Version classiqueVersion mobile

Claude Louis-Combet. L’œuvre de chair

 | 
José-Laure Durrande

Appendices

Annexes

Texte intégral

Prélude1

  • 1 Entre […] les passages raturés.

1Glima, glima, glimagouillis gargouilla pouah !

2Est-ce main ? Non. Moi ? Moi-doigt, s’allonge-moi, glisse-doigt, là, moigl, moigl, doigt-là marvouille et gli jusqu’y.

3Gl. Gl. Glamoi.

4Gla-doigt s’allonge en gli, se tord-gli, se glimouille.

5Bavouille le molli-molla.

6Ah ! Gl…

7Clair verre à dentier, barba, barbe en l’air a gloussé Benoît, vieux glouilleux, que vient-il faire ? L’apparence logique qui disparaît entièrement ne cesse pas même après le néant. Hein ? Rien. File aux œufs. File au néant de la logique, apparence-Benoît, Kant, Kanticum novum

8Barba, barbe en terre, Benoît statufié, benedictus doctor, pontifex maximus, benoîtement parlant : un ver te rongera le cœur. Gl, un vergli se glisse-là, un vergli de mains à quatre pattes, au parfum d’Héléna quand gémissait Francesco d’être mien, satin, chaud satin de son cou s’offrant au soleil, vertige blond d’Héléna, écartelée, [d’un mot : l’] Infini, saveur de sueurs, au lit défait du Christ en croix, la constellation grise des taches de l’amour et Francesco souillé, lèvres torrides où s’enfouir le visage car la nuit rauque a des appels de sexes et nul ne dort jamais ni Francesco, ni Héléna de dentelles, ni Francesco de plomb, ni tardives étrangères, vertes et mauves, étranges fougères, ramifiées de bouches en paupières, gémissante Héléna, quand Francesco priait, le corps plein de murmures, au sein bleu de sa mère et déjà Corentin lointain, toute la nuit de la Saint-Jean, m’avait étreint dans les fougères, oui, car elle avait dit oui, Héléna, nous étions fous de ramer ainsi, [profanant les] profanateurs de chapelles avec nos mains à quatre pattes et le parfum de ses doigts blancs, Héléna, surpris par un matin de haute mer et la marée, cette voix qu’elle avait, goûtée à même les lèvres et le souffle de Francesco, de sa maman, allô, allô, je suis l’ami de Francesco, et réponse fut l’émouvante voix, la plus féminine à tout jamais lorsqu’aux portes étranges de Fougères, je ne sais plus quelle tour me prodigua les fragiles nudités des collégiennes et des dactylos de Guy Noris et comme Francesco joignait son ombre à la mienne sous le pommier, je ne savais plus rien.

9J’avais dit à Benoît qui m’avait dit : un ver te rongera le cœur – je n’avais rien dit à Benoît, car il s’avançait d’un pied ferme, ce champion de la foi, ce lampion de la loi, apôtre et non-martyr, philosophe et non des moindres, vierge et confesseur, hépathique, pathétique, chapon ! mais qui ? Tertuilien ? Valère-Maxime ? Climacus ? Cloaca maxima ? Maximus Imperator ? Romulus ? Origène ? Celui dont il disait aussi qu’il avait coupé toutes attaches avec le monde, cordons de la bourse, sinistre jeu de couilles et qu’avait-il coupé, Benoît ? des tonnes de bouquins, immense torchoir de l’Eglise catholique, apostolique et romaine en nauséeuse épaisseur de pénombre, chez lui, quand il me déglimaglimargouillait pouah !

  • 2 Il gémit comme un coupable (Note de l’Auteur).

10Glue, glisse et bulle à bulle déglutit ses glaires, le bruni mou s’éjacule et macule mon lit, gelée grise à l’odeur de sexe d’Héléna, varechs humides où voyageait mon visage, tandis qu’elle gémissait doucement, toutes lianes défaites, Héléna déroulée comme une algue et ce goût de sel et ce bruissement de coquilles amères comme sa langue exultait en ma bouche et le ressac nous portait, nous emportait, je ne sais plus quel prime été nous étions ivres de seringas et je la butinais, affolé de ce miel sauvage dont son corps était chaud et d’un proche ruisseau nous venait le désir de couler à pic et de nous fondre aux galets verts, aussi se prolongeait-il jusqu’à l’extase l’ardent gémissement de l’amour dans l’herbe tiède et je peux bien alors me demander si Francesco dans son plain-chant médita l’ingemiscit tamquam reus2 et si Corentin lointain nourrit aujourd’hui même un ver dans son cœur pour avoir erré, toute une nuit de Saint-Jean, à la poursuite d’une chapelle où s’aimer, c’était de fleurs mouillées, c’était d’Ophélie que notre double visage avait soif et d’une main douce au-delà de toute chanson, car nous avions disparu au coucher du soleil et la lande avait absorbé nos traces et du monde entier rien ne susbsistait que nos épaules fraternelles et notre soif de baisers.

11Soif, oh ! c’était bien la soif aussi loin que j’ose remonter sans quoi je ne les aurais jamais suivis derrière les buissons, Augustin, Toussaint, Angelo et toute cette bande de Corses, ni Maurin avec sa chienne au sexe couronné d’épines de sang versé sur les péchés du monde, oh ! mains de mes péchés trempées dans le sang noir du cul de Dieu-le-chien, communion d’Enfer, chez Bachellerie, ce printemps où il [buvait à mon corps à perdre souffle] s’essoufflait à mon corps, printemps premier, l’an I de damnation, écluse ouverte à flanc d’enfance où rien ne nous retenait de couler quand nous palpitions sous les tremblantes mains, tous, tous, que nous ruisselions dans la moiteur des grands lits, tous, que nous gémissions, cantique d’enfants dans la fournaise, Héléna, Héléna, Héléna, nom de notre amour unique, Héléna, tracé de nos dix doigts sur la rouille des murs [et] épelé de rue en rue, [clamé de porte en porte] murmuré sous les réverbères chancelants en dévidant l’échevau (sic) des villes folles, Héléna, Héléna, j’ai crié ton nom jusqu’au bout cassé de mes ongles et, dans mes sommeils tachés de rouge, Héléna, je me réveillais en hurlant, je me – Hel ! Hel ! Héla ! ta bouche tordhéléna, que vienne, que vienne-là, je te, cendre à cité d’hiver, a toujours cité d’ombres mains lèvres à goût de cendres, Héléna, Léna, tâtons de glouillis-gl à toi, l’amante en gla de Benedigl et main de moi-gl, main longe-là, clos d’Ha, non, plonge-gl chemin corps de Lhéna, quibl, quibl, saline aquagl, main de Cescogl o main de Benedic ah ! vergli vienne, vienne-là, là, main-là, Héna, Lah, H…

Marginalia de Transphallie

Marginalia de Transphallie

Notes

1 Entre […] les passages raturés.

2 Il gémit comme un coupable (Note de l’Auteur).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/84791/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/84791/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/84791/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/84791/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/84791/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/84791/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/84791/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/84791/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/84791/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/84791/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/84791/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/84791/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Marginalia de Transphallie
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/84791/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/84791/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/84791/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/84791/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/84791/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/84791/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/84791/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/84791/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/84791/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/84791/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/84791/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/84791/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© Presses universitaires du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search