Version classiqueVersion mobile

Prose sur le nom de Ponge

 | 
Cécile Hayez-Melckenbeeck

Deuxième chapitre. Le sabbat et l’hostie

Liminaires

Texte intégral

1Les deux chapitres suivants ont pour mission d’exécuter notre hypothèse : tout à la fois d’appliquer et de mettre un terme aux considérations théoriques sur la signature pongienne. Celle-ci, avions-nous écrit dans l’introduction générale de notre étude, est d’emblée effective, repérable à ses effets (ceux qu’elle produit ou qui la produisent). Néanmoins, cette signature en acte ne pouvait s’aborder (se saborder ?) sans un solide ancrage théorique, afin de dégager les grandes lignes de force qui construisent sa logique générale.

  • 1 Cf. O. C. I, GR, P, « Le volet suivi de sa scholie », pp. 757-759.
  • 2 Cf. O. C. I, PE, « Note sur Les Otages, peintures de Fautrier », pp. 92-115.

2Cette signature en acte, nous avons choisi de la lire, au sein du volumineux corpus pongien, dans deux textes à la fois très proches et très éloignés l’un de l’autre : « Le volet suivi de sa scholie »1 et « Note sur Les Otages, peintures de Fautrier »2. Proches, ils le sont pour deux raisons au moins : la date de rédaction, 1946-1947 pour le premier, 1945 pour le second (cette proximité temporelle explique peut-être la présence, dans l’un comme dans l’autre, de motifs tels que ceux du fusillé et du crucifié, ou ceux du trait, de la coupure, de la blessure) et les qualités différentielles des choses soumises au travail d’écriture, qualités différentielles qui en font des « choses-limites » au sein de l’édifice pongien.

3Éloignés, ils le sont par les registres de la réalité auxquelles appartiennent les « choses » soumises à l’écriture : un texte est consacré au dispositif complexe du volet, l’autre à la figure insoutenable de l’otage. Éloignés, ils le sont également par leur dénouement de signature : « Le volet suivi de sa scholie » relance la tâche épuisante de colmatage. « Note sur Les Otages, peintures de Fautrier » apparaît au contraire comme une construction solide et efficace qui permet de mettre un terme, même momentané et illusoire, aux questions « quasi et à jamais » obsessionnelles.

Notes

1 Cf. O. C. I, GR, P, « Le volet suivi de sa scholie », pp. 757-759.

2 Cf. O. C. I, PE, « Note sur Les Otages, peintures de Fautrier », pp. 92-115.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search