Version classiqueVersion mobile

Résistance, dissidence et opposition en RDA 1949-1990

 | 
Hélène Camarade
, 
Sibylle Goepper

CHAP. 2/ DISSIDENCE ET SOCIALISME RÉFORMISTE (1956-1990)

De la critique interne à la dissidence : réflexions sur le cheminement de Robert Havemann et Wolf Biermann, défenseurs radicaux d’une seconde déstalinisation devenus dissidents socialistes

Bernd Florath
Traduction de Mathilde Lerenard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les années allant de 1956 à 1962 représentent pour tous les États du bloc communiste une ère de changements. Les débats au sujet de l’héritage de Staline, qui se déroulaient en coulisses, avaient provisoirement pris fin avec le XXe Congrès du Parti. Pourtant, celui-ci avait soulevé plus de questions qu’il n’avait apporté de réponses.

Lors du conflit avec ses adversaires au sein de l’élite dirigeante du parti communiste de l’Union soviétique1, Nikita Khrouchtchev avait déclaré haut et fort que le communisme soviétique, dans la pratique, s’était jusqu’ici fourvoyé dans l’abîme du crime, sans savoir au juste quelles seraient les conséquences politiques à tirer concrètement de cette prise de conscience. Cette dernière n’était d’ailleurs pas une surprise : en réalité, Khrouchtchev ne faisait que dire tout haut ce que tout le monde savait déjà, mais que les communistes du monde entier n’osaient reconnaître. Ainsi, il n’y eut quasiment personne pour remettre en question ce que Khrouchtchev ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search