Version classiqueVersion mobile

Pierre Klossowski

 | 
Jean Decottignies

André Gide non loin du marquis de Sade…

Texte intégral

  • 1 On en trouvera pourtant une intéressante lecture sous la plume de Jacques Henric, Pierre Klossowski(...)
  • 2 Jacques Henric, dans les pages que nous signalons, s’attache à montrer, à propos de ce tableau, la (...)

1André Gide non loin du marquis de Sade, Georges Bataille côtoyant Michel Foucault, Gilles de Rais avec Strindberg, plusieurs autres figures tant historiques que contemporaines, dominées par l’inévitable Friedrich Nietzsche, simplement alignées comme sur une planche d’encyclopédie et cernées d’un trait qui les rassemble et les isole : pénétrons dans cette espèce de conclave, que représente un tableau de 1990, encore assez peu connu1, intitulé : « Le Grand Renfermement ». Ghetto, « Nef des Fous », comme le suggère un second titre, que caractérise toutefois, au premier abord, l’absence apparente de justification. Ne manquait, dans une première version, que le peintre lui-même. C’est en enfant qu’il se verra et se représentera bientôt au bas du dessin, comme prématurément accueilli dans cette société symbolique. Si par hasard nous hésitions encore sur la portée de la fameuse complicité que l’artiste attend de ses lecteurs et spectateurs, nous en trouverions ici une parfaite illustration. Et tout d’abord dans la dissemblance qu’évoque ce rassemblement. La confrérie de la complicité repose sur une forme d’apathie : le sentiment de l’indifférent dans l’ordre du pur savoir. De là ces étranges cohabitations, qui ne gênent aucunement la pensée du métaphysicien tel que nous avons cru pouvoir le définir. L’apathie favorise ces connivences dans la dissemblance. Tel est le régime de la sociabilité klossowskienne : elle réunit ici des êtres habités d’obsessions diverses, professant des idées différentes, voire opposées, et voués à des tâches disparates. Que le jeune Klossowski se soit finalement glissé parmi eux, atteste la reconnaissance par l’homme mûr de cette parenté, dont il esquisse les voies dans l’article de Change dont nous avons parlé : une sorte d’accouplement des êtres, qui repose, non pas sur un accord idéologique, mais sur une disposition active et créative qui s’épanouit essentiellement dans le domaine de l’art2. Nous contemplons ici l’image d’une confrérie des esprits, qui n’est ni un parti, ni une religion, ni une école philosophique. Mais quelque chose comme une secte ; une secte qui ne partagerait pas un dogme, ni un système de pensée, mais qui se définirait et se reconnaîtrait dans un certain regard sur les êtres et les choses, une certaine manière de les aborder, de les approcher sans les toucher, de les circonvenir par un langage foncièrement inapproprié tant à la représentation qu’à la communication : cette relation incongrue dont Klossowski impute l’initiation à son ami Bataille.

 

2J’oserai dire que dans la conception de ce mystérieux tableau, le monomane inscrit la formule de sa propre biographie. Sa vie, en effet, ne se peut concevoir en dehors de cette sociabilité complexe et ambiguë dont il nous a donné l’exemple dans sa relation avec Nietzsche. Sans doute la confrérie eût-elle à juste titre intégré le Chamfort imaginé par lui, aussi bien que Kierkegaard et son Don Juan, mais également tel ou tel héros de sa fiction, le chasseur Actéon peut-être ou le peintre Malagrida, mais à coup sûr l’abbé Persienne. C’est là, dans cet univers forgé de toutes pièces, que peuvent s’imaginer, se fantasmer, les échanges incongrus de l’Hospitalité ; là que se rencontrerait cet « Invité », finalement improbable (voyez l’employé de banque). Tous incarnant pareillement la figure du complice, en qui se dissémine l’identité de Klossowski lui-même et à travers qui se constitue sa biographie.

  • 3 Jorge Luis Borges, simultanément, affrontait et mettait en scène dans le recueil justement intitulé (...)

3Rien n’est plus significatif ni plus émouvant que ces fantômes, qui peuplent l’univers du monomane. Les vertus des uns, les vices des autres, leurs savoirs, leurs erreurs, – pourvu qu’en toutes circonstances leurs actes, leurs dires, leurs pensées aient relevé de l’esprit –, offrent le modèle composite d’une biographie, pour un homme qui fut l’un des premiers3 à déplacer vers le champ de la fiction le problème philosophique de l’identité personnelle. De cette mutation, la monomanie, telle qu’il la définissait, constituait la condition fondamentale ; l’autobiographie, à son tour, se modifiait pour en recueillir les fruits. Ainsi celui qui, pour répondre de ses diverses activités, récusa les noms d’écrivain, de penseur et de philosophe mérite le seul nom qui s’accorde avec la pratique de la pensée comme pur « phénomène » : celui de poète. Et sa biographie, englobant à la fois sa vie et ses affections quotidiennes, sa création littéraire autant que plastique et sa réflexion théorique, relate un épisode de l’invention, toujours réactualisée, de la poésie.

Notes

1 On en trouvera pourtant une intéressante lecture sous la plume de Jacques Henric, Pierre Klossowski, Adam Biro, p. 88-92.

2 Jacques Henric, dans les pages que nous signalons, s’attache à montrer, à propos de ce tableau, la situation privilégiée de l’artiste par rapport au « psy », dont il partage cependant les sources d’inspiration. « Les aventures littéraires et artistiques qui comptent ont souvent été menées dans un bord à bord périlleux avec la perversion ou la psychose » (p. 92).

3 Jorge Luis Borges, simultanément, affrontait et mettait en scène dans le recueil justement intitulé Ficciones (1956), la situation de l’être qui s’appréhende comme une sorte de simulacre, privé, non seulement de son corps propre, mais de son identité et de ses biens, résidant, de surcroît, dans un environnement historique et géographique pareillement réduit à la condition de simulacre.

© Presses universitaires du Septentrion, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search