Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La fabrique de la finance

 | 
Isabelle Chambost
, 
Marc Lenglet
, 
Yamina Tadjeddine

Partie 1. Remise en cause du paradigme classique dominant

Chapitre 1. Domestication sociologique d’un produit financier. Le cas des dérivés

David Martin

Full text

Reconquête sociologique de la finance par ses produits

1Si la sociologie et l’anthropologie se sont intéressées depuis leur fondement à des formes institutionnelles comme la monnaie et le crédit, les produits de la finance de marché n’ont pas fait l’objet d’un focus marquant pendant de longues décennies. Or, la reconquête du champ de la finance à l’œuvre dans les sciences sociales passe aussi par une réappropriation de ses objets par excellence, les produits, longtemps abandonnés à l’économie, aux mathématiques financières, à la comptabilité ou au droit. Souvent appelés « actif », « titre », « instrument », « opération », ou plus précisément déclinés : action, obligation, bon du trésor, certificat, tracker, contrat à terme sur marchandises, option sur indice, swap de devises, ou encore CDS, ABS ou CDO, ils ne sont qu’occasionnellement appelés « produits » par les professionnels ou les experts. Pourtant, ils sont bel et bien l’objet d’un échange et impliquent une forme préalable de production si on les envisage du point de vue des disciplines ferventes de l’approche en termes de produit, telles que le marketing ou la sociologie des marchés. À l’instar de toute marchandise, le produit financier est l’objet d’un fétichisme au sens où l’entendait Karl Marx, en cela que ses conditions sociales de production et le rapport social qui le sous-tendent se trouvent communément occultés au bénéfice d’un réductionnisme technique et économique accompagné d’une fascination, tant positive que négative. Relégué au statut d’instrument réservé aux spécialistes et ne concernant pas les citoyens profanes, il est appréhendé avec les techniques de mathématique stochastique les plus pointues et sophistiquées, réservées habituellement aux sciences de la nature ou la physique. Typiquement, le mouvement brownien est devenu un modèle pour la caractérisation du cours des actifs financiers, marquant ainsi que la pensée dominante considère normal de traiter les faits financiers « comme des choses » pour reprendre l’expression de Durkheim.

2La domestication sociologique du produit financier consiste à dé-fétichiser la marchandise pour la « re-socialiser » et la « re-politiser » (De Goede, 2005) et participe ainsi d’une version radicale du programme des Social Studies of Finance en regardant la finance dans ses produits pour en extraire en quelque sorte la part sociale, politique ou culturelle propre. Ce chapitre se centre sur les produits dits dérivés, famille riche et dynamique de produits financiers qui ont singulièrement fasciné, tant par les volumes de transactions qu’ils suscitent, que par leur complexité ou leur implication quasi systématique dans les crises locales et globales du capitalisme financier ces dernières décennies. L’ingénierie financière a déjà produit plusieurs générations de dérivés relativement sophistiqués, dits exotiques, et souvent combinés avec d’autres actifs pour diversifier les risques et constituer des placements pour particuliers ou institutionnels aux profils rendement/risque originaux. À la base, ces instruments sont des instruments de couverture permettant d’assurer les acteurs économiques et financiers contre les risques de valeur à terme d’autres actifs monétaires ou financiers sous-jacents : prix des matières premières, taux de changes, niveaux d’intérêts, etc. D’après les promoteurs de ces instruments de gestion des risques, ils offrent une flexibilité et une efficience inédites dans la couverture à terme des engagements financiers des entreprises et des investisseurs. Ils assureraient alors à l’échelle macroéconomique une meilleure allocation des risques, pris en charges par différents spéculateurs. Toutefois, les opportunités spéculatives toutes aussi inédites qu’ils ont créées sont mises en causes pour l’instabilité qu’ils auraient induite sur les marchés.

La domestication sociétale

3Un premier niveau de domestication sociologique des produits dérivés consiste à les envisager comme emblématiques ou participatifs d’un phénomène socio-historique plus général qui caractériserait nos sociétés contemporaines.

Produits dérivés et culture moderne du risque

4D’abord, en tant que technologie assurancielle, les produits dérivés illustrent et amplifient la culture moderne du risque avec l’ancrage sur le futur et l’auto-référentialité qui la caractérise selon Beck (Green, 2000). Ces produits se fondent, en effet, sur la conviction de la calculabilité des risques de valeurs futures et incarnent la promesse de leur gestion possible. D’après Arnoldi (2004), la force des modèles d’estimation des risques mobilisés par ces techniques tient au fait qu’ils créent une information à partir d’un futur potentiel. Ainsi, les risques et incertitudes marchandes faisant l’objet de pronostics cessent d’être de simples possibilités et acquièrent une existence virtuelle offrant une prise à l’action présente. Leur virtualité leur permet d’être élevés au rang de marchandise. Les produits dérivés sont en cela les emblèmes d’une nouvelle forme de capitalisme qui se développe selon une logique auto-référentielle en créant des marchés à partir des marchés, et qui « colonisent le futur » en développant des technologies pour une « hyper-spéculation » inédite. À savoir, une spéculation non pas sur les évolutions possibles d’un titre ou d’un actif, mais sur le risque d’une telle spéculation lui-même. En effet, transformateurs et générateurs de nouveaux risques, ils occasionnent de nouvelles innovations dérivées des dérivés, comme dans le cas révélateur des options sur la volatilité elle-même. Ces dernières ont vocation à couvrir contre les risques de mauvaise estimation de la volatilité, le paramètre d’estimation du risque dans les modèles de pricing d’options. Le risque, appréhendé comme volatilité, devient le sous-jacent de nouveaux produits dérivés et donc l’actif objet de la marchandisation (Martin, 2005).

Produits dérivés et virtualisation de l’économie

5La virtualisation de l’économie apparaît ainsi comme une deuxième tendance sociétale notable dont les produits dérivés seraient des fers de lance significatifs. La montée en abstraction de la finance est patente avec ces produits sophistiqués, sujets à des montages souvent complexes et très dynamiques en matière d’innovation. Pour Li Puma et Lee (2005), c’est l’objectivation de risques abstraits, opérée par les modèles d’évaluation mobilisés sur ces marchés, qui permet de faire de ces risques les objets d’échanges inédits et qui explique le caractère original et spectaculaire de la culture de circulation instituée par les produits dérivés. Spectaculaire, elle l’est par son dynamisme – mesurable par les centaines de milliers de milliards de dollars potentiels négociés annuellement sur ces marchés – et par les mises en équivalence marchande improbables que les opérations sur dérivés permettent entre différents espaces sectoriels et géographiques, à différentes échéances. Ainsi, les marchés dérivés ont connecté la crise financière du Comté d’Orange en Californie au milieu des années 1990 avec le boom de l’endettement personnel au Royaume-Uni, ou encore ont indexé des pensions de retraite américaines sur le taux d’inflation et la performance économique générale du Japon à douze mois !

Produits dérivés, mondialisation et financiarisation

6C’est en ce sens aussi qu’ils sont des opérateurs financiers remarquables d’un troisième grand phénomène, la mondialisation économique. Pour Pryke et Allen (2000), ces produits dérivés supposés spécialement déconnectés constituent un nouvel « imaginaire monétaire » en ce qu’ils opèrent des équivalences et des transferts de valeurs inédites entre le futur et le présent, mais aussi entre des espaces différents, connectant ainsi à travers la finance des réalités quotidiennes éloignées dans le temps et l’espace. Ces auteurs s’inscrivent ainsi dans une problématique néo-simmelienne revendiquée, en s’intéressant à la façon dont l’institution monétaire implique des formes originales de sociabilité fondées sur la distance. À cet égard, la montée en abstraction et le virtualisme qu’ils consacrent, engendre à son tour davantage une financiarisation hyper-connexionniste plutôt qu’une déconnexion ou un désencastrement de la finance par rapport à l’économie réelle. Les logiques de propagation systémique des faillites au cours des crises financières récentes ont d’ailleurs mis à nu les multiples connexions géographiques, sectorielles et inter-temporelles tout comme le truchement des produits dérivés dans les montages à l’origine de ces transmissions du risque. Les produits dérivés transforment l’expérience quotidienne de pans entiers de nos économies et ancrent la finance au cœur de nos sociétés en transformant en profondeur nos concepts de la propriété, du capital ou de la monnaie (Bryan et al., 2009).

7En termes méthodologiques, les contributions de cette première forme de domestication, que nous qualifierons de sociétale, s’appuient essentiellement sur des exégèses de données de seconde main diverses témoignant de la vie marchande de ces produits. De portée macrosociologique, elles apportent une compréhension des transformations culturelles, voire civilisationnelles, du capitalisme financier desquelles participent ces produits : modernité et société du risque, virtualisation de l’économie, mondialisation ou financiarisation. Mais une seconde forme d’appropriation des produits dérivés comme objet d’étude par la sociologie a consisté à la soumettre à une approche plus résolument ethnographique : entrer plus résolument au cœur des produits, dans leurs manifestations les plus matérielles et les espaces sociaux de leur déploiement quotidien, grâce à la mise place de dispositifs empiriques multipliant les prises de vues sur le produit et n’hésitant pas à en ouvrir les « boîtes noires », selon l’expression consacrée. Les social studies du produit financier illustrent en cela l’éclectisme méthodologique qui caractérise les social studies of finance en général (Cf. Introduction de cet ouvrage).

La domestication ethnographique

Des scripts et des hommes

8Le projet ethnographique de cerner empiriquement ces produits fort abstraits a révélé leur consistance éminemment scripturale et distribuée, sur des supports multiples et des espaces divers (Martin, 2005). Ils consistent en un corpus hybride, protéiforme et dispersé qui les décrivent (libellés contractuels, définitions juridiques, standards édités par l’ISDA, etc.), les prescrivent (modèles théoriques, pricers intégrés aux écrans des salles de marché, supports marketing, règles d’appels de couverture des opérations, codes déontologiques, etc.), et les inscrivent (confirmations instantanées entre négociateurs, lignes de comptes dans les systèmes informatisés de back offices, inscription dans le bilan financier, etc.). Cette réalité polygraphique est le corrélat de la multiplicité des acteurs et des formes d’expertise qui interviennent pour la formation d’un marché dérivé. Le travail langagier au cœur des négociations de ces produits (Lenglet, 2006) et la multiplicité des codes hétérogènes qui sont confrontés à l’intérieur d’une banque au cours du processus d’ingénierie de ces mêmes produits (Lepinay, 2011) ont été documentés. Ces scripts et ces codes consistent en des scenarii chiffrés variables, des préceptes juridiques divers, des contraintes comptables, des objectifs financiers hétérogènes, qui prêtent forme au produit à mesure qu’ils parviennent à se rendre compatibles en pratique. Parmi ces scripts, la théorie financière moderne constitue un registre de langage significatif qui s’avère spécialement « performatif », au sens de Callon (1998) [Cf. Introduction]. En effet, elle s’avère apte à concevoir des produits et à être déclinée en outils de calculs, en termes comptables, en énoncés juridiques ou en histoires pédagogiques à usage du public qui permettront de leur donner corps et d’être appréhendés et appropriés par un ample réseau d’acteurs hétérogènes qui assureront leur circulation (Martin, 2005 ; MacKenzie, 2006). Le cas des options et de la désormais célèbre formule de Black et Scholes, créée en 1973 et couronnée par un prix Nobel en 1997 s’impose même désormais comme le cas d’école pour illustrer ce phénomène de performativité de la théorie économique, laquelle s’avère apte à formater un produit financier, des acteurs de marché dédiés, et à assurer les alignements sociotechniques nécessaires à la formation et à la liquidité du marché consacré à ce produit (MacKenzie et Millo, 2003).

9D’après certaines interprétations, en matière de script et de codes, le registre religieux, originellement consubstantiel aux mathématiques stochastiques qui sont au cœur des modèles théoriques de pricing, est refoulé pour occulter la part de croyance arbitraire qui fonde la spéculation débridée sur ces marchés (Maurer, 2002), au bénéfice d’une illusion de maîtrise et d’expertise, qui est effectivement plus en phase avec les valeurs et la légitimité rationnelle-légale visée par les acteurs et régulateurs de ces marchés qui recourent au formalisme mathématique (Godechot, 2001).

10La domestication ethnographique, appuyée sur des histoires orales et/ou des chroniques monographiques systématiques de marchés particuliers, a permis également de faire ressortir tout le tribut du succès de ces marchés à certains individus ou collectifs influents et entreprenants. Ces acteurs que l’on pourrait qualifier d’entrepreneurs de marchés interviennent en développant des institutions ou en disséminant des supports utiles à l’appropriation cognitive et pratique des produits dérivés par les autres acteurs visés du marché, mais aussi pour défendre parallèlement leur légitimité auprès de l’environnement social et politique. Bernstein (1995) l’a mis en avant pour certaines figures universitaires ou de Wall Street ; MacKenzie et Millo (2003) l’ont souligné pour certaines personnalités sur le marché règlementé des options de Chicago. Sur les marchés de gré à gré de produits dérivés, Morgan (2008) ou Martin (2002 et 2005) l’ont souligné pour l’ex-gouverneur de la Federal Reserve américaine, Alan Greenspan, certaines grandes banques, ou des associations professionnelles internationales d’intervenants sur les marchés comme l’ISDA. À l’inverse, certains hommes ou certains scripts s’avèrent parfois menaçants ou utiles à tenir à l’écart pour le plein déploiement de ces marchés. Par exemple, l’IASB, Bureau international des normes comptables, a rencontré une forte résistance des banques ou de l’ISDA dans son entreprise de normalisation financière visant à faire apparaître au bilan des entreprises les engagements sur les marchés dérivés appréciés à leur « juste valeur de marché » (Martin, 2005). Une telle normalisation induirait à leurs yeux une évaluation artificielle et pro-cyclique des comptes des entreprises recourant aux dérivés et en découragerait consécutivement l’usage de leur part.

Les mondes animés du produit

11Les réseaux sociotechniques constitués au plus près du produit et du marché sont prompts à proliférer, notamment du fait des propriétés connexionnistes des dérivés. Ces produits solidarisent et instituent des collectifs. Toutefois, différents facteurs, dont les aléas des marchés eux-mêmes, contribuent à en faire des espaces sociaux mouvants et conflictuels. La formation de la bulle immobilière américaine puis son explosion ont été révélatrices des réseaux étendus et parfois improbables d’interdépendance que les produits dérivés avaient tissé. Des montages financiers complexes (macro-portefeuilles de crédits risqués, répliqués synthétiquement grâce à des dérivés de crédit pour disséminer les risques sur le marché) ont vu le jour pour permettre la couverture et soutenir la prolifération de ces crédits hypothécaires. Ces montages ont requis l’alignement, et parfois même l’avènement, d’acteurs et d’institutions, se retrouvant autour de conventions de circulation et d’évaluation de ces produits, parfois périlleuses d’un point de vue épistémologique. En effet, la formation de la bulle et son explosion a pu être interprétée comme un problème de sociologie cognitive révélant la propagation de biais chroniques de calcul et d’interprétation des risques par les investisseurs et les agences de notation (Mackenzie, 2012). La propagation plus globale de la crise financière s’est faite notamment à travers les réseaux sociotechniques qui sous-tendaient le crédit hypothécaire américain de la fameuse tranche risquée des subprimes adressée aux ménages modestes, réseaux dont la teneur et la prolifération extensive ont été bien décrites par Langley (2006), et qui reliaient les banlieues lower-middle class américaines à différentes entités financières et investisseurs institutionnels outre-Atlantique, par le truchement de ces montages financiers, qualifiés depuis de toxiques. Sur les marchés dérivés réglementés, MacKenzie et Millo (2003) ont également expliqué comment la communauté de marché et ses conventions d’estimation des risques ont dû se recomposer après la crise de 1987. Sur le marché dérivé notoire des CDS, mis en causes lors la crise financière de 2008, Morgan (2008) qui avait expliqué les dynamiques actancielles et politiques ayant présidé au boom et au gouvernement de ces marchés, a analysé par la suite, de façon homologue, le repositionnement du monde social de ces marchés suite à la crise de légitimité interne et externe qui les a secoués (Morgan, 2012).

Conclusion : la sociologie dans le miroir du produit financier

12Quels enseignements durables ces produits apportent-ils à la sociologie ? En effet, les sciences sociales ne sont pas sorties indemnes de leur domestication d’autres objets exotiques : les Îles Trobriand, les sectes protestantes du XVIIsiècle, les ghettos de Chicago, les coquilles Saint-Jacques dans la baie de Saint-Brieuc ! Qu’en est-il des dérivés financiers ?

13Le premier enseignement général pour la sociologie des marchés, tient à la remise en cause du diptyque encastrement/désencastrement. Spécialement abstraits et spécialisés, ces produits requièrent la constitution d’une communauté en partie inédite d’acteurs, de conventions et d’artefacts. L’importance des dynamiques sociales, cognitives et politiques dans la formation d’un marché dérivé révèle qu’il est au moins autant encastrant qu’encastré dans un substrat social qui lui serait préalable. Aussi, la domestication sociologique de ces produits a montré que la condition de possibilité de l’autonomisation ou du détachement apparents de la finance par rapport à l’économie réelle est, paradoxalement, un hyper-connexionnisme. C’est notamment la capacité des promoteurs de ces marchés à enrôler un nombre croissant d’acteurs et à coloniser des sous-espaces sociaux de plus en plus distants, qu’ils soumettent et dont ils viennent à dépendre, qui permet la vitalité du marché. Sans mauvais payeur potentiel pas de risque de crédit. Sans risque de crédit virtuel pas de produit dérivé. Sans dérivé de crédit, moins de crédit, et donc pénalisation de création d’entreprises ou de l’accès à la propriété individuelle des ménages modestes… donc mise en cause du rêve américain si fondateur de l’intégration sociale.

14Un second enseignement fondamental que nous pouvons retenir en synthèse est que, par leur promesse couplée de sécurité et de prospérité, d’une part, et par la mondialisation financière singulière qu’ils performent, d’autre part, ces produits renouvellent et galvanisent le capitalisme financier tout en fragilisant ses fondements (Bryan et Rafferty, 2006). La force singulière de ces produits et de leurs promoteurs phares est patente au vu de leur survivance malgré les crises de légitimité et d’efficacité qu’ils ont subies à la suite de divers krachs. Notre interprétation est qu’ils fondent une bonne part du pouvoir de la finance et de certains acteurs spécialement investis comme les grandes banques privées. Pas seulement parce qu’ils les enrichiraient (ils peuvent au demeurant aussi les ruiner), mais par rapport au projet civilisationnel qu’ils offrent au capitalisme contemporain. Pour autant, cela se fait au prix d’une mise en tension de certaines bases historiques et institutionnelles du capitalisme financier : la propriété et la monnaie. Ces dérives aggravent la contradiction entre propriété et contrôle, en scindant d’autant plus de la capacité de contrôle externe et interne attachés à la propriété d’un actif sous-jacent. Ils dispersent et amplifient le droit pécuniaire attaché à la propriété en le remettant en jeu sur des opérations spéculatives dérivées n’impliquant pas leur détention. Par ailleurs, ces dérives questionnent la nature et la stabilité de l’institution monétaire, en faisant de la monnaie l’objet, et non plus seulement l’instrument, de l’échange, dans le cas des options ou des swaps de devises par exemple, mais aussi à travers les dérivés de crédits. L’ensemble des produits dérivés, plus globalement, devient de facto une nouvelle forme monétaire en tant qu’opérateurs d’équivalence et de circulation entre tous types de valeurs.

15Les spéculateurs sur les marchés dérivés s’efforcent d’obtenir un régime d’opacité et de flexibilité pour l’usage de ces instruments cruciaux pour ce projet civilisationnel ; en contrepartie, ils sollicitent transparence, prévisibilité et discipline au reste de l’économie qu’ils indexent, a priori pour son propre bien-être.

© Presses universitaires du Septentrion, 2016

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Read

Exclusive access

open access

Provided by L’éditeur de ce site