Version classiqueVersion mobile

Prose sur le nom de Ponge

 | 
Cécile Hayez-Melckenbeeck

Premier chapitre. L’affirmation dans son rapport à la signature (pongienne)

Le signe d’amitié

Texte intégral

  • 1 Pour une présentation des concepts de connaissance et de reconnaissance, de petit autre et de grand (...)

1Nous voudrions maintenant approfondir la question de la signature dans une perspective autre que derridienne, une perspective qui se tiendra « aux bords » de la psychanalyse, et cela au moyen des concepts de connaissance et de reconnaissance. En première approche1, posons que la connaissance se situe sur l’axe de l’imaginaire, celui du même au même, du moi à l’autre. La connaissance passe par la relation au corps, il s’agit d’une relation qui s’instaure dans la présence sensible du semblable, de l’alter ego. La connaissance s’apparente au stade du développement durant lequel le sujet désirant, corps morcelé, reçoit de l’autre son unité ; c’est le stade du miroir, quand l’enfant se confond entièrement avec l’image qui le forme et l’aliène en même temps. Écoutons à ce sujet non pas Lacan, mais Ponge :

  • 2 O. C. I, Pr, « Notes premières de l’« Homme »», p. 224.

« Qu’ai-je là-dessous ? se dit-il en regardant sa peau. Il ne peut que l’inférer en se rapportant aux livres et figures, à son imagination, à sa mémoire. Il ne suppose rien de lui-même que d’après ses observations sur ses semblables. Mais son propre corps, jamais il ne le connaîtra. Rien de lui demeure plus étranger »2.

  • 3 NNR III, « Nous, mots français », p. 103.
  • 4 S. Mallarmé, « Réponses à des enquêtes », dans Œuvres complètes, édition établie par H. Mondor et G (...)
  • 5 O. C. I, Pr, « L’avenir des paroles », p. 168.

2Quant à la reconnaissance, c’est un acte symbolique, qui s’adresse au grand Autre. L’Autre est cette instance de pure convention que l’individu place dans la position de garant des significations, de trésor des signifiants ; instance fictive qui garantit que les mots que nous prononçons possèdent bien la même signification pour nous et pour notre interlocuteur : « Rendez-vous à telle heure en tel lieu pouvons-nous, entre hommes, nous dire, et voilà qui connaît à coup sûr la réussite »3. L’Autre a pour fonction de délimiter un espace commun de langage dans lequel il incombe à chacun de trouver sa place, en offrant à ce grand Autre un signifiant qui nous représente, qui nous symbolise pour qu’il nous reconnaisse à une certaine place : « je t’offre un texte pour que tu me reconnaisses en tant que poète, en tant que théoricien... ». La reconnaissance est un acte qui consiste à se démarquer à l’intérieur du lieu commun cerné par l’Autre du langage. Ainsi, par exemple, le poète mallarméen forge sa propre enclave à l’intérieur du langage, de la société ; il en constitue un corps étranger. Au milieu du commun, un nom propre se loge : « Pour moi, le cas d’un poëte, en cette société qui ne lui permet pas de vivre, c’est le cas d’un homme qui s’isole pour sculpter son propre tombeau »4. Chez Ponge, c’est également un nom propre qu’il s’agit de faire briller, mais celui-ci, loin de rompre (avec) la langue de tous, lui est intimement lié, tissé et la langue de tous devient le linceul du poète : « Quand aux tentures du jour, aux noms communs drapés pour notre demeure en lecture on ne reconnaîtra plus grand-chose sinon de hors par ci nos initiales briller comme épingles ferrées sur un monument de toile [...] »5.

  • 6 J. Lacan, Le séminaire. Livre XI. Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, texte établi (...)
  • 7 Id.
  • 8 F. Ponge, Œuvres complétés, t. I, édition publiée sous la direction de B. Beugnot, Paris, Éd. Galli (...)
  • 9 S. Mallarmé, « Arthur Rimbaud », dans Œuvres complètes, op. cit., p. 518.

3La reconnaissance symbolique a lieu sur fond d’absence, d’inconnue dans l’altérité de l’Autre : « La relation du sujet à l’Autre s’engendre tout entière dans un processus de béance »6. À l’énigme du désir de l’Autre (« Que (me) veut-il ? », s’interroge l’être parlant tout au long de sa vie), le sujet répond en allant puiser dans le champ de l’Autre un signifiant susceptible de le représenter (« Cette pose te convient-elle ? ») : « Le signifiant se produisant au champ de l’Autre fait surgir le sujet de sa signification. Mais il ne fonctionne comme signifiant qu’à réduire le sujet en instance à n’être plus qu’un signifiant, à le pétrifier du même mouvement où il l’appelle à fonctionner, à parler, comme sujet »7. Pour celui qui écrit, le lecteur occupe la place de cet Autre dont il ignore les attentes, mais auquel il s’adresse. La seule issue pour l’auteur, s’il tient vraiment à écrire, est de combler son ignorance en posant la redoutable question : quel est mon propre désir ? Quel livre souhaiterais-je, moi, tenir entre les mains ? : « Ce que j’aurais envie de lire : tel pourrait être le titre, telle la définition de ce que j’écrirai. [...] Il me faut garder cette image constamment à l’esprit : mon livre, seul (par force), sur une table : que j’aie envie de l’ouvrir et d’y lire (quelques pages seulement) – et de m’y remettre le lendemain »8. Les raisons de ne pas écrire, qui inhibent chaque écrivant plus ou moins longtemps, sont essentiellement des raisons de ne pas se lire, de ne pas avoir à affronter ce signifiant brut que l’on est devenu et qui anéantit, par la force de sa réalisation, tous ceux que l’on aurait pu devenir. Il faut sans doute la puissance évocatrice d’un Mallarmé pour parvenir à faire danser, autour du signifiant réalisé, l’ensemble des signifiants avortés, flottant dans l’aire du non-né : « On y songe comme à quelque chose qui eût pu être ; avec raison, parce qu’il ne faut jamais négliger, en idée, aucune des possibilités qui volent autour d’une figure, elles appartiennent à l’original, même contre la vraisemblance, y plaçant un fond légendaire momentané, avant que cela se dissipe tout à fait »9.

  • 10 Cf. NNR III, « Pour Max Bense », pp. 24-28.

4Jusqu’ici, nous avions toujours considéré l’échange de signature et de contresignature, qui est aussi bien l’échange entre un texte et sa lecture, comme un acte symbolique, et donc endeuillé, s’adressant à l’Autre du langage. La signature ne donnerait lieu à aucune situation de communication, mais bien d’ex-communication, d’extraction hors du champ de la communication partagée. Or, dans un texte que nous allons commenter brièvement, « Pour Max Bense »10, écrit en 1970, on peut déceler une certaine tension entre ce geste de reconnaissance symbolique et celui de connaissance sensible. Bien sûr, au moment où Ponge écrit ce texte, son œuvre a déjà été lue et commentée par Max Bense et par beaucoup d’autres. On est pris dans une logique de l’échange, du langage, de la circulation, du manque, du désir... Pour le dire autrement : le cadre symbolique est rigoureusement posé. Néanmoins, dans la manière dont Ponge construit son récit, tout se passe comme s’il essayait de tirer la relation symbolique dans une autre direction, celle de l’imaginaire. Cela apparaîtra plus fortement encore dans le second texte que nous commenterons, qui relate la rencontre entre Francis Ponge et Paul Nougé.

5Le texte sur Max Bense débute par une mise en évidence de la grande proximité, voire de l’intimité, qui existe depuis quinze ans entre les deux hommes : Francis Ponge interrompt ses tâches quotidiennes de jardinage pour écrire quelques mots sur son ami Max Bense, qui a bien connu ses demeures successives :

  • 11 Ibid., p. 24.

« Heureux d’interrompre un instant, pour ce petit travail d’écriture en l’honneur de Max Bense, la défloration systématique de nos orangers dans ces vergers de Bar-sur-Loup qu’il connaît [Nous soulignons, sauf indication contraire] bien, comme il a connu, depuis une quinzaine d’années, tous les appartements, maisons ou jardins que nous avons pu habiter, à Paris, à Nice ou aux Fleurys près de Sens »11.

  • 12 Ibid., p. 25
  • 13 Ibid., p. 24.
  • 14 Id.

6On apprend que Max Bense est entré dans les maisons de Ponge, qu’il s’est nourri chez lui, s’est nourri de lui : plus loin, Ponge parlera des philosophes qui ont trouvé « quelque aliment dans [s]es textes »12 ; il évoquera également le fait « d’assimiler un livre »13, utilisant un lexique qui relève de l’imaginaire de l’oralité pour qualifier l’acte de lecture. Leur relation s’est nouée autour de quelque chose de très matériel, qui dépasse la simple rencontre intellectuelle : on sera attentif aux expressions « me fréquenter personnellement », « venir me voir », « s’intéresser à ma famille et me faire connaître la sienne », « m’envoyer ses amis et recevoir les miens », « me faire parler devant ses étudiants », « m’accueillir dans les salles d’étude et dans les restaurants », « voyager avec moi ». Dès le second paragraphe, qui fait figure de transition, Ponge relie entre elles l’expérience de la connaissance sensible et celle de la reconnaissance intellectuelle : « Cette tenace recherche des personnes et des lieux en vue de leur connaissance sensible me paraît une des caractéristiques de ce puissant théoricien »14. Le troisième paragraphe va mettre l’accent sur la relation symbolique que les deux noms avaient nouée entre eux, jusqu’à ce que Bense veuille sonner à la porte de Ponge :

  • 15 Id.

« Des raisons d’ordre purement intellectuel l’ont amené à moi, c’est bien sûr [ « c’est bien sûr » fait partie de ces micro-commentaires dont la certitude affichée vacille au moment où elle s’écrit : « c’est bien sûr », donc ce n’est peut-être pas si sûr...]. Il avait déjà, dans l’élaboration de sa théorie, traité préférentiellement (si je puis dire) de mes écrits quand, un beau jour, accompagné de sa principale collaboratrice, Élisabeth Walther, il a voulu sonner à ma porte »15.

7Or la scène de leur rencontre, à partir du moment où Bense a voulu sonner à la porte de Ponge, va se situer dans un lieu comme retranché du symbolique, un lieu clandestin, à l’abri de la loi, dérobé à cette question de la reconnaissance, comme si les deux noms de Ponge et Bense faisaient marche arrière. À deux reprises, Ponge va insister sur le fait que ni l’un ni l’autre, lors de leur première rencontre, ne parlait la langue de l’autre. Ponge nous dit qu’il ne parlait pas l’allemand, mais, plus grave encore, qu’il ne parlait pas non plus cette seconde langue de Bense, sa langue adoptive, qui est la langue des philosophes. Par ailleurs Bense ne parlait pas un mot de français :

  • 16 Ibid., pp. 24-25.

« C’est alors seulement que je reçus ses livres – ceux du moins parus à l’époque – et que, faute de pouvoir les assimiler, en raison de ma malheureuse ignorance de l’allemand [...] Toujours est-il que malgré mon inaptitude aux discussions philosophiques – et même, plus généralement, aux idées – aggravée encore, en ce cas, du fait qu’en raison de ma malheureuse ignorance de la langue allemande, je ne pouvais ni lire ses ouvrages, ni (puisqu’alors il ne parlait du tout le français) tenir avec lui la moindre conversation susceptible de l’intéresser [...] »16.

8Cette défaillance du symbolique étant posée, nous allons voir Ponge prendre connaissance des livres de Bense. Cela va donner lieu à une scène de signature, mais une signature au-delà du signifiant, sans passer par le secours du signifiant. En effet, on va se situer dans un univers où les mots de l’Autre sont présents, mais ne représentent rien d’autre qu’eux-mêmes : ils ne représentent pas un sujet pour un autre signifiant, ils ne sont pas signifiants. Or au milieu des pages quelque chose va faire signe : c’est le nom propre. Ponge dira alors qu’il consent à cette dé-signation :

  • 17 Ibid., p. 24.

« C’est alors seulement que je reçus ses livres – ceux du moins parus à l’époque – et que, faute de pouvoir les assimiler, en raison de ma malheureuse ignorance de l’allemand, j’y reconnus pourtant, en de nombreux passages, les lettres composant le nom dont, depuis de nombreuses années, il me faut bien consentir qu’il me désigne »17.

  • 18 Cf. Les psychoses, op. cit., pp. 47-50.
  • 19 NNR III, « Pour Max Bense », p. 27.

9Nous parlons à dessein de signe, c’est-à-dire de quelque chose qui n’appelle pas l’interprétation, le commentaire, le déchiffrement herméneutique, quelque chose qui dé-signe de manière univoque ; là où le signifiant, le nom proche comme signifiant, ne prend sens qu’en référence à d’autres signifiants. Le signe échappe à la possibilité de la feinte et de la croyance, qui sont ce sur quoi repose toute la relation au langage18. Dans ce texte, tout se passe comme si Ponge ramenait la relation de signifiant à signifiant vers autre chose : comme si la signature entendait supprimer ou combler l’espace entre deux signifiants. Il s’agirait de passer de la représentation à la présentation, de faire coïncider le symbolique et l’imaginaire. Ce que nous voudrions résumer par la formule : « que mon nom me colle à la peau ». Notons que, plus loin dans le texte, Ponge fera du nom Max Bense la lecture suivante : Max Bense signifie maxima bensité, c’est-à-dire un maximum de densité : quelque chose de compact, d’imprenable, de plein, de bouclé sur soi : « Énergique et fougueux, doué d’une contention, d’une densité (bensité) extrême, il donne l’impression de la plus grande force : rayonnante, mais tenue à rênes courtes (maxima) » [Ponge souligne]19. Par ailleurs, cette dissection poétique du nom n’est introduite qu’après la remarque d’une grande similitude ou parenté physique entre les deux hommes, le nom de Max Bense se voyant alors réduit à sa plus simple expression (ses initiales), noyau opaque que le corps va faire signifier :

  • 20 Id.

« M. B. ne me parut pas ethniquement très différent de personnages comme Marius, César, Napoléon, Picasso, Ungaretti ou moi-même. De stature plutôt légèrement inférieure à la moyenne, il a la tête ronde, les larges épaule, la pilosité brune des individus de la race romaine. Énergique et fou gueux... »20.

  • 21 Cf. F. Ponge, Nouveau Nouveau Recueil, t. I (1923-1942), édition établie et annotée par J. Thibaude (...)
  • 22 Cf. Ibid., pp. 105-124. Les références se feront dans le texte.

10Pour approfondir la question de la signature pongienne, nous voudrions maintenant commenter plus longuement un passage de « Souvenirs interrompus »21, qui relate la rencontre entre Francis Ponge et l’écrivain surréaliste belge Paul Nougé22. Celle-ci a eu lieu durant une « période de confusion » (p. 105), du 10 mai au 10 juin 1940 au moment de « l’exode des Belges ». Ponge était mobilisé à Rouen quand Paul Nougé et son épouse vont fuir la Belgique. Dans cette rencontre qui va avoir heu, on voit combien ni Ponge ni Nougé n’occupe la place qu’il devrait occuper. Littéralement cette rencontre n’aura pas de fieu. Tout au long du texte, Ponge va insister sur le caractère merveilleux de la rencontre, tout en inscrivant, comme à son habitude, notre propre lecture dans son récit : en même temps qu’il va dénigrer une exploitation potentielle de ce qu’il considère comme une anecdote (exploitation à laquelle des esprits moins « positifs » que ceux de Nougé et de Ponge seraient tentés de se soumettre), il va construire tout son récit pour appâter le lecteur, pour lui donner envie de commenter l’anecdote :

« [...] sans croire par exemple au hasard objectif, l’on se rendra compte mieux encore du caractère merveilleux de cette rencontre. Des esprits moins positifs que les deux nôtres, et plus affamés que nous d’anecdotes à exploiter, s’en seraient dits, en auraient été sans doute « bouleversés ». Sans l’avoir été le moins du monde, je suis obligé de dire que je continue à considérer ce hasard comme positivement extraordinaire » [Ponge souligne] (pp. 114-115).

  • 23 F. Ponge, Correspondance de Jean Paulhan et de Francis Ponge, t. I (1923- 1946), édition critique a (...)
  • 24 CPP I, lettre n° 239, p. 242.

11D’ailleurs, Nougé n’est peut-être pas si positif que Ponge le laisse entendre puisque dans la manière dont il relate les conditions de leur rencontre – dans la manière dont Ponge fait le récit du récit de Nougé – va se mettre en place une sorte de croyance dans ce « hasard objectif » d’abord récusé et que Ponge désigne comme « une des manifestations mystiques » du mouvement surréaliste : « Nougé me dit que j’étais l’homme du monde qu’il désirait le plus connaître, et que cette rencontre en de telles circonstances tenait du prodige, mais, continua-t-il, vous n’êtes pas encore au fait de ce qui nous la rend encore plus merveilleuse » (pp. 115-116). Cette phrase appelle deux remarques : la première concerne « l’homme du monde », expression qui signifie plusieurs choses : Ponge est-il l’homme que Nougé désire le plus connaître au monde ? Ponge est-il l’homme (véritablement) au monde, l’homme qui se confond avec le monde ? Ponge est-il un mondain, celui qui fait partie de la société des gens en vue, qui « sort » beaucoup dans le monde ?... La seconde concerne la construction qui dérange quelque peu la grammaire puisqu’on passe sans transition du style indirect au style direct (« Nougé me dit que... mais, continua-t-il, vous... »). Cette confusion dans les voix narratives est symptomatique de l’ensemble du récit que Ponge, quoi qu’il en dise, relate de manière fiévreuse, passionnée, hallucinée, merveilleuse..., phénomène d’autant plus notable que l’ensemble de « Souvenirs interrompus », texte sombre écrit durant la mobilisation à Rouen, s’accompagne d’une écriture plutôt neutre, réaliste, précise, désenchantée. Cette rencontre apparaît peut-être comme positivement extraordinaire, surréelle aux yeux de Francis Ponge. Un bref épisode de la correspondance avec Paulhan en dit long sur ce point. Dans une lettre de Francis Ponge datant du 20 juillet 1940, on peut lire ceci : « P.-S. Nougé t’a-t-il parlé de notre extraordinaire rencontre ? »23. La réponse laconique de Paulhan ne se fait pas attendre : « Nougé m’a dit que vous vous étiez rencontrés, sans plus »24.

12S’il n’était relié à des conditions historiques pénibles, l’épisode qui suit pourrait produire un effet assez comique : on y voit le couple Nougé, abruti par les trois jours de voyage infernal, manquer de basculer définitivement dans la folie à la seule apparition de Francis Ponge. La simple prononciation (profération ?) du nom de Francis Ponge avait déjà suffi à plonger le couple dans la stupéfaction :

« Ainsi, me dit Nougé, pouvez-vous juger de la stupéfaction et je puis bien dire de la sorte de frayeur que nous ressentîmes lorsque la patronne, ici, ce matin, dans l’état où nous sommes après cet hallucinant voyage de trois jours dans l’enfer de l’exode, sous d’incessantes batailles aériennes qui se déroulaient au-dessus de nous, sous la mitraille des avions, – prononça tout à coup le nom de Francis Ponge ! Certainement, me dit-il, si, comme telle a été d’abord paraît-il votre intention, vous aviez dès hier frappé à notre porte [On ne manquera pas de souligner l’homologie de structure avec le texte sur Bense, qui, un jour, a voulu sonner à la porte de Francis Ponge, franchissant par là un seuil décisif], si vous nous aviez réveillés du sommeil de brutes dans lequel nous nous sommes plongés dès notre arrivée à nouveau sous un toit [Ponge souligne], nous aurions cru à une hallucination, et cela aurait pu, dans l’état de fatigue nerveuse où nous nous trouvions, avoir pour nous de sérieuses conséquences mentales. La dernière personne avec qui nous ayons, en esprit du moins, partagé notre dernier toit était vous. Et voilà que vous vous trouvez sous le premier toit que nous avons aujourd’hui au-dessus de nos têtes depuis trois jours » (pp. 116-117).

13Tout dans ce passage contribue à placer les Nougé dans une situation d’étouffement, d’écrasement : on notera la fréquence significative de la préposition sous dans ces quelques lignes, dont l’effet se voit renforcé à deux reprises par l’adjonction pléonastique de la préposition au-dessus (Ponge lui-même souligne le syntagme sous un toit, répété ensuite deux fois, notamment dans « sous le premier toit que nous avons aujourd’hui au-dessus de nos têtes »). L’utilisation du terme enfer contribue à asseoir plus encore cette localisation dans un endroit souterrain. Par ailleurs, les Nougé sont plongés dans un sommeil de brutes et se trouvent dans un état de prostration (« stupéfaction », « frayeur », « hallucination », « fatigue nerveuse », « sérieuses conséquences mentales »...) à peine croyable. Paul Nougé et sa femme ont véritablement sombré dans la sottise : l’onomastique prend ici le relais du commentaire, puisque l’on va apprendre qu’ils étaient littéralement coincés entre les signifiants Sotteville et Elbeuf. À nouveau le récit prend une allure tragicomique, quand on voit la femme de Paul Nougé sauter à pieds joints (bien qu’ils soient écrasés) dans Sotteville :

« Notez bien qu’il a fallu d’ailleurs une brusque initiative de ma femme pour que nous nous arrêtions à Rouen. Le train qui nous amenait, le même dans lequel nous étions depuis trois jours, avait été momentanément garé à Sotteville, mais nous avions l’interdiction formelle d’en sortir. L’on nous disait que nous ne serions à destination qu’à Elbeuf. Il a fallu, répéta-t-il, que ma femme, n’y tenant plus, parce qu’elle souffrait excessivement de ses pieds écrasés, saute à contre-voie à Sotteville, au risque d’être embrochée par quelque sentinelle et m’entraînant, après des heures de recherches dans Sotteville et Rouen, me conduise ici, dans cet hôtel de 8 chambres où vous étiez [Ponge souligne], tandis qu’il y a cent autres hôtels à Rouen, et plusieurs centaines de mille de réfugiés qui traversent en ce moment la ville !... » (p. 117).

14Nous noterons dès à présent le rôle capital de la femme de Paul Nougé, d’ailleurs redoublé par celui que tient l’autre personnage féminin du récit : la logeuse. Elle va faire office d’entremetteuse, celle sans qui la rencontre n’aurait pas été possible. D’ailleurs, nous insistons sur la signification littérale du terme « entre-metteuse » : elle est celle qui se met entre (les deux noms). À deux autres moments du texte, la femme de Paul Nougé est installée « entre » les valises, assise en croix (« en tailleur ») ; elle vient combler les espaces vides :

La logeuse : « Et sa pauvre femme ! Elle a les pieds écrasés d’avoir voyagé trois jours et trois nuits dans le même train, assise « en tailleur » dans le couloir d’un wagon entre ses valises » (p. 114).

« Nougé était déjà dans l’escalier, venant à ma rencontre, me prodiguant les expressions de la plus chaleureuse sympathie et m’entraînant dans sa chambre, où parmi des bagages en désordre sa femme nous attendait » (p. 115).

  • 25 Dans « Sans titre » Ponge parle du « corpus légendaire d’André Malraux » « reposant au plus près »  (...)

15La situation d’étouffement, d’abrutissement dans laquelle se trouvent les Nougé depuis qu’ils ont quitté Bruxelles figure strictement l’image inversée de leur situation à Bruxelles : là, ils avaient sous la main, sous leur coupe, un petit carnet dans lequel ils avaient rassemblé des écrits de Francis Ponge (donnant par là corps au corpus fragmenté)25. Rendons-nous bien compte : c’est à partir du moment où ils abandonnent ce carnet, ainsi que les propres écrits de Nougé, que les Nougé vont être plongés dans la torpeur. On ne peut qu’être attentif au fait que Paul Nougé abandonne ses petits carnets (où se logent les noms propres, condensés de symbolique), mais prend soin en revanche (nous le verrons par la suite) d’emporter avec lui des bouteilles de vieux vin rouge, bien plus encombrantes « physiquement » ! Comme dans le texte de Bense, on notera la grande proximité entre Ponge et Nougé (les verbes toucher et caresser le soulignent suffisamment) :

« « Figurez-vous que j’aime à tel point vos écrits, que j’y tiens tant, qu’ils me sont si indispensables, que j’ai pris l’habitude de recopier tout ce qui de vous paraît épars dans les revues sur un petit carnet. Eh bien ! la dernière chose que j’aie eue sous la main, à Bruxelles, la dernière chose que j’aie lue est ce petit carnet, que j’ai caressé longtemps en rangeant mes papiers avant de l’abandonner sur une table comme j’ai fait de mes propres écrits ». Et sa femme aussitôt de renchérir qu’en ce qui la concernait, ce carnet avait été la dernière chose qu’elle avait touchée [Ponge souligne], ayant posé la main sur lui pendant qu’elle téléphonait pour la dernière fois afin d’informer certains amis de leur décision de partir » (p. 116).

16Dans la correspondance avec Paulhan, Ponge relate à nouveau l’épisode dans une carte inter-zones du 22 octobre 1941. On notera la précision : Nougé ne m’avait jamais vu, mais il recopiait ce qu’il trouvait de moi, la proximité du corps et du texte étant à nouveau très marquée :

  • 26 CPP I, lettre 251, p. 258.

« Nougé, qui ne m’avait jamais vu avait un carnet spécial pour y recopier ce qu’il trouvait de moi dans les revues. C’est le dernier livre qu’il ait lu avant de quitter Bruxelles sous les bombes, le dernier objet que sa femme ait touché. Trois jours de cauchemar ensuite avant de débarquer à Roanne, traversé par 500 000 réfugiés et d’échouer dans un hôtel de 8 chambres dont j’occupais l’une. Ils ont cru défaillir quand mon nom fut prononcé à leur porte. Je te dis cela pour t’aider à convaincre Gaston [Gallimard] que je suis en quelque manière illustre »26.

17Lisons maintenant le récit de Ponge au moment où il se rend compte de la présence de Paul Nougé dans son hôtel. Dès à présent, soulignons le saut tout à fait inconcevable (qui représente une infraction aux lois logiques les plus élémentaires), mais très révélateur, que Ponge va commettre en glissant de l’écriture sensible, la graphie, au concept de signature comme métaphore du style (déjà dans le texte sur Bense, le corps avait servi de tremplin vers le nom). Nous nous approchons de notre hypothèse de départ : Ponge identifie Nougé grâce à sa manière de tracer les lettres de son nom, tout comme il le reconnaît dans une fraternité d’écrivains grâce à son écriture, son style. La signature chez Ponge confond en elle reconnaissance symbolique et connaissance sensible ou plus exactement supplée un symbolique défaillant par un colmatage imaginaire. En effet, on apprend que Ponge n’a presque rien lu de Nougé (tout comme il n’avait rien lu de Max Bense), c’est la graphie de celui-ci qui « ne lui laissera aucun doute ». Nous citons longuement :

« Un soir, le deuxième ou troisième après les premières arrivées de voitures, rencontrant ma logeuse à l’entrée de son bureau dans la cour étroite : « Toujours beaucoup de réfugiés, lui dis-je ? voilà vos chambres toutes louées. – Oh ! monsieur, me répondit-elle, l’on voit des choses bien tristes, je vous l’assure. Il est arrivé tout à l’heure un ménage de Belges, des gens très bien sans nul doute, oh ! comme le monsieur est intéressant à entendre ! Et sa pauvre femme ! Elle a les pieds écrasés d’avoir voyagé trois jours et trois nuits dans le même train, assise « en tailleur » dans le couloir d’un wagon entre ses valises ». « De quelle région de Belgique viennent-ils donc ? », demandai-je. Alors elle me tendit une fiche destinée à la police, où je lus ce nom « Paul Nougé ». Malgré l’indication qui suivait : « Ingénieur chimiste », l’écriture ne me laissa aussitôt aucun doute (elle ressemblait à la mienne, à celle de Jean Paulhan) : il s’agissait bien de l’écrivain, dont je n’avais lu que quelques lignes dans la « Révolution surréaliste », dont Paulhan m’avait parlé une ou deux fois, mais enfin l’un des deux ou trois hommes que, sans les connaître qu’à peine, voire sans les avoir jamais vus, je considère comme les plus proches de moi, par la qualité de leur écriture, par leur position en face des problèmes les plus capitaux : celui du langage en particulier. [...] sans nous être jamais vus, nous étions illustres [Ponge souligne] l’un pour l’autre. Et voilà que nous allions peut-être nous rencontrer ! Et nous rencontrer en quelles circonstances ! Dans l’enfer et ses flammes, ou tout comme » (pp. 113-114).

18Nous avons parlé de défaillance du symbolique. Or une telle défaillance, que nous plaçons au cœur du processus pongien de signature, se produit concrètement à trois reprises dans cet hallucinant récit. La première fois, c’est au moment où l’épouse de Paul Nougé échappe à la vigilance des sentinelles, représentants de l’ordre, brave l’interdit et saute à contre-voie hors du train, emmenant son mari avec elle. La seconde atteinte à la loi se produit quand la fiche de Paul Nougé, sa carte de visite destinée à la police, est détournée et arrive entre les mains de Ponge, par l’entremise de la logeuse. Enfin, troisième défaillance : la panne d’électricité, la coupure du courant, qui va faire que la rencontre entre Paul Nougé et Francis Ponge aura lieu dans l’obscurité. Nous allons assister à une cérémonie clandestine, dérobée à l’œil tyrannique de celui qui voit tout : le Père par excellence, le soleil, qui sera littéralement éclipsé de la scène. Le signe avant-coureur de cette cérémonie de l’ombre a lieu au moment où la logeuse (qui fait décidément elle aussi figure d’entremetteuse) annonce l’arrivée de Francis Ponge aux Nougé au moyen d’un signal convenu : elle actionne l’interrupteur, geste incongru qui renforce, nous semble-t-il, le caractère secret, interdit, de ce qui va se produire :

« Comme je partais tous les matins de très bonne heure, il fut entendu que Mme N. signalerait ma présence à Paul Nougé et lui dirait le désir que j’avais de le voir. Le lendemain soir, à peine étais-je entré dans le bureau, que ma logeuse s’écria que j’avais bien supposé, que Nougé était celui que je croyais connaître, qu’il désirait aussi me voir, et elle fit à sa chambre le signal convenu en éteignant et rallumant à plusieurs reprises la lumière qu’elle commandait de son bureau » (p. 115).

19Avant de lire la « cérémonie de signatures », il convient de mettre en place les deux éléments qui vont y mener inéluctablement. Le premier concerne la réaction de Ponge après que Nougé lui eut raconté combien il tenait à ses écrits. Nous allons voir Ponge rayonner, au point qu’il n’est pas abusif de comparer la tableau qu’il va nous faire de sa personne à la figure du Christ-Roi : Ponge est en gloire (tout ce récit contient d’ailleurs une multitude de références tantôt sacrées, tantôt mythiques, tantôt bibliques et même chrétiennes, depuis l’utilisation de termes tels que « enfer » ou « exode », jusqu’à l’omniprésence du chiffre trois, les trois jours et trois nuits du voyage des Nougé faisant songer aux trois jours de la Passion, en passant par des comportements mystiques ou des allusions au Ciel). On pourrait même faire un pas supplémentaire et entendre dans les doutes que Ponge adresse à Paulhan le cri angoissé du Christ, « Père, pourquoi m’as-Tu abandonné ? » :

« Certes il m’était arrivé déjà, à deux ou trois reprises, d’apprendre ainsi par hasard et tardivement d’ordinaire, que je tenais ou que j’avais tenu une place importante dans l’esprit ou le cœur de quelqu’un. Mais ce carnet de mes propres poèmes, quitté il y avait trois jours ! Il est gênant de rayonner ainsi, d’être si évidemment « en gloire ». Il est difficile de ne pas céder à la majesté que vous impose une telle situation. Aucune satisfaction je pense ne peut égaler celle que donne la révélation d’une renommée si pure, si authentique, si valable. Il me semble qu’il vous est donné là comme une garantie. Mais en même temps, quelle leçon ! Ainsi je suis illustre, pensai-je, et pourtant l’homme qui a ménagé ma gloire, Paulhan, ne me publie presque pas, ne semble pas faire grand cas de moi. Ne serais-je donc qu’un jouet pour lui, une expérience, une création de son esprit curieux et mystificateur ? » (pp. 117-118).

20Ce passage du texte est étonnant. D’un côté Ponge apparaît comme sanctifié, voire divinisé, et dans le même moment il n’est absolument plus rien, il ne sait plus qui il est, il ne sait plus s’il existe, inquiétude qui sera aggravée encore par la suite des révélations de Nougé : on apprend que le groupe des surréalistes belges a douté de la réalité de Ponge (tout comme les disciples du Christ ont douté de sa Résurrection, doute que, dans le cas de saint Thomas, seule la vue du Messie permettra de lever). C’est le second élément qui justifiera la nécessité d’une cérémonie de signature ; Ponge est à ce point remplacé par ses écrits, symbolisé et mortifié par son oui de signature, qu’on ne peut plus relier aucun corps au pur signifiant qu’il est devenu :

« Dans le courant de la même conversation pressée, fiévreuse et comme bouillonnante qui nous conduisit jusqu’au petit matin, il devait en effet me faire entrevoir quel personnage de légende j’étais pour lui et pour ses amis de Bruxelles ; comment ils avaient douté de ma réalité, pensant en effet que je pouvais n’être qu’un mythe imaginé par Paulhan. [...] Nous nous abordions, me dit-il, en disant : « As-tu lu Francis Ponge ? », ou « bonjour, Francis Ponge » nous saluions-nous de l’un à l’autre. Mais un jour Gœmans arriva essoufflé : « J’ai vu Francis Ponge », nous dit-il » (pp. 118-119).

21À titre anecdotique, rappelons que « As-tu lu Francis Ponge ? » est peut-être une amusante allusion à la question que La Fontaine allait répétant après avoir lu la prière de Baruch : « Avez-vous lu Baruch ? C’est un bien beau génie ! » ; on pourrait également joindre à l’exclamation de Gœmans « J’ai vu Francis Ponge » une autre référence, celle des disciples d’Emmaüs, à qui, selon Luc, Jésus serait apparu après sa Résurrection. « Que penser de tout ceci ? », s’interroge Ponge. Il n’a plus aucune certitude sur son être, au point que la seule certification à laquelle il pourra se raccrocher se situe dans la fonction qu’il occupe alors : un « authentique commis » « qui fait très bien sa corvée de soupe », mais à condition que « ses camarades » en témoignent... Un commis, d’accord, mais installé sur un trône (« assis dans le fauteuil rouge »). Comme la figure christique, il pourrait être considéré par les uns comme le Fils de Dieu, par les autres comme un illuminé qui se prend pour le Roi des Juifs :

« [...] le secret de mon personnage semble intéresser davantage que la qualité que je montre comme auteur. Dirai-je que je ne goûte pas extrêmement ce rôle.
Il tient autant de l’idiot du village que du génie, sinon plus. J’en dirais encore que l’on peut évoquer à ce propos les « poètes maudits » de Verlaine. Peut-être aussi le personnage d’Érik Satie.
Mais après tout qu’importe. L’homme en moi a trop de ressource pour que quelque aventure de l’écrivain le gêne, ou qu’une incertitude sur sa gloire retienne longtemps son attention. Qu’étais-je, assis dans le fauteuil rouge de la chambre de Paul Nougé ? Un authentique commis du 3e COA que ses camarades pouvaient certifier pour tel, qui faisait très bien sa corvée de soupe » (p. 119).

22Vient alors la scène que nous considérons comme cérémonielle, où Ponge va se reconstruire, se réinsérer dans l’histoire, et cela d’abord tout simplement par la remarque du moment présent :

« Si importante que fût pour moi la révélation que Nougé me faisait alors, elle n’obnubilait pas dans mon esprit l’impression générale que je ressentais de l’heure, des circonstances, du lieu, des personnages présents, et de sujets tout différents que nous abordâmes au cours de notre conversation. Certes, il y avait en moi un « coin » où s’accomplissait continuellement la lente dégustation de ce que je venais d’apprendre, mais tout le reste de mon corps et de mon esprit bien éveillé restait ouvert à ce qui se passait et ce qui se disait, aux moindres événements, aux décors, aux jeux de cette scène dont avec Paul Nougé j’étais le protagoniste » (pp. 119-120).

  • 27 Cf. NNR III, « Sans titre », p. 98.

23Ensuite vient le moment du plus fort dérèglement, celui où les sirènes retentissent et où l’électricité est coupée, celui où il faut fermer les volets et tirer les rideaux : l’étanchéité du lieu s’avère totale. C’est dans une scène apocalyptique que Ponge et Nougé vont faire leurs « libations », terme qui signifie bien sûr « boire abondamment », mais dont Littré donne pour sens premier « action de répandre un liquide (vin, lait, huile) en offrande à une divinité ». Tout comme dans un texte de Ponge sur Malraux, il s’agit de boucher la « béance immortelle » – qui est, rappelons-le, le fondement de la relation du sujet à l’Autre du langage – d’un « caveau de rêves [...] ouvert, fermé, puis réouvert sous nos regards » au moyen d’un « petit monceau d’offrandes périssables »27 :

« À peine conversions-nous depuis une demi-heure que le lugubre hurlement des sirènes se fit entendre. Aussitôt la lumière électrique s’éteignit dans tout l’hôtel. Il fallut, nous aidant d’une lampe de poche, fouiller les valises pour trouver une bougie. Fermer les volets, tirer soigneusement les rideaux [...].
En même temps que la bougie, Nougé avait trouvé dans ses valises quelques bouteilles de vieux vin rouge. Et c’est à la lumière de la première [notons l’ambiguïté de la formulation : la première renvoyant à la bougie, mais syntaxiquement on serait tenté de relier le pronom aux bouteilles, comme si le vin allait éclairer la scène d’une lumière dionysiaque : une fois le Dieu solaire écarté, les puissances de la nuit font leur apparition] que nous fîmes nos libations. L’état d’alerte dura une grande partie de la nuit. Cette péripétie changea le cours de notre conversation » (p. 120).

  • 28 F. Ponge, Œuvres complètes, t. I, édition publiée sous la direction de B. Beugnot, Paris, Éd. Galli (...)

24« Cette péripétie changea le cours de notre conversation » : quelque chose s’est passé après quoi il n’est plus nécessaire de parler de Ponge. Toute la suite du récit est occupée par le témoignage des Nougé sur la situation infernale à Bruxelles et sur leur hallucinant voyage. Il faudrait citer ces deux pages dans leur entièreté pour se rendre compte de la violence des forces qui s’y déchaînent. Notons que la sauvagerie n’a plus de limite, elle est hors la loi : le récit insiste sur l’impossibilité de mener encore une vie normale, réglée par les occupations les plus quotidiennes et élémentaires (dans le texte sur Les Otages de Fautrier, on voit les tortures perpétrées dans « le silence et le sang-froid des occupations »)28 : se raser (ceci n’a rien d’anodin : la propreté corporelle, la netteté, est un des motifs les plus obsédants de l’écriture pongienne, qui noue entre eux le concept de propriété et l’expérience de propreté ; ne pas pouvoir se raser, c’est être envahi par la germination, creusé de l’intérieur) et manger ou, plus exactement, préparer la nourriture (notamment la cuire), ce qui constitue le propre de l’humain. Tous les repères symboliques qui règlent la vie des hommes et distinguent ceux-ci du règne animal ont disparu à Bruxelles :

« Remontait-on hors de l’abri, regagnait-on son appartement, commençait-on à reprendre ses occupations, à se raser par exemple, il arrivait que l’on doive presque aussitôt s’interrompre à nouveau pour redescendre dans les caves. L’on perdait ainsi la notion de l’heure. L’on avait commencé à se raser à 6 heures du matin et l’on n’avait pas fini le soir du même jour. Ce n’était plus la peine de s’obstiner. Les repas étaient pris avec la même irrégularité. L’on ne pouvait plus terminer un marché, ni rien faire cuire. Rien n’était cuit, ou tout était brûlé quand on remontait » (p. 121).

25Pour résumer l’ambiance générale du récit (les maisons qui s’effondrent, les lueurs d’incendie, les bombardements, les tirs de D.C. A., les mitraillages incessants des escadrilles ennemies, les avions transformés en torche...), on pourrait en extraire cette phrase : « l’aviation allemande était entièrement maîtresse du ciel ». Le Ciel n’est pas vide, car après la mort de Dieu, les forces adverses s’y déchaînent. Au milieu des « scènes bouleversantes » se détache une jeune fille qui fera explicitement référence à la parole christique :

« Elle ne cessait de lire la Bible, de prendre sur ses genoux la tête de ses voisins fatigués, de les caresser, de leur tenir le langage le plus fraternel, faisant preuve d’une exaltation mystique elle-même assez hallucinante, disant qu’il ne fallait pas haïr les Allemands car ils ne savaient ce qu’ils faisaient [...]. Une enfant, conclurent-ils, qui ne croit qu’au bien, qui traverse cet enfer avec un sourire radieux, un peu replète, très jolie, et tout entière tournée vers le ciel quelle aperçoit toujours splendide, glorieux et paisible même sillonné d’avions et zébré de projectiles » (p. 123).

  • 29 M. Heidegger, Lettre sur l’humanisme, texte allemand traduit et présenté par R. Munier, Paris, Éd. (...)

26Le Ciel splendide, glorieux et paisible, c’est aussi l’image divinisée d’un Ponge en gloire, sillonné et zébré par la marque d’une signature où le corps et la lettre ne font qu’un. Ponge apparaît comme un Christ ressuscité au corps stigmatisé. On pourrait amorcer une autre comparaison encore, avec Heidegger qui, en guise de signature de sa lettre sur l’humanisme, rêve d’une pensée métaphysique où l’abstraction philosophique ne ferait plus qu’une avec la matérialité fruste et rurale du langage : « La pensée redescendra dans la pauvreté de son essence provisoire. Elle rassemblera le langage en vue du dire simple. Ainsi le langage sera le langage de l’Être, comme les nuages sont les nuages du ciel. La pensée, de son dire, tracera dans le langage des sillons sans apparence, des sillons de moins d’apparence encore que ceux que le paysan trace d’un pas lent à travers la campagne »29.

27Clôturons ce commentaire par trois remarques. À la fin du récit, Ponge poursuit : « Selon mon habitude je n’avais pas bougé une seule fois de place depuis que j’avais choisi le coin d’un canapé pour m’y asseoir, tandis que Nougé se promenait de long en large en parlant et que sa femme restait allongée sur son lit » (p. 123). Nous avons là trois corps qui occupent parfaitement l’espace, trois corps pacifiés pourrait-on dire, qui ont reconquis harmonieusement l’espace : ils dessinent les trois positions habituelles du corps humain, couché, assis, debout ; un des corps se meut, les deux autres restent immobiles ; chacun a trouvé son équilibre, là où, au début du récit, nous avions pu insister sur l’imposture des corps : Ponge mobilisé, Nougé exilé, sa femme ayant les pieds écrasés... La deuxième remarque concerne l’extrême fin du récit :

« À la fin de l’alerte, l’électricité fut rendue et les lampes se rallumèrent. Cependant l’espèce de moutonnement de forces adverses qui nous environnait se faisait de jour en jour et d’heure en heure plus pressant. Cela ressemblait bien aux approches d’une tempête » (pp. 123-124).

28On ne pourra qu’être frappé par le côté très « effiloché », presque bâclé de la fin de cette scène qui avait été tellement préparée, tellement détaillée... Que sont devenus les Nougé ? Ponge et Nougé se sont-ils revus ? Comment se sont-ils quittés ?... Il semblerait que quelque chose se soit passé, quelque chose dont l’essentiel s’est joué dans l’obscurité : une fois la lumière rendue, la vie reprend son cours, à nouveau réglée par un découpage temporel régulier, de jour en jour et d’heure en heure... et chacun vaque à nouveau à ses occupations. La troisième remarque concerne l’utilisation répétée de l’adjectif adverse. Il peut être relié au texte « Le pré », texte qui met en œuvre une des scènes de signature les plus mémorables de l’écriture pongienne. Dans un registre tout différent, cette signature contient beaucoup de motifs semblables à ceux que nous avons croisés ici : tout d’abord celui du ciel zébré, par un élément non pas adverse, mais inverse :

  • 30 NR, « Le pré », p. 208.

« L’oiseau qui le survole en sens inverse de l’écriture
Nous rappelle au concret, et sa contradiction,
Accentuant du pré la note différentielle
Quant à tels près ou prêt, et au prai de prairie,
Sonne brève et aiguë comme une déchirure
Dans le ciel trop serein des significations »30.

  • 31 Ibid., p. 204.
  • 32 Ibid., p. 207.
  • 33 « Comme à chaque instant la pluie, les intempéries font s’abîmer, dégradent les maisons rustiques, (...)

29Dans le texte que nous venons de lire, comme dans « Le pré », la signature a Heu au milieu d’éléments naturels déchaînés : dans « Le pré », on sera par exemple attentif à l’« ondée de signe adverse »31 ou au terrifiant « orage originel » (« L’orage originel a longuement parlé... L’orage originel n’aura-t-il donc en nous si longuement grondé... »)32. Chez Ponge la pluie, « l’ondée de signe adverse », peut être perçue comme une métaphore de la signature, dans la mesure où ses traits, les fines zébrures qu’elle inflige aux corps physiques, réassurent la propriété corporelle autant que la propreté33. Les motifs de l’orage, de la pluie, de la méchanceté élémentaire (« rouer », « meurtrir »), des sillons tracés par le chariot (comme chez Heidegger), du proche et du propre, conjugués pour dire l’acte fondateur du trait, sont aussi travaillés dans « L’ode inachevée à la boue » :

  • 34 O. C. I, GR, P, « Ode inachevée à la boue », pp. 729-730.

« Tu es si belle, après l’orage qui te fonde, avec tes ailes bleues !
Quand, plus que les lointains, le prochain devient sombre et qu’après un long temps de songerie funèbre, la pluie battant soudain jusqu’à meurtrir le sol fonde bientôt la boue, un regard pur l’adore : c’est celui de l’azur ragenouillé déjà sur ce corps limoneux trop roué de charrettes hostiles, – dans les longs intervalles desquelles, pourtant, d’une sarcelle à son gué opiniâtre la constance et la liberté guident nos pas »34.

  • 35 NR, « Le pré », p. 204.
  • 36 Ibid., p. 205.

30On notera également dans « Le pré » le côté strictement bouclé du lieu en question, « fragile, mais non frangible »35, ainsi que son caractère sacré : « Serions-nous donc déjà parvenus au naos, / Enfin au lieu sacré d’un petit déjeuner de raisons ? »36, là où nous avions insisté sur l’étanchéité de la chambre d’hôtel, retranchée du monde extérieur, condition à ce que puisse s’y produire une cérémonie religieuse. Enfin « Le pré » se clôt sur une pacification du corps, du nom et de l’espace, qui a lieu après une rencontre duelle :

  • 37 Ibid., p. 208.

« Des deux pareils arrivés debout, l’un au moins,
Après un assaut croisé d’armes obliques,
Demeurera couché
D’abord dessus, puis dessous »37.

31« Le pré » est authentifié par une des plus célèbres signatures pongiennes, au moyen de laquelle Ponge s’enterre dans son texte, son corps et son nom confondus :

  • 38 Ibid., p. 209.

« Puis, dessous, sans le moindre interligne, [Nous soulignons : on voit l’abolition de toute distance, la coïncidence parfaite qui doit se produire] couchez mon nom,
Pris dans le bas-de-casse, naturellement,
Sauf les initiales, bien sûr,
Puisque ce sont aussi celles
Du Fenouil et de la Prêle
Qui demain croîtront dessus.
Francis Ponge »38.

  • 39 Ibid., p. 260.

32En conclusion, nous dirons que la signature pongienne viserait à pallier le défaut de la relation symbolique (dont on a vu quelle est toujours vacillante, comme l’électricité) et à l’inconnue qui la fonde, au moyen de la consistance imaginaire. Il s’agit moins d’obtenir, comme le repère Derrida chez Artaud, « une parole qui est corps »39, que d’injecter du corps dans les articulations de la parole. La signature chez Ponge, c’est en définitive une tentative de passer du principe de représentation par le nom proche à un principe de présentation par un nom devenu propre. Ponge « tient à » son nom, pour – rait-on dire. Dans cette collusion idéale entre reconnaissance et connaissance, on retrouve d’ailleurs toute la complexité du motif du propre chez Francis Ponge, qui réunit en lui les deux branches de la propriété (que nous placerions plutôt du côté du symbolique, de la loi, des symboles de négation et d’affirmation) et de la propreté (que nous placerions plutôt du côté de l’imaginaire, de la relation au corps, des affects d’attraction et de répulsion).

Notes

1 Pour une présentation des concepts de connaissance et de reconnaissance, de petit autre et de grand Autre, on pourra se référer à J. Lacan, Le Séminaire. Livre III. Les psychoses, texte établi par J.-A. Miller, Paris, Éd. du Seuil, coll. « Le Champ freudien », 1981, pp. 39-54.

2 O. C. I, Pr, « Notes premières de l’« Homme »», p. 224.

3 NNR III, « Nous, mots français », p. 103.

4 S. Mallarmé, « Réponses à des enquêtes », dans Œuvres complètes, édition établie par H. Mondor et G. Jean-Aubry, Paris, Éd. Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1945, p. 869.

5 O. C. I, Pr, « L’avenir des paroles », p. 168.

6 J. Lacan, Le séminaire. Livre XI. Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, texte établi par J.-A. Miller, Paris, Éd. du Seuil, coll. « Points-Essais », 1973, p. 231.

7 Id.

8 F. Ponge, Œuvres complétés, t. I, édition publiée sous la direction de B. Beugnot, Paris, Éd. Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1999, La Rage de l’expression, « Le Carnet du bois de pins », pp. 404-405. Désormais nous reverrons pour ce recueil à O.C. I, RE.

9 S. Mallarmé, « Arthur Rimbaud », dans Œuvres complètes, op. cit., p. 518.

10 Cf. NNR III, « Pour Max Bense », pp. 24-28.

11 Ibid., p. 24.

12 Ibid., p. 25

13 Ibid., p. 24.

14 Id.

15 Id.

16 Ibid., pp. 24-25.

17 Ibid., p. 24.

18 Cf. Les psychoses, op. cit., pp. 47-50.

19 NNR III, « Pour Max Bense », p. 27.

20 Id.

21 Cf. F. Ponge, Nouveau Nouveau Recueil, t. I (1923-1942), édition établie et annotée par J. Thibaudeau, Paris, Éd. Gallimard, coll. « Blanche », 1992, « Souvenirs interrompus », pp. 49-134. Désormais nous renverrons pour ce recueil à NNR I.

22 Cf. Ibid., pp. 105-124. Les références se feront dans le texte.

23 F. Ponge, Correspondance de Jean Paulhan et de Francis Ponge, t. I (1923- 1946), édition critique annotée par Cl. Boaretto, Paris, Éd. Gallimard, coll. « Blanche », 1986, lettre n° 238, p. 241. Désormais nous renverrons à CPP I.

24 CPP I, lettre n° 239, p. 242.

25 Dans « Sans titre » Ponge parle du « corpus légendaire d’André Malraux » « reposant au plus près » – toujours cette satanée soif de proximité – « d’un des plus grands gisants de notre histoire ». Cf. NNR III, « Sans titre », p. 98.

26 CPP I, lettre 251, p. 258.

27 Cf. NNR III, « Sans titre », p. 98.

28 F. Ponge, Œuvres complètes, t. I, édition publiée sous la direction de B. Beugnot, Paris, Éd. Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1999, Le peintre à l’étude, « Note sur Les Otages, peintures de Fautrier », p. 104. Désormais nous renverrons pour ce recueil à O.C. I, PE.

29 M. Heidegger, Lettre sur l’humanisme, texte allemand traduit et présenté par R. Munier, Paris, Éd. Aubier-Montaigne, coll. « Philosophie de l’esprit », édition bilingue, 1964, p. 173.

30 NR, « Le pré », p. 208.

31 Ibid., p. 204.

32 Ibid., p. 207.

33 « Comme à chaque instant la pluie, les intempéries font s’abîmer, dégradent les maisons rustiques, il faut redresser (réparer) cela sous peine d’écroulement prochain. Voilà qui est bon. Bon signe. Cette lutte, ces intempéries élémentaires. La pluie, ça dégrade, ça fait s’écrouler les murs, ça pourrit les bois mais ça lave, c’est salubre. Lutter avec ça, c’est bon. Il y faut une réinvention constante ; du solide, du bien, du rudement constitué ». NNR II, « Nioque de l’avant printemps », p. 55.

34 O. C. I, GR, P, « Ode inachevée à la boue », pp. 729-730.

35 NR, « Le pré », p. 204.

36 Ibid., p. 205.

37 Ibid., p. 208.

38 Ibid., p. 209.

39 Ibid., p. 260.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search