Version classiqueVersion mobile

Figures tragiques du savoir

 | 
Hélène Vial
, 
Anne de Cremoux

Première Partie. Le savoir tragique et ses périls hors de la tragédie

Savoir métamorphosé, savoir métamorphosant : le devenir des personnages tragiques dans les Métamorphoses d’Ovide

Hélène Vial

Résumé

Cet article porte sur le regard actif et créatif porté par Ovide, dans les Métamorphoses, sur la relation entre savoir et danger chez les personnages qu’il emprunte à la tragédie grecque et romaine. Ce regard est aussi une réflexion sur le genre tragique et, plus largement, sur les ancrages génériques des Métamorphoses. D’une part, le poème, dont les hexamètres dactyliques accueillent tous les genres, formes et tonalités, a un lien particulièrement étroit avec l’écriture tragique ; d’autre part, les mythes du savoir dangereux donnent lieu à des temps forts dans l’économie narrative du poème. Ce sont les points de convergence de ces deux éléments qui font l’objet de cette étude.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au sein de ce volume dont le projet repose sur l’importance fondamentale du savoir dans la tragédie grecque et romaine et dont la visée est d’explorer la relation, souvent constitutive du nouage dramatique, qui s’y instaure entre savoir et danger, ce qui m’intéresse ici est le regard porté par les Métamorphoses d’Ovide sur ce lien et, à travers lui, sur le genre tragique ; car c’est bien un regard, actif et créatif. D’une part, cette « épopée des formes1 » dont les hexamètres dactyliques accueillent tous les genres littéraires, toutes les formes d’écriture et toutes les tonalités, au point que la critique récente a pu la définir, de manière selon moi discutable – mais tel n’est pas le sujet de cet article –, comme un « laboratoire d’expérimentation générique2 » ou une œuvre « hors genre3 », ce poème à la fois polymorphe et homogène est en de nombreux passages, dans sa matière mythologique et poétique même, organiquement lié avec l’écriture tragique4. D’autre part, les mythes du savo...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search