, il rencontre à la cathédrale plusieurs gradés, notamment du génie, pour « examiner la situation des voûtes ». On prévoit alors l’installation de tôles ondulées afin de préserver les éléments restants dans la cathédrale, et notamment le baldaquin, des eaux de pluie, qui s’infiltraient dans l’édifice en raison de l’absence de quelques travées de voûtes14. Le commandant des sapeurs-pompiers réceptionne ces tôles une semaine plus tard15, mais on ne sait pas exactement à quelle date elles furent installées. Le 11 octobre 1918, un mois avant l’armistice, il retrouve l’abbé Basinet à la cathédrale pour faire de nouveau un point de situation et indique dans ses notes : « La visite des beffrois a permis de constater que les cloches pouvaient sonner. L’horloge n’a pas trop souffert »16. Elle fut nettoyée quelques jours plus tard, le 15 octobre 1918, par les pompiers de Verdun17.

La mise en scène du « patrimoine blessé » et l’importance de la cathédrale de Verdun dans l’exposition du Petit Palais en 1916-1917

  • 18 Claire Maingon, « L’instrumentalisation du patrimoine blessé. Paris, 1916 : l’Exposition d’œuvres d (...)
  • 19 Suzanne Dörler, « La protection du patrimoine en Belgique et dans le nord de la France pendant la P (...)

12Malgré des dégâts relativement limités, la cathédrale de Verdun fut donc, comme d’autres monuments, au centre de la propagande anti-allemande, non seulement à l’échelle locale, mais également nationale. En témoigne, par exemple, la place de choix qu’elle occupa dans l’Exposition des œuvres d’art mutilées ou provenant des régions dévastées par l’ennemi, qui s’est tenue au Petit Palais entre novembre 1916 et décembre 1917. Selon Claire Maingon, il s’agissait « d’attiser l’opinion publique en lui montrant, par l’objet, la réalité et la poursuite des “atrocités allemandes” popularisées dans la presse dès 1914 », notamment à travers les bombardements et l’incendie de la cathédrale de Reims. Alors que l’armée française sortait victorieuse, mais affaiblie, de la bataille de Verdun, cette exposition parisienne devait « contrecarrer toute idée que l’Allemagne puisse être attentive à l’avenir et à la richesse du patrimoine français dans les régions occupées18 ». En effet, l’auteur rappelle que l’armée allemande avait créé un service de protection des œuvres d’art (Kunstschutz) dès l’automne 191419, ce que ne pouvait admettre la propagande française.

  • 20 Exposition d’œuvres d’art mutilées ou provenant des régions dévastées par l’ennemi, Paris, 1916. Ce (...)

13Pour apprécier la place de la cathédrale de Verdun au sein de cette exposition, notamment par rapport à celle de Reims, on peut se reporter au catalogue publié à l’époque20. Ainsi, sur les 273 numéros inventoriés, 71 concernent le département de la Meuse, dont 10 la cathédrale Notre-Dame, contre 74 pour le département de la Marne, dont 26 pour la cathédrale de Reims. On pourrait alors en déduire que la place occupée par la cathédrale de Verdun fut plus limitée que celle de sa voisine champenoise, mais ce serait oublier le niveau respectif de destruction de ces deux édifices. Par ailleurs, l’importance des éléments présentés nous oblige à nuancer cette analyse. En effet, tandis qu’on exhibe quelques tapisseries et restes lapidaires de la cathédrale de Reims, on accorde un espace démesuré aux boiseries du grand-chœur et aux 82 stalles de la cathédrale de Verdun. La place tenue par ces œuvres insiste sur le symbole de cet édifice, incarnant à lui seul le martyre de la ville et le sacrifice de tout le pays. On remarquera également que la couverture du catalogue de l’exposition était ornée d’un coq gaulois, le fameux « Coq hardi », du nom de l’une des plus célèbres tables de Verdun. Ce n’est pas forcément étonnant dans le contexte de la bataille de Verdun, qui n’était alors pas totalement achevée au moment de l’inauguration de l’exposition du Petit Palais par le Président de la République le 24 novembre 1916.

  • 21 Ibid., p. 36-48.

14Si le parcours de l’exposition était en partie construit de manière géographique, en suivant la ligne de front du nord vers le sud, la position occupée par les œuvres de la cathédrale et de la ville de Verdun était plutôt avantageuse. En effet, situées dans la galerie orientale du Petit Palais, elles profitaient d’un espace à la fois vaste et lumineux. Au milieu d’elles, les canons d’honneur de l’Hôtel de Ville, des objets liturgiques abîmés provenant de diverses églises de la ville et du département, des fragments de vitraux, plusieurs Vierges de la Renaissance, mais aussi un choix de manuscrits de la bibliothèque municipale de Verdun, dont le plus ancien remontait au xiie siècle, ainsi que les médailles remises à la Ville par le Président de la République en 191621.

  • 22 Claire Maingon, op. cit., § 19.
  • 23 Ibid., § 20.

15Avec l’ensemble consacré à la cathédrale de Reims, celui de Verdun devait donc constituer ce que Claire Maingon appelle « l’une des deux attractions majeures de l’exposition22 ». Selon Thiébaut-Sisson, l’un des plus grands critiques d’art de l’époque, « c’est sur Verdun […] que l’émotion se concentre ». L’auteur ajoute que la découverte de ce chœur paré de vestiges avait provoqué en lui « une sensation si profonde que l’on a comme envie de s’agenouiller », déclenchant un puissant sentiment patriotique, entre l’extase et la désolation23. Pour insister sur l’importance de cet ensemble monumental, on le reproduisit d’ailleurs dans le catalogue de l’exposition, ce qui n’est le cas que d’un tout petit nombre d’œuvres (avec le Lion d’Arras, le retable de la Passion de Mesnil-lès-Hurlus dans la Marne et la Piéta de Souain, dans le même département), dont aucune n’est issue de la cathédrale de Reims.

16Si cette dernière avait illustré les « atrocités allemandes » ou la « barbarie teutonne », Notre-Dame de Verdun était donc devenue, elle aussi, en 1916, le symbole du « vandalisme allemand ». Un rôle qu’elle conserva jusqu’à la fin de la guerre et même après l’armistice.

Les premières années de la restauration et le maintien d’une symbolique « martyre » (1918-1921)

Les premiers constats désolés des architectes en charge de la restauration

  • 24 Marcel Delangle, « La restauration de la cathédrale de Verdun et du cloître de la cathédrale », Alm (...)

17Si la cathédrale de Verdun était encore considérée comme un édifice martyr à l’issue du conflit, c’est en partie parce qu’elle était inutilisable ; ni le clergé ni les fidèles ne pouvaient y accéder pour la célébration du culte. Certes, les dégâts causés directement par la guerre étaient restreints – notamment par rapport à ceux de la cathédrale de Reims ou d’autres églises du département de la Meuse, qui avaient totalement disparu –, mais la pluie et les gelées des hivers 1916, 1917 et 1918 avaient parachevé l’œuvre des obus, désagrégeant les maçonneries déjà fragilisées et laissant tomber au sol quelques parties des voûtes subsistantes. Marcel Delangle, architecte ordinaire des Monuments historiques du département de la Meuse, relevait ainsi en 1930 qu’il y avait « deux sortes de destructions : celles produites directement par des obus, celles indirectement produites, par suite de l’absence de couverture, par les infiltrations d’eaux pluviales, la gelée, le vent24 ».

  • 25 Charenton-le-Pont, Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine [abrégé ensuite par Charenton], 8 (...)

18André Ventre, architecte en chef des Monuments historiques en charge de la restauration de la cathédrale de Verdun, semblait d’ailleurs désemparé lorsqu’il découvrit, pour la première fois, l’ampleur des destructions et la complexité des travaux à entreprendre. Dans un rapport du 3 mars 1919, il indiquait : « Il est impossible pour le moment d’envisager la restauration totale de cet édifice en raison de l’importance des travaux et des difficultés qu’ils présentent25 ». Et pour cause, le restaurateur de la cathédrale venait de décrire sommairement les dégâts qu’il avait sous les yeux :

  • 26 Ibid.

« Les voûtes du transept sud sont effondrées ainsi que les charpentes et couvertures de cette partie de l’édifice ; dans la nef, deux travées de voûte sont disloquées et en partie effondrées : les charpentes et couvertures correspondant à ces deux travées sont également arrachées et désarticulées. D’autre part, la tour sud a reçu de nombreux obus […]. L’ensemble des couvertures qui subsistent est soufflé et crevé par parties ; la plupart des ardoises sont brisées ou percées par des éclats d’obus26 ».

19À ces dégâts intérieurs, il fallait ajouter ceux de la partie extérieure, la plupart des maçonneries présentant des brèches ou des trous causés par des éclats d’obus. En dehors de la cathédrale, c’est le cloître, bordant sa façade méridionale, qui fut le plus sévèrement touché, comme en témoigne un rapport d’André Ventre du 14 septembre 1919 :

« Le cloître de la cathédrale de Verdun, fréquemment bombardé, a été atteint dès l’année 1916. Trois travées (face côté nord) ont complètement été anéanties ; les travées voisines sont ébranlées et menacent ruine ; les couvertures des travées face ouest sont à refaire en totalité ».

  • 27 Concernant les travaux de réfection du cloître, sur lesquels on ne reviendra pas en détail ici, on (...)

20Là encore, l’architecte est incapable de prévoir les travaux à opérer et se contente d’établir un plan de sauvetage provisoire du monument27.

Champ de bataille et cathédrale encore sur un pied d’égalité ?

  • 28 Verdun, Bibliothèque d’étude du Grand Verdun, ms. 819, t. II, p. 210-211.

21Dans l’immédiat après-guerre, la cathédrale de Verdun semble donc avoir conservé le rôle qu’elle avait occupé durant le conflit, celui d’une cathédrale martyre, à l’image du champ de bataille qui l’entourait. Quelques jours après l’armistice, que les cloches de Notre-Dame avaient annoncé à grandes volées, c’est d’ailleurs à la cathédrale que l’on célébra en grande pompe la victoire sur l’Allemagne. L’office dut se dérouler dans le chœur occidental, aussi appelé Vieux-Chœur, car le grand chœur était inaccessible. Le capitaine Martin écrit dans ses notes, le 19 novembre 1918 : « À 10 h ½ : service solemmel [sic] pour les soldats morts pour la défense de Verdun sous la présidence de Mgr dans les ruines de la cathédrale […] bondée de soldats français et américains tassés debout28 ».

  • 29 Sollicité par le chanoine Souplet, qui avait sans aucun doute connaissance de la magnanimité de Joh (...)

22Présents militairement à la fin de la guerre dans le département de la Meuse, notamment en Argonne, les Américains furent très impliqués dans la reconstruction de la région après-guerre et même si Rockefeller refusa d’apporter son concours financier à la cathédrale de Verdun29, la générosité de ses concitoyens fut grande envers ce monument. En témoigne cette plaque commémorative accrochée dans la chapelle Saint-Joseph, sur laquelle on distingue le nom de plusieurs donateurs américains : Charles Raymond Maxwell, qui finança une partie des vitraux de la chapelle du Saint-Sacrement ainsi que l’électrification de la sonnerie des cloches, Charles Henry Raymond et Victoria, dont le legs fut employé à la réalisation des verrières des autres chapelles méridionales, et Georges Maxwell, qui participa au financement des vitraux des transepts.

  • 30 Verdun, Bibliothèque diocésaine, carton « Cathédrale Notre-Dame ».

23Si l’ensemble des vitraux a été réalisé par Jacques et Jean-Jacques Gruber, célèbres maîtres-verriers originaires de Nancy, deux Américains – Comrick et Burnham – s’étaient également proposés d’offrir et de réaliser quelques verrières de la cathédrale de Verdun. Le 15 avril 1923, l’épouse de Comrick se réjouissait de voir son mari travailler pour celle-ci et écrivait alors : « Son désir le plus grand est de montrer sa dévotion pour l’esprit merveilleux de la France, et quoi de mieux que Verdun ! ». Quant à Burnham, il écrivait, dans une lettre du 24 janvier 1924, qu’il voulait « dessiner et réaliser un vitrail pour la cathédrale de Verdun ou pour une église se trouvant dans la zone dévastée ; cette fenêtre constituerait alors une offrande au peuple français30 ».

  • 31 Voir le courrier adressé par André Ventre au directeur des Beaux-Arts le 26 mai 1922 (Charenton, 81 (...)
  • 32 Charenton, 81/55/60.

24Jusqu’au milieu des années 1920 au moins, la cathédrale semble donc trouver sa place dans le paysage mémoriel meusien et la plupart des groupes se rendant sur le champ de bataille se recueillent aussi à Notre-Dame. La ville commençait d’ailleurs à recevoir de multiples décorations et les délégations étrangères accueillies venaient parfois à la cathédrale pour un office commémoratif ou pour une simple visite. À chaque fois, André Ventre en avertissait sa hiérarchie, profitant de cette occasion pour solliciter des financements supplémentaires, au motif, par exemple, de la nécessaire sécurisation de l’édifice. On peut citer la remise de la grande médaille d’or du Congrès par les États-Unis à la ville de Verdun31, le 4 juin 1922, ou encore la réception des membres de l’American Legion – groupe d’anciens combattants américains – en septembre 192632.

Une succession de redécouvertes romanes et la modification progressive du programme architectural

25Mais, tandis qu’on s’affairait à consolider les structures et à redonner au bâtiment son état d’avant-guerre, les ouvriers et les architectes mirent au jour plusieurs éléments romans des xie et xiie siècles.

  • 33 Concernant cet épisode majeur de l’histoire de la cathédrale, voir : Michaël George, op. cit., p. 9 (...)

26Cela commença avec la redécouverte, en juin 1921, du portail du Lion, situé à la base de l’ancienne tour nord-est de la cathédrale. La plupart de ses éléments sculptés avaient été préservés et seuls quatre colonnettes (deux de chaque côté), la voussure supérieure et les deux chapiteaux qui la prolongeaient avaient disparu lors des remaniements du xviiie siècle, qui avaient suivi le grand incendie du 2 avril 175533. Le tympan sculpté, sur lequel apparaît un Christ en majesté, trônant dans une mandorle et entouré du tétramorphe, avait quant à lui été épargné, de même que les autres chapiteaux et voussures aux motifs essentiellement végétaux. L’ensemble rappelle des œuvres célèbres comme le portail de Saint-Bénigne de Dijon ou celui de Saint-Fortunat de Charlieu en Bourgogne, ou encore le tympan central du portail royal de la cathédrale de Chartres.

27En 1931, alors qu’on voulait restaurer le mur séparant la cathédrale des annexes du grand séminaire, c’est un autre portail – celui de l’Officialité – qui fut révélé dans les soubassements de la tour nord-ouest. De style roman primitif, il permettait de faire la jonction avec l’ancien tribunal épiscopal et la maison de l’évêque, ce qui explique sans doute son caractère monumental. La découverte était d’autant plus importante que cette œuvre avait été conservée dans son intégralité, depuis la base des piliers jusqu’au sommet des voussures, sur plus de six mètres de haut. Pour le dégager et lui redonner tout son effet, il fallut non seulement retirer chacune des pierres de taille qui l’entravaient, mais aussi abaisser de plus d’un mètre le niveau du sol, qui avait été rehaussé au xviiie siècle. Autant de dépenses qui n’avaient pas été prévues dans les budgets de restauration initiaux, mais que les architectes surent défendre avec beaucoup de conviction auprès de l’administration des Monuments historiques.

  • 34 Concernant ces peintures murales et les autres traces de polychromie médiévale, on renverra notamme (...)
  • 35 L’exemple le plus proche est celui de la crypte de Mont-Devant-Sassey (département de la Meuse, can (...)
  • 36 Lettre manuscrite envoyée au directeur général des Beaux-Arts le 23 janvier 1933 (Charenton, 81/55/ (...)
  • 37 Rapport daté du 25 janvier 1933 (ibid.).
  • 38 Voir le rapport envoyé par Eugène Rattier le 18 juin 1934 et passé devant la Commission des Monumen (...)
  • 39 Plusieurs chapiteaux sont reproduits sur la base « Mémoire » du Ministère de la Culture et de la Co (...)
  • 40 Voir l’article d’Emmanuelle Danchin.

28Défoncées, puis comblées au xviiie siècle, les grandes cryptes orientales avaient davantage souffert ; seuls quelques piliers et chapiteaux du pourtour avaient échappé aux remaniements de l’époque moderne, de même que les murs sur lesquels ils s’appuyaient et où l’on pouvait encore distinguer de nombreuses marques de tâcherons – précieux témoins des travaux menés par l’architecte Garin au xiie siècle – ainsi que des peintures murales datant de l’époque médiévale (xiiie-xve siècles)34. Il ne s’agissait donc plus simplement de dégager et de restaurer partiellement des éléments cachés, mais de reconstituer presque intégralement un espace disparu. Grâce aux relevés effectués par les architectes, et au modèle fourni par quelques exemples connus encore en élévation35, le choix fut en effet de reconstruire les piliers et les voûtes qui avaient été démolis au xviiie siècle. Alors que la crypte avait fini d’être déblayée en juillet 1930, et que la plupart des éléments sculptés étaient achevés l’année suivante, la réalisation des chapiteaux n’intervint qu’en 1934. Souhaitant « que le caractère général de la restauration soit conforme à celui des éléments anciens remis à jour36 », André Ventre présenta un premier projet, réalisé par le sculpteur Garnier, à la Commission des Monuments historiques. Mais, malgré l’avis favorable de l’inspecteur général des Monuments historiques37, la Commission rejeta le projet de Garnier et en exigea un nouveau38. C’est le travail de Gaston Le Bourgeois qui fut alors retenu, ce dernier ayant composé une série de chapiteaux relatifs à l’histoire religieuse de Verdun et de sa cathédrale, mais aussi – et surtout — de nombreuses sculptures en lien avec la Grande Guerre39. On peut y reconnaître différents types d’armements (mitrailleuse, DCA, canon de 75 ou canon sur rail, etc.), mais également des Poilus, représentés dans les tranchées au moment de l’assaut, en train de fumer la pipe ou d’effectuer la corvée de pain. Sans oublier quelques scènes plus locales : le pigeon du fort de Vaux, les camions de la Voie sacrée ou encore les armoiries de Mgr Ginisty, évêque de Verdun (1914-1946)40.

29Le rôle mémoriel de la cathédrale devait donc se cantonner à sa crypte, comme c’est encore le cas aujourd’hui, même si les stigmates présents sur les murs extérieurs de l’édifice – et volontairement conservés à l’issue de la guerre – jouent partiellement ce rôle. Le reste de l’édifice reprit quant à lui ses fonctions initiales, à la fois spirituelles et culturelles, cultuelles et artistiques, le champ de bataille et ses monuments – notamment l’ossuaire de Douaumont – faisant converger vers eux seuls le devoir de mémoire. Mais il ne s’agit pas là d’une exception verdunoise, Yann Harlaut en arrivant aux mêmes conclusions dans sa thèse sur la cathédrale de Reims :

  • 41 Yann Harlaut, op. cit., p. 508.

« Dans cette commémoration de la Grande Guerre, seule la mémoire des victimes survit aux traditions générationnelles […]. La cathédrale de Reims est comme tout monument un symbole identitaire qui s’est figé avec le temps, pas seulement en quatre ans, mais en quinze siècles41 ».

L’évolution de la sémantique et de la propagande vers une cathédrale de Verdun de plus en plus oubliée (1921-1935)

La vision nuancée des architectes en charge de la restauration et la modification du discours : d’une cathédrale martyre à un symbole de la résistance française

30Ce n’est pas quinze siècles d’histoire que comptait la cathédrale de Verdun, mais presque un millénaire, ses parties les plus anciennes datant de la fin du xe siècle et celles qui avaient été remises au jour dans les années 1920/1930 remontant aux xie et xiie siècles.

  • 42 Marcel Delangle, op. cit., p. 98.
  • 43 Charenton, 81/55/59.

31Pour expliquer cette résistance et cette ancienneté de la cathédrale de Verdun, Marcel Delangle insistait sur la solidité et la robustesse de la cathédrale, écrivant en 1930 : « malgré l’acharnement mis par les Allemands à détruire la ville, les épaisses maçonneries de pierre de taille ont parfaitement résisté. La nature de cette pierre de taille – pierre dure – et son épaisseur ont été les deux facteurs principaux de cette résistance42 ». C’est, en effet, l’impression que donnent les photographies et cartes postales d’époque : tandis que l’objectif se focalise sur l’amoncellement des pierres tombées des quelques travées de voûte détruites, il suffit de détourner le regard des gravats pour constater que les solides piliers romans de la nef avaient été épargnés, que la plupart des murs et du gros-œuvre étaient encore en place, presque indemnes. C’est d’ailleurs ce que constatait André Ventre lui-même. Passé le temps de la stupéfaction et de l’horreur juste après l’armistice, il indiquait dans un rapport du 14 septembre 1919, six mois après ses premières conclusions : « la cathédrale a reçu de nombreux obus qui ont provoqué des dommages considérables bien qu’aucune des parties essentielles de l’édifice n’ait été touchée43 ».

  • 44 C’est ce qui ressort également de l’étude de Yann Harlaut sur la cathédrale de Reims : « La cathédr (...)

32À l’image de la France, la ville de Verdun avait donc souffert des bombardements et était en partie ruinée, mais elle était loin d’être anéantie et la restauration de sa cathédrale devait désormais insister sur cette résistance héroïque44. C’est d’ailleurs dans ce sens qu’allait déjà le catalogue de l’exposition du Petit Palais en 1916, puisqu’on peut lire dans le paragraphe introductif aux œuvres provenant de la ville :

  • 45 Exposition d’œuvres d’art mutilées […], op. cit., p. 41.

« On pourrait voir un symbole de cette résistance, qui a défié les plus furieux assauts de la place, dans la découverte des anciennes murailles sur lesquelles étaient appuyées les maisons qui se sont écroulées. Elles sont apparues, robustes encore, derrière les constructions qui les cachaient, disant, à travers les vicissitudes de l’histoire, la pérennité de Verdun. C’est fièrement que Verdun, dans son martyre, porte ses plaies45 ».

33Mais à Verdun, c’est sans doute la cathédrale qui incarnait le mieux cette position, fièrement dressée sur un promontoire au sommet de la ville. On peut alors citer un rapport d’Eugène Rattier, inspecteur général des Monuments historiques, envoyé à la Commission des Monuments historiques le 20 octobre 1931 :

  • 46 Charenton, 81/55/62.

« Le clergé de la cathédrale, depuis plusieurs années, apporte un concours financier important qui permet de garnir de vitraux toutes les baies de l’édifice. Le nouveau concours, de près de la moitié des dépenses, qu’il a recueilli [pour les grandes orgues] montre une fois de plus la place prépondérante prise par la cathédrale de Verdun, devenue comme le symbole de notre lutte et de la résistance du pays46 ».

Un modèle « roman-rhénan » pas forcément au goût du jour et les conséquences de ce changement de symbolique jusqu’à l’inauguration du 10 novembre 1935

  • 47 On pourrait également signaler plusieurs lettres de Jacques Gruber, dans lesquelles il fait état de (...)

34Pourtant, et comme l’illustre cette citation, les crédits nécessaires à la restauration avaient parfois du mal à arriver et plusieurs élus locaux s’inquiétèrent du ralentissement ou de l’absence de travaux au sein de la cathédrale47. On peut notamment signaler le courrier que Victor Schleiter, député-maire de Verdun, adressa au ministre de l’Éducation nationale et des Beaux-Arts le 29 novembre 1933 :

  • 48 Charenton, 81/55/62.

« le plus important de ce travail de reconstitution est fait […]. Mais depuis longtemps déjà les crédits se font attendre et les travaux n’avancent pas, en sorte que la Cathédrale de Verdun se trouve, à l’heure actuelle, être dans tout Verdun, le seul immeuble dont les dommages de guerre n’aient pas été réparés48 ».

  • 49 Si Marcel Delangle mentionne lui aussi le problème des crédits alloués par l’administration pour ju (...)

35La situation semble d’ailleurs si désespérée et la motivation du maire telle, qu’il propose que la municipalité fasse un emprunt à hauteur des devis effectués par les Monuments historiques, à condition que l’État s’engage ensuite à le rembourser avec les intérêts du prêt49.

  • 50 Verdun, Bibliothèque diocésaine, carton « Cathédrale Notre-Dame ».
  • 51 Charenton, 81/55/62.

36On ne dut jamais recourir à telles extrémités et, même avec du retard, l’ensemble des crédits nécessaires furent octroyés : la cathédrale restaurée put être inaugurée le 10 novembre 1935. Le retour de la population, à une époque où les catholiques pratiquants étaient nombreux, pressait d’ailleurs les autorités, auxquelles l’évêque se manifestait souvent pour rappeler la vocation cultuelle du lieu50, la cathédrale de Verdun attirant de nombreux touristes et pèlerins depuis l’armistice de 1918. C’est ce qu’indiquait d’ailleurs le chanoine Polimann, député de la Meuse, dans un courrier adressé au directeur général des Beaux-Arts le 28 septembre 1934 : « j’ajoute que Rembercourt, Verdun et Hattonchâtel étant des centres de pèlerinages patriotiques et de tourisme, la remise en état de ces monuments historiques serait vivement appréciée par les nombreux visiteurs51 ».

  • 52 Voir Claire Maingon, op. cit., conclusion et n. 79.
  • 53 Concernant cet adjectif, dont la portée aurait sans doute été encore plus forte à l’issue de la Pre (...)
  • 54 Voir Michaël George, op. cit., p. 195-201.

37Bien évidemment, l’importance des travaux à réaliser à la cathédrale outre la multiplicité des chantiers à Verdun et dans le reste de la France peuvent en partie expliquer le retard pris dans le versement des crédits nécessaires à la restauration ainsi que la durée de cette dernière, qui s’est étalée sur près de seize ans, entre 1919 et 1935. Toutefois, on peut se demander dans quelle mesure les redécouvertes faites par les architectes de la cathédrale ne pourraient pas expliquer cette situation économique délicate et le recours nécessaire à la générosité du clergé et des fidèles. En effet, à un moment où certains historiens de l’art, comme Émile Mâle, cherchaient à affirmer la prétendue supériorité du gothique français sur l’art allemand52, la redécouverte de parties romanes n’était pas forcément un atout, surtout à Verdun, où elles insistaient sur le plan double de la cathédrale – avec deux chœurs, deux cryptes et deux transepts – et rappelaient son influence rhénane. Tandis que la cathédrale de Reims restaurée incarnait de nouveau la splendeur de l’architecture « française », celle de Verdun ne présentait au mieux qu’une architecture « bâtarde53 », à cheval entre roman et gothique, sans compter les nombreux ajouts de l’époque moderne. Certes, on pourrait aujourd’hui rappeler que les édifices à plan double étaient relativement courants à l’époque carolingienne, à l’image du plan de l’abbaye de Saint-Gall, et que le style de la cathédrale de Verdun n’était pas nécessairement d’inspiration rhénane, impériale ou allemande54. Mais cet argument ne fut pas utilisé après-guerre et il n’aurait sans doute pas eu beaucoup d’effet à une époque où les corps et les esprits étaient encore très marqués par la Première Guerre mondiale.

  • 55 Voir Yann Harlaut, op. cit., p. 309 et suivantes.
  • 56 Charenton, 81/55/62.

38Que cette réalité en soit partiellement responsable ou non, l’inauguration de la cathédrale restaurée, le 10 novembre 1935, fut moins solennelle qu’on aurait pu l’imaginer à la fin de l’année 1916 ou au moment de l’armistice. Les cérémonies furent particulièrement soignées et l’on pouvait noter la présence de nombreux prélats français, du célèbre compositeur et interprète Marcel Dupré, qui inaugura les grandes orgues, ainsi que celle du ministre de l’Éducation nationale et des Beaux-Arts, Mario Roustan, qui en profita pour visiter le palais épiscopal et inaugurer le musée municipal, désormais installé dans l’hôtel de la Princerie. Mais pour en arriver là, la cathédrale de Verdun et ses représentants durent faire face à un certain désintérêt des autorités françaises, l’édifice n’ayant pas cristallisé toutes les attentions comme celui de Reims, en tout cas pas de manière aussi marquée et continue55. En témoigne, par exemple, le fait que le maire de Verdun ait été plusieurs fois obligé de réclamer des entretiens avec le ministre ou avec le directeur général des Beaux-Arts pour leur suggérer la liste des personnes à inviter56. La cathédrale de Verdun n’était déjà plus un symbole majeur et son inauguration ne semblait pas être une priorité.

Conclusion

39La concurrence entre les cathédrales de Reims et de Verdun, posée comme postulat de départ en introduction, ne semble pas vraiment avoir été une réalité. Du moins, ne le fut-elle pas longtemps. En effet, le rôle de ces deux édifices fut très vite complémentaire, la cathédrale de Reims illustrant de manière prégnante ce qu’on appelait encore les « atrocités allemandes », tandis que celle de Verdun devait symboliser la résistance et le courage français. Plutôt que de complémentarité, c’est d’analogies qu’il faudrait parler. En effet, malgré une architecture différente et des plans éloignés, les cathédrales de Reims et de Verdun avaient toutes deux une longue histoire, vers laquelle le public et les autorités revinrent naturellement, la mémoire de la Grande Guerre se focalisant quant à elle sur les champs de bataille, au plus près des morts du conflit. Dans le sillage de la réconciliation franco-allemande et du « couple » dont on parle parfois, ces deux édifices semblent d’ailleurs occuper un rôle nouveau et commun : symboliser la paix, une paix durable.

Notes

1 Notre article s’inscrit donc dans le prolongement de celui proposé par Emmanuelle Danchin dans cet ouvrage.

2 On citera notamment notre thèse de doctorat, sous la codirection de Patrick Corbet et Jean-Michel Matz, Le chapitre cathédral de Verdun (fin xiie-début xvie s.) : étude d’une communauté ecclésiastique séculière (université de Lorraine, 2016). Mais aussi et surtout, en lien avec cet article, notre ouvrage de synthèse : La cathédrale de Verdun, des origines à nos jours. Étude historique et sociale d’un édifice à l’architecture millénaire, Nancy, PUN-Éditions Universitaires de Lorraine, 2015.

3 Yann Harlaut, La cathédrale de Reims : du 4 septembre 1914 au 10 juillet 1938 : idéologies, controverses et pragmatisme, Thèse de doctorat sous la direction de Marie-Claude Genet-Delacroix, université de Reims, 2006. Voir aussi Thomas W. Gaehtgens, La cathédrale incendiée. Reims, septembre 1914, Paris, Gallimard, Bibliothèque illustrée des histoires, 2018, 326 p.

4 Stéphanie Quantin, Catherine Ambroselli de Bayser, François Janvier et alii, L’ossuaire de Douaumont. Cathédrale de la Grande Guerre, Ars-sur-Moselle, Serge Domini Éditeur, 2015.

5 Verdun, Bibliothèque d’étude du Grand Verdun, ms. 819, t. I, p. 15. Les notes dactylographiées du capitaine Martin, publiées de manière critique par Franck Meyer, sont accessibles en ligne sur la galerie numérique du Grand Verdun à l’adresse suivante : galerie.verdun.fr.

6 Ibid., p. 110.

7 Comme le 14 février 1915 (voir ibid., p. 42).

8 Ibid., p. 39-40.

9 Ibid., p. 39.

10 Laurent Brunner, La cathédrale de Verdun et la Première Guerre mondiale, s.l. [Verdun], Association Culturelle de la Cathédrale de Verdun, 1992, p. 3.

11 Ibid.

12 Verdun, Bibliothèque d’étude du Grand Verdun, ms. 819, t. II, p. 68.

13 Ibid., p. 124.

14 Ibid., p. 139-140.

15 Ibid., p. 142.

16 Ibid., p. 196.

17 Ibid., p. 198.

18 Claire Maingon, « L’instrumentalisation du patrimoine blessé. Paris, 1916 : l’Exposition d’œuvres d’art mutilées ou provenant de régions dévastées par l’ennemi au Petit Palais », In situ. Revue des Patrimoines, 2014 (n° 23) [publication électronique], § 1.

19 Suzanne Dörler, « La protection du patrimoine en Belgique et dans le nord de la France pendant la Première Guerre mondiale. Sa documentation photographique au Centre allemand de documentation – Archives photographiques de Marbourg », dans : Laurence Baudoux-Rousseau, Michel-Pierre Chélini et Charles Giry-Deloison (études réunies par), Le Patrimoine, un enjeu de la Grande Guerre. Art et archéologie dans les territoires occupés, 1914-1921, Arras, Artois Presses Université, 2018, p. 165-178.

20 Exposition d’œuvres d’art mutilées ou provenant des régions dévastées par l’ennemi, Paris, 1916. Ce catalogue peut être téléchargé sur le site internet du Petit Palais (onglet « Collections », puis « Bibliothèque numérique »).

21 Ibid., p. 36-48.

22 Claire Maingon, op. cit., § 19.

23 Ibid., § 20.

24 Marcel Delangle, « La restauration de la cathédrale de Verdun et du cloître de la cathédrale », Almanach Meusien, 1930, p. 99.

25 Charenton-le-Pont, Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine [abrégé ensuite par Charenton], 81/55/59.

26 Ibid.

27 Concernant les travaux de réfection du cloître, sur lesquels on ne reviendra pas en détail ici, on verra : Charenton, 81/55/67.

28 Verdun, Bibliothèque d’étude du Grand Verdun, ms. 819, t. II, p. 210-211.

29 Sollicité par le chanoine Souplet, qui avait sans aucun doute connaissance de la magnanimité de John Davison Rockefeller Jr à Reims (voir Yann Harlaut, op. cit., p. 365-384), ce dernier répondit, via son secrétaire, qu’il ne pouvait malheureusement pas aider toutes les églises françaises ayant souffert de la guerre (lettre du 9 septembre 1927 ; Verdun, Bibliothèque diocésaine, carton « Cathédrale Notre-Dame »).

30 Verdun, Bibliothèque diocésaine, carton « Cathédrale Notre-Dame ».

31 Voir le courrier adressé par André Ventre au directeur des Beaux-Arts le 26 mai 1922 (Charenton, 81/55/59).

32 Charenton, 81/55/60.

33 Concernant cet épisode majeur de l’histoire de la cathédrale, voir : Michaël George, op. cit., p. 90-99.

34 Concernant ces peintures murales et les autres traces de polychromie médiévale, on renverra notamment le lecteur à l’étude menée par A. Neury : Peintures murales – Meuse, Centre de recherches sur les monuments historiques, 1961 (plusieurs pages dactylographiées disponibles à la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine à Charenton-le-Pont).

35 L’exemple le plus proche est celui de la crypte de Mont-Devant-Sassey (département de la Meuse, canton de Stenay), érigée à la même époque que celle de la cathédrale de Verdun et présentant un plan similaire. Les architectes s’inspirèrent également de la crypte de la cathédrale de Trèves, qui « aurait été copiée sur celle de Verdun » (courrier d’Eugène Rattier au directeur général des Beaux-Arts, le 18 juillet 1930 ; Charenton, 81/55/61).

36 Lettre manuscrite envoyée au directeur général des Beaux-Arts le 23 janvier 1933 (Charenton, 81/55/62).

37 Rapport daté du 25 janvier 1933 (ibid.).

38 Voir le rapport envoyé par Eugène Rattier le 18 juin 1934 et passé devant la Commission des Monuments historiques le 20 juin de la même année (ibid.).

39 Plusieurs chapiteaux sont reproduits sur la base « Mémoire » du Ministère de la Culture et de la Communication. Voir également un article des deux architectes en charge de la restauration, comportant trois planches photographiques : Marcel Delangle, André Ventre, « La cathédrale de Verdun », Architecture moderne, 51e année, n° 23 (8 mars 1936), Paris, 1936, p. 467-469. Voir enfin Paul Gauny, Jean-Claude Laparra, Les chapiteaux de la crypte sous la cathédrale de Verdun, Verdun, Culture et Loisirs, 2001.

40 Voir l’article d’Emmanuelle Danchin.

41 Yann Harlaut, op. cit., p. 508.

42 Marcel Delangle, op. cit., p. 98.

43 Charenton, 81/55/59.

44 C’est ce qui ressort également de l’étude de Yann Harlaut sur la cathédrale de Reims : « La cathédrale a été endommagée par l’incendie mais n’est pas détruite. Elle devient ainsi le symbole de la France meurtrie mais toujours combattante » (op. cit., p. 126).

45 Exposition d’œuvres d’art mutilées […], op. cit., p. 41.

46 Charenton, 81/55/62.

47 On pourrait également signaler plusieurs lettres de Jacques Gruber, dans lesquelles il fait état de factures impayées par l’administration des Beaux-Arts, y compris pour des vitraux qu’il avait déjà exécutés et posés (cf. Verdun, Bibliothèque diocésaine, carton « Cathédrale Notre-Dame »).

48 Charenton, 81/55/62.

49 Si Marcel Delangle mentionne lui aussi le problème des crédits alloués par l’administration pour justifier le retard de certaines parties de l’édifice, il met également en avant le manque de main-d’œuvre compétente pour la réalisation de certains ouvrages (cf. « La restauration… », op. cit., p. 107).

50 Verdun, Bibliothèque diocésaine, carton « Cathédrale Notre-Dame ».

51 Charenton, 81/55/62.

52 Voir Claire Maingon, op. cit., conclusion et n. 79.

53 Concernant cet adjectif, dont la portée aurait sans doute été encore plus forte à l’issue de la Première Guerre mondiale, on verra notamment le compte rendu de lecture de l’ouvrage de Charles Aimond par André Lesort : Bibliothèque de l’École des Chartes, année 1910, tome 71, p. 363.

54 Voir Michaël George, op. cit., p. 195-201.

55 Voir Yann Harlaut, op. cit., p. 309 et suivantes.

56 Charenton, 81/55/62.

Auteur

Bibliothèque d’étude (Agglomération du Grand Verdun)

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site