Version classiqueVersion mobile

Michel Leiris. L’écriture du deuil

 | 
Nathalie Barberger

Le deuil de l’objet

Texte intégral

  • 1 Biffures, p. 275-276.
  • 2 Ibid., p. 276.

1Collecter, ficher, classer, figer hors du temps : le geste autobiographique se définit d’abord chez Leiris comme un geste de collectionneur. Le journal, les carnets, cahiers divers où s’accumulent des documents hétéroclites – « Photo d’un gigantesque singe anthropoïde au faciès d’une brutalité saisissante ; série d’exposés de vulgarisation sur le matérialisme didactique (...), reproduction d’un tableau de Goya où l’on voit une sorcière prélevant une dent à la mâchoire d’un pendu ; homme planétaire extrait d’un traité d’hermétisme ou d’astrologie »1 –, réalisent cette manie de la thésaurisation, en devenant, « registres qui sont comme les ébauches d’un livre d’or de ma curiosité »2, l’équivalent de ces anciens cabinets de curiosités, où chacune, tel un microcosme, gardait sa singularité, son rayonnement propre, mais ne valait que d’être insérée dans un ensemble, une série.

2Surtout, l’écriture peut être considérée chez Leiris à la façon d’une collection qui, comme telle, appelle toujours de nouveaux ajouts, reprises, sollicite le retour sur ce qui fut dit, entraîne dans l’interminable recensement des mots. Habitée de la manie du “collectionnisme”, La Règle du jeu se veut, idéalement, grâce à la compilation et au classement des signes, grâce à la réunion de tous ces morceaux épars, le lieu de l’unité retrouvée, où chaque fragment ne retrouverait son sens que par sa présence au sein d’un tout organisé, un puzzle enfin reconstitué. Œuvre-collection qui serait un contrepoint à la fragmentation, à l’éparpillement douloureux du moi, l’écriture permettrait de transformer la figure isolée, le fait consigné sur sa fiche séparée, en plénitude du texte.

  • 3 Cette expression est empruntée à Jean-Pierre Bourgeron, « La collection sur le divan », in La Reche (...)

3Mais, précisément parce qu’elle est collection, l’écriture ne cesse de tournoyer autour d’un manque. De la même façon que les objets collectés apparaissent comme des « objets-écrans »3, compromis illusoires qui jamais ne remplacent l’objet interdit – ce disque introuvable ou jouet merveilleux auquel Leiris ne cesse de rêver –, de la même façon tous les mots que Leiris, les sertissant, les fourbissant ou les enfilant, les “enrimant” en listes, telles des perles, sont eux aussi des “mots-écrans”, où toujours manque le mot juste, le mot vainqueur, ce dernier mot qui mettrait fin à la collection. Un fragment poétique du Ruban au cou d’Olympia désigne cette nécessaire privation :

  • 4 Le Ruban au cou d’Olympia, p. 253.

« Fignoler la statue,
l’énumérer : blasons.

Ou quoi ?


Sans nom

l’autre chose qu ’en égrenant des mots je pourrais faire, le sommeil
– c ’est là l’ennui –
m ’a dit qu ’il y en a une, plus sauvage,
mais ne l’a désignée
pas plus par devinette
que par rébus ou par chiffre »4.

4Innommable ou « sans nom », il reste une chose que l’accumulation des signes écrits, la compilation sans relâche, ce que Leiris nomme « prolifération » ou « rabâchage », laisse dans l’ombre, pareille à cette chose sauvage que désigne obscurément le rêve. L’autobiographe-collectionneur est un fétichiste raté que jamais la vue d’un objet, l’écriture d’un mot, ne parvient à combler.

Notes

1 Biffures, p. 275-276.

2 Ibid., p. 276.

3 Cette expression est empruntée à Jean-Pierre Bourgeron, « La collection sur le divan », in La Recherche photographique, juin 1991, P- 49.

4 Le Ruban au cou d’Olympia, p. 253.

© Presses universitaires du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search