Version classiqueVersion mobile

Interlignes. 2

 | 
Jean Bellemin-Noël

Avant-propos

Texte intégral

1Les lectures dont est constitué le présent volume, – second de deux ou deuxième de ce qui sera peut-être une série, comment le savoir à cette heure ? – ont pour traits principaux de n’être point encadrées par des articles à visée théorique et d’offrir une extrême variété dans leurs objets.

2L’absence de réflexion en forme sur des problèmes de théorie ne signifie nullement qu’on ne trouvera pas au fil de ces parcours interprétatifs des remarques de portée générale touchant un point de doctrine, ou des propositions de méthode cherchant à conforter la textanalyse, au hasard des rencontres, devant une formule inédite, sur le seuil d’un champ de travail nouveau. C’est même tout à fait le contraire, à cause justement de la diversité des « textes » qui seront ici analysés, dont il faudra parfois justifier la sélection.

3On commencera sur un mode et sur un terrain déjà classiques avec de la fiction romanesque : une nouvelle d’Albert Camus en même temps réaliste et exotique, voire teintée d’ethnologie ou de folklore. Cette nouvelle sera suivie par une sorte de conte fantastique à mi-chemin du drame paysan, dû à la romancière québécoise Anne Hébert, puis par un récit d’allure onirique, presque surréaliste, de Pierre Jean Jouve.

4On poursuivra en changeant d’univers pour écouter un poème de Rimbaud, extrait d’Une saison en enfer, et, par contraste, deux pages des Rêveries du promeneur solitaire où Jean-Jacques Rousseau à son habitude mêle un essai de morale sociale à des souvenirs autobiographiques.

5Ensuite, ce seront deux textes plus problématiques (parce que) appartenant au domaine étranger et étudiés comme tels : la ballade très connue de Goethe, « Le Roi des Aulnes », abordée dans sa langue sur ma traduction, et un chapitre d’un roman qui fit fureur en Europe au siècle dernier – Freud le cite plusieurs fois – à cause de la façon dont il soulevait la question coloniale, le Max Havelaar de l’auteur néerlandais Multatuli, chapitre dont le paradoxe a voulu que j’en traite hors de sa langue originale mais à travers trois traductions, en français, allemand et anglais...

6Et comme si j’avais été incapable de m’arrêter sur le chemin des innovations, je me suis surpris, et vais me faire prendre en flagrant délit, à braconner sur les terres d’un art voisin, à propos de quelque chose qu’on ne saurait nommer un « texte pictural », quoique ce soit sans doute après mon intervention devenu autre chose, hélas, que ce qu’on tient d’ordinaire pour un tableau, – en tout cas : une œuvre peinte d’Edouard Manet.

7Il ne me reste qu’à espérer que ce parti pris de variété n’aura pas compromis la seule forme d’unité à laquelle je tienne : celle du style de lecture.

8Décembre 1990.

© Presses universitaires du Septentrion, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search