Version classiqueVersion mobile

Prose sur le nom de Ponge

 | 
Cécile Hayez-Melckenbeeck

Troisième chapitre. La limite comme motif scriptural

Liminaires

Texte intégral

1Dans ce chapitre à trois temps, nous décrypterons un motif central de l’œuvre de Francis Ponge : la limite, qui tout à la fois sépare (deux signifiants), divise (un seul et même signifiant) et cerne (un trou, une faille, une autre limite...). Qu’est-ce qu’un motif ? Le motif dit tout d’abord la mobilité. Littré définit le terme comme « ce qui pousse à faire une chose ». La limite serait le moteur de l’écriture, et à ce titre, empressons-nous de lui ôter ses connotations statiques : la limite chez Ponge se déplace en même temps quelle déplace la main qui écrit (la pousse à se mouvoir) et déplace toujours plus loin les frontières du texte. La limite comme motif scriptural, c’est aussi la limite en tant que motif à l’écriture : ce qui la justifie, la rend nécessaire, ce autour de quoi elle tourne.

  • 1 O. C. I, GR, P, « Le lézard », p. 745.

2Le premier sous-chapitre, intitulé Poétique de l’habitat, aura pour seule ambition de mettre en évidence et de déchiffrer la pratique pongienne de l’habitat (ou de l’habillement, ce qui, comme nous le verrons, revient au même). Le terme poétique est ici employé dans un sens très large : sur le modèle du latin poetica et du grec poiêtikê, « art de la création ». Quels sont les matériaux, les textures, l’architecture... mobilisés préférentiellement par le scripteur ? Quelle est la fonction de l’habitat : ornement ? protection ? démarcation symbolique ? Où commence et où finit la pratique pongienne de l’habitat ?... Poétique de l’habitat est divisé en deux parties. La première porte davantage sur la fonction de l’habitat en tant que défense. La seconde porte davantage sur la description de l’habitat et sur ce qui se trame dans les intérieurs pongiens. Dans ce sous-chapitre, nous nous plaçons au plus près du texte de Ponge : notre démarche relève plus de la stylistique que de l’esthétique. Le deuxième sous-chapitre, Le refus de croyance, mettra en relation le paysage préalablement dégagé avec une question qui ne lui est étrangère qu’en apparence, la question de l’éthique pongienne (du moins s’agira-t-il de déblayer quelques pistes). Nous tenterons de comprendre la signification de cette obsession des limites chez Ponge : si la limite n’est jamais trop fiable, peut-être convient-il de s’interroger sur ce qui en elle fait défaut ? Or, de limites en limites, se profile inévitablement la limite (ou absence de limite) la plus énigmatique qui soit, la figure divine, celle autour de quoi s’organise le mystère de l’être au monde. Le troisième sous-chapitre, Hamlet et le bouffon, dégagera les points fragiles de cette éthique spatiale : que se passe-t-il quand la limite défaille, quand se lézarde « le mur de la préhistoire » – entendons : le mur des générations, du père et du fils, du nom propre, de l’héritage symbolique ? « Par ce mur, disait Ponge, nous sommes donc bien mal enfermés. Si prisonniers que nous soyons, nous sommes encore à la merci de l’extérieur »1... Comme si le Nom-du-Père n’était jamais suffisamment fort pour faire barrage à... quoi ? Nous verrons bien.

Notes

1 O. C. I, GR, P, « Le lézard », p. 745.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search