Version classiqueVersion mobile

Prédication et prédicateurs en ville, xvie-xviiie siècles

 | 
Stefano Simiz

3e partie : Sermon, politique et société

Augustinisme et jansénisme en chaire, v. 1640 – 1790

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. La prédication, une autre façon de débattre

La querelle de l’Augustinus donne naissance à un climat de polémique qui éprouve quelques difficultés initiales à entrer en chaire. Richelieu avait en effet chargé Isaac Habert « d’attaquer Jansenius dans ses sermons à Notre-Dame » de Paris, mais le décès du ministre en décembre 1642, puis l’interdiction par l’archevêque François de Gondi que ce sujet ne soit traité par la prédication1, coupent ce premier élan2. La situation parisenne semble donner le ton, néanmoins un écho des enjeux parait à Metz, sous l’influence du cordelier suffragant Martin Meurisse, reconnu comme augustinien depuis l’approbation du De libertate Dei et creature de l’oratorien Giboeuf, « première réfutation systématique des thèses de Molina et de Lessius sur la liberté »3. La publication du traité De la fréquente communion d’Antoine Arnauld (1643) lui offre l’opportunité de manifester publiquement son soutien. Il fait en sorte de confier des prédications du carême 1...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search