Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures tragiques du savoir

 | 
Hélène Vial
, 
Anne de Cremoux

Les auteurs

Texte intégral

1Philippe Arnaud est doctorant à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales sous la direction de François Lissarrague et la co-direction de Marcello Carastro. Le projet s’intéresse à la fabrication de l’humain, à partir du traitement des corps et des récits de combats, dans l’Iliade et des pièces de tragiques grecs de l’époque classique. Il a publié « Télémaque, ou le détour symbolique » et « Écho et Narcisse : poésie et impasse chez l’être parlant » (Le Télémaque [Presses Universitaires de Caen], respectivement 36, 2009 et 40, 2011) et « Le mythe de Narcisse en écho à celui des Sirènes », H. Vial (dir.), Les Sirènes ou le Savoir périlleux. D’Homère au xxie siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014.

2Sandy Chotin, doctorante en littérature comparée sous la direction de Karen Haddad, travaille sur la représentation de la poésie naïve chez Alexandre Pouchkine, Emily Brontë et Barbey d’Aurevilly. Son article « Les merveilleux nuages aurévilliens : Barbey lecteur d’Ossian » est à paraître dans le troisième numéro des Cahiers d’Études Nodiéristes.

3Anne de Cremoux est agrégée de lettres classiques, docteure en philologie grecque et maître de conférences en langue et littérature grecques à l’université de Lille. Ses domaines de recherche sont la comédie d’Aristophane ; l’histoire de la comédie grecque, la comédie moyenne et les problèmes liés aux théories de la périodisation ; la tragédie classique.

4Anne-Marie Favreau-Linder est maître de conférences en langue et littérature grecques à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. Ses travaux de recherche portent sur la littérature grecque de l’époque impériale et plus particulièrement sur les sophistes tant d’un point de vue historique que dans une perspective sociocritique. Son intérêt pour la Seconde Sophistique l’a également conduite à étudier l’enseignement de la rhétorique à l’époque impériale et plus particulièrement l’exercice de la déclamation, pour interroger à la fois le réinvestissement d’une culture classique et les relations étroites avec d’autres genres littéraires contemporains, comme celui du roman. Enfin, dans le cadre d’un programme sur « Le genre du dialogue dans l’Antiquité », elle développe actuellement des recherches sur les dialogues de Lucien et de Dion de Pruse.

5Guillaume Issartel est professeur de lettres. Docteur ès lettres de l’université Stendhal-Grenoble 3, sa thèse de doctorat a été publiée en 2010 chez Honoré Champion : La Geste de l’ours. L’Épopée romane dans son contexte mythologique, xiie-xive siècle. Auteur de différents articles et conférences sur les littératures antiques et médiévales ainsi que sur les contes traditionnels, ses recherches portent principalement sur la mythologie comparée eurasiatique.

6Christine Kossaifi est docteur en langue et littérature grecques, membre associé du CELIS de l’université de Clermont-Ferrand (EA 1002) et spécialiste de Théocrite. Outre de nombreuses analyses sur la poétique hellénistique et ses réécritures élégiaques, le roman grec et le dialogue des genres, la symbolique des mythes, elle publie aussi des ouvrages consacrés à l’étude des langues anciennes, au lycée et en faculté.

7Sarah Lagrou est agrégée de lettres classiques et doctorante en littérature et philologie grecques sous la direction de Fabienne Blaise, au sein du laboratoire STL à l’université de Lille. Son sujet de thèse porte sur la création poétique en tragédie, qu’elle étudie en analysant le traitement qu’a reçu la légende d’Œdipe dans la tragédie grecque classique.

8Rocco Marseglia est professeur agrégé de lettres classiques, docteur de l’EHESS et de l’Université de Trente et membre du centre AnHiMA (Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques, UMR 8210). Son enquête doctorale portant sur « le rôle dramatique de la vue et de l’ouïe dans la tragédie d’Euripide », préparée sous la direction de Claude Calame et soutenue en octobre 2013, est en cours de publication.

9Karine Roy, docteur en biologie (elle a soutenu sa thèse en 2000 à l’université Toulouse III), explore à présent les racines mythiques du clonage humain dans la littérature de fiction. Elle est l’auteur d’un mémoire de Master 1 intitulé L’Homme face au clonage. Figures mythiques du créateur, présenté à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, sous la direction de Véronique Léonard-Roques.

10Luca Ruaro est docteur en philosophie et histoire des idées de l’Université de Padoue. Il consacre tout particulièrement ses recherches au concept de « dignité humaine », avec pour objectif de prendre en compte les données philosophiques, religieuses et culturelles à partir desquelles a mûri, en Occident, la réflexion sur le statut et la valeur de la nature humaine.

11Lucie Thévenet est maître de conférences en langue et littérature grecques à l’université de Nantes. Elle est spécialiste de la tragédie grecque et a notamment publié un ouvrage portant sur la question de l’identité et de la construction du personnage théâtral dans la tragédie grecque, intitulé Le Personnage, du mythe au théâtre (Les Belles Lettres, 2009), ainsi qu’une étude de l’Œdipe à Colone de Sophocle pour le programme d’agrégation (Silves grecques, Atlande, 2013).

12Eleonora Tola, docteur en études latines de l’université de Paris IV - Sorbonne (2000), est chercheuse au CNRS d’Argentine et professeur de latin à l’UNC du même pays. Elle est l’auteur de trois livres (La Métamorphose poétique chez Ovide : Tristes et Pontiques. Le Poème inépuisable, Paris - Louvain - Dudley, Peeters, 2004 ; Ovidio, Metamorfosis. Una introducción crítica, Bs. As. Santiago Arcos Editor, 2005 ; Séneca. Medea. Edición bilingüe, Bs. As., Editorial Las Cuarenta, 2014) et de nombreux articles scientifiques.

13Sandra Pereira Vinagre est chercheuse au Centre for Classical Studies de l’université de Lisbonne. Diplômée d’un Master’s Degree on Classical Studies de la Faculté des Lettres de l’université de Lisbonne, elle prépare actuellement sa thèse de doctorat sur l’utilisation des mythes grecs par les régimes totalitaires. Elle participe activement à des manifestations scientifiques nationales et internationales à travers des communications et articles portant sur le mythe de Cassandre.

14Hélène Vial est maître de conférences de latin à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. Après sa thèse (publiée en 2010 aux Belles Lettres sous le titre La Métamorphose dans les Métamorphoses d’Ovide. Étude sur l’art de la variation), elle a donné à ses recherches deux orientations différentes et complémentaires : d’une part la relation entre poétique et rhétorique (Poètes et Orateurs dans l’Antiquité. Mises en scène réciproques, PUBP, 2013 ; La Variatio. L’Aventure d’un principe d’écriture, de l’Antiquité au xxie siècle, Classiques Garnier, 2014), d’autre part les réécritures littéraires des grands mythes (Aphrodite-Vénus et ses Enfants. Incarnations littéraires d’une mère problématique, L’Harmattan, 2014 ; Les Sirènes ou le Savoir périlleux. D’Homère au xxie siècle, PUR, 2014).

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site