Version classiqueVersion mobile

Je meurs par morceaux. Chateaubriand

 | 
Bruno Chaouat

– III – Comment on maquille l’histoire

Introduction de la partie III

Texte intégral

1La réflexion qui suit étant, dans une large mesure, redevable au concept psychanalytique de censure, même si ce concept n’y est pas élaboré explicitement et s’y trouve abordé moins de front qu’obliquement, j’aimerais inscrire en exergue ces lignes, extraites d’un essai tardif intitulé « L’analyse avec fin et l’analyse sans fin », dans lesquelles Freud convoque et développe l’analogie entre censure psychique et censure politico-religieuse appliquée à l’édition :

  • 1 Freud, « L’analyse avec fin et l’analyse sans fin », 1937, dans Résultats, Idées, Problèmes, II, PU (...)

Avant la naissance de l’imprimerie, il n’était pas possible de confisquer et de détruire tous les exemplaires d’une édition ; aussi utilisait-on diverses méthodes pour rendre un texte « inoffensif ». Tantôt l’on barrait d’un trait épais les passages scandaleux de sorte qu’ils étaient illisibles ; aussi ne pouvaient-ils dès lors être recopiés, et le copiste suivant du livre fournissait un texte irréprochable, mais lacunaire en certains passages, et peut-être par là incompréhensible. Tantôt on ne se contentait pas de cela, on voulait aussi éviter l’indice d’une mutilation du texte ; on en venait alors à déformer le texte. On omettait telles ou telles paroles ou on les remplaçait par d’autres, on insérait de nouvelles phrases ; dans le meilleur des cas, on faisait sauter tout le passage et on lui en substituait un autre qui disait exactement le contraire. Le premier à recopier ensuite le livre pouvait alors établir un texte non suspect, qui était néanmoins falsifié1.

2Dans les années 1830, tandis qu’il traduit Paradise lost de Milton, Chateaubriand insère dans ses Mémoires d’outre-tombe une vie de Napoléon, qui représente proportionnellement une part considérable de son autobiographie. Cette biographie historique jouit de la prééminence relevée par la critique au titre d’un parallèle entre Napoléon et Chateaubriand. Elle doit donc être lue comme une partie de l’autobiographie, une articulation suspecte, à la fois dans l’œuvre et hors d’elle – sorte de parergon, partie intégrante et désintégrante des Mémoires.

3On aborde ici cette vie de Napoléon en partant des textes polémiques (discours à la chambre des Pairs ou articles de journaux) dans lesquels Chateaubriand attaque violemment la censure, en particulier en 1827, sous Charles X. En effet, Chateaubriand s’est fait le héraut de la liberté de la presse, dès l’Empire, en 1807, année où il publie dans le Mercure ces lignes audacieuses, quoique habilement dissimulées dans un compte rendu du voyage en Espagne de M. Alexandre de Laborde, et qui vaudront non seulement au journal d’être supprimé, mais aussi à leur auteur d’être désormais et jusqu’à la fin de l’Empire persécuté par Napoléon :

  • 2 Texte recueilli dans les Mélanges littéraires, Édition Furne, 1834. t. IV, p. 80.

Cependant la Muse a souvent retracé les crimes des hommes ; mais il y a quelque chose de si beau dans le langage du poëte, que les crimes mêmes en paroissent embellis : l’historien seul peut les peindre sans en affoiblir l’horreur. Lorsque, dans le silence de l’abjection, on n’entend plus retentir que la chaîne de l’esclave et la voix du délateur ; lorsque tout tremble devant le tyran, et qu’il est aussi dangereux d’encourir sa faveur que de mériter sa disgrace, l’historien paroît, chargé de la vengeance des peuples. C’est en vain que Néron prospère, Tacite est déjà né dans l’empire ; […] Bientôt toutes les fausses vertus seront démasquées par l’auteur des Annales, bientôt il ne fera voir, dans le tyran déifié, que l’histrion, l’incendiaire et le parricide […]2.

4Il semble possible de lire ces textes de polémique comme une sorte de préface à la vie de Napoléon, non pas parce que chronologiquement ils la précèdent, mais parce que leurs enjeux ressortissent aussi bien à l’épistémologie historique qu’à la théologie.

Notes

1 Freud, « L’analyse avec fin et l’analyse sans fin », 1937, dans Résultats, Idées, Problèmes, II, PUF, 1985, p. 251.

2 Texte recueilli dans les Mélanges littéraires, Édition Furne, 1834. t. IV, p. 80.

© Presses universitaires du Septentrion, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search