Version classiqueVersion mobile

Prose sur le nom de Ponge

 | 
Cécile Hayez-Melckenbeeck

Premier chapitre. L’affirmation dans son rapport à la signature (pongienne)

Liminaires

Texte intégral

1Depuis longtemps il nous est apparu essentiel à la compréhension du texte pongien de mettre en relation les motifs omniprésents du nom propre et de la signature avec l’entreprise généralisée de mise en nom ou de nomination du réel. La proximité entre l’acte de se donner un nom et celui de donner à chaque objet le nom qui lui convient apparaît à l’évidence, au point qu’on ne la signale pas sans une certaine gêne. Pourtant, si une ressemblance toute phénoménologique saute aux yeux, il n’en demeure pas moins que ce qui fonde ces deux actes, ce qui les justifie, demeure, dans un cas comme dans l’autre, énigmatique. C’est ce trou dans le discours qu’il s’agira de borner.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search