Version classiqueVersion mobile

Hypocrisies de Joë Bousquet

 | 
François Berquin

Qui perd gagne ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Vite, vite, comme on ratisse pêle-mêle un jeu de cartes, serrer à l’aveugle les phrases où je me décris ».1

Cet autoportrait, par exemple :

C’est un homme à un seul étage : il a sa cave dans le grenier, rêve les yeux ouverts, pense endormi. Il n’est jamais si féminin que quand il est le plus viril. Toujours volontaire au front pour les coups durs qui s’opèrent dans une atmosphère de fuite où tout est permis. Blessé, il sommait ses soldats de le laisser sur le terrain, mais les félicitait en même temps de ne pas obéir. Il ignore le mensonge, ne farderait sa pensée qu’en imposant de façon inattendue sa pensée. Il est le jour et la nuit, le blanc et le noir, très longtemps n’a aimé que pour fuir dans les bras d’une femme le souci de l’aimée. Enfin, pris au piège, se livre, s’avoue entièrement et son amie le cherche derrière ses aveux. Bien entendu, ne le reconnaît pas : il porte son ombre sur son visage.2

Bousquet décidément bicéphale. Bifide. Bousquet bifrons. Tel Janus, le dieu aux de...

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search