Version classiqueVersion mobile

Pierre Klossowski

 | 
Jean Decottignies

C’est dans un esprit délibéré de provocation…

Texte intégral

  • 1 On relève cette expression dans l’ouvrage édité à l’occasion de l’exposition rétrospective (...)
  • 2 Les références aux textes ou aux déclarations de Klossowski seront généralement indiquées (...)
  • 3 Jean Decottignies, Klossowski, notre prochain, Henri Veyrier, coll. « Les Plumes du temps  (...)

C’est dans un esprit délibéré de provocation qu’est proposé et que doit être reçu cet intitulé, aussi bien que les propos qui suivront. Il n’est guère possible, de parler autrement de Pierre Klossowski. Son œuvre entière joue la provocation, soit qu’il raconte ou peigne des scènes scabreuses ou choquantes, multipliant dans ses dessins des nudités que rien souvent ne semble justifier, soit qu’il théorise au mépris des catégories en vigueur dans le discours théorique, ou se consacre à une philosophie qui aux grandes traditions préfère les voies du paradoxe ou de l’hérésie. De là ce rapport difficile à ce qu’il nomme ironiquement son « improbable public », ou « l’improbable amateur de son tableau »1. Aussi oserai-je revendiquer ici – quoi qu’il en puisse penser lui-même – cette relation de « complicité » qu’à plusieurs reprises, invoquant sa propre singularité, il souhaita obtenir de ses lecteurs ou spectateurs2. C’est en ce sens que j’ai proposé naguère qu’il fût tenu pour « notre prochain »3. Quel est celui de ses lecteurs les plus fervents et les plus autorisés qui ne se soit senti à son égard comme un complice ?

  • 4 Réflexion développée dans La Ressemblance, Ryôan Ji, 1984, p. 24.

1La définition de cette attitude et de ce mode de lecture, c’est à Klossowski que nous la devons. La complicité relève de l’affect, de l’impulsion, qui gouvernent la production du simulacre, elle s’oppose à la « compréhension », qui relevant de la « notion », est d’ordre purement intellectuel4.

  • 5 Klossowski fut traducteur et préfacier de l’œuvre de Nietzsche. Il a écrit sur lui des articles (...)

2Choisis au nom de cette complicité, la plupart des titres recensés dans la table des matières de ce livre n’en sont pas moins voués à surprendre, voire à choquer. J’oserai dire que l’argumentation qui les accompagne est principalement destinée à en justifier l’emploi (disons mieux : l’abus), à en élaborer une redéfinition appropriée à la situation de Klossowski. Parler de la « pathologie de la pensée » risque d’être mal reçu, à moins que l’on ne prenne en compte l’étonnante expression de « phénomène de la pensée », que nous lisons dans la Postface des Lois de l’hospitalité (Gallimard, 1965). Non moins choquant, à coup sûr, le nom de la « schizophrénie », qui n’intéresse, à vrai dire, que le mode d’énonciation klossowskien, principalement illustré dans Les Lois de l’hospitalité. L’« incohérence » ne saurait passer pour une recommandation, si l’écrivain ne s’en réclamait lui-même. Le nom de l’« indifférence » n’est motivé que par l’étonnant récit du Baphomet, dont il justifie les incongruités. Celui de l’« utopie » bénéficie de l’extension que lui procure Klossowski lui-même dans différents essais. Mais que dire de la « philosophie », dont l’emploi abusif et que je qualifierai d’impertinent, requiert l’intercession de Friedrich Nietzsche dont Klossowski fut un grand lecteur et, en un certain sens, le biographe5 ?

3C’est de la même façon que, prenant acte de ses propres paroles, je le qualifie de monomane. De là résulte ce qui risque de choquer le plus gravement dans ce livre : le nom de la « biographie », attribué à un exposé qui systématiquement ignore les événements extérieurs, tant familiaux que publics, qui sont censés constituer l’existence objective d’un être. Un exposé, surtout, qui fait bon marché de la chronologie, cette structure obligée de toute recension historique. Comment, en effet, l’existence du monomane, toute organisée qu’elle est autour d’une préoccupation dominante et récurrente, pourrait-elle entrer dans un dispositif réglé par l’enchaînement logique et chronologique des causes et des effets ? Quoi qu’il en soit, nous ne saurions oublier que ce romancier et essayiste a lui-même et avec insistance déclaré à un interlocuteur : « Je ne suis qu’un autobiographe ». De cette revendication nous prendrons acte, posant en principe que l’œuvre écrite ou peinte de Klossowski s’enracine dans sa propre expérience, qu’elle en fait son objet et, d’une certaine manière, en rend compte. Ainsi sommes-nous autorisés à la lire ou à la regarder comme un témoignage, ou une involontaire confession.

  • 6 Une mise au point s’impose ici touchant la diversité des travaux qui entourent l’œuvre de (...)

4Ces quelques remarques n’ont d’autre propos que d’introduire cette qualification de « cas singulier », dans laquelle Klossowski semble se complaire. Entre le cas singulier dont il se réclame et le complice que nous souhaitons être, une relation difficile s’établit, mais c’est indéniablement le premier qui la détermine, excluant pour l’autre tout recours à tel ou tel savoir préalable, perturbant systématiquement les protocoles du langage et les instruments de la connaissance, et excluant l’emploi même du concept pour aborder les questions réputées philosophiques ou théoriques6. La pratique de Pierre Klossowski nous convie à cette « insurrection permanente » qu’il découvre dans les incartades du « professeur Nietzsche », qui, de nos jours encore, scandalisent les uns mais galvanisent les autres.

Notes

1 On relève cette expression dans l’ouvrage édité à l’occasion de l’exposition rétrospective de 1990 : Pierre Klossowski, La Différence, Centre National des Arts plastiques, « Anthologie des écrits de Pierre Klossowski sur l’art », « La Judith de Frédéric Tonnerre », p. 164).

2 Les références aux textes ou aux déclarations de Klossowski seront généralement indiquées entre parenthèses à la suite des citations. Il s’agit ici de l’article « Protase et apodose », publié dans L’Arc, Klossowski, 1970, p. 9. Le nom de la « complicité » revient dans un article intitulé : « Du simulacre dans la communication de Georges Bataille ».

3 Jean Decottignies, Klossowski, notre prochain, Henri Veyrier, coll. « Les Plumes du temps », 1985.

4 Réflexion développée dans La Ressemblance, Ryôan Ji, 1984, p. 24.

5 Klossowski fut traducteur et préfacier de l’œuvre de Nietzsche. Il a écrit sur lui des articles importants. Nous consulterons l’œuvre majeure Nietzsche et le cercle vicieux, Mercure de France, 1975.

6 Une mise au point s’impose ici touchant la diversité des travaux qui entourent l’œuvre de Pierre Klossowski. L’auteur de ces pages a évité dans son travail tout recours à la psychanalyse, que trop d’exégètes littéraires ont tendance à utiliser comme ce que nous appelons un « savoir préalable », ou pour parler vulgairement : une grille de lecture. Cette réserve, qui constitue de notre part un choix délibéré et tout personnel, ne nous empêchera pas de signaler l’intérêt et la qualité de la récente étude d’Hervé Castanet, intitulée Regard et perversion (Z’éditions, Nice, coll. « Tuché », s.d.). Cet ouvrage, d’inspiration ouvertement lacanienne, se maintient heureusement fort loin de ces médiocres procédures à quoi une certaine critique nous a habitués. Il écarte notamment cette « obscénité » qui consiste à s’acharner à « psychanalyser l’auteur ». Il rejette également « l’abjection jungienne ». L’œuvre littéraire, telle que la présente Hervé Castanet, forge « une raison à l’inconscient au lieu d’y trouver une excuse au destin » (Préface de Pierre Bruno, p. 6-7). – Nous sommes loin ici des recettes qui installent tout texte littéraire sur un même lit de Procuste. Un livre intelligent – et trop rare – qui pourrait inspirer ceux qui préconisent ce qu’on nomme – assez mal – une lecture psychanalytique.

© Presses universitaires du Septentrion, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search