Version classiqueVersion mobile

Rimbaud Nègre de Dieu

 | 
Jean-Louis Cornille

Rimbaud traduit

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Puis, c’est la chute : brusque et nette, elle tranche sur tout le reste. L’expulsion du jardin est suivie de l’éloignement des mots. Survient l’usage à nouveau d’un vocabulaire commun, banal, asservi. La langue a chassé celui qui la parle.

Des lettres en sont venues témoigner. Nombreux sont ceux qui déplorent l’insipidité de la correspondance laissée par Rimbaud, après que celui-ci ait quitté l’Europe. Le texte, ici, tombe à plat, dans cette rupture si dessinée entre l’œuvre et ce qui lui succède : comment l’écriture pouvait-elle n’avoir rien retenu du faste dont elle s’entourait, pour n’afficher plus qu’une maigreur désolante ? Quoi ! L’auteur devenu comptable ? Les chiffres envahissent les lettres, et les mots se tiennent à l’ombre de très anodins nombres. Le scandale, s’il en est un, réside bien dans cette absence de toute rémanence ; rien donc n’aurait affleuré sous cette seconde main ? C’est peut-être lire trop hâtivement. Sans doute, dans tout acte d’écriture gît quelqu’obscur ...

© Presses universitaires du Septentrion, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search