Version classiqueVersion mobile

Couleurs du noir

 | 
Jean-Pierre Guillerm

Le sublime

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Ils battent monnaie avec les volumes qu’ils entassent… »

Le 20 octobre 1853, à Champrosay, dans une période d’écriture régulière et copieuse. La journée s’achève par des pages qui enregistrent à la fois le travail du jour, une Sainte Anne en cours, les promenades dans les environs, la soirée chez les voisins. Les lectures aussi, toujours nombreuses et toujours quelque part décevantes, le plaisir du romanesque pris aux romans de Dumas devant toujours se disqualifier par rapport aux références classiques, Voltaire dont la lucidité, l’éclat, la simplicité renvoient Dumas au bavardage désordonné et à l’enchaînement sans fin de phrases lâchées « sans frein, sans loi, sans sobriété », le contraire d’une « œuvre ». La littérature s’avoue comme un plaisir coupable pris à une dépense, à un gaspillage qui signent l’absence de maîtrise, de liberté créatrice. Asservissement économique de l’écriture « moderne », si Dumas, ou la « pauvre Aurore » gaspillent ainsi leur plume, c’est pour gagner le...

© Presses universitaires du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search