Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures tragiques du savoir

 | 
Hélène Vial
, 
Anne de Cremoux

Troisième Partie. Personnages tragiques en proie aux dangers du savoir, d’écritures antiques en variations modernes et contemporaines

Portrait de Cassandre en fileuse : la fonction oraculaire dans Un prêtre marié de Jules Barbey d’Aurevilly

Sandy Chotin

Résumé

L’objet de cet article est de montrer en quoi le destin de la Malgaigne, prophétesse d’Un prêtre marié, peut être considéré comme une réécriture du mythe de Cassandre. Cette relecture propose une réflexion aurévillienne sur l’avenir de la poésie. En détournant l’impuissance et le désenchantement associé à Cassandre, Barbey met en scène avec la Malgaigne les dangers d’un savoir fascinatoire qui s’inscrit dans une tragédie de la connaissance, où se superpose à la culpabilité du péché originel l’angoisse de la reconnaissance.

The aim of this article is to illustrate how the fate of the character La Malgaigne, prophetess of Un prêtre Marié, can be understood as a revision of the myth of Cassandra. Barbey uses this reinterpretation to reflect on the future of poetry. By subverting the powerlessness and disenchantment associated with Cassandra’s myth, Barbey showcases the dangers of a mesmerizing knowledge. Thus Un Prêtre Marié can be interpreted as a tragedy of knowledge where the guilt of original sin is mirrored by the anxiety of recognition.

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Annonciatrice des tourments à venir ainsi que personnage tragique exemplaire, l’infortunée Cassandre, la plus belle des filles de Priam1, cette sibylle qui usurpa les pouvoirs de l’augure2, n’est pas seulement « une figure de la parole3 » en ce qu’elle serait opposée à l’action, mais aussi une figure de la parole improductive et stérile, d’une parole littéralement sans charme. Personnage transgressif, qui par trois fois se retrouve en butte au pouvoir4, Cassandre est celle qui récuse les lois du discours raisonné, du logos, en outrepassant ses devoirs de simple réceptacle prophétique pour interpréter, faire entendre sa voix et la rendre publique. De l’Antiquité à l’extrême modernité, les auteurs n’ont eu de cesse de mettre en relation cette folle parole prophétique et la parole inspirée et enchantée du poète jetant a posteriori sur le personnage mythique de Cassandre l’éclairage nouveau d’une destinée maudite qui n’est plus seulement celle, singulière, d’une princesse parjure, mais ...

Auteur

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540