Version classiqueVersion mobile

Prose sur le nom de Ponge

 | 
Cécile Hayez-Melckenbeeck

Premier chapitre. L’affirmation dans son rapport à la signature (pongienne)

L’impossible séparation : Élucidation systématique de la signature pongienne en s’aidant de quelques formules lacaniennes

Texte intégral

L’œuvre de l’écrivain et l’étude du psychanalyste se rencontrent en ce point où toutes les deux interrogent, d’une manière dissemblable, le tissu signifiant dans lequel est pris le destin de l’homme, d’une part, et d’autre part cernent chacune ces nœuds d’impossible à dire dans l’expérience de l’être parlant, où cesse la langue. Littérature et psychanalyse croisent leurs écrits aux abords de ce trou de réel qu’elles bornent différemment. [...] Si la psychanalyse rate la littérature, si elle échoue heureusement à en donner la clé, c’est de la même façon que l’une et l’autre ratent l’objet qui les cause et de ce ratage font un acte, esthétique ou théorique, autrement dit créent du nouveau.
Ginette Michaux
« Introduction à l’orientation lacanienne »

  • 1 Cf. H. Rey-Flaud, L’éloge du rien. Pourquoi l’obsessionnel et le pervers échouent là où l’hystériqu (...)

1La psychanalyse postule que l’être parlant résulte d’un processus de double négativation : parlé dès avant sa naissance, il est originairement « forclos » de la scène du monde sur laquelle il aura à apparaître. Il sera ensuite « symbolisé » ou « représenté » par le signifiant de la forclusion originaire, c’est-à-dire une seconde fois négativé : le sujet du signifiant ne pourra se compter comme « 1 » parmi d’autres que sous le mode du « – – 1 »1. Ce processus de double négativation se produit en quatre moments, que nous identifierons brièvement.

 

2Premier moment : l’être parlant est attendu (ou ne l’est pas : autre manière de le marquer, en négatif) par un nom et un prénom avant sa venue au monde, signes du désir de ses parents, de modèles plus ou moins avoués, de fantômes familiaux. Il va naître dans un pays précis, à une époque déterminée, dans tel contexte idéologique, culturel, économique... Bref, l’être parlant est parlé avant sa naissance par l’Autre du langage, qui constituera le trésor des signifiants (mais à ce stade il s’agit d’un Autre encore non symbolisé, c’est-à-dire non subjectivé) : c’est en cet Autre qu’il ira puiser les signifiants susceptibles de le dire.

  • 2 Lacan, sous le direction de G. Miller, Éd. Bordas, coll. « Philosophie présente », 1987, p. 61.

« Dès avant même la naissance d’un enfant, les relations entre ses géniteurs sont organisées par la parole ; elles se situent dans le cadre des « lois du langage ». Les circonstances qui ont présidé à la rencontre de son père et de sa mère, leur histoire propre forment déjà une constellation qui antécède sa conception même. « Ça parle de lui » de multiples de manières. [...] Toute une histoire de générations, de légendes familiales invoquées, de devoirs allégués, d’espoirs plus ou moins clairement formulés. C’est dans ce bain qui est tout sauf indifférencié que va être plongé le petit d’homme, et qu’il va devoir subjectiver. C’est-à-dire faire sienne son histoire pour s’y trouver, s’y retrouver. Ce lieu où s’inscrit le « trésor de la langue » qui s’adresse au sujet est celui que Lacan dénomme lieu de l’Autre »2.

  • 3 Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, op. cit., 228.

« L’Autre est le lieu où se situe la chaîne du signifiant qui commande tout ce qui va pouvoir se présentifier du sujet, c’est le champ de ce vivant où le sujet a à apparaître »3.

  • 4 NNR III, « Voici déjà quelques hâtifs croquis pour un « portrait complet » de Denis Roche », p. 49.
  • 5 Ibid., p. 46.

3Ce que croise de manière fulgurante la formule de Francis Ponge dans un texte sur Denis Roche : « Tout a lieu en lieu obscène »4 : tout a déjà eu lieu dans un lieu ob-scène, c’est-à-dire dans un lieu qui précède la scène sur laquelle j’aurai à apparaître, en deçà de celle-ci, devant ou avant celle-ci. Notons que, dans ce même texte pour Denis Roche, Ponge décompose le prénom et le nom de celui-ci dans une direction qui impose davantage encore l’idée d’un éclatement originel, d’une fissure à la fois constitutive et négatrice de l’unité du sujet : « Le qualificatif du prénom (dionysiaque) précédant le substantif du patronyme (roche) : un roc, une roche, un rocher peut-il donc éclater avant d’être ? – En voici la preuve (ou l’exemple) »5.

  • 6 Cf. L’éloge du rien. Pourquoi l’obsessionnel et le pervers échouent là où l’hystérique réussit, op. (...)

4Un exemple littéraire commenté par Henri Rey-Flaud (à la suite de Jacques Lacan) figure et condense cette négation passive6. Extrait des Aventures de Robinson Crusoé de Daniel De Foe, il s’agit de l’épisode où Robinson découvre une trace de pas sur la plage. Au moment où Robinson arrive, celui dont il découvre l’empreinte de pied a disparu : il est, bien que marqué, exclu (« forclos ») de la scène. Mais cette forclusion originaire du sujet ne peut être que reconstituée., il s’agit d’un moment mythique : c’est parce que Robinson voit une trace de pas qu’il conclut qu’il y a eu là quelqu’un. Par ailleurs, on voit que ce qui « succède » à l’exclusion originaire ce n’est pas rien, mais c’est une première trace ou mémoire de ce rien.

 

  • 7 Ibid, p. 120.

5Deuxième moment : cette trace, c’est bien un signe de perception, qu’Henri Rey-Flaud définit comme la « contrepartie scripturale de la part d’être perdue », qui « inscrit comme S1 l’absence originelle du sujet compté comme – 1 »7. Robinson attribue la trace de pas à un sujet (c’est le moment du jugement d’attribution, de la Bejahung, du oui inaugural qui constitue une première matrice symbolique du monde, mais encore non représentative, seulement présentative, perceptive). La trace de pas devient le signe d’un sujet qui a été là. Henri Rey-Flaud insiste : il s’agit d’un signe, appelé S1, c’est-à-dire de quelque chose d’univoque, de nécessaire (ce n’est pas par convention qu’une empreinte de pied renvoie à un pied, mais en vertu d’un lien naturel), qui se joue dans le champ de la présence, du « il y a ».

  • 8 Pr E, « Langue pensée », p. 63.
  • 9 O. C. I, GR, P, « Le soleil placé en abîme », p. 785.
  • 10 Ibid., pp. 778-779.
  • 11 « Hegel pensait que l’œil, ne visant pas à « consommer », suspend le désir. Il est à la limite même (...)
  • 12 NR, « Pour Fenosa », p. 107.
  • 13 O. C. I, GR, P, « Le soleil placé en abîme », p. 781.

6Pour lier cela à l’œuvre pongienne, on pourrait dire qu’avec Le Parti pris des choses Ponge émet un signe, qui ne fait pas encore partie des représentations symboliques. C’est un texte muet, une lettre morte. Le Parti pris des choses correspond au S1, maître tyrannique en tous points égal à lui-même (qui ne comporte aucune ombre). A ce moment « mythique » de présence à soi, le texte est illisible, car absolument idiomatique, il est la langue d’un seul et est seul dans sa langue : « Que les critiques se rassurent : ils n’ont pas à lire mon livre, je ne l’ai pas écrit en français »8. Ce texte illisible, c’est aussi celui du soleil, autre figure tyrannique, absolument identique à soi. Si le soleil peut être dit « celui qui domine toute chose et ne saurait donc être dominé », c’est parce que son oui n’est relativisé, atténué, négativé par rien d’autre que lui : « Son affirmation est impitoyable, impitoyablement identique à elle-même »9. Qu’on dise « oui » ou « non », on reste toujours pris dans l’acclamation du soleil, et ce « même à travers les larmes » : même ce qui devrait nier ou limiter la jouissance solaire vient l’affirmer, car les larmes ne sont rendues présentes que dans la lumière solaire : « Brillant soleil ! D’abord exclamation de joie, il y répond l’acclamation du monde (même à travers les larmes, car c’est grâce à lui quelles brillent). [...] Son rayonnement nous enrobe et nous franchit, va jouer beaucoup plus loin que nous. [...] Cet astre est l’orgueil même, le seul cas d’orgueil justifié. Satisfaction de quoi ? Satisfaction de soi »10. Chez Ponge, l’expérience que l’on a du soleil s’apparente moins à une expérience visuelle que tactile. En effet, la vue est le plus « intellectuel » des sens11, qui joue sur la présence / absence de l’objet. Le toucher, en revanche, est un sens qui n’a pas encore intégré l’opération de négation : tout y est présent. Le toucher n’ouvre à une expérience de l’objet que dans la présence immédiate de celui-ci. Or, aveuglant, le soleil interdit le recours à la vue : il est impossible de lire le texte qui lui est consacré, si ce n’est comme le font les aveugles, au moyen de la méthode Braille, les doigts collés au relief textuel, pour en saisir les multiples « boursouflures ». Le texte solaire quitte le champ de la littérature pour entrer dans celui de la sculpture, art qui, selon Ponge est « un art d’aveugle » : « Elle [la sculpture] n’a pas absolument besoin de la lumière pour être sensible. On peut en faire l’expérience avec certaines statuettes de Fenosa, parcourues de la main, en fermant les yeux. Une sorte d’écriture Braille »12. Cette compacité pleine du réel, du fait que le soleil « repousse le regard, vous le renfonce à l’intérieur du corps ! »13, est un des traits essentiels du « Soleil placé en abîme ». Le soleil de Ponge représenterait imaginairement ce stade de l’affirmation inaugurale qui précède le symbolique et le soutient tout à la fois – durant lequel tout est présent, parce que la création du symbole (de la négation), qui permet aux mots de fonctionner en l’absence des objets qu’ils représentent, n’a pas encore eu Heu, n’a pas encore eu de Heu.

 

  • 14 L’éloge du rien. Pourquoi l’obsessionnel et le pervers échouent là où l’hystérique réussit, op. cit (...)
  • 15 Ibid, pp. 21- 22.

7Troisième moment : par l’effet des vagues, la trace de pas s’efface doucement et Robinson l’entoure d’un cerne avant de la perdre tout à fait. Ce cercle, c’est le signifiant de la perte. Il s’agit bien du moment de la seconde négativité ( – – 1), puisque « le cerne de Robinson représente moins la trace de pas que le pas de trace »14. Ce moment coïncide avec l’introduction du symbolique, du S2. Pourquoi parle-t-on de signifiant et non plus de signe ? Parce qu’il y a là quelque chose d’arbitraire, qui tient du consensus ou de la convention : à l’inverse de l’empreinte laissée par le pied qui présentait un pied, le cerne ne désigne pas de manière nécessaire, indubitable, un sujet : « Si les signes de perception (S1) sont les signes du rien, le « représentant de la représentation » (S2) est le signifiant de ces premiers signes [...]. En tant que représentant des représentations de la coupure, il est le signifiant de la coupure, de la pure différence – en tant que tel impossible à écrire et ne soutenant son existence que des effets qu’il produit lorsqu’il est à son tour « représenté » par tous les signifiants imaginaires qui vont venir prendre place dans la chaîne du discours effectif »15.

  • 16 J. D. Nasio, « Métaphore et phallus », dans Démasquer le réel. Un essai sur l’objet en psychanalyse (...)
  • 17 Selon Henri Rey-Flaud, le fait que le nom propre fasse déjà partie des petits signifiants imaginair (...)

8Ce signifiant de la perte (de la coupure, de la disparition, du manque, de la différence...) est aussi appelé le signifiant paternel ou le Nom-du-Père, qu’il ne faudrait pas s’empresser de confondre avec le nom propre. Nous avons vu que, chez Derrida, le nom propre désigne directement l’individu en tant que toujours déjà mort. En ce sens, le nom propre apparaît, effectivement, comme le signifiant de la disparition, comme la lettre ou métaphore du manque. Mais le signifiant paternel en psychanalyse, c’est aussi le signifiant impossible à dire qui assure la jonction avec le tout autre du manque. Il est le Heu par où le réel surgit dans le symbolique. En tant qu’irreprésentable (signifiant de la pure différence), il n’est que repérable, « contourné par un bord qui sert de repère »16. Le nom propre ne remplit pas cette fonction : il fait déjà partie de la chaîne des petits signifiants qui viennent cerner ce noyau d’innommable17.

  • 18 A. Stévens, « La névrose obsessionnelle dans le discours », dans Quarto, n° 19, mai 1985, p. 53.

9Du fait qu’il représente la différence, du fait qu’il n’est lui-même que le renvoi à un autre signifiant, le signifiant de la perte autorise la mise en place de la chaîne signifiante, du langage : S2 = S1 → S2. Il fonde le fait qu’aucun signifiant ne peut se représenter lui-même et de ce fait, il permet que « ça circule » et que « ça s’articule » dans la vie de l’être parlant : « Faire circuler, c’est bien ce que représente le S2, soit la circulation même du signifiant »18. S2 fonde un insaturable manque à dire, manque à être qui portera l’être parlant toujours plus loin durant toute sa vie. Métaphore du manque, il donnera lieu à la chaîne métonymique du langage. En quoi le propre du langage représentatif est d’être composé d’une chaîne infinie de signifiants, le long de laquelle le sens glisse indéfiniment. La logique du langage est une logique du « pas tout » qui se définit de l’impuissance du signifiant à recouvrir l’être du sujet parlant. La chaîne signifiante se constitue donc du renvoi d’un signifiant originaire à la suite des petits signifiants qui tentent de le représenter : S1→ S2 → (S3, S4, S5, Sn...). Toute une pensée du don pourrait s’enraciner dans ce don du langage, qui ne donne rien, rien qu’une incessante circulation du manque (à dire, à être).

  • 19 Sur les opérations d’aliénation et de séparation : « Position de l’inconscient », dans Écrits, op. (...)
  • 20 Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, op. cit., pp. 235-237.

10La relève signifiante n’a lieu qu’au moyen de l’opération d’aliénation19, opération qui consiste à accepter le fait que tout signifiant ne peut être représenté que par un autre signifiant. Dans l’aliénation, le sujet tombe sous le coup du langage, rejeté qu’il est de signifiant en signifiant. Lacan parlera du vel de l’aliénation, c’est-à-dire de ce ou tout particulier par lequel le sujet n’a d’autre choix que de s’aliéner au signifiant, de s’en faire l’esclave : « Le vel de l’aliénation se définit d’un choix dont les propriétés dépendent de ceci, qu’il y a, dans la réunion, un élément qui comporte que, quel que soit le choix qui s’opère, il a pour conséquence un ni l’un ni l’autre. Le choix n’est donc que de savoir si l’on entend garder une des parties, l’autre disparaissant en tout cas. [...] Il est dans le langage. Ce ou existe. [...] Je vais vous en donner un exemple [...]. La bourse ou la vie ! Si je choisis la bourse, je perds les deux. Si je choisis la vie, j’ai la vie sans la bourse, à savoir, une vie écornée. [...] il s’agit d’engendrer la première aliénation, celle par quoi l’homme entre dans la voie de l’esclavage. La liberté ou la vie ! S’il choisit la liberté, [...] il perd les deux immédiatement – s’il choisit la vie, il a la vie amputée de la liberté »20.

 

  • 21 L’éloge du rien. Pourquoi l’obsessionnel et le pervers échouent là où l’hystérique réussit, op. cit (...)

11Quatrième moment : mais pour que se mette en place la chaîne du langage, il faut que le S2, auquel l’être parlant s’est aliéné, soit ensuite refoulé ; il faut que son éclat s’estompe, qu’il ne terrorise pas, lui qui représente l’aphanisis du sujet (son principe d’apparition et de disparition le long de la chaîne signifiante), sinon il risque d’y avoir une fixation sur lui, un gel sur ce qu’il représente. Il faut que le cercle tracé par Robinson soit « bientôt gommé lui-même par l’écume de la marée »21. Il faut en définitive un « retrait de l’Autre » qui va se produire au moyen de l’opération de séparation.

  • 22 O. C. I, GR, P, « Le Soleil placé en abîme », p. 786.
  • 23 Cf. L’éloge du rien. Pourquoi l’obsessionnel et le pervers échouent là où l’hystérique réussit, op. (...)

12L’opération de séparation consiste à admettre que l’Autre est lui-même frappé d’incomplétude, qu’il n’est qu’un signifiant, peut-être puissant, terrifiant, mais, enfin, une institution parmi d’autres. Il faut que le sujet reconnaisse le manque dans l’Autre ; que le sujet, barré par l’effet du signifiant, admette que le signifiant est lui-même barré. Henri Rey-Flaud donne pour illustrer cette opération de séparation l’exemple suivant : à la question qui nous est posée par l’Autre chaque fois que nous prenons la parole (et la phrase du « Soleil placé en abîme » résonne ici en écho : « Avez-vous quelque chose à dire (sous-entendu : pour votre excuse, pour votre défense) ? Je ne sais qui nous pose tacitement cette question, quelques secondes chaque fois avant que nous parlions »)22 : « Qui t’a fait comte ? » (c’est la question de la dette : « Rappelle-toi que tu me dois d’être ce que tu es, rappelle-toi que c’est de moi que tu tiens le signifiant qui te nomme, rappelle-toi qu’entre la liberté et la vie, tu as choisi la vie, mais à quel prix... »), l’individu doit pouvoir retourner contre l’Autre sa propre perte (« castration ») et en faire un Autre barré ; il doit lui retourner la question et dire : « et toi, qui t’a fait roi ? »23 (« À ton tour, rappelle-toi que c’est moi qui ai accepté de te mettre là où tu es, rappelle-toi que je veux bien te reconnaître à cette place toute-puissante, mais qu’elle ne te revient pas de droit... »).

  • 24 « Position de l’inconscient », loc. cit., p. 843.

13Si, dans l’opération d’aliénation, le sujet acceptait de déposer la cause de son être dans le signifiant et acceptait donc sa propre division, dans l’opération de séparation il doit accepter la division du signifiant même : « Pour se parer du signifiant sous lequel il succombe, le sujet attaque la chaîne en son point d’intervalle »24. Ou encore :

« Separere, séparer, j’irai tout de suite à l’équivoque du se parare, du séparer dans tous les sens fluctuants qu’il a en français, aussi bien s’habiller que se défendre, se fournir de ce qu’il faut pour vous mettre en garde, et j’irai plus loin encore, ce à quoi m’autorisent les latinistes, au se parere, au s’engendrer dont il s’agit dans l’occasion. [...] Un manque est, par le sujet, rencontré dans l’Autre, dans l’intimation que lui fait l’Autre par son discours. Dans les intervalles du discours de l’Autre, surgit dans l’expérience de l’enfant ceci, qui y est radicalement repérable – il me dit ça, mais qu’est-ce qu’il veut ?

  • 25 Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, op. cit., p. 239.

Dans cet intervalle coupant les signifiants, qui fait partie de la structure même du signifiant, est le gîte de ce que, en d’autres registres de mon développement, j’ai appelé la métonymie. C’est là que rampe, c’est là que glisse, c’est là que fuit, tel le furet, ce que nous appelons le désir. Le désir de l’Autre est appréhendé par le sujet dans ce qui ne colle pas, dans les manques du discours de l’Autre et tous les pourquoi ? de l’enfant témoignent moins d’une avidité de la raison des choses qu’ils ne constituent une mise à l’épreuve de l’adulte [...] »25.

  • 26 L’éloge du rien. Pourquoi l’obsessionnel et le pervers échouent là où l’hystérique réussit, op. cit (...)

14Cette opération de séparation est capitale, car « ce n’est qu’avec la séparation que la seconde négativité du sujet devient effective et que celui-ci peut véritablement être compté comme – – 1. [...] Faute de l’accomplissement de ce second temps, cette écriture n’est pas validée et, nonobstant la reconnaissance affichée de la réalité de la castration, le sujet va se trouver, en fait, consigné à l’état antérieur et considéré comme – 1 »26. En effet, si le sujet n’admet pas que l’Autre est un signifiant, il le considérera toujours comme un signe (S1), il sera soumis à sa toute-puissance dévorante ou recherchera l’ombre tyrannique, mais infaillible, de cette toute-puissance. Faute de la séparation, il y a un dysfonctionnement dans le déploiement du système signifiant à partir de S2. Si la métaphore paternelle (S2) n’est pas inscrite de manière suffisamment lisible, si aucun signifiant n’est admis par le sujet pour venir représenter le signifiant perdu (S2), en raison de sa non totale adéquation (dans toute opération de symbolisation, de métaphorisation, un reste échappe inévitablement), il y a un risque de blocage sur la réalité caduque du S2, une focalisation sur le manque qui le constitue, plutôt qu’une intégration féconde de ce manque. Cela pourrait se formaliser comme suit : du fait que S2 porte cet effet du signifiant qu’aucun signifiant ne peut se représenter lui-même, S2 c’est aussi l’opération même du renvoi de S1 à S2 :

  • 27 « La névrose obsessionnelle dans le discours », loc. cit., p. 53.

« S2 = S1 → S2
S2 = S1 → (S1 →S2) = S1 → (S1 → (S1 → S2)) = ... »27.

  • 28 L’éloge du rien. Pourquoi l’obsessionnel et le pervers échouent là où l’hystérique réussit, op. cit (...)
  • 29 A. Zénoni, Le corps de l’être parlant. De l’évolutionnisme à la psychanalyse, Bruxelles, Éd. De Boe (...)

15Articulée ainsi, la chaîne signifiante fonctionne en impasse : S1 devant être représenté par S2, celui-ci se constituant de sa fracture entre S2 et S2... Il s’agit bien évidemment d’un cas particulier du fonctionnement de la chaîne signifiante, identifié par la théorie psychanalytique comme étant celui de la névrose obsessionnelle. Ce qui caractérise la structure obsessionnelle du langage c’est d’être une structure à deux termes, causée par l’impossibilité de se séparer du S2 : « le défaut de coupure a une seconde conséquence [...] un sujet muré entre A et A. Ce trait fondamental de la structure de langage qui le constitue fait de l’obsessionnel une forteresse déserte »28. Loin de se parer du signifiant en le reconnaissant lui aussi manquant, le sujet fera tout pour boucher ce manque qu’il a perçu. L’obsessionnel met son manque (dû à l’aliénation au langage) au service de l’Autre : « il [l’Autre] est supposé être complet à cause de l’effacement du sujet. Le sujet apporte la soustraction de son vide au champ de l’Autre, il sacrifie son manque à un Autre qui dès lors est sans faille, entièrement « rationnel ». Il se voue à ce que l’Autre ne comporte pas d’hiatus dans sa légalité et soit donc toujours supposé agir de bon droit. [...] pour l’obsessionnel, l’Autre n’est jamais en défaut »29.

16Référons-nous maintenant au passage des Entretiens avec Philippe Sollers, où Ponge, exposant sa méthode de travail, se compare significativement à Antonin Artaud :

  • 30 Entretiens de Francis Ponge avec Philippe Sollers, Paris, Éd. Gallimard / Seuil, 1970, pp. 72-73. D (...)

« Je travaillais donc avec l’irrationnel venant de la profondeur de mon imprégnation, de mon imprégnation enfantine, venant du fond de mon corps, et ça, ce n’est pas si loin, si vous voulez, d’une démarche comme celle d’Artaud, mais avec cette différence essentielle que j’avais l’alphabet sur le mur, le dictionnaire sous moi, et que je savais parfaitement que ce que j’allais faire, que ce que je faisais était un texte – et que je ne sortais pas de la langue française, et que je ne voulais pas en sortir ; que j’étais assez, je ne veux pas dire clairvoyant (ça a l’air trop bête) au milieu de l’irrationnel qui sortait de moi-même, pour me rendre compte, au fur et à mesure, parce que j’étais en même temps le lecteur de ce que j’inscrivais, de ce que je traçais, immédiatement je me rendais bien compte que ça allait entrer non seulement dans la langue française, mais dans la bibliothèque française ; que, finalement, je faisais un livre »30.

  • 31 L’écriture et la différence, op. cit., pp. 264-265.
  • 32 O. C. I, GR, M, « Réponse à une enquête radiophonique sur la diction poétique », p. 645.

17Ce qui ne peut manquer d’attirer l’attention dans cette reconstitution, c’est l’insistance du scripteur pongien à se montrer cerné de toute part par le langage commun, celui de tous les hommes. L’Autre du langage (ou le langage de l’Autre) envahit la pièce de travail en s’incarnant dans différents outils ou concepts : le dictionnaire placé sous le scripteur pour une assise plus confortable, l’alphabet épinglé au mur, la langue française qui emprisonne et qui happe à la fois (qui souffle, dans les deux sens du terme), la bibliothèque française... Le poète est aliéné à la loi du langage (chez Ponge, au contraire d’Artaud, la « profondeur de l’imprégnation » venant du « fond de [s]on corps » se dit depuis le lieu de l’Autre symbolique (l’alphabet, le dictionnaire) et y retourne – « finalement, je faisais un livre »). Il est façonné par cette sorte de second corps compact dont il constitue le centre vide. En effet, s’il s’intègre malgré tout dans la mise en scène, c’est par le biais d’une coupure, d’une division essentielle : « j’étais en même temps le lecteur de ce que j’inscrivais ». Son mode d’être se réduit à ce trait indicible qui sépare le temps de l’écriture de celui de la lecture, lieu atopique par excellence, identifié par Jacques Derrida au travers de la structure du dérobement originaire : « Dès que je parle, les mots que j’ai trouvés, dès lors que ce sont des mots, ne m’appartiennent plus, sont originairement répétés. [...] Dès que je suis entendu, dès que je m’entends, le je qui s’entend, qui m’entend, devient le je qui parle et prend la parole sans jamais la lui couper, à celui qui croit parler et être entendu en son nom. S’introduisant dans le nom de celui qui parle, cette différence n’est rien, elle est le furtif [...] »31. Notons d’ailleurs que Ponge exprimait déjà cela dans « Réponse à une enquête radiophonique sur la diction poétique » : « Pour ma part – si je m’examine écrivant – il ne m’arrive jamais d’écrire la moindre phrase que mon écriture ne s’accompagne d’une diction et d’une écoute mentales, et même plutôt, quelle ne s’en trouve (quoique de très peu sans doute) précédée »32.

  • 33 F. Ponge, Pour un Malherbe, Paris, Éd. Gallimard, coll. « Blanche », 1965, p. 197. Désormais nous r (...)
  • 34 NNR II, « Nioque de l’avant-printemps », pp. 55-56.

18Le signifiant qui traverse toute l’œuvre de Ponge, celui de la haine pour le langage commun, ne s’affirme avec autant de force que parce que le scripteur est lui aussi pris dans ce langage dont il conteste le fonctionnement aliénant (« Ce n’est pas que, tout comme un autre, nous n’essayions incessamment d’en sortir... Mais nous devons constater aussi que nous n’en sortîmes, ni n’en sortirons probablement, jamais »)33. Mais le nœud du problème vient moins de l’aliénation au langage que de son impropriété essentielle, de la souillure immémoriale des paroles, incapables d’exprimer quoi que ce soit d’un peu propre. D’où la volonté de réarmer la langue de nouveaux proverbes : s’effacer, s’annuler entièrement de son dire (la parole proverbiale est une parole impersonnelle, anonyme), pour venir cimenter l’Autre au moyen du vide consistant que « je est ». Seule cette épuisante manœuvre de rempierrage permettra de réintégrer au champ de l’Autre le réel qu’il manque, car ce réel, du fait que l’Autre n’est qu’un signifiant, il en manque toujours une partie, et c’est cela qui est insupportable au scripteur pongien : « Comme il y a des tas de cailloux par endroit ramassés pour rempierrer [Nous soulignons] les routes, certes il y a des mots. Il faut aller les y chercher. Dans le gosier, dans le gosier des autres, dans les livres, les dictionnaires »34.

  • 35 Pr E, « Peut-être par la grossièreté », p. 83.
  • 36 Ainsi dans l’Encyclopédie, on lit qu’un acte n’est valide et susceptible d’efficacité, que quand il (...)

19Revenons au Parti pris des choses. Seul un acte de reconnaissance par la communauté des hommes transformera l’idiomaticité du S1 en S2 pour en faire un signifiant parmi d’autres, dans le lien social. On trouve trace de cette inévitable perte de l’idiomaticité dans des réactions de colère, telles que : « Il n’y a plus moyen de s’affranchir des hommes. Ils vous reconnaissent toujours. Il y a toujours des cons pour être de votre avis, pour recommander à votre égard l’indulgence. Aucun moyen de se faire mettre au ban. Le martyre n’est plus possible et jamais il n’en a été plus besoin »35. Le caractère misanthropique de certaines déclarations pongiennes révèle toute la difficulté qu’il y a à se compter comme un parmi d’autres (à l’inverse, le Ponge qui signe son texte ravive l’espoir refoulé d’être distingué entre tous). Pourtant, le signe de l’élection ne devient signature que lorsqu’il est contresigné par la critique, consigné au lieu de l’Autre36. L’intervention du lecteur empêche le texte de coïncider avec lui-même ; il installe une béance entre le nom propre et la signature originaire, béance qui fait advenir le texte comme signature, qui est la signature elle-même. Formalisons cela :

S1 [nom propre de l’auteur, signe ou sigle qui le présente. Le Parti pris des choses] → S2 [contresignature du Lecteur, qui vient symboliser la signature, relever ce reste prêt à tomber dans l’oubli, mais tout en perdant quelque chose de son idiomaticité pure, de son in-signifiance] → S3, S4, S5, Sn... [circulation du texte].

  • 37 Proêmes (1948) tout d’abord : Sartre avait dit que Ponge était meilleur dans ses moments poétiques (...)
  • 38 Ainsi Bernard Beugnot et Robert Melançon constatent simplement : « Même si, outre Le Parti pris des (...)

20Or que se passe-t-il quand Sartre, le premier vrai exégète de Ponge, se permet de toucher au Parti pris des choses ? Ponge se met littéralement à enrager et publie deux recueils qui annulent point par point la lecture sartrienne37. Suite à quoi, on a coutume d’invoquer la malchance de Sartre, mais on ne s’est jamais interrogé sur la coïncidence en elle-même38. En 1974, lors du colloque de Cerisy consacré à Ponge, on se permet de citer « L’homme et les choses » de Sartre et plus particulièrement l’analyse stylistique, qui demeure selon nous la partie la plus actuelle de tout l’essai : on a fait peu de lectures syntaxiques de l’écriture pongienne (et pour cause, Ponge l’a presque interdit : en se disant avant tout lexicologue, c’est sur toute la question de l’articulation syntaxique qu’il fait l’impasse). Ponge répond ceci :

  • 39 « Discussion », dans Ponge inventeur et classique, op. cit., pp. 171-172.

« [...] voici qu’à deux reprises, l’exégèse de Sartre à partir du petit point qui clôt la phrase est évoquée [...]. Or il se trouve que c’est une faute typographique. Le Parti pris des choses était entre les mains de Jean Paulhan, il se trouve que j’ai moi-même quitté, pendant la dernière guerre, la zone Nord pour la zone Sud et que je suis resté en zone Sud, tandis que Paulhan est rapidement revenu en zone Nord. [...] Paulhan m’a demandé si je l’autorisais à corriger les épreuves. Naturellement je lui ai dit : « c’est beaucoup mieux » – je lui ai écrit par carte inter-zones, c’était difficile de communiquer de cette façon là –, en lui disant évidemment, il y a même le risque de perte du manuscrit et des épreuves à la ligne de démarcation, comme cela s’est produit, par exemple, pour certains textes de Mauriac qui ont été perdus ; alors, je lui ai dit, naturellement, vas-y, corrige ces épreuves, donne le bon à tirer. Et il se trouve que les épreuves quant au texte en question, que cite Sartre pour justifier toute son exégèse, le fait que je termine par un point une phrase de je ne sais plus quel texte [...], c’est tout simplement une erreur typographique, et que Paulhan ne l’a pas corrigée. Il n’a pas corrigé cette faute, la phrase n’est pas terminée à l’endroit où Sartre croit quelle se termine, d’où toute son exégèse de la différence de mon style avec celui de Pascal est basée tout simplement sur une faute des typographes qui n’a pas été corrigée. Comme ça fait deux fois qu’on évoque cette exégèse de la façon de clore, d’enfermer chaque phrase pour repartir, qui fait une assez grande partie de l’exégèse de Sartre, L’homme et les choses, je dis qu’elle est tout simplement absurde. Je voulais le dire après la première publication comportant ça, mais je vous le dis, parce que la répétition de ce butoir..., le butoir va sauter ! »39 [Nous soulignons].

  • 40 Cela correspond en psychanalyse au moment de l’affirmation subjective, qui a permis à Ponge d’adven (...)
  • 41 Pr E, « Entre Horace et Artaud », p. 97.
  • 42 NNR II, « Nioque de l’avant-printemps », p. 91.

21Ponge nous semble ici d’une mauvaise foi révélatrice : d’abord parce que Sartre cite plusieurs phrases du Parti pris des choses ; ensuite, parce que l’ensemble de sa lecture stylistique continue à sonner juste, même si, malheureusement pour lui, une des phrases a été retranscrite de manière incorrecte. Le point qui nous arrête plus particulièrement, celui sur lequel nous venons buter à notre tour, c’est « la phrase n’est pas terminée à l’endroit où Sartre croit qu’elle se termine » : Ponge reproche à Sartre d’avoir terminé une phrase là où elle devait normalement continuer. Mais le problème se situe à un autre niveau : symboliquement, Sartre a terminé la première grande phrase de Ponge, Le parti pris des choses, il l’a mortifiée dans un signifiant unique, celui de la pierre ; il l’a représentée par un emblème, qui de ce fait, annule toutes les autres possibilités, virtualités contenues dans Le Parti pris des choses. Il a fait du texte de Ponge un texte parmi tous les textes de la Bibliothèque française. Il lui a rappelé que son recueil n’est pas Le Livre. Nommer, identifier, c’est toujours couper, castrer, obliger au renoncement40. Que dit Ponge ? Il faut faire sauter ce « butoir », ce point de scansion, que Sartre non seulement a vu erronément dans l’œuvre de Ponge, mais qu’il a indûment introduit, en la commentant. La poésie pongienne évacue le lieu pour l’absence, pour la fin, pour la négation : il ne peut pas y avoir de barre sur l’Autre du langage, qui permettrait au signataire de se nommer lui au champ de l’Autre (opération de séparation). Il n’y a pas de fort / da dans cette écriture, ou, s’il y en a un, c’est un fort / da sans éclipse, principe que l’on retrouve dans des lieux de l’œuvre apparemment très éloignés les uns des autres : « entre Horace et Artaud, on ne me fera pas choisir »41 ; « Plénitude de tout cela : aussi plein que mon propre corps »42. C’est pourquoi, la publication des brouillons, qui ferait suite moins au Parti pris des choses qu’à « L’homme et les choses », se présente comme une réponse à la fois ponctuelle à Sartre (« non je ne choisis pas le solide plutôt que le liquide, le fini plutôt que l’in-fini... ») et structurelle pour éviter qu’à l’avenir un tel geste de décomplétude concluante puisse se reproduire. Ponge se lance dans une phrase sans fin qui permet de garder présents l’objet conservé et l’objet effacé, dans l’ambiguïté du reste :

  • 43 Ibid., pp. 82-83.

« Car taillant quelque chose, on confirme automatiquement ce qui reste. [...] Ce qui est intéressant surtout dans ces arbres, c’est cela. De ces moignons confirmés (de vieux infirmes, arthritiques) naissent des bouquets de premières communiantes ou de mariées. Du noir retors, le blanc et le rose. [...] Le mot certes exprime assez bien ces parties confirmées du poirier »43.

  • 44 S. Allen, « Le mot certes... écrit Ponge », dans Ponge inventeur et classique, op. cit., p. 253.
  • 45 O. C. I, Pr, « Notes d’un poème (sur Mallarmé) », p. 182.

22Certes, anagramme presque parfait du mot reste, permet d’affirmer et de nier en même temps. Injustement qualifié d’adverbe de concession, certes ne concède rien à l’interlocuteur, il ne lui laisse aucune chance : certes, c’est-à-dire « oui, vous avez raison, mais, non, vous avez tort ! » La signature par le « certes » est une signature monstrueuse qui aurait pour équivalent la taille des végétaux, dont Suzan Allen a souligné l’effet surprenant : « En somme ces amputations ne sont pas du genre castrant, mais du genre fortifiant »44. La signature pongienne se différencie de deux actes affirmatifs simples, identifiés par Ponge dans un texte sur Mallarmé : « Malherbe, Corneille, Boileau voulaient plutôt dire « certainement ». La poésie de Mallarmé revient à dire simplement « Oui ». « Oui » à soi-même, à lui-même, chaque fois qu’il le désire »45. Le dictionnaire dit de l’adverbe « certainement » qu’il « renforce une affirmation », là où nous dirions de l’adverbe « certes » qu’il ruine l’affirmation dans le geste même de renforcement et inversement.

  • 46 Cf. NNR III, « Plutôt rien que pas assez », p. 35.
  • 47 NNR II, « Préface à un bestiaire », p. 164.

23Ce chapitre aurait pu s’intituler « Plutôt rien que pas assez »46, titre d’un texte de Ponge destiné à prendre place dans un numéro d’hommage à son ami Georges Ribemont-Dessaignes. Ce que Ponge dit dans ce texte, c’est qu’il ne peut pas écrire de texte sur Georges Ribemont-Dessaignes. Il préfère ne rien dire que n’en dire pas assez. Une telle vue des choses est très caractéristique du refus du « pas assez » qui est la marque même du désir, de la circulation signifiante. Mais en même temps, Ponge s’arrange pour écrire un texte et pour être malgré tout présent dans le numéro d’hommage. Il lance le oui et le non en même temps, mais sûrement pas l’à peu près. Le voilà rien, dans les deux sens du terme : « quelque chose », objet brutalement posé, et « nulle chose », objet totalement annulé. La signature de Ponge est un vide consistant qui vient barrer la barre sur l’Autre (que cet Autre prenne pour nom Malherbe, Corneille, Boileau ou Mallarmé, autant de pères qui n’ont qu’imparfaitement signé leurs textes, en se contentant d’une affirmation naïve). Détournée de sa fonction, la signature pongienne ne ressemble à aucune autre : elle ne cherche pas à nommer le signataire au champ de l’Autre (à travers l’Autre, c’est-à-dire à traverser l’Autre, à le barrer), mais à signer l’Autre, à en faire « un signe qui ne signifie rien, qui n’entre dans aucun système, qui ne renvoie perpétuellement qu’à lui-même »47.

Notes

1 Cf. H. Rey-Flaud, L’éloge du rien. Pourquoi l’obsessionnel et le pervers échouent là où l’hystérique réussit, Paris, Éd. du Seuil, coll. « Le Champ freudien », 1996, pp. 13-35.

2 Lacan, sous le direction de G. Miller, Éd. Bordas, coll. « Philosophie présente », 1987, p. 61.

3 Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, op. cit., 228.

4 NNR III, « Voici déjà quelques hâtifs croquis pour un « portrait complet » de Denis Roche », p. 49.

5 Ibid., p. 46.

6 Cf. L’éloge du rien. Pourquoi l’obsessionnel et le pervers échouent là où l’hystérique réussit, op. cit., pp. 118-123.

7 Ibid, p. 120.

8 Pr E, « Langue pensée », p. 63.

9 O. C. I, GR, P, « Le soleil placé en abîme », p. 785.

10 Ibid., pp. 778-779.

11 « Hegel pensait que l’œil, ne visant pas à « consommer », suspend le désir. Il est à la limite même du désir (et peut-être par là sa ressource) et le premier sens théorique. [...] Après avoir parlé du goût, du tact et de l’odorat, Hegel écrit encore dans l’Esthétique : « La vue, au contraire, se trouve avec les objets dans un rapport purement théorique [...] ». L’écriture et la différence, op. cit., p. 147.

12 NR, « Pour Fenosa », p. 107.

13 O. C. I, GR, P, « Le soleil placé en abîme », p. 781.

14 L’éloge du rien. Pourquoi l’obsessionnel et le pervers échouent là où l’hystérique réussit, op. cit., p. 122.

15 Ibid, pp. 21- 22.

16 J. D. Nasio, « Métaphore et phallus », dans Démasquer le réel. Un essai sur l’objet en psychanalyse, op. cit., p. 110. Sur cette question du rapport entre l’objet a et le signifiant phallique, on pourra se référer aux pages 31-41 et 108-113.

17 Selon Henri Rey-Flaud, le fait que le nom propre fasse déjà partie des petits signifiants imaginaires n’empêche nullement qu’il soit, dans sa nature essentielle, le signifiant paternel lui-même. Rey-Flaud oppose en fait deux noms propres : celui tel que le considère « le sens commun » (« ainsi le sens commun refère-t-il naturellement le nom propre à l’espace imaginaire du moi ») et celui tel que le considère la psychanalyse : « Sans doute le nom propre intervient-il dans l’espace social comme signe de la personne. C’est la fonction patente qu’il remplit sur la carte d’identité et qui occulte que le nom, au-delà de tous les traits imaginaires aléatoires, susceptibles d’être mis en carte, vise l’identité symbolique du sujet, celle qui le désigne au-delà de l’image au miroir [...]. [...] le nom est un signifiant insignifiant, seul propre à désigner le sujet dans son être, par suite de quoi ce nom ne peut être pris dans la chaîne signifiante, ni livré au réseau des métaphores et des métonymies : à ce titre, il échappe à tout effet de substitution, donc de déguisement. Le nom dans son principe est donc ce signifiant vide de toute signification qui désigne sans le signifier le sujet du côté du « sans cause », puisqu’il ouvre à l’infini sur la chaîne mythique des pères et renvoie le sujet jusqu’à un manque de signifiant, soit jusqu’au signifiant du père mort [...] ». L’éloge du rien. Pourquoi l’obsessionnel et le pervers échouent là où l’hystérique réussit, op. cit., pp. 208-209. Sur cette question, on pourra également se référer aux pages 50-51.

18 A. Stévens, « La névrose obsessionnelle dans le discours », dans Quarto, n° 19, mai 1985, p. 53.

19 Sur les opérations d’aliénation et de séparation : « Position de l’inconscient », dans Écrits, op. cit., pp. 839-844 et Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, op. cit., pp. 227-240.

20 Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, op. cit., pp. 235-237.

21 L’éloge du rien. Pourquoi l’obsessionnel et le pervers échouent là où l’hystérique réussit, op. cit., p. 123.

22 O. C. I, GR, P, « Le Soleil placé en abîme », p. 786.

23 Cf. L’éloge du rien. Pourquoi l’obsessionnel et le pervers échouent là où l’hystérique réussit, op. cit., p. 31.

24 « Position de l’inconscient », loc. cit., p. 843.

25 Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, op. cit., p. 239.

26 L’éloge du rien. Pourquoi l’obsessionnel et le pervers échouent là où l’hystérique réussit, op. cit., p. 31.

27 « La névrose obsessionnelle dans le discours », loc. cit., p. 53.

28 L’éloge du rien. Pourquoi l’obsessionnel et le pervers échouent là où l’hystérique réussit, op. cit., p. 130.

29 A. Zénoni, Le corps de l’être parlant. De l’évolutionnisme à la psychanalyse, Bruxelles, Éd. De Boeck Université, coll. « Oxalis », 1991, p. 113.

30 Entretiens de Francis Ponge avec Philippe Sollers, Paris, Éd. Gallimard / Seuil, 1970, pp. 72-73. Désormais nous renverrons pour ces entretiens à EPS.

31 L’écriture et la différence, op. cit., pp. 264-265.

32 O. C. I, GR, M, « Réponse à une enquête radiophonique sur la diction poétique », p. 645.

33 F. Ponge, Pour un Malherbe, Paris, Éd. Gallimard, coll. « Blanche », 1965, p. 197. Désormais nous renverrons pour ce livre à PM.

34 NNR II, « Nioque de l’avant-printemps », pp. 55-56.

35 Pr E, « Peut-être par la grossièreté », p. 83.

36 Ainsi dans l’Encyclopédie, on lit qu’un acte n’est valide et susceptible d’efficacité, que quand il est signé et contresigné : « La signature des témoins, des parties et des officiers publics, dont les actes doivent être souscrits, est ce qui donne perfection à l’acte jusque-là. Et tant qu’il manque quelqu’une des signatures nécessaires, l’acte est imparfait ». Article « Signature », Encyclopédie.

37 Proêmes (1948) tout d’abord : Sartre avait dit que Ponge était meilleur dans ses moments poétiques que dans ses moments philosophiques, Ponge publie un recueil qui réfléchit sur l’absurde, le mythe de Sisyphe... Sartre avait dit que Ponge était le poète des objets, Ponge termine Proêmes avec les « Notes premières de l’« Homme »». La Rage de l’expression (1952) : Sartre avait dit que la crise du langage chez Ponge était résolue, Ponge publie un recueil dont le titre montre combien il est tout entier préoccupé par l’expression, Sartre avait introduit l’idée d’une esthétique du solide, de la pierre, du proverbe..., l’esthétique de La Rage de l’expression est tout le contraire.

38 Ainsi Bernard Beugnot et Robert Melançon constatent simplement : « Même si, outre Le Parti pris des choses, Sartre avait eu accès, grâce à Camus, à divers manuscrits, il reste que les limites réelles de son étude tiennent, au moins autant qu’à l’orientation qu’il lui a donnée, au fait qu’il a eu connaissance surtout du premier Ponge, celui des textes brefs, « bouclés à double tour » dans ce que Paulhan appelait leur « infaillibilité un peu courte ». Ainsi s’expliquent les développements sur la « pétrification » du langage, qui peuvent étonner les lecteurs du Pour un Malherbe, du Savon ou de la Fabrique du pré. La suite de l’œuvre de Ponge a frappé de caducité la théorie sartrienne [...] ». B. Beugnot et R. Melançon, « Fortunes de Ponge », dans Francis Ponge, Études Françaises, vol. 17, n° 1 / 2, 1981, p. 147.

39 « Discussion », dans Ponge inventeur et classique, op. cit., pp. 171-172.

40 Cela correspond en psychanalyse au moment de l’affirmation subjective, qui a permis à Ponge d’advenir comme auteur : « Ce temps pour conclure est celui de l’affirmation subjective. C’est ce dont l’obsessionnel a horreur parce que ce serait prendre la place du maître et cela il ne le peut pas. Cette place est occupée justement par le maître (le père) ou du moins par une figure imaginaire d’un père obscène et féroce ». « La névrose obsessionnelle dans le discours », loc. cit., p. 54.

41 Pr E, « Entre Horace et Artaud », p. 97.

42 NNR II, « Nioque de l’avant-printemps », p. 91.

43 Ibid., pp. 82-83.

44 S. Allen, « Le mot certes... écrit Ponge », dans Ponge inventeur et classique, op. cit., p. 253.

45 O. C. I, Pr, « Notes d’un poème (sur Mallarmé) », p. 182.

46 Cf. NNR III, « Plutôt rien que pas assez », p. 35.

47 NNR II, « Préface à un bestiaire », p. 164.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search