Version classiqueVersion mobile

Résistance, dissidence et opposition en RDA 1949-1990

 | 
Hélène Camarade
, 
Sibylle Goepper

CHAP. 6/ APPROCHES COMPARATIVES ET TRANSFERTS NOTIONNELS

Résistance civile et espace public. Une lecture des soulèvements est-européens de 1953 à 1989

Jacques Semelin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le thème de cet ouvrage me plonge d’emblée dans un univers hier familier : celui de la recherche que j’ai conduite dans la première moitié des années 1990. Je cherchais alors à comprendre le rôle des mouvements oppositionnels est-européens dans l’ouverture du mur de Berlin à la lumière de mes travaux sur la résistance civile. En ce cas, le mot « résistance » s’enracine, non pas tant dans le sens qu’il a acquis durant la Seconde Guerre Mondiale, mais bien avant : durant la Révolution Française. On le doit à la célèbre formule de Mirabeau : « Quand l’autorité devient arbitraire et oppressive, quand elle attente aux propriétés pour la protection desquelles elle fut instituée, quand elle rompt le contrat qui lui assura des droits et la limita, la résistance est le devoir et ne peut s’appeler révolte »1. Le mot « Résistance » désigne dès cette époque le mouvement de l’insurrection légitime contre un pouvoir arbitraire.

Quant au qualificatif « civile », il oriente le sens du mot « résistan...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search