Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures tragiques du savoir

 | 
Hélène Vial
, 
Anne de Cremoux

Troisième Partie. Personnages tragiques en proie aux dangers du savoir, d’écritures antiques en variations modernes et contemporaines

Quand le savoir fait basculer la psyché. À propos de l’Hécube d’Euripide

Christine Kossaifi

Résumé

Euripide construit sa pièce autour des réactions d’Hécube face à un savoir atroce, qu’elle refuse et qu’elle combat par diverses stratégies d’évitement, mais qui s’impose à elle et se traduit par une horrible vengeance. La tragédie explore aussi d’autres modalités du savoir (grandeur héroïque de Polyxène, sauvagerie bestiale et pourtant prophétique de Polymestor), tout en mettant en scène la brûlante beauté de la violence.

Euripides explores the impact of a terrible knowledge upon the main protagonist, Hecuba : while first refusing it by developing various strategies of avoidance, she falls below humanity, when she gets a thorough awareness of her son’s death. The play also draws out other tragic responses to knowing, mainly Polyxena’s heroism and Polymestor’s savage, yet prophetic wildness. It thus stages the terrifying beauty of violence.

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce n’est que lorsqu’il est parvenu au terme de son parcours que Macbeth, dans la pièce de Shakespeare, peut comprendre que le savoir qu’il tient des sorcières est pipé et que la vie n’est qu’une « histoire contée par un idiot, pleine de bruit et de fureur, sans aucune signification1 ». C’est cette dérision du savoir, entre gloire et désastre, qu’Euripide nous donne déjà à entendre dans son Hécube, jouée vraisemblablement en 424 avant J.-C.2. La vieille reine, réduite en esclavage, y voit sa fille Polyxène égorgée sur la tombe d’Achille et découvre le cadavre de son dernier fils, Polydore, assassiné pour son or par le roi thrace Polymestor, à qui Priam l’avait confié pour le sauver de la mort. Ce savoir tragique lui insuffle une nouvelle détermination, celle de se venger de Polymestor, ce qu’elle fera avec une terrible violence. Construite en un diptyque parfaitement équilibré, comme l’a montré Irigoin3, la tragédie éclaire la place et la signification du savoir dans la construction ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540