Version classiqueVersion mobile

Prose sur le nom de Ponge

 | 
Cécile Hayez-Melckenbeeck

Troisième chapitre. La limite comme motif scriptural

Poétique de l’habitat

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cette pièce était sans fenêtre, je ne pouvais pas y tenir longtemps.
Francis PONGE
« Entretiens avec Philippe Sollers »

Dans la partie théorique de notre étude, nous avons développé l’hypothèse selon laquelle la signature pongienne se caractérisait par une relation toute particulière au signifiant paternel et à la faille qui le traverse. Or cela génère, au sein du texte, dans l’imaginaire et la symbolique qui le structurent, un traitement tout particulier de l’espace. La faille angoissante, incarnée dans les traits menaçants que jette sur la terre l’azur moqueur, va faire l’objet d’épuisantes manœuvres de domestication, pour finalement aboutir à une très raffinée poétique de l’habitat. Suivons, le temps de quelques pages, les aventures de ce Ponge peu connu, décorateur d’intérieurs...

Inventaire des écrans pongiens et de leurs fonctions

Le colmatage des souffles du jardin, l’enfermement dans la pièce du volet, la capture des faces d’otages abyssal...

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search