Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cathédrales en guerre XVIe-XXIe siècle

 | 
Xavier Boniface
, 
Louise Dessaivre

Destructions

Péguy et la cathédrale

Charles Coutel

Texte intégral

1En 1930, le journal L’Illustration prit l’initiative de réunir en deux forts volumes une partie des numéros parus pendant la Grande Guerre. Cette publication fut envoyée à chaque parlementaire ; tout naturellement, mon grand-père, député du Nord, la reçut.

2On y mesure l’ampleur des destructions dès septembre 1914. Tout se passe comme si les bâtiments religieux furent particulièrement visés : la lecture de Péguy pourrait bien nous dire pourquoi. Pour beaucoup, les cathédrales étaient l’âme de la France, tout autant que des édifices cultuels et pastoraux.

  • 1 Voir Frédéric Lacaille, La Première Guerre mondiale vue par les peintres, Paris, Publications Citéd (...)
  • 2 Tome 1, p. 207. Cette reproduction a été d’abord publiée dans L’Illustration du 30 octobre 1915.

3Ce fut d’abord le bombardement et l’incendie de la cathédrale de Reims le 17 septembre 1914, puis en novembre 1914 de la basilique Notre-Dame de Brebières, ou encore de la cathédrale d’Arras le 6 juillet 1915. Mais c’est la destruction partielle de la cathédrale de Soissons, le 18 mai 1915, qui va retenir notre attention. Dans l’édition déjà citée de L’Illustration, on découvre une reproduction d’un tableau de François Flameng (1856-1923), l’un des premiers peintres aux armées1, représentant l’édifice en ruines (voir ill.)2. Cette œuvre picturale suscite le ressouvenir de la fameuse poétique des ruines chez Diderot. Mais c’est bien chez Péguy que nous pouvons comprendre la complexité de l’impression que nous laisse ce tableau. Non seulement, comme chez Diderot, cette ruine nous met à l’esprit le projet architectural et pastoral initial que représente une cathédrale, mais Péguy peut nous aider à prendre conscience du geste théologique incarné par ce monument ; il peut aussi conjurer les risques de manipulations politiques qui apparurent dès le début de la guerre de 1914.

François Flameng, « la cathédrale de Soissons », L’Illustration, 30 octobre 1915.

François Flameng, « la cathédrale de Soissons », L’Illustration, 30 octobre 1915.

Quelques rappels

  • 3 Auguste Rodin, Les cathédrales de France, Paris, Omnia, rééd. 2010, p. 39.
  • 4 Louis Gillet, La cathédrale vivante, Paris, Flammarion, 1936, p. 10.
  • 5 On sait que dès 1940, une partie de la famille Péguy a tenté d’enrôler le poète pour la cause maréc (...)

4Rappelons que, depuis la défaite de 1870 et l’épisode de la Commune, il s’agissait de réparer les « fautes » commises par la France (construction du Sacré-Cœur à Paris). Dès lors, les cathédrales devinrent à la mode, à la fois sur la scène littéraire (Hugo, Huysmans, Ruskin traduit par Proust, et donc Péguy) mais aussi sur la scène esthétique (Rodin, Monet ou Debussy). Cette valorisation doit beaucoup aux travaux de l’ancienne Mission photographique officielle de 1851 et à l’œuvre de restauration de Viollet-le-Duc. Notons aussi l’importance de l’ouvrage d’Émile Mâle sur l’art religieux du xiiie siècle, paru en 1898. Cependant, un véritable roman nationaliste vient se greffer sur tout ce travail historique et patrimonial. Il triomphe dans la préface rédigée par Barrès à l’ouvrage d’Alfred Braquelet, Nos cathédrales (Garnier, 1912), mais aussi dans l’ouvrage hagiographique d’Auguste Rodin, Les cathédrales de France, paru en 1914. On peut y lire : « La cathédrale est la synthèse du pays »3. Ce mouvement de détournement nationaliste s’amplifia jusqu’en 1936, avec la publication de l’ouvrage La cathédrale vivante de Louis Gillet, où l’on peut lire : « la cathédrale, c’est la France »4. Péguy est cité pour cautionner cette convergence entre christianisme et nationalisme5. Rien de tout cela dans la poétique de la cathédrale chez Péguy. On lit en effet dans La présentation de la Beauce à Notre Dame de Chartres :

Voici le monument, tout le reste est doublure.
Et voici notre amour et notre entendement.
En notre port de tête et notre apaisement.
Et le rien de dentelle et l’exacte moulure.

5Certes, Péguy aima les cathédrales et donna sa vie pour l’amour de la France et la défense de ses libertés. Devant les destructions massives des monuments et des cathédrales, il se serait insurgé, mais nous ne pouvons pas en faire, pour autant, l’otage de la légende nationaliste que ces destructions inspirèrent durant la Grande Guerre. Cette exploitation nationaliste ne doit pas nous faire commettre deux erreurs quand nous parlons du motif de la cathédrale chez Péguy. Le poète se situe, d’une part, en dehors de l’approche patrimonialisante des cathédrales, notamment dans le discours de l’intransigeantisme catholique, mais aussi, d’autre part, en dehors de l’exploitation nationaliste évoquée précédemment. Pour cela, il nous faut opérer deux détours : en évoquant le classicisme théologique de Péguy et en insistant sur l’originalité philosophique de sa pensée sur les cathédrales.

Un classicisme théologique

  • 6 Simone Fraisse, Péguy et le Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 1978, 102 p.

6On doit à Simone Fraisse une très utile clarification6. Elle explique pourquoi, après la période perturbée de la « conversion » (1907-1909), Péguy se tourne vers les cathédrales pour y éprouver l’unité de sa foi et celle de la Chrétienté, réorganisant la Création autour du symbole de la Croix. Les cathédrales sont des livres où chaque pierre est une prière et où chaque ouvrier a contribué à une œuvre commune. La cathédrale péguyste, elle, est une médiation entre la paroisse et la Chrétienté. On comprend pourquoi la propagande nationaliste s’appuiera sur ce cadre unificateur pour valoriser la nation française. Mais pour Péguy, ce serait s’arrêter en chemin : cela pose le délicat problème du lien entre la nation et l’humanité. Il est évident que devant une cathédrale en flammes, ce travail philosophique de médiation devient fort difficile. C’est ce message théologique qu’exprime selon nous l’illustration montrant la cathédrale de Soissons bombardée le 18 mai 1915.

  • 7 Charles Coutel, Petite vie de Charles Péguy, Paris, DDB, 2013, p. 96-100.

7La cathédrale péguyste symbolise, certes, le travail commun de tout un peuple, mais elle participe aussi d’une volonté de résistance au règne de l’individualisme qui accapare et exploite. Pour Péguy, l’existence même des cathédrales transcende leur cadre géographique pour exprimer un message universel, accueillant l’événement de l’Incarnation. La cathédrale est ainsi le lieu où se diffuse à l’infini la lumière, par les vitraux et les rosaces, vers toujours plus de grandeur (il y a toute une philosophie du contrepied-contrefort chez Péguy7). Autre élément théologique amplificateur irréductible : la cathédrale péguyste s’organise autour du culte de Marie. Citons un témoignage précieux : en 1912, Stanislas Fumet rapporte les mots suivants de Péguy parlant de son œuvre : « Je voudrais que ce fût comme une cathédrale » et il ajoute : « Il avait toujours à cette époque – en 1912 – Chartres devant les yeux ». Classiquement, Péguy considère la cathédrale non comme un lieu de sociabilité, mais de culte et surtout d’oraison. La cathédrale péguyste est un oratoire : il est ici chrétien et non d’abord français ; comment lire autrement ce quatrain :

Princesse cathédrale
Nous nous mettons
À genoux sur la dalle
En ton giron.

  • 8 Cette approche est remarquablement présentée par Georges Duby dans L’art et la société, Paris, Gall (...)
  • 9 Œuvres poétiques complètes, Paris, Gallimard, La Pléiade (rééd. 2000), p. 1399.

8Péguy voit dans la cathédrale un « monument pastoral »8. Symbole de l’unité des chrétiens qui se revêtent de la Croix par le signe de croix, la cathédrale résume la Création éclairée par le mystère de l’Incarnation. Cette foi apparaît dans des quatrains rédigés en 1912-1913 et consacrés à la cathédrale d’Amiens9.

Cathédrale d’Amiens,
Chère entre toutes,
Comme un vaisseau chrétien
Au bord des routes.
[…]
Immense nef d’Amiens,
Vaste et montante,
Triomphante accueillante
Aux cœurs chrétiens.

9Si les choses s’arrêtaient là, on pourrait conclure hâtivement que Péguy semble préparer les légendes nationalistes d’un Rodin ou d’un Gillet. Il suffirait de « compléter » Péguy en prétendant que, pour lui, les Français sont les meilleurs des chrétiens et c’est pour cela que les Allemands visèrent leurs édifices religieux. Le pastoral préparerait le national, comme pourrait le laisser croire la formule ambigüe : « la France fille ainée de l’Église ».

10Or, avec Péguy, les choses ne sont jamais simples, car il y eut en 1911 l’affaire Laudet.

L’originalité philosophique de Péguy

  • 10 On sait qu’à la fin des années 1930 les nazis incendièrent des synagogues en Allemagne.
  • 11 Péguy nomme orléanisme le processus par lequel une société appauvrit volontairement son rapport au (...)

11L’affaire Laudet est simple mais instructive : en 1910, en même temps que Notre jeunesse, Péguy publie une pièce de théâtre, Le mystère de la charité de Jeanne d’Arc. Fernand Laudet, directeur de la Revue hebdomadaire, d’inspiration catholique, critique ce texte en prétendant qu’il présente une Jeanne d’Arc « comme si nous étions des enfants ». Cette Jeanne d’Arc n’est pas moderne et nous ne sommes plus… au Moyen Âge. Péguy se déchaîne dans un long texte intitulé Un nouveau théologien Monsieur Laudet : se moquer de Jeanne d’Arc, c’est s’en prendre à l’unité du christianisme, à la communion des saints, au culte de Marie et à l’Économie du Salut. Au paragraphe 180, Péguy questionne Laudet : « Que faites-vous de nos cathédrales et de nos églises ? Que faites-vous de tant d’œuvres, non point d’œuvres d’art seulement comme les voient nos modernes, mais œuvres d’une éternelle piété ? ». La cathédrale péguyste devient par là-même un lieu de résistance au monde moderne fondé sur la seule logique de l’avoir (qui accapare et domine) ; la cathédrale symbolise, elle, une logique de l’être (qui offre et partage). S’attaquer à elle (comme les Allemands le font en 1914) est donc un acte barbare par excellence qui tente d’imposer la seule logique de la force10. On le voit, la philosophie de la cathédrale chez Péguy ne saurait servir la seule lecture nationaliste. Elle est, bien plus encore, résistance aux valeurs matérialistes du monde moderne mais aussi au processus orléaniste qui vide les monuments de leur message spirituel au seul profit d’une patrimonialisation à courte vue11. Les pages que Péguy consacre aux cathédrales, lues dans leur unité, constituent le meilleur antidote contre les discours propagandistes et haineux qui s’élevèrent face aux exactions des Allemands dès septembre 1914, puis en 1940. C’est que le poète y voit beaucoup plus qu’un monument ; elles sont autant de lieux de résistance à la barbarie et d’élévation spirituelle.

Conclusion

12Sans renier l’appartenance des cathédrales à notre trésor religieux national, Péguy inscrit cet héritage dans une théologie et une philosophie à portée universaliste et émancipatrice. Une cathédrale ne cherche pas à convertir : elle nous invite à admirer et donc à grandir ensemble. Péguy aurait sans doute fait sien ce mot de Rodin : « Comprendre, aimer cette épopée incomparable [des cathédrales], c’est grandir ». Dans ses dernières œuvres poétiques, Péguy fait de la cathédrale le symbole d’une hospitalité généreuse et fraternelle. C’est cette volonté d’accueil que l’on peut, malgré tout, retrouver dans la reproduction de la cathédrale de Soissons partiellement détruite le 18 mai 1915. Laissons le dernier mot à Péguy cheminant vers la cathédrale de Chartres, le 20 janvier 1913 :

Ainsi nous naviguons vers votre cathédrale.
De loin en loin surnage un chapelet de meules,
Rondes comme des tours, opulentes et seules
Comme un rang de châteaux sur la barque amirale.

Notes

1 Voir Frédéric Lacaille, La Première Guerre mondiale vue par les peintres, Paris, Publications Citédis, 1998, 121 p.

2 Tome 1, p. 207. Cette reproduction a été d’abord publiée dans L’Illustration du 30 octobre 1915.

3 Auguste Rodin, Les cathédrales de France, Paris, Omnia, rééd. 2010, p. 39.

4 Louis Gillet, La cathédrale vivante, Paris, Flammarion, 1936, p. 10.

5 On sait que dès 1940, une partie de la famille Péguy a tenté d’enrôler le poète pour la cause maréchaliste ; les travaux de Jean Bastaire ont, depuis, rectifié cette grossière manipulation.

6 Simone Fraisse, Péguy et le Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 1978, 102 p.

7 Charles Coutel, Petite vie de Charles Péguy, Paris, DDB, 2013, p. 96-100.

8 Cette approche est remarquablement présentée par Georges Duby dans L’art et la société, Paris, Gallimard, 2002, p. 1151 : « La cathédrale prétend représenter la totalité de l’univers, relever l’ordre qui le régit et situer chaque créature à sa place au sein de cet ensemble cohérent. C’est un monument pastoral ».

9 Œuvres poétiques complètes, Paris, Gallimard, La Pléiade (rééd. 2000), p. 1399.

10 On sait qu’à la fin des années 1930 les nazis incendièrent des synagogues en Allemagne.

11 Péguy nomme orléanisme le processus par lequel une société appauvrit volontairement son rapport au passé pour étioler, voire éteindre, l’envie de prolonger le récit national. Sur ce point, voir Charles Coutel et Éric Thiers (dir.), La pensée politique de Charles Péguy. Notre République, Toulouse, Privat, 2016, p. 63-77.

Table des illustrations

Titre François Flameng, « la cathédrale de Soissons », L’Illustration, 30 octobre 1915.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/87841/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,4M

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site