Version classiqueVersion mobile

La finance autrement ?

 | 
Bernard Paranque
, 
Roland Pérez

Partie 2. L’investissement socialement responsable, le micro-crédit et la gestion de ressources

Chapitre 5. L’ISR 2.0 : plus qu’un relookage, une authentique refondation1

Jacques Ninet

Résumé

La gravité des crises financières à répétition et les défis associés à la durabilité au plan mondial créent une vraie urgence pour la finance responsable. Malgré l’intérêt des investisseurs institutionnels, l’ISR est loin de devenir la norme et il a rencontré un succès très limité avec des investisseurs privés et des réseaux de distribution. Notre hypothèse est que cet échec découle d’une série de malentendus profonds, à propos du couple ISR / RSE, entre les différents acteurs, à savoir les entreprises « responsables », qui sont des praticiens de la RSE, les académiques, les sociétés de gestion et professionnels de la finance ISR, les agences de notation extra-financière et les analystes.
Pour réconcilier vraiment la finance et de la durabilité, nous devons d’abord dépasser le dilemme classique entre l’éthique et la performance, qui considère les critères non-financiers comme une contrainte sévère et favoriser une conception contributive de la prospérité durable, pour les agents publics comme privés.
Ce chapitre présente une approche « bottom-up » qui réintroduit l’horizon de long terme dans les décisions d’investissement et se concentre sur les capacités d’adaptabilité et d’innovation des entreprises (et des États) devant des défis sans précédent du siècle qui démarre.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Fréquemment cité dans l’abondante production de rapports en tous genres sur le développement durable, L’ISR fait l’objet de la plus grande attention de la part des institutions de place2. Pourtant, l’observateur objectif doit reconnaître que l’ISR n’a jamais vraiment décollé après ses débuts prometteurs au tournant du siècle. Si des chiffres flatteurs sont claironnés pour célébrer le succès de son développement3, Il reste en fait très loin du statut mainstream auquel ses promoteurs voudraient le porter, tout en conservant le caractère exceptionnel de la démarche. En France, depuis que le FRR a décidé de constituer une « poche test » (2005) et que le RAFP naissant s’y est entièrement dédié (2006), l’ISR n’a connu qu’un succès d’estime auprès des autres institutionnels. Le choix « intégral » du CIES4 a certes une forte portée symbolique mais il n’a que peu de consistance du fait de la modicité des capitaux concernés à ce jour par l’épargne salariale. C’est surtout du côté ...

Auteur

La Française. jninet@lafrancaise-groupe.com

© Presses universitaires du Septentrion, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search