Version classiqueVersion mobile

Couleurs du noir

 | 
Jean-Pierre Guillerm

Liminaires

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une lettre. Un timbre. Delacroix.
Pour deux francs vingt, avec l’écriture de l’autre s’appropriant mon nom, la poste, la monnaie, la république et par dessus le marché : l’Art.

Au coin droit de l’enveloppe, lessivée d’une couleur laide, fardée par l’affèterie minuscule de la gravure, oblitérée par le cachet et l’habitude : « La liberté guidant le peuple ». Une reproduction mécanique, tirée à combien de millions d’exemplaires, exhibe « l’œuvre d’art à l’ère de la reproductibilité technique ». En un empilement mélancolique de pertes. Celle du tableau que le Musée recèle, celle de l’effigie du Souverain dont le deuil semble impossible. De la République, il n’est pas de visage. Cérès, coq, semeuse désignent tour à tour l’impuissance à assigner à l’imaginaire collectif une « figure » péremptoire de la République. Avatars sans force, vite usés, relégués, repris jusqu’à cet emprunt où, pour combien de temps..., l’aura de l’Art, de l’Unique semble avoir été convoqué pour étayer l’ ...

© Presses universitaires du Septentrion, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search