Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cathédrales en guerre XVIe-XXIe siècle

 | 
Xavier Boniface
, 
Louise Dessaivre

Introduction. Les cathédrales en guerre, xvie-xxie siècle

Xavier Boniface

Texte intégral

  • 1 Voir Alphone Dupront, Du sacré. Croisades et pèlerinages, images et langages, Paris Gallimard, Bibl (...)

1Ypres, Arras, Reims, mais aussi Noyon, Soissons ou Verdun : la Grande Guerre a entraîné la destruction complète ou partielle de nombreuses cathédrales sur la ligne de front, soulevant opprobre et passions dans l’opinion internationale. Jamais les ravages provoqués par un conflit n’avaient connu une telle ampleur à l’encontre de ces édifices. Certes, des cathédrales avaient déjà été endommagées, voire anéanties lors de guerres antérieures, comme celle de Thérouanne rasée en 1553 ou celle de Strasbourg incendiée en 1870. Beaucoup d’autres, notamment quand la France était en état de guerre civile, ont également été détruites du fait de l’iconoclasme huguenot, comme Sainte-Croix d’Orléans en 1568, puis du vandalisme révolutionnaire, comme Notre-Dame de Cambrai, Notre-Dame en Cité d’Arras, Notre-Dame de Boulogne, ou, dans les anciens Pays-Bas autrichiens, Saint-Lambert de Liège. Le cas du premier conflit mondial invite à revisiter et à mettre en perspective ces situations anciennes, ainsi que celles qui ont suivi jusqu’à nos jours, comme les ravages subis par la cathédrale melkite gréco-catholique de Homs (Syrie) fin 2014. Par leur ampleur, ces destructions intentionnelles, en dehors de celles provoquées involontairement, interrogent les raisons qui font que les cathédrales sont ainsi visées. S’agit-il d’atteindre, à travers ces édifices religieux majeurs, un symbole patrimonial de l’identité nationale ou confessionnelle d’une nation ou d’une communauté ? Mais ces cathédrales ne subissent pas seulement la violence de guerre : elles sont aussi des lieux qui incarnent la mobilisation spirituelle, culturelle, voire politique d’une société – ce faisant, elles « rechargent » ainsi leur caractère « sacral »1. Est-ce également pour cette raison qu’elles sont menacées par l’adversaire ?

2La cathédrale est l’église-mère d’un diocèse : siège de l’évêque, elle est le principal édifice religieux, souvent le plus monumental et l’un des plus anciens, de ce territoire. Elle témoigne ainsi de l’influence, du rayonnement et de la puissance de l’Église au cours des siècles. La cathédrale représente donc un symbole religieux, patrimonial, voire social pour le clergé et les fidèles, et au-delà pour toute une partie de la population. C’est pourquoi elle ne peut échapper aux effets des guerres et de leur violence : sa taille la désigne comme un objectif repérable de loin ; sa fonction religieuse en fait dans certaines circonstances un enjeu pour rassembler et mobiliser la population ; elle peut aussi susciter au contraire une volonté de destruction iconoclaste de la part de l’adversaire ; les cérémonies qui s’y déroulent pendant ou après les conflits implorent la protection divine, demandent la victoire, honorent les morts. Les enjeux politiques se mêlent aux dimensions spirituelles pour élever certaines cathédrales en symboles nationaux. Enfin, l’édifice est un lieu de mémoire des guerres, par les cicatrices qu’il en conserve, par les monuments qui y sont édifiés, par les cérémonies qui y sont organisées. Loin d’être un édifice comme un autre, la cathédrale apparaît ainsi comme sujet, objet et enjeu de la guerre.

  • 2 Voir André Chastel, Le sac de Rome, 1527 : du premier maniérisme à la Contre-Réforme, Paris, Gallim (...)

3Le cadre retenu pour cet ouvrage privilégie les cathédrales d’Europe occidentale du xvie siècle jusqu’à nos jours, même si des comparaisons avec des situations en Europe orientale, au Moyen-Orient et en Asie seraient opportunes. À Moscou, la destruction, en 1931, du Christ-Sauveur, certes plus d’une décennie après la révolution russe et la guerre civile, puis sa reconstruction à la fin des années 1990 pourraient présenter des analogies avec le sort d’autres édifices. Le choix d’ouvrir sur le xvie siècle se justifie par le fait que la plupart des grandes cathédrales occidentales sont alors quasiment achevées et que les guerres qui agitent l’Europe, dont celles d’Italie puis celles de religion, affectent de nombreux édifices. Saint-Jean de Latran, la cathédrale de Rome, est ainsi pillée comme les autres églises de la capitale de la chrétienté lors du sac de 1527 par les troupes impériales de Charles Quint après la mort de leur chef, le connétable Charles de Bourbon2.

4D’un point de vue thématique, trois parties structurent cet ouvrage.

  • 3 Thomas W. Gaehtgens, La cathédrale incendiée. Reims, septembre 1914, Paris, Gallimard, Bibliothèque (...)

5La première porte sur les destructions des cathédrales, c’est-à-dire sur l’aspect le plus spectaculaire de leur sort pendant les guerres. Si des édifices sont entièrement anéantis, d’autres sont plus ou moins endommagés, comme Spire en 1689, Reims en 19143, Noyon en 1915 ou Dresde en 1945. Or le vocabulaire est souvent imprécis, et même parfois exagéré, quand il s’agit de mesurer l’importance des dégâts, car les mots sont porteurs de propagande. Il y a d’abord une histoire matérielle de ces dommages, qui peuvent toucher le bâti, la statuaire ou le mobilier. C’est aussi celle des moyens de protection, souvent dérisoires au regard de la puissance des armes utilisées, tels l’entassement de sacs de sable devant la cathédrale d’Amiens au cours des deux conflits mondiaux, ou le démontage des orgues et des vitraux. C’est enfin une histoire des reconstructions, totales ou partielles, des cathédrales et des débats qu’elles ont suscités qui est interrogée. Fallait-il ainsi rebâtir celle d’Ypres ou en conserver les ruines pour témoigner des violences de guerre auprès des générations ultérieures ? Comment relever les cathédrales détruites ou endommagées, entre restauration, reconstruction, reconstitution et restitution ? Faut-il refaire à l’identique, ou bien innover en intégrant les ruines dans des compositions nouvelles, comme à Coventry ? Ces questions, qui se posent pour tout le bâti détruit, paraissent plus cruciales encore pour les cathédrales à l’époque contemporaine, souvent classées monuments historiques et propriétés de l’État – au moins en France –, et dont la charge patrimoniale est symboliquement plus importante. Dans un contexte certes très différent, les réactions qui ont suivi l’incendie accidentel de Notre-Dame de Paris le 15 avril 2019 peuvent être comparées en partie à celles qui ont suivi les destructions d’édifices analogues en temps de guerre.

  • 4 Tristan Landry, « Lieux de pouvoir et micropolitique de la mémoire. L’exemple de la cathédrale du C (...)

6Une deuxième partie s’attache à la mobilisation des cathédrales, qu’elles soient proches du front ou éloignées à l’arrière. Ce processus culturel, en apparence spontané mais qui puise largement dans un patrimoine imaginaire collectif, fait d’elles un lieu de rassemblement en même temps qu’un symbole de la mobilisation d’une société, c’est-à-dire de son passage du temps de paix à celui de la guerre. Par son caractère emblématique, par sa sacralité, par sa majesté matérielle, la cathédrale est l’endroit où se retrouvent des milliers de fidèles qui sont aussi des citoyens (ou des sujets) et des soldats impliqués dans un conflit ou témoins de celui-ci. Ce peut être de leur propre initiative, à l’image de ces inconnus qui déposèrent au lendemain du 11 septembre 2001 des gerbes de fleurs ou des bougies sur les marches de nombreux édifices à travers le monde pour rendre hommage aux victimes des attentats du World Trade Center. Ce sont aussi les autorités religieuses qui appellent à venir à la cathédrale, chez elles en quelque sorte puisque c’est l’église épiscopale, pour inciter les fidèles à faire leur devoir en temps de guerre. À l’été 1914, de nombreux évêques y prononcent des allocutions patriotiques et y célèbrent des offices pour les mobilisés et leurs familles. En temps de guerre se succèdent des cérémonies religieuses spécifiques, prières pour la paix, funérailles de victimes ou Te Deum de la victoire. Dans les territoires occupés, le vainqueur tend à imposer ses conditions liturgiques et confessionnelles en matière de célébrations, comme dans la cathédrale de Cambrai en 1914-1918. Parfois, les Allemands font célébrer la cène dans les édifices catholiques. Dans quelques cas, à Paris, Chalon ou Montpellier sous la Révolution, ou à Laon en 1914-1918, le monument est utilisé à des fins militaires ou logistiques, comme écurie, entrepôt ou hôpital. La propagande, en outre, contribue à l’instrumentalisation et à la mobilisation des cathédrales : celle de Reims, bien sûr, mais aussi celle de Strasbourg durant les deux guerres mondiales. Enfin, en exaltant le souvenir des morts et la victoire, les cathédrales deviennent des écrins mémoriels, comme celle du Christ-Sauveur, déjà mentionnée, édifiée à Moscou spécialement pour commémorer la victoire de 1812 contre Napoléon4.

  • 5 Sylvain Amic et Ségolène Le Men (dir.), Cathédrales 1789-1914. Un mythe moderne (catalogue d’exposi (...)

7Dans ce prolongement, la troisième partie de cet ouvrage entend étudier les représentations entourant les cathédrales au cours des principaux conflits. Elles peuvent être schématiquement synthétisées en deux grands thèmes, l’espérance et la souffrance, voire la gloire et le « martyre », qui fondent des discours sur la patrie et l’ennemi, la guerre et la paix, les ruines et la victoire, « la mémoire et l’oubli » – pour citer Paul Ricœur. Le serment de Koufra du général Leclerc (mars 1941) relève de cette espérance ; les images de Reims en flammes érigent l’édifice en martyr. Les représentations intègrent les mythes et les légendes que les situations de guerre font souvent naître, y compris à propos des cathédrales. Celle d’Amiens n’est pas en reste, avec sa préservation jugée « miraculeuse » des bombes de Stukas qui ont ravagé tout le centre de la ville en mai 1940. Ces représentations montrent par ailleurs un investissement sur certaines cathédrales, en fonction de leur place, traditionnelle ou plus récente, dans l’histoire et l’imaginaire d’une nation, d’une religion ou d’une guerre en particulier. Elles se rattachent de cette manière à un environnement et à des héritages culturels, voire idéologiques. Ainsi, les représentations des cathédrales lors de la Grande Guerre font en partie écho à l’engouement romantique pour le style « gothique » et le Moyen Âge, mais aussi aux écrits de Charles Péguy. Elles s’inscrivent également dans « la création des identités nationales » au xixe siècle (Anne-Marie Thiesse), qui passe, entre autres, par la mise en avant de chefs-d’œuvre considérés comme nationaux. Ce sont d’ailleurs des perspectives qu’un colloque et une exposition ont suggérées à Rouen en 20145. Ces représentations se matérialisent par des mots, textes littéraires ou journalistiques, et des images, de la photographie à la peinture, qui sont autant de formes discursives exaltant les cathédrales ruinées, mobilisées ou imaginées.

  • 6 Actes publiés sous la direction de Philippe Nivet avec ce titre (Amiens, Encrage, 2013).
  • 7 Le Patrimoine, un enjeu de la Grande Guerre. Art et archéologie dans les territoires occupés, 1914- (...)
  • 8 Philippe Nivet et Serge Lewuillon, La Grande Guerre des archéologues, Dijon, Éditions universitaire (...)
  • 9 A. Fenet, M. Passini et S. Nardi-Combescure (dir.), Hommes et patrimoines en Guerre. L’heure du cho (...)

8Cet ouvrage s’inscrit dans un axe de recherche fécond autour du patrimoine – ainsi que sur ses spécialistes, historiens d’art, conservateurs, archéologues – en temps de guerre, qui a donné lieu à plusieurs manifestations et publications depuis quelques années, notamment dans le contexte du centenaire du premier conflit mondial. Souvent appréhendé de manière comparative et internationale, cet axe de recherche a été ouvert par un colloque pionnier en 2011, organisé par le Centre d’histoire des sociétés, des sciences et des conflits à Amiens, sur Guerre et patrimoine artistique à l’époque contemporaine6. D’autres rencontres, dont les actes ont souvent été publiés, ont ensuite suivi : celle sur Des combattants studieux. Archéologues et historiens de l’Art pendant la Grande Guerre s’est tenue les 19-20 mars 2015 à l’université d’Artois7. Les 15-17 novembre 2016, un autre colloque s’est à nouveau déroulé à Amiens sur les Archéologue(s) en guerre. Archéologues et historiens de l’art dans la Grande Guerre8. Enfin, à l’École normale supérieure, les 27-28 février 2017, une rencontre a porté sur Archéologues et historiens de l’art à l’épreuve de la Grande Guerre9. Toutefois, ce livre sur les cathédrales en guerre entend se focaliser sur cet édifice patrimonial emblématique, porteur de représentations spécifiques.

  • 10 Voir le site internet de la collection : http://www.lagracedunecathedrale.com (consulté le 8 juin 2 (...)
  • 11 Joseph Doré, « “La grâce d’une cathédrale”. Lancement d’une collection aux éditions La Nuée Bleue ( (...)

9L’historiographie sur le sujet ne peut ignorer non plus la collection « la grâce d’une cathédrale » dirigée par Mgr Doré, forte de vingt volumes publiés en dix années aux éditions de la Nuée bleue10. L’approche retenue ne se limite pas à « une restitution […] de l’histoire de la construction de l’édifice », ni à « une présentation […] de l’état actuel du monument dans toute la diversité de ses richesses », mais s’ouvre aussi à « l’évocation de la vie de la cathédrale à travers les siècles »11, y compris bien sûr au cours des révolutions et des guerres.

10Cet ouvrage sur les « cathédrales en guerre » reprend une partie des contributions présentées lors d’un colloque à Amiens les 7 et 8 juin 2017, qui a associé l’université de Picardie Jules Verne – à travers notamment le Centre d’histoire des sociétés, des sciences et des conflits (équipe d’accueil 4289) et la Bibliothèque universitaire – et la Société des Amis de la Cathédrale d’Amiens. Cette association témoigne, s’il en était encore besoin, des fécondes collaborations entre l’université et les sociétés savantes. Plusieurs partenaires institutionnels ont également apporté un soutien, aussi important qu’apprécié, à cette manifestation et au livre qui en résulte : la Mission Centenaire 14-18, la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société Lille-Nord de France, Amiens Métropole et les archives diocésaines d’Amiens.

Notes

1 Voir Alphone Dupront, Du sacré. Croisades et pèlerinages, images et langages, Paris Gallimard, Bibliothèque des histoires, 1987, p. 389-405.

2 Voir André Chastel, Le sac de Rome, 1527 : du premier maniérisme à la Contre-Réforme, Paris, Gallimard, Bibliothèque illustrée des histoires, 1984, 369 p.

3 Thomas W. Gaehtgens, La cathédrale incendiée. Reims, septembre 1914, Paris, Gallimard, Bibliothèque illustrée des histoires, 2018, 326 p.

4 Tristan Landry, « Lieux de pouvoir et micropolitique de la mémoire. L’exemple de la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou », Politique et sociétés, vol. 22, n° 2, 2003, p. 75-101, not. p. 86-94.

5 Sylvain Amic et Ségolène Le Men (dir.), Cathédrales 1789-1914. Un mythe moderne (catalogue d’exposition), Paris, Somogy éditions d’art/musées de Rouen, 2014, 415 p. Sur le colloque, inédit, tenu à Paris et Rouen les 13-16 mai 2014, La cathédrale transfigurée. Regards, mythes, conflits, voir l’URL (consultation 8 juin 2019) : http://grhis.univ-rouen.fr/grhis/?event=la-cathedrale-transfiguree-regards-mythes-conflits.

6 Actes publiés sous la direction de Philippe Nivet avec ce titre (Amiens, Encrage, 2013).

7 Le Patrimoine, un enjeu de la Grande Guerre. Art et archéologie dans les territoires occupés, 1914-1921, études réunies par Laurence Baudoux-Rousseau, Michel-Pierre Chélini et Charles Giry-Deloison, Arras, Artois Presses Université, 2018, 388 p.

8 Philippe Nivet et Serge Lewuillon, La Grande Guerre des archéologues, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2018, 326 p.

9 A. Fenet, M. Passini et S. Nardi-Combescure (dir.), Hommes et patrimoines en Guerre. L’heure du choix (1914-1918), Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2018, 302 p.

10 Voir le site internet de la collection : http://www.lagracedunecathedrale.com (consulté le 8 juin 2019).

11 Joseph Doré, « “La grâce d’une cathédrale”. Lancement d’une collection aux éditions La Nuée Bleue (Strasbourg) », Transversalités, Institut catholique de Paris, n° 121, 2012/1, p. 225.

© Presses universitaires du Septentrion, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site