Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures tragiques du savoir

 | 
Hélène Vial
, 
Anne de Cremoux

Deuxième Partie. « Puisses-tu ne jamais apprendre qui tu es ! » : autour d’Œdipe

De Thèbes à Colone : l’identité d’Œdipe comme savoir dangereux

Lucie Thévenet

Résumé

Dans l’Œdipe à Colone, Sophocle choisit de donner une nouvelle identité au personnage d’Œdipe, en l’articulant comme dans Œdipe Roi à la question du savoir sur soi, et aux dangers qui lui sont inhérents. De souillure, il devient sauveur, héros à venir, mais reste dangereux car les pouvoirs ambivalents qu’il détient désormais placent son corps devenu arme au centre des convoitises. C’est dans la connaissance progressive de ces deux pôles en tension de l’identité d’Œdipe que va se jouer la pièce.

In the Oedipus Coloneus, Sophocles has chosen to give a new identity to the character of Oedipus by articulating it, as in Oedipus Rex, to self-knowledge and its dangers. He was soiled ; he becomes a savior, a hero-to-be, but remains dangerous because of the ambivalent powers which are now his and make its body the most wanted weapon. The play consists in fact in the progressive revelation about these two aspects of Oedipus’ identity that are in tension with one another.

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Euripide, sans doute vers la fin de sa carrière (vers 415, propose F. Jouan dans son édition des Tr (...)
  • 2 Aristote cite Œdipe pour la péripétie avec le Corinthien au chapitre 9 ; au chapitre 11 comme la pl (...)
  • 3 Sur la question du rapport entre le personnage d’Œdipe et Colone, le dème d’origine de Sophocle, et (...)

1Si le personnage d’Œdipe est lié au motif du savoir dangereux, c’est parce qu’il en incarne une modulation particulière, celle du danger du savoir sur soi. Il y a un risque à se connaître soi-même, et ce risque le fait basculer de la gloire au désastre dans l’Œdipe Roi de Sophocle. La trame de la pièce est à ce titre exemplaire, et elle a sans nul doute contribué à la constitution du personnage tel que nous le connaissons aujourd’hui. Avec une maestria inégalée, Sophocle resserre les éléments du mythe, concentre le sens, et fait de l’aveuglement d’Œdipe le signe paradoxal de son accession au savoir spécifique de la connaissance de soi. Désormais aveugle, Œdipe sait maintenant qui il est véritablement, et cela pour les siècles à venir1. La fascination d’Aristote en témoigne déjà à date ancienne : la pièce de Sophocle est utilisée comme exemple à de multiples reprises dans la Poétique2, et toujours désignée comme Œdipe, sans autre précision. Or, à la fin de sa vie, Sophocle a choisi de revenir à ce personnage clé de sa carrière pour mettre en scène un Œdipe vieilli, en développant un épisode de son histoire inédit dans la tragédie : celui de sa mort à Colone3. Il crée ainsi un effet de résonance entre les deux pièces Œdipe Roi et Œdipe à Colone. Or, ce que le passage par Colone nous donne à voir, c’est la transformation du personnage d’Œdipe, cet Œdipe que l’on connaissait déjà, qui n’est ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre grâce à la mise en lumière d’une nouvelle facette de son identité. Le motif du savoir dangereux qui s’incarne en Œdipe dans la première pièce se trouve ainsi repris par Sophocle dans la seconde, et en même temps renversé, suivant par là la courbe du destin du personnage. On pourra donc s’interroger sur la manière dont Sophocle cherche dans Œdipe à Colone à mettre une nouvelle fois en scène le phénomène de la révélation du savoir sur soi, et des dangers qu’il comporte.

 

  • 4 Même si la date de représentation d’Œdipe Roi reste inconnue, on situe généralement la pièce au mil (...)
  • 5 Sophocle aura effectivement composé une trilogie d’une autre sorte sur la maison thébaine, écrite l (...)
  • 6 Selon ses propres mots dans les premiers vers : τυφλοῦ γέροντος, « vieillard aveugle » (v. 1) et τὸ (...)
  • 7 Entrée en scène commentée par le Messager, v. 1287-1296, puis par le chœur, v. 1297-1306 ; voir L.  (...)
  • 8 Œdipe Roi, v. 1449-1454.
  • 9 Ibid., v. 1515 sq.
  • 10 P. Burian, « Suppliant and savior : Oedipus at Colonus », Phoenix, 28, 1974, p. 408-429, sur ce poi (...)

2Le personnage d’Œdipe devient progressivement figure, presque allégorie, et s’il a tant marqué les esprits, c’est semble-t-il déjà le cas au moment de la représentation de la pièce, ou en tous les cas quelques dizaines d’années après4 : l’Œdipe à Colone en fait état. En effet, ce que révèle Sophocle de cette réception en reprenant le personnage d’Œdipe à des années d’écart, c’est aussi la manière dont son personnage, son Œdipe, s’est constitué en figure de référence. Il faut désormais composer avec elle, et l’on a bien l’impression au début de la pièce de retrouver l’Œdipe de la fin de l’Œdipe Roi, comme dans l’étape suivante d’une trilogie liée donnée au concours5. L’image du vieux mendiant aveugle6 à l’ouverture d’Œdipe à Colone renvoie à distance à la dernière vision du personnage dans Œdipe Roi, l’apparition saisissante du roi qui s’avance hors du palais, le visage ensanglanté, les yeux mutilés, pour montrer à tous son être souillé par le parricide et l’inceste dans une ultime exposition7. Il réclamait le droit de partir, de se retirer dans le Cithéron8, et Créon le lui refusait, soumettant cette décision aux avis divins9 et le renvoyant à l’intérieur du palais désormais bien sinistre, lieu de la consommation du mariage incestueux, de la naissance des enfants, et maintenant du suicide de Jocaste. Plusieurs moments de l’Œdipe à Colone témoignent ainsi clairement de la référence au personnage lui-même et à ses traitements, et ils sont liés à son identité, traitée sur le mode du rejet, de la peur suscitée par le danger diffus qu’il incarne. Et pour cause : le fait de connaître l’identité de l’étranger nouvellement arrivé à Colone prend une tout autre tournure lorsqu’il s’agit de reconnaître Œdipe, et surtout Œdipe après l’Œdipe Roi. Sophocle met en scène cette découverte à deux reprises : face au chœur de Coloniates, puis face à Thésée. Il dédouble ainsi le schéma traditionnel de la scène de supplication censée se faire devant le souverain du lieu dans lequel on arrive10, ici Thésée, en la faisant précéder d’une autre entrevue avec les habitants du lieu.

  • 11 Voir par exemple la parodos des Acharniens d’Aristophane.

3Notons d’emblée que le danger émanant d’Œdipe est double pour le chœur, car outre son identité, sa seule présence sur le territoire sacré et inviolable des Euménides l’érige en figure dangereuse : il est celui qui a passé outre et franchi une limite en foulant l’espace du bois interdit. L’entrée du chœur, la parodos, se fait d’ailleurs de façon mouvementée, à la manière des entrées du chœur de comédie11 : les choreutes sont à la recherche de l’étranger, avec un mot d’ordre : le déloger du lieu sacré. Une première réaction d’horreur a lieu lors du face-à-face avec Œdipe, qui nous renseigne sur son terrible aspect, et sur la réception du personnage par une exclamation du chœur : Ἰὼ ἰώ, / δεινὸς μὲν ὁρᾶν, δεινὸς δὲ κλύειν. « Ah ! ah ! terrible à voir, terrible à entendre ! » (v. 140-141) et une question angoissée : Ζεῦ Ἀλεξῆτορ, τίς ποθ᾽ ὁ πρέσβυς ; « Zeus Protecteur, qui est donc ce vieillard ? » (v. 143). La réaction d’horreur revient lorsque Œdipe accepte enfin de répondre à la demande pressante du chœur sur son identité, après une longue scène toute en délai et en attente. De nouveau, ce ne sont que cris et exclamations :

ΟΙ. Λαΐου ἴστε τιν᾽ ἔκγονον ;
ΧΟ.                                    Ἰού.                                           220
ΟΙ. Τό τε Λαβδακιδᾶν γένος ;
ΧΟ.                                   Ὦ Ζεῦ.
ΟΙ. Ἄθλιον Οἰδιπόδαν ;
ΧΟ.                              Σὺ γὰρ ὅδ᾽ εἶ ;
ΟΙ. Δέος ἴσχετε μηδὲν ὅσ᾽ αὐδῶ.
ΧΟ. Ἰώ, ὢ ὤ.
ΟΙ.                Δύσμορος.
ΧΟ.                                 Ὢ ὤ.

  • 12 Les traductions sont personnelles, hors références à celle de B. Chartreux, Sophocle. Œdipe à Colon (...)

Œdipe. – De Laïos, connaissez-vous un descendant ?
Co. –                                                                       Ah ! Ah !
Œ. – La lignée des Labdacides ?
Co. –                                         Ô Zeus !
Œ. – Œdipe l’éprouvé ?
Co. –                           C’est donc toi ?
Œ. – N’ayez pas peur de tout ce que je dis.
Co. – Ah ! la la !
Œ. –                   Infortuné !
Co. –                                    Oh ! Oh ! (v. 220-22412)

  • 13 R. W. B. Burton, The Chorus in Sophocles’ Tragedies, Oxford, Oxford Clarendon Press, 1980, p. 258.

4La parodos s’apparente ainsi à une « scène de reconnaissance magistrale en forme lyrique13 » : on découvre en effet un personnage connu là où à première vue il était inconnu. Si la reconnaissance est bien ce « passage de l’ignorance à la connaissance » défini plus tard par Aristote (chap. 11, 1452 a 29-30), il s’agit là d’un type de reconnaissance atypique et susceptible d’une lecture à deux niveaux : le personnage que reconnaît le chœur est à la fois le roi déchu de Thèbes et le personnage, le « héros » (même si dans cette pièce il faut éviter d’employer ce terme à la légère) mythologique, voire même à plus court terme le protagoniste tragique de l’Œdipe Roi… Le nom d’Œdipe, et le destin qui l’auréole, sont en effet connus par toute la Grèce, comme le signale le chœur aux vers 305-307 :

                                                 τὸ σὸν
ὄνομα διήκει πάντας, ὥστε κεἰ βραδὺς
εὕδει, κλύων σοῦ δεῦρ᾽ ἀφίξεται ταχύς.

                                                 Ton nom
se répand partout, si bien que même s’il [Thésée] se repose tranquillement,
en entendant parler de toi il arrivera ici rapidement.

  • 14 L. Thévenet, Le Personnage, du mythe au théâtre, op. cit., p. 68-75 sur ces scènes.

5À lui seul, le nom cristallise désormais un destin, une « réputation tragique14 », et va suffire à faire accourir Thésée, selon les dires du coryphée, ὅταν περ τοὔνομ᾽ αἴσθηται τὸ σόν, « dès qu’il entendra ton nom » (v. 301). Or les choreutes ne connaissent pas seulement le nom d’Œdipe, mais aussi tout son destin tragique, ce destin fatalement mis en jeu et découvert dans l’Œdipe Roi, comme le montre la suite de l’interrogatoire dans le kommos des vers 510-548. Les questions se font de plus en plus pressantes, et de plus en plus précises, pour amener Œdipe à dire l’indicible, à formuler l’interdit : la relation incestueuse avec sa mère, amplifiée par l’interrogation sur le statut exact des enfants nées de cette relation, à la fois filles et sœurs de leur père (v. 534-535), puis le geste parricide.

6Ces scènes trouvent un écho lors de la confrontation avec Thésée, mais s’il y a reconnaissance, c’est sur un autre mode, car Thésée entre en ayant déjà reconnu Œdipe, en sachant déjà qui il va trouver devant lui ; il s’agit là d’une reconnaissance à distance, par ouï-dire, que le face-à-face réel ne fait que confirmer :

Πολλῶν ἀκούων ἔν τε τῷ πάρος χρόνῳ
τὰς αἱματηρὰς ὀμμάτων διαφθορὰς
ἔγνωκά σ᾽, ὦ παῖ Λαΐου, τανῦν θ' ὁδοῖς
ἐν ταῖσδ᾽ ἀκούων μᾶλλον ἐξεπίσταμαι.
Σκευή τε γάρ σε καὶ τὸ δύστηνον κάρα                                   555
δηλοῦτον ἡμῖν ὄνθ' ὃς εἶ.

J’ai entendu tant de gens parler de toi autrefois,
de la mutilation sanglante de tes yeux,
que je t’ai reconnu, fils de Laïos ; et aujourd’hui,
ce que j’ai entendu en chemin m’en donne l’entière certitude.
Car ton apparence, ta tête douloureuse
nous montrent qui tu es. (v. 551-556)

7Le corps d’Œdipe est à lui seul son propre signe de reconnaissance, et la pièce fait l’économie d’une nouvelle scène de présentation, comme le souligne lui-même Œdipe aux vers 571-572 : Σὺ γάρ μ᾽ ὅς εἰμι κἀφ᾽ ὅτου πατρὸς γεγὼς / καὶ γῆς ὁποίας ἦλθον, εἰρηκὼς κυρεῖς· « Qui je suis, de quel père je suis né, / et de quelle terre je suis venu, tu l’as dit toi-même. » Il est donc temps d’en venir à sa situation présente, et à sa requête (v. 573-574).

8À travers ces deux confrontations successives, Œdipe face au chœur, puis face à Thésée, Sophocle choisit donc de mettre en scène de façon appuyée le danger qu’il y a à connaître l’identité d’Œdipe, doublé du danger qu’il y a à reconnaître Œdipe dans ce vieillard inconnu, marqué qu’il est par les actes commis sans le savoir. Œdipe lui-même est d’ailleurs pleinement conscient de la souillure qu’il incarne, par exemple dans sa réaction face à Thésée lorsque celui-ci lui ramène ses filles saines et sauves : voulant dans un premier mouvement de joie toucher la main de Thésée et lui baiser le front (v. 1130-1131), il se reprend en rappelant son caractère intouchable de paria, et reste à distance (v. 1132-1136).

 

  • 15 M. W. Blundell, Helping Friends and Harming Enemies. A Study in Sophocles and Greek Ethics, Cambrid (...)

9Pourtant, une autre trame se dessine au fur et à mesure que la pièce se déroule. En effet, parallèlement à une mise en scène explicite de l’identité dangereuse d’Œdipe – rappelons que cette identité n’est dangereuse qu’à partir du moment où elle est connue, où Œdipe sait qui il est –, Sophocle met en œuvre la progressive découverte d’une autre facette de l’identité du personnage : celle de héros à venir. Œdipe est destiné à devenir une puissance héroïque avec les pouvoirs qui sont dévolus post mortem aux héros et que l’on peut résumer à grands traits par la formule consacrée du code héroïque et de la morale grecque traditionnelle : « Help Friends / Harm Enemies » avec M. W. Blundell15. Elle met en œuvre une justice rétributive, une loi du talion à la grecque, qui fait récompenser et aider ceux qui nous sont favorables et punir ceux qui ne le sont pas, ou plus simplement faire du bien à ceux qui nous font du bien et du mal à ceux qui nous font du mal.

  • 16 L’avait-il totalement perdue ? Le fameux θυμός qui l’anime au plus profond de son être en faisait a (...)

10L’identité d’Œdipe, par la connaissance de cette identité héroïque, va pouvoir se transformer en arme, et le savoir sur l’identité souillée, maudite, acquérir une dimension salvatrice. Cette identité reste pourtant éminemment dangereuse : elle est à double tranchant, à la fois positive et négative, mais elle est désormais auréolée d’un pouvoir certain. On passe ainsi d’un savoir sur soi dangereux pour soi et tous les autres à un savoir sur soi dangereux pour certains autres et protecteur pour soi et les siens. Fort de cette nouvelle identité, le personnage va reprendre de sa superbe, et il retrouve ainsi une stature intimement liée à la puissance dont il est désormais dépositaire, comme au temps de sa royauté et du début de l’Œdipe Roi16.

  • 17 Aristote placera le renversement, métabasis, au cœur du phénomène tragique (Poétique, chap. 13, 145 (...)

11On voit bien alors comment les deux pièces s’inversent, et sont à lire dans un jeu de miroir : on passe d’un destin positif à un destin négatif à travers la découverte progressive du savoir dangereux sur l’identité dans Œdipe Roi ; on passe d’un destin négatif à un destin positif par la découverte d’une autre facette de l’identité dangereuse dans Œdipe à Colone17. Cette inversion de statut se trouve d’ailleurs signalée par Œdipe lui-même à plusieurs reprises : Ὅτ᾽ οὐκέτ᾽ εἰμί, τηνικαῦτ᾽ ἄρ᾽ εἴμ᾽ ἀνήρ ; « C’est au moment où je ne suis plus que je suis un homme ? » (v. 393), et en réponse au constat suivant d’Ismène, Νῦν γὰρ θεοί σ᾽ ὀρθοῦσι, πρόσθε δ᾽ ὤλλυσαν. « Car aujourd’hui, les dieux te relèvent, alors qu’autrefois ils t’anéantissaient. » : Γέροντα δ᾽ ὀρθοῦν φλαῦρον ὃς νέος πέσῃ. « Quelle idée, de relever le vieillard qui est tombé jeune ! » (v. 394-395). Tout l’art de Sophocle est de parvenir à entrelacer ces deux facettes de l’identité du personnage, et à mettre en jeu leur révélation respective. La grande différence avec l’enquête et les révélations successives de l’Œdipe Roi est que, cette fois, c’est Œdipe qui en est le premier informé ; il est le premier dépositaire de ce savoir sur soi qui lui a tant manqué à l’étape précédente, et il s’en fait l’interprète dès le début de la pièce, ce qui modifie considérablement le rapport au savoir.

12Un premier effet de surprise survient en effet lors du prologue, lorsque Œdipe apprend le nom des divinités honorées dans le mystérieux lieu où Antigone et lui sont arrivés : il affirme alors son statut de suppliant, et son refus de changer de lieu : Ἀλλ᾽ ἵλεῳ μὲν τὸν ἱκέτην δεξαίατο, / ὡς οὐχ ἕδρας γῆς τῆσδ᾽ ἂν ἐξέλθοιμ᾽ ἔτι. « Allons, qu’elles accueillent favorablement le suppliant / car je ne m’éloignerai sans doute plus du siège de cette terre. » (v. 44-45). Il a cette formule frappante pour s’expliquer : ξυμφορᾶς ξύνθημ᾽ ἐμῆς (v. 46), où le préfixe du terme ξύνθημα – le signal, le mot d’ordre – vient faire écho à celui du mot du malheur – ξυμφορᾶς –, et que l’on pourrait rendre par « le dernier mot de mon destin » avec B. Chartreux. Œdipe s’explique après le départ du Coloniate, et donc à la seule Antigone et aux spectateurs, puisque la parodos n’a pas encore eu lieu, et la précision est d’importance quant au degré de savoir des différents personnages de la pièce. Il revient alors sur le vieil oracle de Phoibos Apollon, le fameux oracle qui lui a prédit son destin de parricide et d’incestueux, pour l’enrichir :

ὅς μοι, τὰ πόλλ' ἐκεῖν᾽ ὅτ᾽ ἐξέχρη κακά
ταύτην ἔλεξε παῦλαν ἐν χρόνῳ μακρῷ
ἐλθόντι χώραν τερμίαν, ὅπου θεῶν
σεμνῶν ἕδραν λάβοιμι καὶ ξενόστασιν,                                    90
ἐνταῦθα κάμψειν τὸν ταλαίπωρον βίον,
κέρδη μὲν οἰκήσαντα τοῖς δεδεγμένοις,
ἄτην δὲ τοῖς πέμψασιν οἵ μ᾽ ἀπήλασαν.

En m’annonçant tous mes malheurs,
Phoibos me prédit aussi leur fin après un long temps
quand dans un dernier pays chez les vénérables
déesses je trouverais un asile où m’asseoir,
bénédiction pour ceux qui m’y recevraient,
fléau de ceux qui m’avaient chassé et mis sur la route. (v. 87-93, trad. B. Chartreux)

  • 18 Œdipe avait déjà utilisé la famille de κέρδος avec le verbe κερδαίνω au vers 72, comme argument po (...)

13Sophocle a l’idée ingénieuse d’ajouter une suite à l’oracle incontournable sur le destin d’Œdipe, et de tisser ainsi la trame de sa nouvelle pièce sur celle de l’ancienne ; l’ironie, et la marque du sourire lointain de Sophocle, c’est qu’Œdipe connaît donc ce destin depuis bien des années déjà, et même avant l’étape de l’Œdipe Roi… Il s’agit d’un complément, d’une autre partie de cet oracle qui ne porte plus sur la vie mais sur la mort d’Œdipe. Il indique le lieu de sa fin, et son double statut post mortem de κέρδος – de gain, de bénédiction –et d’ἄτη – de fléau, de malédiction (v. 92-93)18. Comment ne pas croire à la véracité de cet oracle, quand la première partie s’en est déjà tragiquement réalisée ?

  • 19 Les termes ἔκτυπεν αἰθήρ, « l’éther a retenti », v. 1456, repris en κτύπος, v. 1463, puis ὄτοϐος, v (...)
  • 20 Voir ma synthèse sur « La question de l’unité de la pièce », Silves grecques 2013-2014, op. cit.

14La crédibilité de l’oracle et la foi à lui apporter se construisent aussi à l’intérieur de la pièce elle-même, car Œdipe indique également les signes annonciateurs, σημεῖα de sa mort aux vers 94-95 : séisme (σεισμόν), tonnerre (βροντήν) et foudre (l’« éclat de Zeus », Διὸς σέλας). Ces signes vont justement se manifester plus loin dans la pièce, en présence même des spectateurs : on assiste au milieu du quatrième épisode à l’effroi du chœur qui vient d’entendre le craquement de l’éther, puis voit des éclairs briller dans le ciel19. La révélation de sa nouvelle identité, de cette identité de sauveur à venir, se trouve distillée à travers la pièce, et c’est peut-être là qu’il faudrait chercher son unité souvent discutée20, car ce savoir est diversement partagé : les personnages n’en sont pas tous au même degré de connaissance, et ils ne savent pas tous exactement la même chose. La progressive découverte par chacun des personnages, ou des groupes de personnages, du nouveau danger que va incarner Œdipe constitue ainsi l’une des clés de la pièce.

  • 21 Œdipe : μέγαν σωτῆρα / τοῖς δ’ ἐμοῖς ἐχθροῖς πόνους (v. 459-460) ; le coryphée : τῆσδε γῆς σωτῆρα ( (...)

15Œdipe reprend l’argument du κέρδος pour conclure sa tirade de la dernière chance face au chœur, après l’échec du dévoilement de son identité et la supplication d’Antigone. La logique de son intervention se fonde sur la piété et le respect dus au suppliant, mais pour finir, il a cette formule qui résonne comme une nouvelle présentation de soi : ἥκω γάρ ἱερὸς καὶ εὐσεϐής τε καὶ φέρων / ὄνησιν…, « me voilà, saint et pieux, et porteur d’un bienfait… » (v. 287-288). Œdipe se présente désormais comme un suppliant hors norme, un suppliant qui a un don à faire. Il entre dans une relation de contrepartie, car il est en mesure de demander et d’offrir en retour. Ce statut sera ensuite désigné à plusieurs reprises par le terme de σωτήρ, dans la bouche d’Œdipe comme dans celle du coryphée21 : il s’agit bien au vers 487 de « recevoir le suppliant comme sauveur », δέχεσθαι τὸν ἱκέτην σωτήριον.

  • 22 Cf. P. Burian, « Suppliant and savior : Oedipus at Colonus », art. cit. ; K. Reinhardt, Sophocle, P (...)

16Œdipe s’en explique à nouveau face à Thésée dans la deuxième partie de cette scène de supplication elle aussi hors norme, nous l’avons vu, puisque, à cause de sa structure dédoublée, tout semble déjà d’une certaine manière s’être dit et joué devant le groupe de Coloniates lorsque Thésée arrive22. Ainsi, face à ce dernier, Œdipe mentionne sans plus de discours son offre, à savoir le don de son corps :

Δώσων ἱκάνω τοὐμὸν ἄθλιον δέμας
σοὶ δῶρον, οὐ σπουδαῖον εἰς ὄψιν· τὰ δὲ
κέρδη παρ᾽ αὐτοῦ κρείσσον᾽ ἢ μορφὴ καλή.

Je viens pour t’offrir mon corps éprouvé,
un don sans grande valeur à première vue, mais
les avantages qu’il apporte dépassent une belle forme. (v. 576-578)

17Il réutilise le terme de κέρδη, qui se trouve repris au vers suivant par Thésée dans une interrogative (v. 579), mais sans qu’une vraie réponse soit apportée à cette question. Le mystère reste entier, hormis la mention de la future fonction de Thésée en ταφεύς, celui qui sera chargé de l’ensevelir (v. 582).

18Or, entre la scène avec le chœur et celle avec Thésée, a eu lieu la venue inattendue d’Ismène qui est entrée en scène précisément là où l’on attendait Thésée. Ismène vient donner de nouvelles informations en messagère porteuse d’oracles, « les oracles d’aujourd’hui », τοῖς νῦν μαντεύμασιν (v. 387). Elle vient surtout nous dire de quoi sont désormais informés les Thébains, l’autre camp, le camp de l’ailleurs : une partie de la nouvelle identité d’Œdipe a maintenant été révélée à tous par des oracles. À la question d’Œdipe sur leur contenu, Ismène répond : Σὲ τοῖς ἐκεῖ ζητητὸν ἀνθρώποις ποτὲ / θανόντ᾽ ἔσεσθαι ζῶντά τ᾽ εὐσοίας χάριν. « [Ils disent] que tu seras un jour recherché par les hommes de là-bas, / mort ou vivant, pour assurer leur prospérité. » (v. 389-390) Œdipe est désormais l’objet de recherches, ζητητὸν, et cela mort ou vif : c’est véritablement son corps qui devient un enjeu, même si le fonctionnement exact reste assez mystérieux… Il est source de bienfaits : εὐσοίας χάριν (v. 390), repris en εὖ πράξειεν ἄν (v. 391) par Œdipe, qui mentionne aussi son ὠφέλησις (v. 401), pour la questionner : quelle sera donc cette utilité ? Ismène en donne alors une explication, la version thébaine, dont nous n’aurons jamais la lettre même : Ἐν σοὶ τὰ κείνων φασὶ γίγνεσθαι κράτη. « En toi, disent-ils, réside leur puissance » (v. 392). Polynice y reviendra au quatrième épisode, lui qui a l’honnêteté, contrairement à Créon, de ne pas totalement mentir sur la raison de sa venue : Εἰ γάρ τι πιστόν ἐστιν ἐκ χρηστηρίων, / οἷς ἂν σὺ προσθῇ, τοῖσδ᾽ ἔφασκ᾽ εἶναι κράτος. « Car il y a une certitude à tirer des oracles : / c’est à ceux à qui tu vas t’allier que, dit-on, reviendra le pouvoir. » (v. 1331-1332).

  • 23 D’autres occurrences suivent dans le texte : Œdipe à Thésée mentionne le lieu ἐν ᾧ κρατήσω τῶν ἔμ᾽ (...)

19L’enjeu, c’est le κράτος, la puissance, et donc la victoire dans la guerre à venir entre Étéocle et Polynice, mais, de manière étrange, cet enjeu se traduit dans la formulation par une perte du κράτος d’Œdipe sur lui-même. Le fil directeur du dialogue avec Ismène au premier épisode se révèle être l’enjeu de domination sur la personne d’Œdipe, dans une surenchère qui prend la forme d’une mise en abyme : il s’agit d’avoir le pouvoir sur celui qui donne le pouvoir. Ismène développe les projets thébains : Ὥς σ᾽ ἄγχι γῆς στήσωσι Καδμείας, ὅπως / κρατῶσι μὲν σοῦ, γῆς δὲ μὴ ᾽μβαίνῃς ὅρων. « Ils vont t’établir près de la terre cadméenne, afin d’avoir le pouvoir sur toi, sans que tu pénètres les frontières du pays » (v. 399-400). Puis elle reprend : μηδ᾽ ἵν᾽ ἂν σαυτοῦ κρατοῖς, « pour que tu n’aies plus le pouvoir sur toi-même », « pour que tu ne sois plus ton propre maître » (v. 405). Ce à quoi Œdipe réplique sans appel : ἐμοῦ γε μὴ κρατήσωσίν, « ils n’auront pas le pouvoir sur moi » (v. 408)23.

20Autre élément déroutant : la souillure d’Œdipe reste néanmoins première, et incontournable, car Sophocle ne peut pas totalement transformer le personnage. Ismène le rappelle à Œdipe, parlant de l’interdiction de répandre la poussière thébaine sur son corps : Ἀλλ᾽ οὐκ ἐᾷ τοὔμφυλον αἷμά σ᾽, ὦ πάτερ. « Mais le sang de la famille ne te le permet pas, père ! » (v. 407) Œdipe le répète à Thésée : « il m’est impossible d’y retourner jamais, en tant que parricide », ἔστιν δέ μοι / πάλιν κατελθεῖν μήποθ᾽, ὡς πατροκτόνῳ (v. 600-601), malgré son profond désir de revenir dans ce palais qui est pourtant le lieu maudit de toutes les impuretés.

21Dans ces conditions, on aboutit à un paradoxe pour les Thébains : il leur faut réussir à avoir la mainmise sur lui, sur son corps, sans que ce corps pénètre sur le sol thébain ! La solution qui semble néanmoins viable est de l’installer à proximité, comme l’a expliqué Ismène aux vers 399-400 avec l’expression ἄγχι γῆς Καδμείας, « près de la terre cadméenne ». On mentionne son corps θύρασι κειμένου, « couché aux portes » (v. 401), de l’installer πέλας […] χώρας, « à proximité de la région » (v. 404-405), δίχα, « à part » (v. 602), ce qui est repris dans le discours d’Œdipe à Créon par l’adjectif πάραυλον, « qui habite auprès de, en voisin » (v. 785), mis en opposition avec le fait de le mener véritablement dans le palais. Une question reste posée : les Thébains savent-ils vraiment comment en user avec le corps d’Œdipe ?

 

22Tisser les deux strates de la personnalité d’Œdipe, entre souillure et sauveur, s’avère donc complexe et délicat. Œdipe en témoigne lui-même, lorsqu’il dit recouper les informations des différents oracles, les anciens et les nouveaux :

                                    τοῦτ᾽ ἐγᾦδα, τῆσδέ τε
μαντεῖ᾽ ἀκούων, συννοῶν τε τἀξ ἐμοῦ
παλαίφαθ᾽ ἅ μοι Φοῖβος ἤνυσέν ποτε.

                                            Cela je le sais, moi, pour
entendre les oracles de cette fille, et avoir aussi en tête ceux qui sur moi
ont été autrefois rendus, et que Phoibos a jadis réalisés pour moi. (v. 452-454)

23Ce que retrace Œdipe à Colone, comme Œdipe Roi, c’est la progressive compréhension des paroles oraculaires, énoncées comme telles d’emblée, mais impossibles à interpréter directement et totalement. Les deux pièces retracent ainsi l’itinéraire d’Œdipe comme interprète, puis comme prophète, lui qui, de jouet des oracles, se pose maintenant en nouveau Tirésias.

  • 24 Sur cette fin, voir L. Thévenet, Le Personnage, du mythe au théâtre, op. cit., « L’apothéose invisi (...)

24Mais qu’apprend-il véritablement de plus avec les nouvelles apportées par Ismène ? Tout n’était-il pas déjà contenu dans le premier oracle, voire davantage ? En effet, les premiers oracles l’ancrent dans le lieu nouvellement découvert, le territoire sacré des Euménides, « siège des Déesses redoutables » (v. 89-90), alors que les seconds ne le rattachent pas d’emblée à un endroit, puisqu’il exercera son pouvoir depuis le lieu où reposera son corps, quel qu’il soit, semble-t-il. Cela reste assez mystérieux, et peut-être l’interprétation, la découverte du sens ne se fait-elle que progressivement, même si tout est déjà là dès le début, comme dans Œdipe Roi, ce qui témoigne assez bien de la manière toute particulière de l’Œdipe à Colone, pièce en creux, construite sur l’attente, et presque déceptive dans la disparition finale du personnage d’Œdipe24.

  • 25 B. M. W. Knox, The Heroic Temper. Studies in Sophoclean Tragedy, Berkeley - Los Angeles, University (...)
  • 26 J’ajoute cette remarque suite aux riches discussions ayant eu lieu pendant les journées des 4 et 5  (...)

25Deux solutions, ou plutôt deux approches sont ainsi possibles. En suivant en particulier B. M. W. Knox25, on peut en arriver à la conclusion que les nouveaux oracles viennent donner à Œdipe le choix de prendre parti pour l’un ou l’autre camp, pour les Thébains intra ou extra muros, Étéocle et Créon ou Polynice allié aux Argiens. Certes, mais il faut ajouter qu’à ce choix exclusif et binaire va s’ajouter la troisième voie choisie par Œdipe : privilégier Athènes. On peut également penser que si les oracles thébains, les nouveaux oracles, donnent un autre point de vue sur les anciens, peut-être est-ce à dessein que ce point de vue reste imprécis. Dans les premiers, le destin d’Œdipe est lié à un lieu, ancré dans un territoire, et comme il le reconnaît dès le prologue, il ne peut s’agir que du sanctuaire coloniate. Dans les seconds, seule son alliance compte, son choix, or l’on a vu le problème que posait la situation du corps en territoire thébain ; cela semble presque exclure Thèbes d’emblée. Nous sommes donc confrontés à un oracle qui annonce aux Thébains une chose impossible à réaliser pour eux, sans qu’ils s’en rendent compte, à la manière de l’oracle rendu à Crésus chez Hérodote (Histoires, I, 53) : il lui prédit qu’il va détruire un grand empire, sans préciser qu’il désigne en fait le sien26. Ne pourrait-il pas s’agir là aussi d’une manœuvre divine, d’un dessein secret des dieux ? Les oracles donnés aux Thébains ne mentent pas, mais ne disent pas toute la vérité non plus, et en faisant rechercher Œdipe dont personne ne se souciait plus, ils précipitent les événements : ambassade musclée de Créon qui entraîne l’implication des Athéniens et leur protection ; ambassade larmoyante de Polynice qui provoque les fameuses imprécations sur son frère et lui. Ce que nous donne alors à voir Sophocle, c’est le destin en marche, le destin qui se réalise sous nos yeux, et peut-être l’essence de la tragédie…

 

26La nouvelle identité d’Œdipe, désormais sauveur et non plus seulement souillure, est donc source de danger, puisque son corps devient l’objet d’enjeu, un objet que l’on veut s’approprier, sur lequel on veut avoir de l’ascendant, comme une sorte de pouvoir pour contrôler ses pouvoirs. Œdipe se retrouve donc paradoxalement source de dangers pour lui-même et pour ses filles, ainsi que, par extension, pour les Athéniens qui ont décidé de le protéger. Il devient dangereux à la fois pour le camp qu’il choisit et pour le camp qu’il ne choisit pas. Voilà la tension que crée la trame de la pièce, et elle reflète d’une certaine manière la polarité des nouveaux pouvoirs du héros, cette puissance à double tranchant, qui aide et qui punit, qui fait le bien et le mal. Or c’est bien la connaissance de cette identité, le savoir en soi qui amène le danger : c’est bien le savoir sur Œdipe, sur l’identité d’Œdipe qui progresse, et fait progresser la pièce. Car dans les premiers vers du prologue, nul danger hors la vieille souillure n’émane d’Œdipe.

27La pièce nous montre donc le passage d’un savoir sur soi qui perd à un savoir qui protège, ou plutôt qui perd et protège, et le personnage d’Œdipe se compose désormais de deux strates, deux facettes : son « ancienne » identité de l’Œdipe Roi, le criminel souillé par le parricide et l’inceste, dangereux en soi ; sa « nouvelle » identité de sauveur et de protecteur contre le danger, à laquelle vient s’articuler un danger qui n’émane plus de lui, mais des autres, puisqu’il devient un objet à s’approprier, un enjeu entre Thébains et Athéniens.

28C’est dans cette tension entre les deux pôles de l’identité d’Œdipe, entre une identité « mythique » trop connue et trop terrible et cette nouvelle identité de sauveur que Sophocle met en lumière, que se joue la tragédie. La courbe du destin s’inverse, et vient sauver Œdipe en en faisant un sauveur. La symétrie se lit dans la courbe de cette destinée, descendante puis ascendante, et dans la temporalité de la découverte – Œdipe est le dernier puis le premier à savoir. En outre, ce savoir se transmet par les oracles, par la parole divine rapportée aux hommes, et il se transmet comme un oracle, par une parole qui se fait prophétique ou qui s’affirme comme telle au fur et à mesure de la pièce. La fin lui donnera raison, ou, en tous les cas, Sophocle fait en sorte que sa fin lui donne raison et, dans sa dernière pièce, repousse ainsi les limites du genre tragique. En créant un nouveau destin à l’un des personnages les plus emblématiques qui soient, il montre toutes les ressources du genre, et nous démontre qu’une tragédie peut sortir de la trame implacable de l’Œdipe Roi, tout en restant infiniment représentative du genre.

Notes

1 Euripide, sans doute vers la fin de sa carrière (vers 415, propose F. Jouan dans son édition des Tragédies d’Euripide, t. VIII, 2e partie, Paris, Les Belles Lettres, « CUF », 2002 [1998], p. 429 sq.), témoigne d’une autre version du mythe dans son Œdipe perdu : dans un fragment, l’un des serviteurs déclare : « nous étendons au sol le fils de Polybe, nous l’aveuglons, et détruisons les pupilles de ses yeux » (fr. 5 Jouan - 541 Kn.). L’aveuglement est alors un châtiment lié au meurtre du roi, et non à celui du père, ou au crime incestueux, et il a lieu avant l’identification d’Œdipe, bien loin de la thématique de la reconnaissance de soi.

2 Aristote cite Œdipe pour la péripétie avec le Corinthien au chapitre 9 ; au chapitre 11 comme la plus belle reconnaissance qui résulte de l’agencement des faits eux-mêmes ; au chapitre 14 sur le pathétique ; sur la reconnaissance au chapitre 16 ; comme exemple par rapport à l’épopée au chapitre 26, entre autres références.

3 Sur la question du rapport entre le personnage d’Œdipe et Colone, le dème d’origine de Sophocle, et de la part d’invention du dramaturge, voir ma synthèse « La tombe d’Œdipe », dans Silves grecques 2013-2014, Neuilly, Atlande, 2013.

4 Même si la date de représentation d’Œdipe Roi reste inconnue, on situe généralement la pièce au milieu de la carrière de Sophocle, voire postérieurement à 430 si l’on relie le thème de la peste divine à l’épidémie réelle qui a sévi à Athènes (voir B. M. W. Knox, « The Date of the Œdipus Tyrannus », AJP, 77, 1956, p. 133-147, et J. Jouanna, Sophocle, Paris, Fayard, 2007, p. 42, n. 77 et p. 578).

5 Sophocle aura effectivement composé une trilogie d’une autre sorte sur la maison thébaine, écrite librement au fil des ans, à l’échelle d’une carrière : Antigone en a dévoilé la dernière étape de manière achronologique, puis suivent les deux Œdipe.

6 Selon ses propres mots dans les premiers vers : τυφλοῦ γέροντος, « vieillard aveugle » (v. 1) et τὸν πλανήτην Οἰδίπουν, « Œdipe l’errant » (v. 3), qui fonctionne presque comme une nouvelle sorte d’épithète homérique.

7 Entrée en scène commentée par le Messager, v. 1287-1296, puis par le chœur, v. 1297-1306 ; voir L. Thévenet, Le Personnage, du mythe au théâtre, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Vérité des mythes », 2009, p. 270 sq.

8 Œdipe Roi, v. 1449-1454.

9 Ibid., v. 1515 sq.

10 P. Burian, « Suppliant and savior : Oedipus at Colonus », Phoenix, 28, 1974, p. 408-429, sur ce point p. 411-418 ; R. Aélion, Euripide héritier d’Eschyle, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Études Anciennes », 1983, II, p. 13-61 sur « le schéma de la supplication ».

11 Voir par exemple la parodos des Acharniens d’Aristophane.

12 Les traductions sont personnelles, hors références à celle de B. Chartreux, Sophocle. Œdipe à Colone, Paris, Écritures théâtrales, 1989.

13 R. W. B. Burton, The Chorus in Sophocles’ Tragedies, Oxford, Oxford Clarendon Press, 1980, p. 258.

14 L. Thévenet, Le Personnage, du mythe au théâtre, op. cit., p. 68-75 sur ces scènes.

15 M. W. Blundell, Helping Friends and Harming Enemies. A Study in Sophocles and Greek Ethics, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, p. 1 sq. On peut citer la réappropriation qu’en fait le personnage de Médée chez Euripide par la formule βαρεῖαν ἐχθροῖς καὶ φίλοισιν εὐμενῆ, « être un poids pour mes ennemis, et pour mes amis bienveillante » (v. 809).

16 L’avait-il totalement perdue ? Le fameux θυμός qui l’anime au plus profond de son être en faisait autre chose qu’un pauvre vieillard errant et sans ressource.

17 Aristote placera le renversement, métabasis, au cœur du phénomène tragique (Poétique, chap. 13, 1453 a 7-12), et précisera en particulier qu’il permet de délimiter sa longueur (chap. 7, 1451 a 9-15), et cela qu’il se fasse du bonheur au malheur ou du malheur au bonheur.

18 Œdipe avait déjà utilisé la famille de κέρδος avec le verbe κερδαίνω au vers 72, comme argument pour faire venir Thésée ; il opposait par les adjectifs μικρά et μέγα le geste même de l’accueil et l’ampleur de son résultat.

19 Les termes ἔκτυπεν αἰθήρ, « l’éther a retenti », v. 1456, repris en κτύπος, v. 1463, puis ὄτοϐος, v. 1479 dans la bouche du chœur, et tonnerre (βροντή) dans celle d’Œdipe au vers 1460 ; vient ensuite l’éclair (ἀστραπά), v. 1467. Les deux éléments sont synthétisés plus loin par Œdipe devant Thésée, v. 1514-1515. Pas de terme particulier faisant écho au « séisme » attendu, peut-être compris dans les grondements répétés.

20 Voir ma synthèse sur « La question de l’unité de la pièce », Silves grecques 2013-2014, op. cit.

21 Œdipe : μέγαν σωτῆρα / τοῖς δ’ ἐμοῖς ἐχθροῖς πόνους (v. 459-460) ; le coryphée : τῆσδε γῆς σωτῆρα (v. 463).

22 Cf. P. Burian, « Suppliant and savior : Oedipus at Colonus », art. cit. ; K. Reinhardt, Sophocle, Paris, Minuit, 1971 (1933), p. 267-268 ; S. Mills, Theseus, Tragedy and the Athenian Empire, Oxford, Oxford Clarendon Press, 1997, p. 171.

23 D’autres occurrences suivent dans le texte : Œdipe à Thésée mentionne le lieu ἐν ᾧ κρατήσω τῶν ἔμ᾽ ἐκβεβληκότων, « où j’aurai le dessus sur ceux qui m’ont chassé » (v. 646) ; plus loin, « que personne n’ait jamais le dessus sur mon âme », μηδεὶς κρατείτω τῆς ἐμῆς ψυχῆς ποτε (v. 1207). Il est difficile de garder une traduction unique pour le verbe κρατῶ, peut-être le français « régner » ?

24 Sur cette fin, voir L. Thévenet, Le Personnage, du mythe au théâtre, op. cit., « L’apothéose invisible d’Œdipe à Colone », p. 301-305.

25 B. M. W. Knox, The Heroic Temper. Studies in Sophoclean Tragedy, Berkeley - Los Angeles, University of California Press, 1964, p. 151. Dans son commentaire (The Plays of Sophocles. Commentaries, part VII, Leyde, Brill, 1984, p. 17), J. C. Kamerbeek souligne l’aspect plus ambigu du deuxième oracle, en particulier en ce qui concerne le démonstratif κείνων : qui désigne-t-il véritablement ?

26 J’ajoute cette remarque suite aux riches discussions ayant eu lieu pendant les journées des 4 et 5 avril 2013.

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site