Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures tragiques du savoir

 | 
Hélène Vial
, 
Anne de Cremoux

Deuxième Partie. « Puisses-tu ne jamais apprendre qui tu es ! » : autour d’Œdipe

Œdipe et Penthée, entre écoute et vision

Rocco Marseglia

Résumé

Les personnages d’Œdipe et de Penthée sont également appelés à résoudre une situation de crise pour la cité ; pour ce faire, ils semblent déployer tous les instruments intellectuels dont ils disposent. L’article propose une étude comparative des modalités d’acquisition du savoir mises en scène dans l’Œdipe roi de Sophocle et dans les Bacchantes d’Euripide. L’article se termine par une réflexion sur les effets cognitifs, esthétiques et pathétiques du spectacle tragique.

The characters of Oedipus and Pentheus are both called upon to resolve a crisis situation for the city ; to this end, they both appear to use all the intellectual tools at their disposal. This article offers a comparative study of the sources for acquiring knowledge that are dramatised in Sophocles’ Oedipus Tyrannus and Euripides’ Bacchae. The article concludes with some reflections on the cognitive, aesthetic and pathetic effects of the tragic spectacle.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le problème du rapport entre la vue et l’ouïe est l’une des questions qui ont le plus passionnément animé le débat intellectuel en Grèce durant le ve siècle avant notre ère. À défaut de pouvoir analyser ici en détail les différents aspects de ce débat, nous nous limiterons à quelques remarques d’ordre général, qui nous seront utiles pour la suite de notre propos. La réflexion ionienne du vie siècle avait déjà posé la question de la valeur épistémologique des sens et, selon le témoignage de Polybe (Histoires, XII, 27), Héraclite aurait été le premier à souligner de manière claire la primauté gnoséologique de la vue : « Les yeux sont des témoins plus précis que les oreilles » (fr. 101 a DK : ὀφθαλμοὶ γὰρ τῶν ὤτων ἀκριβέστεροι μάρτυρες1).

Dans d’autres fragments, Héraclite semble associer la vue et l’ouïe comme instruments de connaissance (cf. fr. 55 DK : ὅσων ὄψις ἀκοὴ μάθησις, ταῦτα ἐγὼ προτιμέω, « Ce qu’on peut voir, entendre et apprendre, voilà ce que j’estime davantage ») ou comme ...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540