Version classiqueVersion mobile

Giono philosophe

 | 
Christine Rannaud

III. Une philosophie de l’instant

Épigraphe

Texte intégral

1Mais comme je n’ai eu dessein que de faire des remarques qui sont toutes détachées l’une de l’autre, et dont l’intelligence ne dépend nullement ni de celles qui précédent ni de celles qui suivent, la liaison n’y eut servi que d’embarras, et j’eusse bien pris de la peine pour rendre mon travail moins agréable et moins utile, car il est certain que cette continuelle diversité de matières recrée l’esprit et le rend plus capable de ce qu’on lui propose, surtout quand la brièveté y est jointe comme ici et qu’on est assuré que chaque remarque fait son effet.

2Remarques sur la langue française

3Vaugelas

© Presses universitaires du Septentrion, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search