Versión clásicaVersión móvil

Figures tragiques du savoir

 | 
Hélène Vial
, 
Anne de Cremoux

Troisième Partie. Personnages tragiques en proie aux dangers du savoir, d’écritures antiques en variations modernes et contemporaines

Ajax ou l’image brisée du héros archaïque

Philippe Arnaud

Resumen

Dans la tragédie de Sophocle, Ajax, persuadé qu’il mérite d’hériter des armes d’Achille, rejette le verdict qui lui a préféré Ulysse. Emporté par son désir de vengeance, il veut massacrer de nuit l’armée grecque. Mais Athéna, le rendant fou, détourne sa fureur contre le bétail. Quand elle lui rend la raison, le spectacle de son carnage met en lumière, chez le héros archaïque qu’il reste, une démesure quasi animale. Hanté par le rire supposé de ses ennemis, il renonce à revenir chez son père Télamon en vaincu déshonoré et se suicide. Cet article montre que le destin tragique d’Ajax est étroitement lié à l’effondrement de ses certitudes et à des apprentissages trop tardifs et insoutenables.

Los formatos HTML, PDF y ePub de este libro son accesibles para los usuarios de las bibliotecas e instituciones que lo han adquirido como parte de la oferta OpenEdition Freemium for Books. El libro también puede adquirirse en los sitios de las librerías asociadas, en formatos PDF y ePub, si el editor ha optado por esta distribución comercial. Si la edición en papel está disponible, en esta página se proponen enlaces a las librerías.

Extracto del texto

Dans la tragédie que Sophocle lui a consacrée, Ajax incarne un héroïsme archaïque selon lequel il lui revient, comme une évidence, d’hériter des armes d’Achille. C’est chez lui une certitude transmise, qui va recevoir deux démentis successifs. Le premier précède la tragédie de Sophocle : c’est le vote de l’armée grecque en faveur d’Ulysse pour l’octroi des armes. La seconde est au centre de la tragédie : Athéna, pour le punir de son impiété à son égard, mais aussi pour éviter qu’il ne massacre l’armée argienne pendant son sommeil, le fait sombrer dans la folie. Ici se noue la tragédie d’Ajax, qui fait deux découvertes : d’abord qu’il ne peut se permettre impunément de mépriser la déesse et se croire assez fort pour se passer de son soutien ; ensuite que, dans sa folie, il s’est couvert de honte et de déshonneur en confondant des animaux avec des hommes. Cette confusion met à mal l’idée qu’il s’est faite jusqu’alors de l’héroïsme, avec sa logique de vengeance sans frein. Je me propos...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search