Version classiqueVersion mobile

Écritures ironiques

 | 
Jean Decottignies

Épigraphe

Texte intégral

Or l’ironie, elle, n’est pas une parenthèse ni une enclave détachable dans ce contexte général du vécu qu’on appelle le Sérieux et qui est aussi notre totalité destinable… Qui oserait sans ridicule réserver le sérieux pour les jours ouvrables et l’ironie pour le dimanche ? De même que l’intelligence est au service de la vie comme l’instinct, quoique plus indirectement, de même que l’artifice est une périphrase de la nature, mais une nature malgré tout, que le « conseil » est un cas particulier du « précepte » et le luxe une variété raffinée du nécessaire ou (si l’on ose dire) une nécessité de luxe, de même l’ironie n’est peut-être, après tout, qu’un sérieux un peu compliqué : l’ironie est une circonlocution du sérieux.
Vladimir Jankélévitch, L’Ironie, Flammarion)

© Presses universitaires du Septentrion, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search