Version classiqueVersion mobile

Prose sur le nom de Ponge

 | 
Cécile Hayez-Melckenbeeck

Premier chapitre. L’affirmation dans son rapport à la signature (pongienne)

Le oui de Ponge à son nom : selon Derrida

Texte intégral

1Selon Jacques Derrida, c’est un geste à la fois affirmatif et endeuillé qui dirige le trait de signature : signer, c’est accepter de renoncer à un nom absolument propre. Or il y a plusieurs manières d’affirmer et nous voudrions montrer que celle qui préside au texte de Ponge ruse avec le principe de deuil et s’y dérobe, ce qui correspond précisément, dans la terminologie lacanienne, à une impossible séparation d’avec ce qui devrait faire office de signifiant paternel.

  • 1 Cf. B. Veck, Francis Ponge ou le refus de l’absolu littéraire, Liège, Éd. Pierre Mardaga, coll. « P (...)

2L’œuvre de Ponge, aussi bien dans les énoncés qu’elle mobilise que dans son écriture, est une œuvre tranchée, tranchante, traversée d’affirmations et de négations ou de refus univoques. Ponge prend parti pour ou contre et clame ses prises de position de manière triomphale. Que l’on songe simplement au titre du recueil devenu canonique, « Le parti pris des choses », supporté par une écriture autoritaire, lapidaire, proverbiale, assertive ; ou que l’on songe inversement aux refus catégoriques qui soutiennent l’œuvre (refus de la tradition littéraire, refus de l’ordre social, refus du nom de poète, refus du langage commun...)1. On pourrait dire de Ponge qu’il trie la réalité, motivant chaque choix d’un affect d’attraction ou de répulsion. De là vient la jubilation, le plaisir d’écriture : que Ponge dise oui ou non, qu’il fie ou défie, qu’il nie ou élise, l’important réside dans le fait que chaque affirmation ou négation soit accompagnée, supportée par un oui lancinant. Le dire pongien dessine un mouvement général d’approbation de soi et chacune de ses phrases semble se dire « oui, qu’il en soit ainsi ». Cette positivité rayonnante de l’écriture traverse, nous semble-t-il, l’œuvre dans son ensemble. En effet, il est tentant de diviser la carrière poétique de Ponge en deux moments : d’un côté, sous l’emblème du Parti pris des choses paru en 1942, l’esthétique dominante serait celle du solide, de la pierre, des textes clos supportés par une parole autoritaire et proverbiale ; de l’autre côté, à dater par exemple de La Rage de l’expression paru en 1952, l’esthétique serait celle du liquide ou de la fleur, avec des textes ouverts qui intègrent les brouillons en leur corps et où la parole se fait plus souple et hypothétique. Nous pensons au contraire qu’avec La Rage de l’expression Ponge n’ouvre en rien son texte aux modalités du sans doute et du peut-être : si les phrases se font plus longues et élastiques, si les textes s’étiolent, si l’esthétique se veut plus bafouillante et bouillonnante, ce serait pour imposer toujours plus fort et toujours plus loin la parole poétique. Ponge ne lâche pas sa phrase, parce qu’il ne veut – ou ne peut – plus rien lâcher de l’objet dont il parle (ou inversement : l’objet tient la phrase sans plus jamais desserrer son étreinte). Selon nous, il y aurait une volonté toujours plus farouche de traquer les souffles et malentendus inscrits dans la structure du langage. On pourrait dire que Ponge lance, avec la publication des brouillons, une sorte de grandiose « Vous n’avez encore rien vu ». La question qui se posera évidemment et que nous réservons pour le moment sera de savoir d’où vient ce changement dans la stratégie d’écriture, ce qui a déclenché ou motivé ce tournant dans l’esthétique.

  • 2 Cf. J. Derrida, Signéponge, Paris, Éd. du Seuil, coll. « Fiction & Cie », 1988, 128 pp.
  • 3 Cf. G. Farasse et J. Derrida, « Répliques », dans Ponge à l’étude, Revue des Sciences humaines, n°  (...)
  • 4 Ibid., p. 176. Ou encore : « Ponge tente, par la répétition, de confirmer l’affirmation, d’assurer (...)
  • 5 Pour une bonne introduction au motif du propre chez Derrida, le lecteur pourra se reporter aux text (...)

3Le oui massif, écrasant – apparenté aux sèmes de la francité, de l’affranchissement, de la franchise et de la frange – traverse la lecture effectuée par Jacques Derrida dans Signéponge2, mais a été explicitement développé lors d’un entretien avec Gérard Farasse3. Celui-ci avait introduit une de ses questions en soulignant que le texte de Ponge ne se contentait pas d’affirmer, mais qu’il « affirmait l’affirmation »4. Derrida acquiesce alors (confirme, contresigne l’hypothèse de son interlocuteur) et ajoute, en se référant à Freud, que le oui incontestable n’est cependant pas pur. L’affirmation triomphale, c’est déjà le moment de la perte, cela signifie que la perte a déjà eu lieu, que le propre est toujours déjà perdu. Pour comprendre cela, il convient de rappeler brièvement la logique derridienne du nom propre5 et de la signature.

  • 6 Cf. Ibid., p. 101.
  • 7 Ibid., p. 102.

4« Clé de voûte du logocentrisme », la nomination propre est « le prototype du langage » en tant que le nom propre « pointe directement vers l’individu qu’il nomme » et demeure ainsi « l’idéal régulateur » en matière de désignation6. Or Jacques Derrida va montrer que l’individu, bien que nommé, est avant tout dé-nommé par son nom propre. Ce qui signifie que l’individu se singularise par son nom propre, par une marque qui le désapproprie (déproprie, exapproprie) originairement de lui-même : son nom propre, qui lui survivra, qui peut fonctionner en son absence, qui ne fonctionne que dans un système de différences et de ressemblances avec d’autres noms propres... marque sa mort : « Pour qu’il y ait un nom vraiment propre, il faudrait qu’il n’y ait qu’un seul nom propre, qui ne serait alors même pas un nom, mais pure appellation de l’autre pur, qui n’appellerait même pas, car appel implique distance et différance, mais se proférerait en présence de l’autre, qui ne serait alors même pas cet autre, etc. »7 . Ce que l’on appelle improprement un nom propre est, tout au plus, dira Derrida, un nom proche.

  • 8 À nouveau, nous renvoyons à Ibid., « La signature », pp. 140-155.
  • 9 « Répliques », loc. cit., p. 177.

5La logique derridienne de la signature8 vient se greffer sur celle du nom propre en ce qu’il s’agit d’une acceptation du propre originairement perdu : « Vous signez à la fin d’un texte pour dire oui : oui, c’est bien mon nom. L’acte de signature consiste à acquiescer, à confirmer »9. La signature marque un ici-maintenant où je suis, par rapport à un ailleurs où je ne suis pas :

  • 10 Jacques Derrida, op. cit., pp. 141-142.

« Dans la parole, ce qu’on appelle l’énonciation marque la présence du moment présent dans lequel je parle. La signature devrait en être l’équivalent dans l’écrit. Le je-ici-maintenant impliqué dans toute énonciation et perdu dans l’écrit est en principe récupéré dans la signature qu’on appose au texte. [...] Ce qui implique que la signature, pour marquer un ici-maintenant, est toujours en droit accompagnée de la marque d’un lieu et d’une date »10.

  • 11 Ibid., p. 147.

6Jacques Derrida va plus loin en montrant que ce présent ou cette présence à soi dans l’inscription fulgurante du trait sont eux-mêmes impossibles, car la signature n’est effective que si elle est répétable, car chaque signature réclame une contresignature pour être valable…, autant de conditions qui font que resurgissent au cœur de la signature « les machines et la mort »11. La signature instaure de ce fait une tension entre la différence pure et la répétition, entre la présence et l’absence, entre la logique du signe et celle du signifiant. En cela, nous verrons que l’originalité de la signature pongienne consiste à redistribuer d’une manière toute particulière ces pôles de tension. Mais revenons à la logique strictement derridienne de la signature. Ce qui nous importe ici, c’est le geste d’approbation du propre désappropriant, d’approbation du proche, auquel répond l’acte de signature :

  • 12 « Répliques », loc. cit., p. 178. – Le travail du deuil selon Freud consiste à tuer le mort : « tou (...)

« [...] dans le triomphe même, c’est-à-dire dans l’affirmation de signature (je dis oui, j’accepte, je dis oui à la nature) il y a déjà le renoncement : le renoncement est au cœur du triomphe. Signer, c’est affirmer de façon fière, et triomphante, quelque chose dont on fait déjà son deuil : le triomphe est un moment du deuil dans la description qu’en donne Freud »12.

  • 13 F. Ponge, Œuvres complètes, t. I, édition établie sous la direction de B. Beugnot, Paris, Éd. Galli (...)
  • 14 O. C. I, Pr, « Notes d’un poème (sur Mallarmé) », p. 182.

7Une formule pongienne nous permettra d’illustrer ceci avec beaucoup de force : « Il faut que l’homme, tout comme d’abord le poète, trouve sa loi, sa clef, son dieu en lui-même. Qu’il veuille l’exprimer mort et fort, envers et contre tout. C’est-à-dire s’exprimer. Son plus particulier » [Nous soulignons]13 ; la signature consiste à s’affirmer vivant comme toujours déjà mort, mortifié dans et par son nom. Celui qui signe accepte qu’il y ait du propre déjà teinté de mort et du non-propre et brandit triomphalement ce qui lui est propre. Au moment de signature, on n’aime que l’idiome de son nom, on veut être distingué : « La poésie de Mallarmé revient à dire simplement « Oui ». « Oui » à soi-même, à lui-même, chaque fois qu’il le désire »14.

  • 15 Cf. Signéponge, op. cit., pp. 46-48.
  • 16 Ibid., pp. 57-58.

8Dans Signéponge, Derrida distingue trois modalités de la signature15. La signature de Ponge consiste à les entrelacer de manière hyperbolique, au point que cette affirmation démesurément phallique s’inverse dans son contraire (mais ne se gomme pas). Le colosse se liquéfie ; Francis le franc se perd dans Ponge l’éponge, en même temps qu’il l’épouse, (l)égalise leur union : « Francis Ponge se sera donc bien marié. Avec lui-même d’abord. Francis est Ponge. Francis et Ponge forment un couple hétérosexuel harmonieux. Francis tranche par sa virilité, il introduit la décision dans l’indécidable éponge, et Ponge, la féminité – l’épouse – en prend son parti. Mais réintroduit sans cesse l’équivoque ignoble, l’indécidabilité de l’hymen entre le propre et le non-propre [...]. [...] Francis tient à l’éponge, à la chose qui le regarde en disant toujours non, recommence ; [...] il la tient aussi en aversion ou répulsion. [...] ce mélange indécis d’attraction et de répulsion qui impatiente son goût, mais l’alimente aussi pour la franchise décidante, il est arrivé, c’est ce qui aura fait œuvre, à les manipuler avec une étonnante liberté [...] »16.

  • 17 Ibid., pp. 46-47.
  • 18 Ibid, p. 47.
  • 19 Ibid., pp. 47-48.

9La première modalité de signature s’apparente à l’acception courante du terme : « Acte de celui qui [...] s’engage à authentifier (si c’est possible) qu’il est bien celui qui écrit : voici mon nom, je me réfère à moi-même, tel qu’on me nomme [Nous soulignons : la formulation impersonnelle porte en elle la négation originaire inscrite dans la logique du nom], et je le fais, donc, en mon nom. Je soussigné, j’affirme (oui sur l’honneur) »17. La deuxième modalité de signature, c’est le style, la langue inimitable d’un écrivain : « les marques idiomatiques abandonnées ou calculées dans un produit »18. Enfin, troisième modalité : « La signature de la signature [...] quand, à l’instar de la signature au sens courant, l’écriture se désigne, décrit et inscrit elle-même [Nous soulignons : Derrida ne dit pas s’inscrit, mais bien inscrit elle-même, forme moins spéculaire que spectaculaire] comme acte (action et archive), se signe avant la fin en donnant à lire : je me réfère à moi-même, ceci est de l’écriture, je suis écriture, ceci est de l’écriture [...] »19. Cette autodésignation de l’écriture prend chez Ponge des proportions gigantesques, puisque souvent ses textes dérapent, s’enroulent sur eux-mêmes et se nourrissent de leur propre substance. De cette signature violente, dans laquelle on aura reconnu la pratique pongienne du métalangage, de l’auto-commentaire permanent, se dégage toute une structure de la duperie et de la duplication : mot et chose se font les reflets l’un de l’autre, se simulent dans une homologie si parfaite qu’il devient impossible de démêler le singe du modèle. Le fou fait le roi en même temps qu’il le refait et défait sa position de maître. Et ce jeu, loin de dire la vérité, dégage la structure abyssale d’une vérité qui s’éloigne au fur et à mesure qu’elle se répète. Le débrouillage complet donne lieu au brouillage le plus total. Quand Ponge donne la tautologie comme but ultime de l’écriture, il parle d’orgasme, c’est-à-dire que de la fusion identitaire naît le moment du plus fort dérèglement :

  • 20 S, pp. 126-127.

« Mais revenons au frottement de mains. Ne pourrait-on y saisir comme le signe in petto d’une sorte de « bouclage », satisfaisant par lui-même, de l’identité corporelle, comparable à celui tenté par le chien lorsqu’il cherche à mordre sa queue ;
[…]
Quant au frottement lui-même, ne serait-ce pas un redoublement, une multiplication de la simple saisie, tout ainsi qu’une caresse, par exemple, doit se répéter, devenir insistante pour produire tout son effet et aboutir enfin à quelque modification nerveuse, je veux dire à quelque spasme ou orgasme.
La production de son propre signe devenant ainsi la condition de l’accomplissement de quoi que ce soit... Oui ! Oui ! c’est bien ainsi qu’il faut concevoir l’écriture : [...] comme un orgasme : comme l’orgasme d’un être, ou disons d’une structure, [...] qui doit, pour s’accomplir, se donner, avec jubilation, comme telle : en un mot, se signifier elle-même »20.

  • 21 F. Ponge, PRATIQUES d’écriture OU L’INACHÈVEMENT PERPÉTUEL, Paris, Éd. Hermann, coll. « La main et (...)

10La réflexion totale produit un effet affolant de désorganisation : « Le plus grand artiste est celui qui arrête sa manie critique le plus tard, le plus loin sur le chemin de la folie [ou du silence/sommeil] (où toutes les raisons sont confondues, sicut in vitam). [...] (Voyez : cause ? Ne pas vouloir paraître dupe : amour-propre de l’artiste. Ne laissez prise à aucune critique en les prévenant toutes dans l’œuvre. La faire tourner très vite) »21.

Notes

1 Cf. B. Veck, Francis Ponge ou le refus de l’absolu littéraire, Liège, Éd. Pierre Mardaga, coll. « Philosophie et langage », 1993, p. 7.

2 Cf. J. Derrida, Signéponge, Paris, Éd. du Seuil, coll. « Fiction & Cie », 1988, 128 pp.

3 Cf. G. Farasse et J. Derrida, « Répliques », dans Ponge à l’étude, Revue des Sciences humaines, n° 228, 1992-4, pp. 149-207.

4 Ibid., p. 176. Ou encore : « Ponge tente, par la répétition, de confirmer l’affirmation, d’assurer l’assertion ». G. Farasse, L’âne musicien. Sur Francis Ponge, Paris, Éd. Gallimard, coll. « Essais », 1996, p. 129.

5 Pour une bonne introduction au motif du propre chez Derrida, le lecteur pourra se reporter aux textes suivants : J. Derrida, « La parole soufflée », dans L’écriture et la différence, Paris, Éd du Seuil, coll. « Points-essais », 1967, pp. 253-292 ; J. Derrida, « La violence de la lettre : de Lévi-Strauss à Rousseau », dans De la grammatologie, Paris, Éd. de Minuit, coll. « Critique », 1967, pp. 149-202 ; G. Bennington, « Le nom propre », dans Jacques Derrida, Paris, Éd. du Seuil, coll. « Les contemporains », 1991, pp. 100-109.

6 Cf. Ibid., p. 101.

7 Ibid., p. 102.

8 À nouveau, nous renvoyons à Ibid., « La signature », pp. 140-155.

9 « Répliques », loc. cit., p. 177.

10 Jacques Derrida, op. cit., pp. 141-142.

11 Ibid., p. 147.

12 « Répliques », loc. cit., p. 178. – Le travail du deuil selon Freud consiste à tuer le mort : « toute l’énergie du sujet semble accaparée par sa douleur et ses souvenirs jusqu’à ce que le moi, pour ainsi dire, obligé de décider s’il veut partager ce destin [de l’objet perdu], considérant l’ensemble des satisfactions narcissiques qu’il y a à rester en vie, se détermine à rompre son lien avec l’objet anéanti ». (J. Laplanche et J.-B. Pontalis, « Le travail du deuil », dans Vocabulaire de la psychanalyse, sous la direction de Daniel Lagache, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Bibliothèque de psychanalyse », 1971, p. 504) L’expression tuer le mort nous semble particulièrement appropriée pour désigner le geste de signature. Il s’agit d’un acte affirmatif complexe : acceptation de la vie au lieu de – dans tous les sens du terme – la mort, acceptation de la vie avec la mort, acceptation de la mort dans la vie.

13 F. Ponge, Œuvres complètes, t. I, édition établie sous la direction de B. Beugnot, Paris, Éd. Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1999, Proêmes, « Pages bis », p. 212. Désormais nous renverrons pour ce recueil à O. C. I, Pr.

14 O. C. I, Pr, « Notes d’un poème (sur Mallarmé) », p. 182.

15 Cf. Signéponge, op. cit., pp. 46-48.

16 Ibid., pp. 57-58.

17 Ibid., pp. 46-47.

18 Ibid, p. 47.

19 Ibid., pp. 47-48.

20 S, pp. 126-127.

21 F. Ponge, PRATIQUES d’écriture OU L’INACHÈVEMENT PERPÉTUEL, Paris, Éd. Hermann, coll. « La main et l’esprit », 1984, « Le plus grand artiste », p. 95. Désormais nous renverrons pour ce recueil à Pr. E.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search