Version classiqueVersion mobile

Hypocrisies de Joë Bousquet

 | 
François Berquin

Qui perd gagne ?

Texte intégral

  • 1 Il ne fait pas assez noir, p. 117.

« Vite, vite, comme on ratisse pêle-mêle un jeu de cartes, serrer à l’aveugle les phrases où je me décris ».1

Cet autoportrait, par exemple :

  • 2 La Neige d’un autre âge, p. 410.

C’est un homme à un seul étage : il a sa cave dans le grenier, rêve les yeux ouverts, pense endormi. Il n’est jamais si féminin que quand il est le plus viril. Toujours volontaire au front pour les coups durs qui s’opèrent dans une atmosphère de fuite où tout est permis. Blessé, il sommait ses soldats de le laisser sur le terrain, mais les félicitait en même temps de ne pas obéir. Il ignore le mensonge, ne farderait sa pensée qu’en imposant de façon inattendue sa pensée. Il est le jour et la nuit, le blanc et le noir, très longtemps n’a aimé que pour fuir dans les bras d’une femme le souci de l’aimée. Enfin, pris au piège, se livre, s’avoue entièrement et son amie le cherche derrière ses aveux. Bien entendu, ne le reconnaît pas : il porte son ombre sur son visage.2

1Bousquet décidément bicéphale. Bifide. Bousquet bifrons. Tel Janus, le dieu aux deux visages. Le dieu des portes, en conséquence, qui regarde tout à la fois au-dedans et au dehors. Alors que nous sommes nous-même maintenant à nouveau sur le seuil de celle derrière laquelle vécut tant d’années Joë Bousquet et que – motif au demeurant très bousquetien – nous hésitons encore à le franchir, tergiversant, temporisant, différant d’un pas toujours supplémentaire le moment de l’abandonner à ses jeux et à ses travaux (ses tortures sans nom), est-il seulement possible de faire un peu les comptes ? Joë Bousquet a-t-il finalement perdu, a-t-il finalement gagné au jeu auquel, armé seulement d’un très beau stylo-plume, il joua et rejoua toute sa vie durant, se remettant sans cesse en jeu malgré d’éclatantes victoires, ne perdant jamais espoir après des défaites tout aussi évidentes ?

2S’il fallait vraiment répondre à pareille question, je dirais sans doute qu’au jeu du « qui perd gagne », Joë Bousquet aura beaucoup triché. Et qu’il aura pourtant souvent perdu.

Notes

1 Il ne fait pas assez noir, p. 117.

2 La Neige d’un autre âge, p. 410.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search