Version classiqueVersion mobile

Michel Leiris. L’écriture du deuil

 | 
Nathalie Barberger

Le deuil de la forme

Texte intégral

1Avec La Règle du jeu, l’autobiographie perd son centre et sa raison d’être : la vie.

  • 1 Biffures, p. 272 et 273.
  • 2 Étudiant « l’espace tropologique » dans les récits de Raymond Roussel, Michel Foucault note : « Il (...)
  • 3 L.-R. des Forêts, Face à l’immémorable, Montpellier, Fata Morgana, 1993, p. 12 et 16.
  • 4 Le Ruban au cou d’Olympia, Paris, Gallimard, 1981, p. 58.

2Au plus loin d’une suite narrative, l’écriture n’est ni la mimesis d’une vie ni un inventaire de souvenirs. Se raconter est se pétrifier et le racontar – « petites histoires », « antiques jouets ou fétiches poussiéreux »1 – se condamne comme tel. Forme désorientée et polymorphe où se mêlent récits et glose, raisonnements et fragments poétiques, toujours nourrie d’un métadiscours anxieux, La Règle du jeu ne raconte rien si ce n’est la passion d’un langage. Au fait biographique Leiris substitue le fait de langage : non pas raconter ce que j’ai fait, mais énumérer les mots, vus ou entendus, les mots saisis au hasard, les mots aimés qui, telle est l’utopie fondatrice de La Règle du jeu, parviendraient à dire mon histoire, à reconstituer une identité éparse dans leurs « plis »2. Dans cette écriture que l’on a pu qualifier d’autobiopoétique, il s’agit, comme l’écrit Louis-René des Forêts dans Face à l ’immémorable « d’accorder au seul langage qui est source de vie, et non pas au travail concerté de la mémoire, le monopole d’une discrimination sélective » : « car encore une fois c’est à lui seul qu’il incombe d’insuffler la vie aux événements révolus et selon un mode qu’on appellera, faute de mieux, poétique »3. L’autobiographe dans La Règle du jeu ne survit que d’être logophile, « dévot des vocables »4. Il n’existe qu’à demeurer cet étrange lexicographe qui poursuit la tâche du Glossaire.

  • 5 Biffures, p. 273.

3S’opposant à une écriture de soi qui serait monumentalisation, capitalisation funèbre de ce que l’on fut, Leiris, qui se refuse à n’être qu’« un embaumeur de choses mortes »5, privilégie, contre la mise en forme du récit et la logique linéaire, l’éclat du mot, la jouissance du mot isolé, comme « chu d’un désastre obscur ». Tout commence par l’abandon au détail, par une dispersion heureuse, l’euphorie du discontinu, le plaisir de la fulgurance. Pour qu’une autre histoire se fasse entendre, une singulière histoire qui ne se satisfait plus de la vie et de son récit, qui échappe aux dates et se compose, selon l’expression d’Aurora, de « mots-aérolithes », de fragments erratiques, de détails et de points, il faut d’abord revenir à la fascination de l’enfance, avant que ne s’installe la chronologie et ses repères. Cette fascination originaire est celle du mot séparé, qui n’a non seulement pas rejoint le lexique, mais n’est pas encore asservi à la syntaxe, et qui demeure à l’écart de la phrase, brillant, différent. La Règle du jeu, en choisissant de s’ouvrir sur la croyance enfantine et sur l’expérience poétique, s’origine dans tout ce qui fait violence, accroc dans le tissu de la mémoire et du langage. Son attaque contre la forme consiste à introduire le “fourbi” ou chahut – les jeux glossolaliques, l’opéra et ses vocalises, la fugue et sa dissémination signifiante –, dans la grammaire organisée du souvenir et dans l’organisation hiérarchique du sens.

  • 6 J – B. Pontalis, « Le souffle de vie », La Nouvelle Revue de psychanalyse, Paris, Gallimard, n° 50, (...)

4Cependant la profusion de La Règle du jeu, son refus de toute mise en forme qui serait aussi “mise au propre” ou toilette funéraire, ne va pas sans remords ni danger : remords d’un entassement vain, danger de l’informe et du chaos, danger d’une dislocation de l’œuvre sous l’afflux des détails et l’entrelacement toujours plus complexe des réseaux. C’est alors une nostalgie de la forme qui réapparaît, le fantasme d’un livre total, « architectural et prémédité ». Cet espoir s’insinue peu à peu dans La Règle du jeu, que l’on appellera ici « désir de l’œuvre », mais que l’on pourrait appeler aussi, avec J-B. Pontalis, « la folie de l’achèvement », le désir de parvenir à « la plénitude qui signerait la fin de nos errements, nous permettrait de réunir nos fragments d’existence »6.

5Chantier de l’œuvre ou œuvre en chantier ? Lumière de la constellation ou chaos des morceaux, faillite des déchets ? Ce déchirement voue La Règle du jeu au tourment de la forme. Refus des formes usées, elle est aussi une recherche désespérée de la forme et la difficile entreprise d’en faire son deuil. A défaut du coup de dés mallarméen, l’écriture de Leiris, de Biffures à Frêle Bruit, demeure hantée par cet autre coup de dés, caricature et grimace du premier, qu’est la mort.

Notes

1 Biffures, p. 272 et 273.

2 Étudiant « l’espace tropologique » dans les récits de Raymond Roussel, Michel Foucault note : « Il est curieux de voir comment dans son admirable Règle du jeu Michel Leiris a fait du même espace tropologique une expérience à la fois opposée et voisine (...) De tant de choses sans statut, de tant d’états civils fantastiques, il recueille lentement sa propre identité, comme si dans les plis des mots dormait, avec des chimères jamais tout à fait mortes, l’absolue mémoire ». (in Raymond Roussel, Paris, Gallimard, « Le Chemin », 1963, p. 28).

3 L.-R. des Forêts, Face à l’immémorable, Montpellier, Fata Morgana, 1993, p. 12 et 16.

4 Le Ruban au cou d’Olympia, Paris, Gallimard, 1981, p. 58.

5 Biffures, p. 273.

6 J – B. Pontalis, « Le souffle de vie », La Nouvelle Revue de psychanalyse, Paris, Gallimard, n° 50, p. 28.

© Presses universitaires du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search