Desktop versionMobile version

Michel Leiris. L’écriture du deuil

 | 
Nathalie Barberger

Vers une éthique de l’endeuillement

The HTML, PDF, ePub formats of this book are available to the users of libraries and institutions subscribing to the OpenEdition Freemium program for Books. The book can also be purchased on the sites of partner bookstores, in PDF and ePub formats, if the publisher has opted for commercial distribution. If a print edition of the book is available, links to bookstores will be displayed on this page.

Excerpt

Déchiré entre ce que Fibrilles nomme « le côté de Pékin », celui de l’engagement et des valeurs, et « le côté de Kumasi », celui de l’irresponsabilité, de la poésie, Leiris fait de l’écriture le lieu d’une contradiction sans rémission. Ce déchirement, ce pacte scellé avec l’impossible témoigne de la loi de l’écriture moderne énoncée par Maurice Blanchot à partir de l’expérience de Kafka : « L’écrivain le plus lié à la littérature est aussi le plus entraîné à s’en délier. Elle lui est tout, et il ne peut s’en contenter ni s’y tenir ». Leiris, s’il s’interdit de se résigner à l’œuvre, n’a le droit ni d’y renoncer, ni d’y consentir.

Leiris a choisi, sur les conseils de Max Jacob, un second métier, celui d’ethonologue, façon, dit-il, de conjurer la complaisance du littérateur. Il a choisi de séparer deux espaces, son bureau du Musée de l’Homme et sa table de travail dans l’appartement du quai des Grands Augustins. Il n’a pourtant jamais cessé d’affirmer la préeminence de l’écriture, lui ...

© Presses universitaires du Septentrion, 1998

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search