Version classiqueVersion mobile

La main de Cendrars

 | 
Claude Leroy

Préface

En profondeur : la lecture nouvelle d’une œuvre et son secret

Miriam Cendrars

Texte intégral

1Lecteurs, nous avons cueilli, de titre en titre, de page en page, chemin faisant, dans une œuvre foisonnante, des signes fulgurants. Mais chaque signe dressé, énigmatique, de station en station, s’il indiquait une direction, ne dévoilait à lui seul ni l’origine ni la destination de l’itinéraire.

2Ni le but ultime du voyage, ni le secret qui le transcende et l’a créé : mouvement perpétuel.

3Faute de reconnaître une trace continue pour relier entre elles les flèches blanches dans la forêt, dans combien d’impasses le lecteur inconnu, fasciné par tant d’aventures possibles, ne s’est-ilpas égaré ! Egaré mais non perdu car chaque flèche le touche au cœur et lui fait fugitivement pressentir d’où vient la lumière. C’est pourquoi il poursuit sa lecture et, absorbé dans une étrange pénombre traversée d’éclairs, il cherche à s’y reconnaître.

4Et voici que, novateur dans l’exploration de Cendrars, Claude Leroy, nous conduit par la main dans de multiples sentiers visibles et invisibles. Il souffle sur les cendres retombantes et découvre la braise, et démontre que la diversité de l’œuvre est l’expression même de sa cohérence.

5Il nous fait partager ses découvertes et décrypte pour nous le « chinois » de Blaise. Il lui a fallu pénétrer la prochronie pour bouleverser les chronologies et atteindre à la croisée récurrente des dates. Audacieusement, il nous fait franchir d’un pas ferme les sables mouvants de la présence d’une absente, depuis le commencement jusqu’au bout de l’écriture et, quant à moi, je ne peux que le suivre. Au « séjour abhorré dans le ventre de sa mère », douloureuse naissance, il accole la grande faille de Méréville, bienheureuse rédemption. Il nous montre Blaise vivant l’amputation du passé et s’éveillant à la Vita Nuova, situant avec précision l’initiation du « comput » de sa vie d’homme. Nous comprenons ainsi le grand virage, l’indicible expérience de la profondeur et de l’Amour. Nous vérifions comment et combien, d’un bout à l’autre de l’œuvre, secrètement enchâssées dans l’écriture, affleurent les traces de « ce que nous pourrons jamais connaître de la réalité ».

6Si on peut se sentir perplexe devant certains points de vue que Claude Leroy propose, on ne peut qu’être irrésistiblement entraîné et convaincu par le fond de sa pensée et de son analyse.

7Il ne laisse en friche aucun mot, aucune phrase, aucun contraste de l’écrivain qui « n’écrit jamais pour ne rien dire ». Pour cela, il prend le texte à la lettre et à l’esprit, indissolublement confondus. Il jauge les mots délivrés de leur gangue, les élève à l’importance première voulue par l’auteur, et en réinvente la lecture.

8Il met en question le « mythe » pour en dégager le sens « cendrarsien », aborde de front les notions de révélation, mystère, secret, initiation mystique, et dans un aveu (inconscient ?) de sa propre quête, il s’interroge, question fondamentale : « Comment décrire une illumination ? »

9C’est pourquoi, diligents lecteurs dont je me fais le porte-parole, nous rappellerons simplement que Blaise lui-même se déclare « l’amant du secret des choses » et que, alchimiste du Verbe, il donne une de ses clés parmi tant d’autres : « Il y avait du cresson, j’ai tiré un sel du cresson et j’ai vendu ma formule ».

 

10Qu’il me soit permis de conclure ces quelques insuffisantes réflexions sur la recherche de Claude Leroy, son cheminement dans la forêt, par un souvenir personnel.

11Claude Leroy, par son splendide travail, me rend la main de Blaise, cette chaude main gauche qui prenait votre droite en la retournant (essayez de tendre votre main droite à une main gauche !).

12Un courant, une vibration passait (il faut le rappeler, car ceux qui l’ont éprouvé sont de plus en plus rares) et par ce geste il renversait vos concepts. Tout prenait une autre direction, une autre couleur, une vérité, une profondeur. Sous son regard laser et après cette poignée de main amie vous n’étiez plus le même qu’avant.

13Après avoir été emmenés par Claude Leroy dans une nouvelle traversée de l’œuvre de Blaise, nous ne la lirons plus de la même manière qu’avant.

© Presses universitaires du Septentrion, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search