Version classiqueVersion mobile

La finance autrement ?

 | 
Bernard Paranque
, 
Roland Pérez

Partie 2. L’investissement socialement responsable, le micro-crédit et la gestion de ressources

Chapitre 6. Pourquoi l’impact du microcrédit sur la réduction de la pauvreté en Afrique subsaharienne est-il limité ?

Jean-Michel Servet

Résumé

La contribution analyse dix conditions aux niveaux micro-économique, méso-économique et macro-économique, qui apparaissent nécessaires pour que le microcrédit ait un effet positif direct et rapide sur les taux de pauvreté et l’applique au cas de l’Afrique subsaharienne.
1. il faut que les clients des institutions offrant ces services appartiennent aux catégories de la population dite « pauvre ».
2. il faut que le prêt soit effectivement employé par les emprunteurs à accroître leurs capacités productives. Or, l’efficacité de microprêts destinés à l’essor des activités économiques des plus pauvres apparaît limitée, notamment parce que ces crédits sont le plus souvent à la consommation, sont à court terme et parce que la rentabilité du capital de ces unités de production est restreinte.
3. si un investissement est réalisé, il faut qu’il le soit dans une activité pour laquelle il existe des débouchés.
4. il faut que le coût du prêt, à travers le taux d’intérêt acquitté, soit inférieur au rendement de l’activité pour laquelle se fait l’investissement.
5. celui ou celle qui mène l’activité doit avoir les capacités managériales et techniques pour le faire.
6. il faut qu’il ou elle ait la capacité à s’exposer à un niveau supérieur de risques.
7. Le bénéfice pour celui ou celle qui reçoit le microcredit ne doit pas se faire au détriment d’autres microentrepreneurs.
8. il faut que le rendement des micro-activités soit supérieur à celui d’activités plus capitalistiques.
9. il faut que la dépense effectuée grâce aux micro-prêts se traduise par une dépense endogène et ne provoque pas une importation de biens.
10. les intérêts acquittés par les emprunteurs ne doivent pas entraîner un drainage des ressources au seul bénéfice de prêteurs, notamment extérieurs.
Ces conditions sont exceptionnellement remplies, en Afrique subsaharienne comme dans l’ensemble des pays en développement et émergents, et ceci explique pourquoi l’impact du microcrédit en matière de réduction de la pauvreté apparaît restreint.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« The Vice came in always at the Door of Necessity, not at the Door of Inclination. » Daniel Defoe, [1722], Moll Flanders, Penguin Books, 1989, p. 182.

En Afrique comme ailleurs, la croyance aux succès du microcrédit s’est surtout propagée avec la technique de communication du story telling. Elle a consisté dans la diffusion d’histoires d’emprunteurs (en général d’emprunteuses) qui augmenteraient leur bien-être grâce à de petits prêts. Non seulement ils, et surtout elles, accroîtraient leurs revenus de façon notoire, réaliseraient de petits investissements productifs additionnels, mais aussi amélioreraient leur habitat, leur accès à l’eau et à l’énergie, scolariseraient davantage leurs enfants, pourraient mieux se soigner, s’opposeraient avec succès par exemple à l’alcoolisme et à la violence (des hommes), gagneraient une autonomie d’action et de déplacement, etc. Les succès financiers de certaines organisations, souvent appuyés par l’idée que les femmes remboursent mieux que les hom...

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search