Version classiqueVersion mobile

Prédication et prédicateurs en ville, xvie-xviiie siècles

 | 
Stefano Simiz

2e partie : Le prédicateur

L’évêque et le théologal

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

S’exprimant sur « les réalités » de l’épiscopat catholique français au temps du Concile de Trente, Marc Venard disait « [qu’]on distingu[ait] aisément deux catégories d’évêques, ceux qui prêchent et ceux qui ne prêchent pas »1. Il faut en effet comprendre qu’une minorité de prélats en poste dans le second tiers du XVIsiècle exerce avec plus ou moins de régularité le devoir d’annonce de la Parole pourtant inhérent à leur fonction. L’officium praedicationis concernait une petite trentaine de noms qui eurent à cœur d’enseigner les foules surtout avant 1450, moins au-delà de cette date avec de remarquables exceptions, tel Gui Benard évêque de Langres de 1453 à 14812. Des études locales ont confirmé l’existence d’une négligence massive, mais en la nuançant très fortement pour le début du XVIsiècle, de sorte que le bilan d’ensemble n’est pas si mauvais. Il suffit d’évoquer les figures de François d’Estaing, l’évêque de Rodez3, ou de Guillaume Briçonnet qui, aux portes de la Champagne,...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search