Version classiqueVersion mobile

Claude Louis-Combet. L’œuvre de chair

 | 
José-Laure Durrande

Appendices

Esquisse biographique

Texte intégral

1932 (30 Août) Claude-Louis Combet naît à Lyon, à la maternité de l’hôpital de la Croix-Rousse. Son père Lucien Combet (né à Lyon en 1912) est technicien en micro-mécanique chirurgicale. Sa mère Anne-Marie Nierfex (née à Lyon en 1912) n’exerce pas de profession. Le couple a déjà une fille, Aimée-Marie-Louise, née en 1930.
1937 Lucien Combet meurt de tuberculose, à vingt-cinq ans. Sa mère, Aimée, était morte de la même maladie, à vingt-deux ans. Pendant toute son enfance, Claude crut qu’il ne dépasserait pas l’âge de son père et qu’il mourrait tuberculeux.
Après la mort du père, les enfants sont élevés par la grand-mère maternelle, Marie-Louise Nierfex, veuve de guerre depuis 1915. La mère, qui n’a que son certificat d’études, commence à faire des petits boulots : femme de chambre dans les hôtels, ouvrière en dentellerie, bonne à tout faire, cuisinière. La famille est très pauvre et d’une pauvreté qui ne fait que s’accroître avec les années. Cependant les enfants vont à l’école paroissiale payante, où leurs camarades sont issus des milieux commerçants et petits-bourgeois du quartier. Il en résulte beaucoup d’humiliations et une conscience amère de l’existence. Claude se sent très infériorisé de n’avoir pas de père à invoquer face aux autres garçons.
A la maison, chez la grand-mère, la religion tient une place essentielle. Tous les événements de la vie sont interprétés par rapport à la foi et à la morale chrétiennes. La prière du soir en commun est le moment le plus important et le plus émouvant de la journée. Les offices religieux sont suivis avec une intense ferveur. Dans cette atmosphère, le sentiment de la grâce et du péché occupe l’horizon constant de la vie.
Pour l’ordinaire, la vie est très repliée. On ne reçoit pas parce qu’on n’a pas d’argent et pas de famille. Tous les ascendants et collatéraux sont morts. Seul un vieux cousin, curé de campagne, fréquente la famille.Cependant, la vie est riche de productions imaginaires. On fabule abondamment en commun. La grand-mère lit à haute voix aux enfants des romans pour adultes. L’univers très fermé à l’extérieur ne cesse de s’ouvrir davantage au-dedans.
1939-1945 A la veille de la guerre, la grand-mère et les enfants qui habitaient un vaste appartement Grande-Rue de la Croix-Rousse déménagent et s’installent dans un minuscule logis, rue de Cuire. La mère habite à Saint-Clair, au pied de la Croix-Rousse, sur les bords du Rhône. C’est une maison très impressionnante avec un jardin où elle cultive des capucines et où s’étale une grande pièce d’eau peuplée de grenouilles. Mais les enfants ne vont pas souvent chez leur mère. Celle-ci travaille et mène sa vie à sa façon, plus joyeusement que sa progéniture.
A l’école primaire, Claude n’est pas un bon élève, sauf en français. Il souffre de la discipline très sévère (châtiments corporels) et surtout d’une certaine solitude du cœur. Il commence à faire l’école buissonnière. Il va errer sur les quais de la Saône ou s’enferme dans la salle du cinéma paroissial où il joue, tout seul, avec les marionnettes du Guignol lyonnais.
Et puis ce sont les alertes, les bombardements, les nuits passées dans les caves. La faim, surtout. Sans argent, pas de marché noir. Sans marché noir, à peu près pas de nourriture.
Heureusement, il y a les vacances d’été. Les enfants les passent avec leur grand-mère, à Vasselin (Isère), dans un grand presbytère désaffecté, mis en location par la commune. La région est marécageuse, mélancolique. Elle marquera profondément la sensibilité de Claude Louis-Combet, qui en fera le lieu privilégié de ses propres maléfices.
1945 Claude entre en sixième au petit séminaire des Missions Africaines, à Chamalières (Puy de Dôme). Il veut être missionnaire. Il veut se faire prêtre. Il a connu d’intenses émotions religieuses. Il voudrait assurer le salut de l’âme de sa mère en grand danger d’être damnée.
Ses études, dans les différents établissements religieux où il passe, sont brillantes dans les matières littéraires et nulles dans les disciplines mathématiques et scientifiques. Il écrit des poèmes de facture classique et d’inspiration religieuse. Le scoutisme lui offre une expérience à la fois sérieuse et ludique qui jouera un rôle certain dans l’élaboration de son univers personnel.
1950 Reçu en juin à la première partie du baccalauréat, Claude entre, en septembre, au noviciat des Pères du Saint-Esprit, à Cellule, près de Riom.
1951-1953 Après un an de noviciat, ayant prononcé ses voeux, Claude poursuit sa formation religieuse à l’Abbaye Blanche de Mortain (Manche). Il passe son deuxième baccalauréat et commence ses études de philosophie scolastique. Cependant, le dogmatisme et l’intolérance de ses maîtres le rebutent. La lecture clandestine de Nietzsche et de Sartre le détourne complètement de ses premières adhésions intellectuelles. En mai 1953, la crise religieuse a pris une acuité insupportable. Claude quitte l’Abbaye Blanche pour entrer à l’armée où il effectue ses dix-huit mois de service comme infirmier.
1954 De retour à Lyon, il vit chez sa grand-mère et entreprend, à l’Université, des études de philosophie, de psycho-pédagogie et d’esthétique. Il a pour maître – au sens très fort du terme – Henri Maldiney. Il écrit des poèmes d’une forme très libérée, qui ont pour lui valeur de journal intime.
1956 De mai à octobre, il est rappelé en Algérie, à Tizi-Ouzou.
1958 Il quitte Lyon pour Besançon. Il se marie. Il enseigne la philosophie. Il écrit quelques articles dans des revues publiées par l’Ecole Freinet.
1959 Naissance d’une fille, Sylvie.
De 1958 à 1968, il travaille, de loin en loin, à un roman autobiographique et fantasmatique, Infernaux Paluds.
1968 Il est nommé directeur d’études à l’Ecole normale de Besançon. Il dirige un centre de formation d’instituteurs spécialisés dans l’éducation d’enfants en difficulté. Il occupera ce poste jusqu’à son départ en retraite en 1992.
1970 Publication d’Infernaux Paluds chez Flammarion. A partir de cette date, la biographie de Claude Louis-Combet se confond avec – ou se réfugie derrière – sa bibliographie. Sa vie s’organise avec le moins de surface apparente possible. L’entreprise d’écriture appartient à l’ombre, au recueillement, au retrait. Elle est soutenue, loin de toute médiatisation, par l’amitié et par la passion.

© Presses universitaires du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search