Version classiqueVersion mobile

Rimbaud Nègre de Dieu

 | 
Jean-Louis Cornille

L’envers du latin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

A l’égard de cette quête d’une langue de feu, et d’une force mâle, la langue française existe-t-elle seulement ? Et y a-t-il des auteurs, poètes ou romanciers, de langue française ? Le constat que dresse Rimbaud sous forme de bilan ne laisse aucun doute à ce sujet : depuis deux mille ans, ce n’ont été que « lettrés » et « versificateurs ». Pour saugrenue donc, que puisse paraître la question, elle n’engage pas moins la nature même du rapport étrange que tout auteur, de près ou de loin, entretient avec la langue comme donnée et comme mesure illimitées.

Rimbaud est à nos yeux d’abord un poète latin relativement obscur, d’une époque un peu tardive. Le français est « fille aînée » du latin, on ne peut le balbutier qu’en s’intéressant à la mère d’abord. Et faire ainsi connaissance. La littérature, ce nous semble, n’a d’autre objet que le transport anonyme d’un savoir qu’elle-même ignore souvent, mais qu’il lui arrive plus d’une fois de trouver, sans même l’avoir cherché, et qu’aussitôt el...

© Presses universitaires du Septentrion, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search