Version classiqueVersion mobile

Prose sur le nom de Ponge

 | 
Cécile Hayez-Melckenbeeck

D’une conclusion comme élément de comique pur

Texte intégral

Mais, si la vérité du sujet, même quand il est en position de maître, n’est pas en lui-même, mais, comme l’analyse le démontre, dans un objet, de nature voilé – le faire surgir, cet objet, c’est proprement l’élément de comique pur.
Jacques Lacan

1Au cours de notre parcours pongien, qui s’achève ici, nous avons pu dire de la signature quelle était un reste, mot-chose inéradicable se tenant sur le bord du texte, ni tout à fait dedans ni tout à fait dehors. Et s’il en allait de cette conclusion comme d’une signature : que reste-t-il de notre étude ? De quelle qualité différentielle pourrait-on l’épingler ? Quel objet a-t-elle fait surgir ? Remontons au point de départ de notre réflexion sur l’œuvre de Francis Ponge, entamée il y a quelques années. Elle s’enracine dans ce que l’on pourrait appeler un phénomène de résistance à la logique.

2D’un côté, se tenait l’œuvre de Francis Ponge, que nous lis(i)ons très schématiquement comme un processus généralisé de clarification, d’ordonnancement du réel et du langage plus encore que de nomination. Longtemps, nous avons été particulièrement impressionnée par l’imbrication très forte, complexe et diversement réalisée du métalangage critique et du langage poétique au sein du texte pongien (curieusement, notre étude ne porte quasi pas trace de cette fascination initiale). Nos questions étaient tout entières tournées vers l’élucidation de la capacité pongienne à combler l’appétit de signifiants de ses lecteurs : l’œuvre de Ponge s’adresse à un lecteur boulimique, qu’elle gave de mots, de justifications, d’explications, de digressions, de langage. Mais d’un autre côté, se tenait la critique pongienne, qui exprimait de diverses manières un sentiment que nous partagions : quand on entre dans le texte de Ponge, on est confronté à une abolition des repères de lecture et d’écriture (à commencer par celui qui permet de distinguer écriture et lecture), on est dépossédé de sa parole, on préférerait se taire, mais on doit d’urgence parler...

  • 1 O. C. I, GR, L, « Coriolan ou la grosse mouche », p. 456.
  • 2 O. C. I, GR, P, « Le soleil placé en abîme », p. 785.
  • 3 Ibid., p. 786.
  • 4 NNR I, « La Pentecôte », p. 43.
  • 5 NR, « Dessins de Pablo Picasso », p. 104.

3D’où, ce premier constat : le don peut avoir des effets retors. Ponge donne à son lecteur, sans relâche, et de ce fait, ne le lâche pas. En lui livrant, clé sur porte, le texte et sa lecture, il le momifie dans une gangue de mots. Sorti du texte de Ponge, le lecteur y retourne aussitôt, à l’instar de « Coriolan ou la grosse mouche » : « l’autre, la mère, dont il est issu, l’encoconne dans un tissu de mots furieux et tristes dont il ne se dégagera plus »1. Peut-être Ponge donne-t-il tout pour que l’on n’aille pas voir ailleurs ? Ou, peut-être, ne s’agit-il pas même d’un don ? Toute la difficulté de l’Objeu ne réside-t-elle pas dans le fait que Ponge refuse de donner la parole au soleil – « Il n’est pas question de te l’offrir »2 ; « Que dis-je, lui donner la parole ? »3 – et qu’il préfère le placer au cœur de l’abîme langagier ? Ainsi, notre hypothèse a pris corps : Ponge anticiperait la demande du lecteur par un don excessif (qui n’en est plus un, car il annule l’espace d’échange nécessaire au don), pour ne pas avoir à rencontrer le point où le lecteur désire, pour ne pas avoir à rencontrer le désir du lecteur. Ponge ne dit-il pas des offrandes de la Pentecôte juive qu’elles sont « offertes à qui ne prend pas [...] pour que ce qui prend [...] ne prenne pas »4 ? Le don pongien ne satisfait pas celui auquel il s’adresse, il le comble, dans tous les sens que l’on pourra donner à ce terme. Le texte pongien délecte, c’est-à-dire, si l’on se réfère à Ponge à propos des dessins de Pablo Picasso : « la racine de la délectation, comme des délices, est dans lacire, faire tomber dans un lacs, c’est-à-dire une sorte de piège fait d’un assemblage de cordons »5.

4Or cette hypothèse très générale nous est apparue comme pouvant être éclairée d’un jour neuf par la psychanalyse d’orientation lacanienne. On sait que Lacan s’est attaché, à la suite de Freud, à distinguer les grandes figures logiques qui définissent un rapport du sujet au langage. Elles sont au nombre de trois : celle caractérisée par une dénégation (Verneinung) du signifiant, celle caractérisée par le déni (Verleugnung) du signifiant et celle caractérisée par le rejet (Verwerfung) du signifiant. Après de nombreux tâtonnements, et expérimentations sur le texte de Ponge, la structure de la dénégation a particulièrement retenu notre attention. Nous sommes peu à peu arrivée à cette hypothèse que si dénégation il y a chez Ponge, elle ne fonctionne pas de manière à « présenter ce que l’on est sous la forme de ce que l’on n’est pas », mais à présenter, dans une seule et même immense phrase, ce que l’on est et ce que l’on n’est pas et cela pour éviter à l’Autre, quel que soit le masque sous lequel il apparaît (le lecteur, la Chose, le spectre paternel, la demande énigmatique du peintre...) d’aller voir ailleurs. Ponge entend fournir, à son lecteur par exemple, l’objet de son désir et le reste, c’est-à-dire l’objet de son désir et cela même qui fait qu’il désire. Pourquoi cette neutralisation du désir de l’Autre ? Contrairement au principe qui sous-tend la logique de la dénégation, l’Autre du langage dans l’œuvre pongienne n’est pas simplement refoulé il est, pour reprendre les termes de Ponge, mal absorbé, ou encore mal déterré, errant, entre la mort et la vie, trop présent que pour être mort, trop absent que pour être tout à fait vivant et de ce fait, il se fait tyrannique, comme s’il voulait toujours plus, réclamait toujours plus de la part du scripteur pour satisfaire sa demande sans fond.

5À ce stade de notre réflexion, les concepts derridiens de nom proche et de signature comme approbation endeuillée du proche, bien que nous ne les mettions pas encore directement en relation avec notre questionnement, ne nous satisfaisaient plus entièrement. La signature selon Derrida réclame une contresignature pour être à même de fonctionner. Or ce principe nous semblait être mis en échec par le texte de Ponge : ce que les lecteurs critiques ne cessaient de répéter, c’était précisément leur impuissance à contresigner, leur inutilité de contresignataires. Bien sûr, c’est dans la Chose pongienne, et non dans le lecteur, que Derrida place le pouvoir de contresignature. Mais cela ne change rien au fait que la signature selon Jacques Derrida est supportée par toute une logique dialogique, une logique du manque et du désir, qui ne fonctionne pas dans tous les cas. Peu à peu s’est formée en nous l’hypothèse qu’il existe en fait différentes logiques de la signature, différents modes d’appropriation du langage par la singularité énonciative des œuvres littéraires.

6Par ailleurs, tout le monde a une idée ou son idée de ce qu’est la signature, de ce qu’est le nom propre... Mais aucune base conceptuelle précise n’encadre ces signifiants. Derrière le terme signature, parlons-nous tous bien de la même chose ? Parlons-nous de quelque chose ? Y a-t-il, par exemple, un point de rencontre entre le nom propre, la métaphore paternelle et le Nom-du-Père ? Nous sommes alors partie à la recherche du plus petit commun dénominateur entre ces notions, utilisées à la fois en psychanalyse, en philosophie, en théorie littéraire, dans l’espace social..., que nous avons trouvé dans le motif du trait : le trait sur le signifiant paternel, qui fait défaut dans la psychose, qui est l’agent du refoulement dans la névrose et qui organise le déni dans la perversion, on le retrouve, chez Derrida, dans le trait qui traverse et entame le nom propre qu’il rend ainsi proche ou dans des concepts tels que ceux de souffle, de dérobement originaire, de furtif, d’écart, de différence, de trace... Le trait, c’est aussi le trait que Ponge ne parvient pas à tracer pour « en finir absolument », dans La Table. Le trait que l’on tire, donc, dans tous les sens du terme. Ainsi, nous étions à même de relier la logique langagière de la névrose chez Lacan avec la question de la signature : la signature pongienne, loin de tirer un trait sur le signifiant paternel, met le trait au service de la splendeur du signifiant. Défini comme un type de positionnement par rapport au signifiant paternel et non pas simplement comme « l’inscription autographe du nom propre », le concept de signature permet alors d’éclairer certains des phénomènes scripturaux les plus typiques et leurs retombées sur la lecture ou, inversement, d’expliquer des phénomènes de lecture et leurs retombées sur le champ de l’écriture : la signature pongienne consiste précisément à effacer la frontière entre ces deux activités et à autoriser un franchissement dans les deux sens. En effet, rappelons ici notre hypothèse selon laquelle l’essai de Sartre, « L’homme et les choses » est le texte autour duquel s’organise toute l’œuvre pongienne. En posant l’acte de lecture, Sartre a castré, coupé le texte pongien ; il l’a fait signifiant. Après « L’homme et les choses », la publication des brouillons ou l’invention de la technique de l’Objeu ne sont que des modulations secondaires d’un même changement dans la stratégie de signature.

7Le concept « élargi » de signature est doté de suffisamment de rigueur que pour lire autrement le texte de Ponge. C’est ce que nous avons voulu faire dans la seconde partie de notre étude. D’abord nous avons proposé des lectures du « Volet suivi de sa scholie » et de « Note sur Les Otages, peintures de Fautrier » en montrant comment ces deux textes sont mangés ou invaginés par leur signature, d’ailleurs susceptible d’être nouée à toute une tradition théologique chrétienne. Dans « Les Otages », le moment du sigle est déposé dans le texte comme otage à son tour, victime, hostie. La signature, pongienne ou non, est l’otage par excellence : ce par quoi un auteur s’engage vis-à-vis de son lecteur tout en se dégageant de son texte. Mais en même temps, le sigle ne vient qu’arrêter temporairement le saignement du texte, le texte comme saignement de signature. Inversement, nous montrons que si le sang, le seing, la circulation saignante et contaminante conviennent pour dire les otages, l’incessant battement du volet ne dit que l’absurde mouvement pendillaire d’une signature incapable d’intégrer à sa logique la fonction de tiers ou de souffle.

8Le second point que nos analyses textuelles ont voulu mettre en évidence concerne la signature comme motif d’écriture. En ne retenant de la signature que sa logique minimale (travail sur la limite), nous avons essayé de nous écarter du cadre autoritairement posé à l’exégète pongien et qui concerne la question du rapport du mot à la chose. À partir de la question de la signature, il est possible de lire un autre texte sous le texte de Ponge, un texte qui fuit des préoccupations officiellement identifiées par l’auteur : la poétique de l’habitat, le refus de la croyance, les figures d’Hamlet et du bouffon... sont autant de motifs qui traversent tout le texte de Ponge, mais qui, faute d’un concept rigoureux permettant de les organiser, sont impossibles à appréhender autrement que comme traits secondaires de l’œuvre pongienne. Nous pensons au contraire qu’ils constituent le noyau dur de l’œuvre de Ponge. En définissant la signature comme un geste de fortification du signifiant paternel, nous avons pu retrouver au sein de l’œuvre une perpétuelle mise en chantier de la réalité ; cette mise en chantier a été confrontée au refus de la figure divine : on s’enferme sur terre parce qu’on a rejeté le secours imparfait du symbolique céleste. Mais se barricader ne suffit pas et, dans l’imaginaire, le père revient sous une forme terrifiante. Tel serait le scénario de la signature pongienne, s’il fallait en faire un film.

9Nous espérons que notre étude parvient à décoller un tant soit peu la signature pongienne de certains clichés, du Ponge des dictionnaires, des anthologies, des médias, qui continuent, à l’occasion de son entrée dans « La Pléiade », à le désigner comme « l’auteur du Parti pris des choses ». Nous prétendons que ce Ponge là est un faussaire et de lui nous ne retiendrons que les dates : 1899-1988. Nous avons là deux repères fondateurs du symbolique, deux signifiants qui donnent sens à une vie et qui se répondent dans un jeu de spécularité imaginaire : 899 / 988. Nous soupçonnons Ponge, pour reprendre ses propres termes dans Le Savon, de l’avoir naturellement fait exprès. En effet, s’il fallait ne retenir qu’une phrase de notre étude, ce serait celle-ci : la signature pongienne supplée un symbolique défaillant par un colmatage imaginaire. En 1999, Ponge aurait eu cent ans et il est entré dans « La Pléiade ». Souhaitons-lui d’y entrer toujours, de se tenir à jamais sur le bord intenable de cette signature sur « papier Bible », et d’accomplir aujourd’hui, dans l’éternité, pour l’éternité, le franchissement du seuil par lequel se découvre l’autre face du groupe fascinant ou terrifiant des aînés renommés.

Notes

1 O. C. I, GR, L, « Coriolan ou la grosse mouche », p. 456.

2 O. C. I, GR, P, « Le soleil placé en abîme », p. 785.

3 Ibid., p. 786.

4 NNR I, « La Pentecôte », p. 43.

5 NR, « Dessins de Pablo Picasso », p. 104.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search