Desktop versionMobile Version

Michel Leiris. L’écriture du deuil

 | 
Nathalie Barberger

Vers une éthique de l’endeuillement

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändlern im PDF- und ePub-Format online erworben werden, wenn der Verlag diesen kommerziellen Vertrieb gewählt hat. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

Déchiré entre ce que Fibrilles nomme « le côté de Pékin », celui de l’engagement et des valeurs, et « le côté de Kumasi », celui de l’irresponsabilité, de la poésie, Leiris fait de l’écriture le lieu d’une contradiction sans rémission. Ce déchirement, ce pacte scellé avec l’impossible témoigne de la loi de l’écriture moderne énoncée par Maurice Blanchot à partir de l’expérience de Kafka : « L’écrivain le plus lié à la littérature est aussi le plus entraîné à s’en délier. Elle lui est tout, et il ne peut s’en contenter ni s’y tenir ». Leiris, s’il s’interdit de se résigner à l’œuvre, n’a le droit ni d’y renoncer, ni d’y consentir.

Leiris a choisi, sur les conseils de Max Jacob, un second métier, celui d’ethonologue, façon, dit-il, de conjurer la complaisance du littérateur. Il a choisi de séparer deux espaces, son bureau du Musée de l’Homme et sa table de travail dans l’appartement du quai des Grands Augustins. Il n’a pourtant jamais cessé d’affirmer la préeminence de l’écriture, lui ...

© Presses universitaires du Septentrion, 1998

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search