Version classiqueVersion mobile

Michel Leiris. L’écriture du deuil

 | 
Nathalie Barberger

Épigraphe

Texte intégral

« Que de morts autour de nous.
Peut-être pourquoi Monsieur Songe parle si bas.
Il se taira lorsqu’il aura fini de compter ses disparus »
Robert Pinget, Taches d’encre, Paris, Minuit, 1997, p. 45

© Presses universitaires du Septentrion, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search